Santiago de Cuba

Santiago de Cuba Berceau de la révolution cubaine, lieu de naissance de la salsa, Santiago de Cuba s'étend entre mer et montagne. A l'opposé géographique de La Havane, Santiago de Cuba n'a rien à lui envier sur les plans culturels, historiques ou politiques. Les habitants sont les plus métissés de Cuba : originaires d'Afrique, d'Haïti ou d'Espagne, ils forment un melting-pot coloré et chaleureux.

Les principaux monuments et musées sont situés à l'est de la ville, entre le parc Cespedes, la Plaza de Dolores et la Plaza de Marte.

L'endroit le plus symbolique de la ville est l'ancienne caserne de la Moncada, transformée aujourd'hui en groupe scolaire. Le musée Antiguo Cartel Moncada retrace cet événement et plus généralement l'histoire de Santiago. Le plus ancien musée de Cuba, déclaré monument national en 1999, porte le nom d'une marque célèbre de rhum mais aussi du premier maire de Santiago. Le musée Emilio Bacardi expose une collection archéologique et des peintures de grande valeur.

Deux monuments, dans la périphérie de Santiago, sont intéressants à visiter : le Castillo del Morro, le château le mieux conservé des Caraïbes et la Basilique Notre-Dame del Cobre, lieu de pèlerinage le plus sacré de l'île.

Petit plus : Santiago est le point de départ du magnifique parc naturel de la Sierra Maestra.

Histoire de Santiago de Cuba

Santiago de Cuba vit le jour en 1514, fondée par le conquistador Diego Velazquez. Stratégiquement, la ville fut déplacée à quelques kilomètres en 1522, dans l'anse en forme de fer à cheval, propice à la construction d'un port commercial.

Santiago fut la première capitale du pays jusqu'en 1607. De fortes vagues d'esclaves africains y furent introduites créant un métissage ethnique unique.

Mais les maladies emportant la majorité des esclaves, les pillages des pirates, l'épuisement des ressources d'or favorisèrent le déclin de Santiago.

On y construisit des forts pour repousser les attaques de pirates ; l'élevage du bétail et les mines de cuivre furent favorisés. Les colons français venus d'Haïti amenèrent avec eux la culture du coton, du café et de la canne à sucre donnant ainsi un nouvel élan économique à la cité.

En 1898, c'est à Santiago que les espagnols se rendirent aux américains. 50 ans plus tard, elle revêtit le titre honorifique de « ville héroïque » lors de l'attaque de Fidel Castro, Che Guevara et 100 autres rebelles contre la caserne Moncada. Bien que la défaite fût évidente, cet événement provoqua l'engagement des cubains contre le dictateur Batista.

Le 1er janvier 1959, Fidel Castro annonça à Santiago de Cuba le succès de la révolution.

Trouver un hotel

QUE VOIR À SANTIAGO DE CUBA

Monuments

Bastion du nationalisme cubain et à l'initiative de la révolution qui a commencé le 26 juillet 1953 avec l'assaut raté de la caserne de la Moncada par Fidel Castro, Santiago de Cuba est la deuxième ville importante de Cuba.

Son architecture est très contrastée : s'entremêlent les monuments issus du patrimoine colonial et les récentes infrastructures modernes afin d'attirer les touristes.

Les principaux monuments à l'intérieur de Santiago sont regroupés à l'Est entre le Parque Cespedes, la Plaza de Dolores et la Plaza de Marte.

Visite de la ville et de ses environs

Commencez par le quartier historique au Parque Cespedes. Le buste de bronze au centre représente Carlos Manuel de Cespedes, célèbre pour avoir publié le Grito de Yara, proclamant l'indépendance de Cuba en 1868. La Mairie de Santiago, construite en 1950, a accueilli le temps d'un discours Fidel Castro afin d'annoncer le succès de la révolution dans tout le pays.

Aux alentours du Parque Cespedes, vous pouvez visiter la plus ancienne demeure de Cuba, la Casa de Diego Velazquez reconnaissable à son style andalou. On y trouve le Musée de l'Art Colonial.

Au Sud du Parque, la Catedral de Nuestra Senora de la Asuncion, achevée en 1922 malgré de nombreuses destructions, protégerait la dépouille du conquistador Diego Velazquez. Les autres églises dans le quartier sont l'Iglesia de Nuestra Senora del Carmen qui date du XVIIIe et l'Iglesia de San Francisco qui est composée de trois nefs.

Pour les amateurs d'histoire, visitez l'Antiguo Carcel Provincial où furent incarcérés Fidel Castro et ses rebelles en 1953 après l'assaut de la caserne Moncada.

La Plaza de Dolores est une ancienne place de marché. Elle est largement dominée par l'Iglesia de Nuestra Senora de los Dolores bâtie au XVIIIe reconvertie en salle de concert.

La Plaza de Marte, chargée d'histoire, était l'endroit au XIXe où étaient fusillés les prisonniers sous l'emprise coloniale. Aujourd'hui, les amateurs de base-ball s'y réunissent pour commenter les résultats des équipes cubaines?

