Tiny house : législation France, prix, plans…

Tiny house : législation France, prix, plans… Les tiny houses, ces micro-maisons généralement en bois et mobiles font fureur dans le monde entier grâce à leur design original et leur prix accessible. Mode de vie, législation en France, prix et plans… voici ce qu'il faut savoir.

Plus qu'une tendance architecturale, c'est un véritable mode de vie ! Avec une tiny house, l'accès à une maison individuelle devient presque un jeu d'enfant mais il faut néanmoins apprendre à vivre avec l'essentiel : vivre avec moins mais en contact avec la nature pour profiter de ce qu'on oublie lorsque l'entretien d'une maison prend le pas sur le reste. Les frais liés au logement sont moindres et permettent aux propriétaires de tiny house de moins travailler ou d'économiser pour autre chose. Le phénomène est né aux Etats-Unis où l'acquisition de maisons de plus en grandes ont amené leurs propriétaires à s'endetter sur plusieurs décennies... Pour tout perdre au moment de la crise économique de 2007. Les tiny houses ont aussi une dimension écologique. Elles peuvent être autonomes en électricité, en eau et en gaz. Beaucoup font le choix d'installer des panneaux solaires. Aux Etats-Unis, les tiny houses font fureur, et quand on voit le charme qu'elles ont, on comprend pourquoi. Plantées au milieu d'espaces immenses, elles offrent à leurs propriétaires une nouvelle qualité de vie. Si en France les tiny houses sont encore rarement des habitations principales, elles sont très tendances pour s'offrir une escapade dans la nature pour le week-end ou les vacances mais aussi recevoir ses amis dans le jardin. Grâce à leurs petites surfaces, elles s'installent presque partout et peuvent même être déplacées puisqu'elles se présentent le plus souvent sous forme de remorque. A l'intérieur de ces maisonnettes en bois ? Une mini maison avec une kitchenette, un espace salon et une chambre souvent disposée en mezzanine. Autant dire que la traditionnelle caravane a du souci à se faire !

Prix d'une tiny house

Les prix d'une tiny house varient énormément en fonction du modèle mais aussi du projet : auto-construction, achat d'une coque seulement (hors d'air, hors d'eau) ou maison clé en main. Le prix moyen d'une tiny house se situe entre 15 000 et 50 000 euros. Vous pourrez trouver des modèles de tiny house à vendre chez des fabricants spécialisés comme La Tiny House ou Baluchon qui accompagnent aussi bien sur l'auto-construction que des projets sur-mesure. En France, il est encore difficile de trouver des tiny houses d'occasion mais cela permet de rentrer dans un budget plus restreint. Pour ceux qui souhaiteraient se lancer dans la construction, des plans détaillés peuvent être achetés mais de nombreux passionnés proposent, sur leurs blogs, des versions des plans à ceux qui ont envie de rejoindre la communauté des tiny houses et partagent facilement conseils et expériences.

Quelle législation pour les tiny houses en France ?

Pour être considérée comme une tiny house et non comme un convoi exceptionnel, la construction doit répondre aux dimensions suivantes : largeur de moins de 2m55, hauteur de moins de 4m50 et un poids inférieur à 3,5 tonnes. Un permis BE sera nécessaire pour la déplacer. Il faut ensuite distinguer deux types de tiny houses : les modèles fixes qui sont alors considérés comme des résidences mobiles de loisir comme les mobil home et les modèles sur roues qui sont des habitations légères de loisir (HLL).
Concernant les tiny houses mobiles, la loi prévoit qu'il n'est pas possible de stationner plus de trois mois par an sur un terrain (que ce soit le vôtre ou non). L'habitat ne peut en revanche pas être utilisé comme logement. Pour une tiny house qui resterait donc en place plus longtemps, il faut faire une demande à la Mairie avec une déclaration préalable d'urbanisme. Dans le cas d'une tiny house de plus de 20m2, il faudra demander un permis de construire. En déplacement, les tiny houses sont soumises aux mêmes règles que les caravanes.
Dans le cas d'une tiny house fixe, c'est la loi ALUR qui encadre ce type d'habitat et il faudra obtenir une autorisation de la mairie et respecter une charte de salubrité et de raccordements au réseau afin de pouvoir en faire votre résidence principale. Vous devrez en principe vous acquitter de la taxe d'aménagement prévue par la loi.  

Plans et démarches

Annonces Google