Istanbul

Istanbul MIS A JOUR LE 26 AOÛT 2016 - Plusieurs attentats se sont déroulés à Istanbul. Avant de partir, pensez à consulter les conseils du Quai d'Orsay.Visiter Istanbul est un véritable voyage à travers le temps et les civilisations. Le temps d'un week-end ou d'un voyage, partez à la découverte de cette ville magnifique et dynamique. Bâtie sur sept collines comme Rome, Istanbul a une longue et riche histoire.

Située sur le Bosphore en Turquie, la ville est un véritable trait d'union entre les continents européen et asiatique. Cette position stratégique lui a depuis toujours assuré un important développement économique.

Centre de l'empire byzantin puis ottoman, elle fut parée des plus beaux atouts inhérents à ce statut. Sainte-Sophie, la Mosquée Bleue, le palais de Topkapi, la mosquée de Soliman témoignent du rayonnement de l'ancienne Constantinople. De même, ses musées regorgent de chefs d'oeuvres de l'Antiquité et de magnifiques objets, symboles des arts turcs.

Mais Istanbul est aussi une ville d'aujourd'hui. Avec quelque 9,7 millions d'habitants, Istanbul est vibrante et animée. Les odeurs qui s'échappent du Grand Bazar et du bazar Egyptien, les mélodies orientales entrecoupées des appels à la prière, les plateaux alléchants des marchands ambulants et les nombreuses autres scènes de la vie quotidienne des Stambouliotes offrent un incroyable dépaysement, qui nous fait bien vite oublier le film Midnight Express...

Histoire de la ville

Istanbul a été fondée il y a près de 2600 ans. En 650 avant J.C, le roi grec Byzas décide de fonder une colonie à l'embouchure du Bosphore. Il lui donne le nom de Byzantion (Byzance en grec). Idéalement située sur les routes commerciales, la ville se développe rapidement et attire les convoitises. Perses, Grecs et Macédoniens s'en emparent successivement.

Alexandre le Grand lui rend son indépendance en 333 avant J.C. La cité connaît un certain essor. Le IIème siècle avant notre ère instaure le début de la domination romaine. L'empereur Septime Sévère, après avoir détruit une grande partie de la ville, fait construire de nombreux édifices. Puis l'empereur Constantin (306-337) choisit de faire de Byzance la " Nouvelle Rome ". En même temps qu'il la pare de prestigieux édifices, il la renomme Constantinople en son honneur. Avec la chute de Rome en 476, Constantinople devient la capitale de l'Empire Romain d'Orient. C'est le début de l'empire byzantin.

Au VIème siècle, sous l'empereur Justinien, l'empire byzantin est à son apogée. Il fait construire de nombreuses églises, dont le chef d'oeuvre jamais égalé, la basilique Sainte-Sophie. Deux siècles plus tard, l'art byzantin est mis à mal avec la querelle des images (l'iconoclasme). De nombreuses oeuvres d'art religieux sont détruites.

Après avoir résisté aux assauts des Arabes et les Omeyyades, Constantinople plie sous les attaques des croisés (chevaliers chrétiens). A peine remis du pillage de ces derniers, les Byzantins doivent faire face à une autre menace : les Ottomans avec à leur tête le sultan Mehmet II. Malgré une longue résistance, Constantinople est défaite le 29 mai 1453. L'empire ottoman s'installe sur les ruines de l'empire byzantin, Constantinople est renommée Istanbul et les églises sont transformées en mosquées.

Le nouvel empire gagne en prospérité grâce à ses activités commerciales. Le règne de Soliman le Magnifique au XVIème siècle constitue l'âge d'or de l'empire Ottoman. Le sultan demande au grand architecte Sinan de lui construire une mosquée (mosquée de Soliman le Magnifique ou Süleymaniye Camii) qui est considérée aujourd'hui comme le sommet de l'art ottoman. L'empire entre dans une phase de déclin jusqu'à la fin du XIXème siècle. Dans les années 1900, Istanbul se modernise sous l'action des Français, des Allemands et des Anglais (chemins de fer, électricité...).