Impossible de passer outre la visite de la caserne Moncada qui doit son nom à Guillermon Moncada, prisonnier en ses murs en 1874. Le matin du 26 juillet 1953, une centaine de révolutionnaires menés par Fidel Castro attaquèrent les soldats de Batista dans la caserne Moncada. Mais ce fut un échec. La caserne, comme de nombreux bâtiments militaires après 1960, a été transformée en école.

Petit détail intéressant : les murs extérieurs sont encore criblés de balles.

Le Musée Antiguo Cuartel Moncada, à l'intérieur, raconte toute l'histoire de Cuba et spécialement la révolution.

L'histoire se raconte aussi dans les cimetières. Le Cementero Santa Ifigenia fut créé en 1868 pour enterrer les victimes de la guerre d'indépendance et de l'épidémie de fièvre jaune à la même époque. Parmi ses 8000 tombes, on remarque quelques personnages importants dont Jose Marti, initiateur de l'indépendance cubaine. Son mausolée comporte six côtés en rappel des six provinces de Cuba.

Une relève de la garde y a lieu toutes les trente minutes.

Un autre mausolée est dédié aux victimes de l'attaque de la Moncada. Emilio Bacardi y repose également ainsi que Carlos Manuel de Cespedes et les révolutionnaires Franck et Josué Pais. Pour chacun, un drapeau noir, blanc et rouge flotte au dessus de leur tombe symbolisant leur lutte contre Batista.

Dans les environs de Santiago de Cuba, visitez le Castillo del Morroà l'entrée du port surplombant la baie et encore un peu plus loin, à une vingtaine de kilomètres, la Basilique del Cobre, plus haut lieu saint de Cuba.

Informations pratiques

Casa de Diego Velazquez

A l'angle Nord-ouest du Parque Cespedes

Ouverte du lundi au samedi de 8h à 18h et le dimanche de 9h à 13h.

Entrée payante.

Catedral de Nuestra Senora de la Asuncion

Au Sud du Parque Cespedes

Fermée en dehors des messes.

Cementero Santa Ifigenia

Av. Crombet

Ouvert tous les jours de 8h à18h.

Musées

Depuis quelques années, Cuba a fait de gros efforts pour attirer les touristes sur l'île afin de relancer l'économie. Pour mettre en valeur le patrimoine cubain, de nombreux musées ont vu le jour essentiellement dans les grandes villes.

Santiago de Cuba est devenue une rivale de taille avec La Havane dans les domaines de la littérature, de la musique ou de la politique. La ville est surnommée « ville héroïque de la république de Cuba ».

De nombreux musées politiques racontent la place de Santiago dans la révolution. La plupart sont regroupés à l'est de la ville, entre le Parque Cespedes, la Plaza Dolores et la Plaza de Marte.

La première visite à faire en arrivant dans la ville est le Musée Antiguo Cuartel Moncada situé dans l'ancienne caserne Moncada. Ce fut là, que les guérilleros, entraînés par Fidel Castro, connurent leur première défaite. Le musée raconte l'histoire de cette attaque impressionnante illustrée grâce à de nombreux objets et documents de l'époque.

En se dirigeant vers la vieille ville, arrêtez-vous dans le plus ancien musée de Cuba, le musée Emilio Bacardi. Le premier maire de Santiago a rassemblé pendant des années, des peintures cubaines et européennes, des momies égyptiennes, des reliques et autres trésors archéologiques, qui font aujourd'hui le ravissement des visiteurs.

Santiago est la ville qui a vu naitre le son, ancêtre de la salsa. Pas étonnant que le musée du carnaval se trouve au cœur de la ville. Ne loupez pas la « samba du dimanche » chaque semaine à 10h.

Dans la même rue, la Calle de Heredia, se trouve la maison-musée d'un des premiers poètes cubains à s'être exprimé en faveur de l'indépendance, J.M. de Heredia.

A l'angle Nord -Ouest du Parque Cespedes, la Casa Diego Velazquez de Cuéllar exhibe fièrement son grand âge. Cette maison est la plus ancienne de l'île. Elle fut construite en 1522 et abrite désormais le musée de l'Art colonial. 18 salles d'exposition racontent du XVIe au XXe l'histoire de Cuba. Le musée enferme des pièces très rares.

En se dirigeant vers la baie de Santiago, à deux pas de la calle Padre Pico, se trouve le musée de la lutte clandestine. Symboliquement, le musée se trouve dans un ancien commissariat attaqué par les révolutionnaires en 1956. Il retrace la lutte clandestine enclenchée contre Batista.

En remontant vers le nord, le musée Hermanos Pais rend hommage aux deux frères Pais. Franck, poète et professeur, mena la lutte armée qui souleva Santiago en 1956 aidé de son frère, Josué. Ils moururent tous deux en 1957.

Lors de votre visite au Château del Morro (à 10 km au Sud - ouest de Santiago), profitez-en pour visiter le musée de la piraterieà l'intérieur du fort. Les pirates des Caraïbes font partie de l'histoire de Cuba : les sanguinaires Henry Morgan ou Francis Drake ont traqué les navires près des côtes cubaines pendant plus de 25 ans pour les dépouiller de leurs richesses.

