La généalogie des protestants

La généalogie des protestants Malgré les persécutions qu'ont subi les protestants au cours de leur histoire, ceux-ci ont toujours tenu des registres, ce qui facilite les recherches généalogiques sur ces familles.

L'histoire des protestants en France

Parmi les familles protestantes, il faut distinguer les luthériens des réformés, car ceux-ci n'ont pas eu la même histoire. Rappelons auparavant que c'est au début du XVIe siècle que le moine allemand Martin Luther proposa la réforme de l'Eglise catholique. Il a donc fondé l'Eglise luthérienne, qui s'est rapidement imposée en Allemagne et en Alsace. Lorsque l'Alsace a été rattachée à la France, les rois ne sont pas parvenus à imposer le catholicisme aux Alsaciens.
Vous n'aurez donc que peu de difficultés à trouver des traces de vos ancêtres Alsaciens, car les registres paroissiaux ont toujours été tenus par les pasteurs. La difficulté résidera davantage dans le fait que ces registres étaient écris en allemand et avec des lettres gothiques. Il vous sera donc impossible de les lire si vous ne maîtrisez ni cette langue, ni ce style d'écriture. Néanmoins, les associations généalogiques alsaciennes ont effectué de nombreuses transcriptions de ces registres, afin de les rendre accessibles au plus grand nombre.
En France, c'est Jean Calvin qui organisa l'Eglise réformée en 1559 et commença à créer des paroisses réformées. Mais les rois de France refusèrent de se réformer et restèrent donc catholiques, imposant dans le même temps cette religion à l'ensemble de leurs sujets. Ils ont d'ailleurs très vite persécuté les personnes converties au protestantisme.
Une évolution eut lieu lorsqu'en 1598, Henri IV, ancien protestant reconverti au catholicisme pour pouvoir accéder au trône de France, promulgua l'édit de Nantes. Celui-ci autorisait la création de paroisses et la tenue de registres de naissance, mariage et enterrement, ainsi que la formation des pasteurs. Mais les rois qui l'ont suivi ont méprisé les droits acquis par les protestants, jusqu'à Louis XIV, qui révoqua l'édit de Nantes en 1685.

Les différents registres

Tous les temples furent alors détruits et les protestants n'eurent pas d'autre choix que de se convertir ou de quitter le royaume, ce que firent la plupart d'entre eux. Les protestants restés en France continuèrent à pratiquer leur culte en secret. Durant cette période, il faut donc chercher les traces des ancêtres protestants dans les registres catholiques.
Les enfants étaient en effet baptisés contre l'avis de leurs parents et l'Eglise procédait à l'inhumation des défunts sans omettre de préciser que ceux-ci s'étaient consacrés à l'Eglise réformée. Cette information, précisée sur les actes de sépulture, peut vous être utile pour retrouver la trace d'un ancêtre protestant ayant vécu à cette période. Les mariages entre protestants étaient par contre très rares. Ceux-ci restaient généralement concubins et se contentaient d'un contrat de mariage établi devant un notaire. Cela avait des conséquences pour les enfants de ces couples protestants. En effet, ceux-ci étaient considérés comme des bâtards et ne pouvaient donc pas prétendre à certaines fonctions, malgré leur éducation souvent supérieure à celle des enfants catholiques.
Pour cette période, vous pourrez retrouver les traces de vos ancêtres protestants sur les listes d'abjuration de l'année 1685, car tous les "nouveaux convertis" y étaient contraints. On enregistrait sur des registres les noms des enfants qui étaient retirés à leurs parents pour recevoir une éducation catholique, lorsque l'on considérait que la conversion des parents était douteuse. On donnait également des amendes aux personnes qui ne fréquentaient pas assez les offices catholiques et on enregistrait ces amendes sur des registres. Enfin, les biens confisqués aux personnes qui avaient fui la France ont été répertoriés.
Pour limiter certaines aberrations, notamment celles qui pénalisaient les enfants des protestants, Louis XVI promulgua l'édit "de tolérance" en 1787. Celui-ci permettait d'enregistrer les actes des réformés sur des registres civils. La situation ne fût complètement réglée qu'en 1792, avec la création de l'état civil, qui écartait toute discrimination vis-à-vis des personnes de religions différentes.
Vous pourrez également trouver des documents sur les familles protestantes à la Bibliothèque de la Société de l'histoire du protestantisme français. Vous pouvez également consulter les registres de prisons (archives départementales) et des galères (archives de la Marine) si vous ne trouvez aucune trace d'un ancêtre protestant. C'était en effet le sort réservé à ceux qui étaient pris à fuir la France.

Voir aussi : La généalogie des musulmans

Généalogie

Annonces Google