L'empire ottoman étant l'allié de l'Allemagne pendant la Première Guerre mondiale, il subit après 1918 l'occupation des Anglais, Français, Grecs et Italiens. En 1922, le sultan abonne Istanbul contrôlée par les Alliés. Mustafa Kemal, plus connu sous le nom d'Atatürk, prend la tête de la guerre d'indépendance (1919-1923) contre les Occidentaux. Il proclame la fin du sultanat et la fondation de la République turque. Le dernier sultan ottoman capitule entraînant avec lui la disparition de l'empire ottoman. Ankara est choisie comme capitale à la place d'Istanbul en 1923. Mais Istanbul est restée la capitale culturelle et économique de la Turquie.

Trouver un vol

VOYAGE À ISTANBUL

Introduction

Conseils pratiques

- Les musées et palais d'Istanbul sont généralement ouverts sans interruption de 9 h 30 à 16 h 30. - Tous les musées sont fermés le lundi - Le palais de Topkapi est fermé le mardi - Le palais de Dolmabahce est fermé le lundi et le jeudi (visite guidée de 45 min, et de 35 min pour le Harem) - Le palais de Beylerbeyi est fermé le lundi et jeudi (visite guidée, ouvert de 9 h 30 et 16 h, 15 h en hiver. - Les mosquées, ouvertes tous les jours de 8 h 30 à 18 h 30, sont interdites aux visiteurs pendant les prières.

Météo / Quand partir

À Istanbul, le climat est tempéré de type méditerranéen, avec quelques variations du climat océanique en raison de l'humidité. Les étés sont secs et chauds, avec une moyenne de 29 °C. Dans les terres, il y a des pics jusqu'à 45 °C. Le printemps et l'automne se caractérisent par des températures douces. Quant à l'hiver, le thermomètre chute rarement sous les 5 °C. Les brouillards sont très fréquents le matin, en raison de la forte humidité. Durant cette période, il n'est pas rare qu'Istanbul soit frappé par un petit crachin et quelques jours de neige. La période la plus propice au tourisme est de mai à septembre. En mai, il faut prévoir de la douceur avec des températures allant de 13 °C le matin à 21 °C l'après-midi. Mais si vous préférez éviter la foule, partir pendant les mois les plus frais (entre novembre et mars) est une bonne solution. Malgré une forte chaleur en Turquie, il faut compter entre 125 et 150 jours de pluie par an, avec 700 mm de précipitations en moyenne. L'avantage est que la pluie laisse rapidement place à un grand soleil.

Transports

Sur place : se déplacer à Istanbul

Même pour les meilleurs marcheurs, les transports publics à Istanbul sont incontournables, car la ville s'étend sur plus de 5 000 km2. Les moyens sont très variés... Le tramway est une bonne option, car Istanbul est une ville très embouteillée. C'est idéal pour se déplacer à moindres frais et rapidement ! Selon votre destination et vos envies, vous avez également à votre disposition le métro, le funiculaire, le taxi, le bus, les bateaux (ou ferries), les bateaux-taxis, les trains de banlieue, la voiture et le dolmus. Ce dernier (prononcez "dolmouche") est le mode de transport le plus authentique.

En avion

La première chose à laquelle on pense pour se rendre à Istanbul, c'est l'avion. Il n'y a en effet rien de plus simple ni de plus rapide. Renseignez-vous, il est possible de partir de Nice, Lyon ou encore de Strasbourg avec la compagnie Turkish airlines.

Air France propose deux vols par jour depuis Paris. D'autres compagnies assurent également la liaison entre les deux villes (Lufthansa, British Airways, Alitalia...).

Côté tarif, vous pouvez trouver un aller-retour Paris_istanbul pour moins de 500 euros en pleine saison. Comme d'habitude, réservez-le au plus tôt pour bénéficier de tarifs intéressants.

En car

Le seul avantage du car, c'est son prix. Eurolines propose un aller-retour au départ de la capitale pour près de 250 euros. Mais vous devrez accepter de passer plus de trois jours dans un bus...

En voiture

Si vous souhaitez vous rendre à Istanbul avec votre propre véhicule, descendez en Italie (à Venise) ou en Grèce (à Rhodes ou Kos) puis prenez un ferry pour la Turquie. C'est de loin le plus rapide. Attention, les bateaux n'effectuent la traversée qu'en été.

En train

Le train est à éviter du fait de sa lenteur. Vous pourrez voyager en train couchette mais vous aurez au moins un changement à faire. Se renseigner dans les gares SNCF.

Aeroports

Istanbul Ataturk Aéroport (Airport Istanbul) Il se trouve à une vingtaine de kilomètres du centre ville. Devant les arrivées des lignes internationales, une navette part toutes les trente minutes vers Istambul entre 5h et 23h30. Compter environ 40 mn.