Informations pratiques

Museo del Carnaval

Calle Heredia n°303

Ouvert du mardi au dimanche de 9h à 17h

Casa Natal J.M. de Heredia

Calle Heredia n°260

Ouverte du mardi au dimanche de 9h à 17h.

Museo de la Lucha Clandestina

Gal Jesus Rabi n°1

Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 18h.

Museo Hermanos Pais

Gal Banderas n°226

Ouvert du lundi au samedi de 9h à 17h

Parcs naturels

Le grand parc naturel de la Sierra Maestra

Plus grande chaîne de montagnes de Cuba, la Sierra Maestra est située au sud-est de Cuba près de la province de Santiago. Ce site, exceptionnel par sa biodiversité, ses couleurs vives et intenses et son état sauvage, vous poussera certainement à explorer un peu plus les montagnes cubaines.

De nombreuses randonnées sont possibles dans le parc. La plus haute montagne est le Pic Turquino qui s'élève à 1974 m.

Ce grand parc naturel a abrité les guérilleros pendant la révolution. Il servit notamment de base à Fidel Castro. La Commandancia de La Plata, l'ancien quartier général de Fidel Castro, était situé sur les hauteurs de la Sierra Maestra, à 3 km d'Alto de Naranjo, idéal pour commencer votre visite.

Parmi la végétation très dense, vous pourrez visiter un hôpital de campagne, le poste de commandement, le site de Radio Rebelde (radio clandestine pendant la révolution) et l'ancienne résidence de Fidel Castro.

Demandez à un guide de vous emmener au plus haut sommet de l'île. La piste qui mène au Pic Turquino est magnifique : roches volcaniques, conifères, cèdres, acajous, orchidées sauvages et fougères. Tout est recouvert d'un épais tapis de mousse qui donne au paysage un aspect irréel. Belle récompense, la vue, au sommet, donne sur la mer des Caraïbes?

La Sierra Maestra compte de nombreuses ressources minérales. Quelques-unes furent exploitées au XVIe. La Vierge del Cobre, le lieu le plus sacré de Cuba, doit son nom à la richesse en cuivre des montagnes de la Sierra Maestra.

Les randonnées

La randonnée la plus populaire est celle qui relie Alto de Naranjo à Las Cuevas. Comptez 3 jours de marche. Au programme : montagne, forêt tropicale et arrivée sur une plage de rêve.

Un guide est obligatoire : vous ne manquerez pas de choix à Villa Domingo juste avant Alto de Naranjo.  

Prévoir de la nourriture, des vêtements chauds et de l'argent en liquide pour les pourboires. De nombreux terrains de camping et refuges sont accessibles aux touristes. N'hésitez pas, cela vous permettra de rencontrer peut-être des «campesinos » (paysans) qui vivent reclus dans les montagnes.

L'ascension du Pic Turquino est réservée aux bons grimpeurs. Le sentier part de Las Cuevas et passe par le Pico Cuba (1872 m), deuxième sommet de l'île. Prévoyez 6 heures de marche en moyenne pour arriver en sommet et 4 h pour redescendre.

Informations pratiques

Gran parque nacional de la Sierra Maestra

Sud - est de Cuba

Ouvert jusqu'à 18h. Les guides ne vous laissent plus entrer après 13h.

Pour les randonnées, venir tôt le matin.

Curiosités naturelles

Chorro de Maita : le plus beau site archéologique des Antilles

Chorro de Maita est la plus vaste nécropole précolombienne connue des Antilles. Ce site archéologique protège les vestiges d'un village indien qui y habita de 10 000 ans av. J.-C. jusqu'à la fin du XVIe.

Il est situé dans la province d'Holguín, au nord de Santiago de Cuba.

Une partie du site a été fouillée afin de mettre en évidence la façon dont les indigènes enterraient leurs morts. Les différents éléments découverts témoignent du métissage culturel sur l'île. Des corps ont été retrouvés portant des bijoux européens ou espagnols.

L'arrivée des espagnols, entre 1510 et 1512, sur ce domaine, a provoqué l'extermination des peuples indigènes qui y vivaient.

C'est en 1986 que les archéologues de l'Académie de Sciences d'Holguín ont commencé les fouilles. L'excavation du site a conduit à la découverte d'un immense cimetière humain, le plus grand du pays. Les scientifiques ont pu ainsi comprendre les rites funéraires de l'époque et les relations indo-hispaniques.

Cet endroit a été déclaré monument National le 26 octobre 1991, lors du cinquième centenaire de la rencontre des deux cultures, indigène et espagnole.

Le musée Indocubano expose une partie de ces découvertes près de la ville de Banes. Vous y verrez, notamment, des bijoux artisanaux fabriqués à base de coquillage, pierre, os, céramique, bois ou métal.

Informations pratiques

Museo Indocubano

Banes

Ouvert du mardi au samedi de 12h à 18h et le dimanche de 14h à 18h.

Santiago de Cuba

Annonces Google