Transport sur place

Même pour les meilleurs marcheurs, les transports publics à Istanbul sont incontournables, car la ville s'étend sur plus de 5 000 km2. Les moyens sont très variés... Le tramway est une bonne option, car Istanbul est une ville très embouteillée. C'est idéal pour se déplacer à moindres frais et rapidement ! Il y a deux tramways à Istanbul. Le vieux tramway fait un unique trajet sur Istikal Cad. Vous pourrez le prendre à Taksim. Le deuxième, plus moderne, relie Eminönü à Sultanahmet en passant par Beyazit. Il est très pratique mais à éviter aux heures de pointe.

Selon votre destination et vos envies, vous avez également à votre disposition le funiculaire, le taxi (ils sont jaunes de minuit à 6h du matin le tarif calculé par un compteur est 50% plus cher), les bateaux-taxis, les trains de banlieue, la voiture et le dolmus (taxi collectif très bon marché suivant un parcours régulier et s'arrêtant sur simple demande). Ce dernier (prononcez "dolmouche") est le mode de transport le plus authentique.

Et aussi :

Les lignes de bus sont nombreuses. Les bus appartiennent soit à l'Etat, soit à des compagnies privées (bus de couleur orange). Dans ces derniers, vous achèterez votre billet à bord. Les tickets des bus municipaux sont en vente aux arrêts et aux kiosques IETT. Renseignez-vous car il existe un pass (akbil) qui permet d'emprunter bus, métro, bateaux et funiculaire.

Trois lignes de métro parcourent la ville. Il est assez difficile de rejoindre les sites touristiques en métro. Préférez-lui le bus ou les dolmus. Nous vous recommandons également de ne pas conduire à Istanbul. La conduite est particulièrement sportive dans l'ancienne capitale. Louez un véhicule pour visiter le reste du pays.

Vous pourrez prendre un ferry pour naviguer sur le Bosphore. Il vous permettra de vous rendre sur la rive asiatique à Üsküdar, ou encore de découvrir les îles des Princes.

Santé / Sécurité / Vaccins

À Istanbul, les déplacements des ressortissants français ne sont pas déconseillés par le ministère des Affaires étrangères, mais il est essentiel d'être prudent. La vigilance s'impose dans les quartiers touristiques, notamment près des postes de police, après différentes attaques à l'explosif. Pour les vacanciers résidant dans des hôtels-clubs, il est préférable de ne pas sortir le soir. La petite délinquance, surtout le vol à l'arraché, a augmenté ces dernières années malgré une police très présente.

Monnaie

En Turquie, la monnaie est la livre turque. Le centième de la livre se nomme le kurus. En juillet 2015, une livre turque correspond environ à 0,33 euro. 10 livres turques représentent 3, 35 euros. Avant un voyage en Turquie, il n'est pas utile de changer ses euros en livres. De nombreux commerçants, dans les grandes villes et les lieux touristiques, préfèrent le paiement en euros. Il est fréquent que certains touristes se retrouvent avec leurs livres turques qu'ils ne peuvent pas utiliser.

POURBOIRE

En Turquie, le pourboire est une pratique très courante. Dans les restaurants, le service n'est pas toujours compris. Il faut donc prévoir de laisser un pourboire entre 5 et 10% de la note. Cette coutume est également d'usage pour les porteurs de bagages dans les hôtels et les guides touristiques. Sans forcément laisser un petit quelque chose, vous pouvez arrondir au chiffre supérieur pour les chauffeurs de taxi. En aucun cas, vous ne devez vous sentir obligé de laisser un pourboire si vous n'êtes pas satisfait du service.

Points forts

- Palais et musées - Culture - Archéologie - Détente

Points faibles

Vous n'aurez jamais le temps de tout voir à moins de rester plusieurs semaines, alors détendez vous et faites le choix de ce qui vous intéresse le plus.

Vie pratique

Consulat de France (l'ambassade de France se trouve à Ankara)

Istiklâl Caddesi 8 - 80090 Taksim - Istanbul

Carte d'identité

Nombre d'habitants : 11 millions d'habitants.

Chef-lieu de la province d'Istanbul.

Superficie : 925 km² avec son agglomération.

Code postal : 34

Préfixe téléphonique : 212 (216 si c'est pour la rive asiatique).

Trouver un hotel

QUE VOIR À ISTANBUL

Monuments

Istanbul, l'ancienne Byzance des Grecs et la resplendissante Constantinople des Romains, fut le creuset de ces grandes civilisations. De ce riche passé, la ville conserve de splendides monuments, hauts chefs d'oeuvre de l'art islamique.

Visite de la ville

A peine arrivé, on a envie de se rendre dans le quartier Sultanahmet pour voir la fameuse Sainte-Sophie, église devenue mosquée puis musée, l'élégante mosquée Bleue (Sultan Ahmet), qui devait surpasser la beauté de Sainte-Sophie, et le prestigieux palais Topkapi, l'ancienne demeure des sultans ottomans.

Promenez-vous dans le Grand Bazar d'Istanbul, vaste labyrinthe de milliers de boutiques au coeur de la ville. Chaque quartier a sa spécialité (tapis, lampes, objets de cuivre, vêtements...) offrant à chaque fois un déluge de couleurs. Au royaume du marchandage, vous pourrez exercer vos talents de fin négociateur. Rendez-vous au Bazar Egyptien si vous souhaitez acheter des épices.

D'autres édifices méritent le coup d'oeil telle la mosquée Soliman, la plus belle oeuvre du grand architecte turc Sinan après la mosquée d'Edirne, joyau de l'architecture ottomane.Poussez votre découverte d'Istanbul jusqu'à l'église Saint-sauveur-in-Chora qui renferme d'éblouissantes mosaïques byzantines.

Quartier animé et cosmopolite, Beyoglu foisonne en restaurants, boutiques, cinémas et théâtres. Le soir, les Stambouliotes viennent s'y balader et s'y détendre. De là, vous pourrez vous rendre à la tour de Galata puis au luxueux palais de Dolmabahçe. Imaginez 285 pièces, 46 salons et 6 hammams ! Ce fut la résidence du dernier Sultan puis celle du président Atatürk.

Située sur la Corne d'Or, comment oublier la situation maritime d'Istanbul et l'atout qu'elle représenta ? Embarquez sur un ferry pour une traversée pleine de charme sur le Bosphore. Sur les rives, vous apercevrez d'anciens palais ottomans.

Musées

Le bataillon de musées turcs peut se décomposer en deux catégories. D'une part, il y a les musées au sens classique, c'est-à-dire qui conservent des objets d'intérêt historique. Les musées archéologiques sont de loin les plus riches. Ils abritent une des plus belles collections d'objets de l'Antiquité au monde. Ils exposent de sublimes pièces provenant de tout le bassin méditerranéen et dont certaines datent du XIIIe siècle avant JC. Au travers de celles-ci, vous découvrirez les civilisations d'Anatolie, de Mésopotamie, d'Assyrie ou encore d'Egypte.

Près de l'Hippodrome, le musée des Arts turcs et islamiques vous donnera une bonne vue d'ensemble de l'artisanat seldjoukide et ottoman, en particulier de l'art du tapis et de l'art de l'écriture. Istanbul compte également quelques musées dédiés à un domaine particulier, à un art particulier, tels le musée de la Céramique ou le musée militaire dans le quartier Harbiye.

D'autre part, on trouve dans la catégorie des musées des monuments hautement significatifs d'un point de vue historique, architectural et artistique, qui ont été transformés en musée au cours du XXe siècle, afin de les protéger: le palais Topkapi (devenu musée en 1924 sur ordre d'Atatürk, le fondateur de la Turquie moderne), la basilique Sainte-Sophie (devenue musée Ayasofya), l'église Saint-Sauveur-in-Chora (devenue musée Kariye). Ces monuments à la valeur inestimable constituent les plus grands chefs d’œuvre du patrimoine culturel de la Turquie.

QUE FAIRE À ISTANBUL

Shopping

Le Grand Bazar propose de la vaisselle, des tapis, de nombreux objets de décoration authentiques et du textile (écharpes, foulards, vêtements en cuir...). Il est primordial d'être vigilant avec les contrefaçons qui sont très courantes en Turquie. Vous pouvez également rapporter des bijoux, principalement en or et vendus au poids. Au bazar à épices, vous pourrez profiter de longs étals d'épices traditionnelles, pour les amateurs de cuisine. Le thé est également un incontournable à mettre dans les bagages.

Istanbul

Annonces Google