Ajaccio

Ajaccio Au cœur du plus grand golfe de l'île, la capitale de la Corse du sud loge dans un décor superbe, entre montagnes et plages de sable fin. Tandis que le port et les petites rues colorées des vieux quartiers arborent un mélange subtil d'animation et de nonchalance, Ajaccio s'étend autant que possible vers un relief qui condamne sa croissance.

Toutefois, la circulation chaotique et les difficultés de stationnement ne dépayseront pas les habitués des grands centres urbains? Autrement dit, mieux vaut se résoudre à abandonner sa voiture à la première place trouvée et abandonner l'espoir d'un stationnement gratuit.

L'ambiance très agréable de la ville, ses façades jaunes, ses ruelles et ses nombreuses terrasses de café vous conforteront dans ce choix. D'autant plus qu'avec une population d'à peine plus de cinquante milles habitants, Ajaccio est une ville à taille humaine.

L'emprunte de Napoléon

De son histoire, la ville d'Ajaccio garde de nombreuses traces de l'empereur : Maison Napoléon, reconvertie en Musée, monument Napoléon, salon Napoléonien dans l'hôtel de ville et jusque dans la vie quotidienne puisque le bonapartisme tient encore une place de choix dans la politique locale. Mais les familles concurrentes des Bonaparte ont également laissées leur empreinte, notamment via les anciens hôtels particuliers. Quant à la citadelle, elle est toujours aux mains de l'armée.

Une ville génoise

Si le site d'Ajaccio fut une place romaine et notamment un port durant l'Antiquité et jusqu'au bas Moyen Age, la ville moderne fut en fait fondée par les Génois en 1492. Le site choisi est légèrement au sud de l'ancienne cité et est à l'usage exclusifs des Génois qui entendent asseoir leur domination sur l'île. Après l'épisode de Sampiero Corso qui, soutenu par la France, parvient à prendre Ajaccio et une partie du territoire corse entre 1553 et 1559, la ville est progressivement ouverte aux Corses.

La ville natale de l'Empereur

Autour de la citadelle, la ville ne se développe pas vraiment, jusqu'au XVIIIème siècle et notamment après 1768 où elle passe aux mains des Français. L'Empereur Napoléon Premier accroît ensuite le pouvoir qu'Ajaccio avait obtenu à la Convention. En 1811, il donne une place centrale à la ville qui l'a vu naître : celle-ci détrône en effet  Bastia et devient la capitale administrative de l'île. Si la Corse est désormais séparée en deux départements, Ajaccio accueille depuis 1982 l'Assemblée Territoriale de Corse.

Ajaccio eut également sa place dans la Seconde Guerre mondiale puisque ce fût la première ville libérée par des Français après le débarquement du 13 septembre 1943.

En savoir plus

Trouver un vol

VOYAGE À AJACCIO

Transports

En avion : l'aéroport d'Ajaccio Napoléon Bonaparte

Carte d'identité

Population (2010) : 65 542 habitants

Superficie : 82,03 km²

Gentilé : Ajacciens, Ajacciennes

Plus d'informations

Trouver un hotel

QUE VOIR À AJACCIO

Musées

Les superbes collections exposées dans les musées d'Ajaccio participent grandement à la richesse culturelle de la cité impériale. L'enfant du pays, Napoléon, y est particulièrement à l'honneur. Ainsi, au-delà de la Maison Bonaparte et du Salon napoléonien, le musée Fesch doit sa collection à l'oncle de Napoléon, tandis que la chapelle Impériale* recueille les cendres de la famille. Mais les musées du Capitellu et « A bandera », centrés sur l'histoire de l'île et de la ville, ont également leurs attraits.

A noter que la ville d'Ajaccio a mis en place un pass pour l'ensemble des musées cités ci-dessus, à l'exception du musée du Capitellu. Valable une semaine, le carnet peut être acheté à l'Office de tourisme, la maison Bonaparte ou les musées Fesch et A Bandera. Il coûte 10 euros.

Musée Fesch

Le palais Fesch, son musée et sa statue centrale tiennent leur nom d'un cardinal à la double particularité : être un passionné d'art et l'oncle de Napoléon 1er. Ce deuxième point facilité certainement l'assouvissement du premier... Ainsi, outre l'ordre de construction de ce palais, le cardinal Fesch a laissé comme héritage plus de 17 000 objets d'art dont 16 000 tableaux. Cette immense collection s'attachait notamment au primitif et à la Renaissance italienne. Si certaines de ses pièces trônent au cœur des musées les plus prestigieux d'Europe, une partie de la collection, soit environ mille pièces, constitue aujourd'hui encore la majorité du fond du Musée Fesch. Celui-ci peut ainsi se prévaloir de posséder la plus grande collection de peintures italiennes en France après le musée du Louvre.

En savoir plus sur le Musée Fesch.

Chapelle impériale

Musée Fesch, Chapelle impériale et Bibliothèque municipale forment un ensemble architectural allant de la rue du cardinal Fesch au boulevard du Roi Jérôme. Il s'agit du palais Fesch, dont la cour intérieure, où trône la statue du cardinal, est entourée des trois principaux bâtiments.

Constituant l'aile sud (à droite de la statue), la chapelle impériale fut construite grâce aux fonds légués par Fesch mais aussi par la volonté de Napoléon III. L'objectif était alors de constituer une sépulture commune à la famille impériale. Ce fut chose faite en 1860 dans un bâtiment néo-Renaissance en pierre de Saint-Florent. Classé monument historique, l'édifice n'impressionne pourtant pas vraiment de l'extérieur.

En fait, l'attraction principale reste la crypte circulaire qui accueille les cendres d'éminents membres de la famille impériale, d'autres reposant dans les murs de l'escalier. Les inconditionnels de la famille impériale apprécieront particulièrement, les autres laisseront plutôt leur regard s'attarder sur l'autel et les vitraux, éléments centraux d'un intérieur qui s'attache à accorder monumentalité impériale et intimité sépulcrale. Mais surtout, chacun constatera que faute des cendres de son plus éminent membre, réservées aux Invalides, cette Chapelle souffre d'un manque cruel.

Bibliothèque

Disposant d'une entrée rue Fesch, la bibliothèque du Palais Fesch impressionne le visiteur non averti. Après un petit hall d'entrée, on pénètre en effet dans une impressionnante salle de lecture d'une trentaine de mètres et dont les murs sont couverts d'ouvrages anciens. Disposant d'un fond initié en 1801 par Lucien Bonaparte, elle dispose, parmi ses 70 000 volumes, d'incunables des XVème et XVIème siècles.

Salon Napoléonien

Au cœur de l'hôtel de ville, bâtiment du début du XIXème qui vous accueille avec une statue de Jérôme Bonaparte, deux salles de l'étage rendent hommage à l'Empereur : l'une accueille des portraits des membres de la famille, des bustes, un impressionnant lustre et l'acte de naissance de l'empereur : c'est le grand salon. Une pièce adjacente étale une collection de médailles de l'Empire. Entre une visite de la Maison Bonaparte et de la chapelle impériale, un détour par ce salon flirte avec le fétichisme... Pourtant, il est certain que les inconditionnels de l'Empereur apprécieront.

Maison Bonaparte

Même pour le touriste le plus désinvolte, une chose ne peut échapper à son observation : l'affection que porte la ville d'Ajaccio au plus prestigieux enfant du pays, Napoléon Bonaparte. Au centre des hommages rendus par la ville à l'Empereur, sa maison natale devait bien occuper une place à part, l'espace ultime de reconnaissance et de glorification de « l'Aigle » corse. En réalité, le musée n'est pas simplement consacré à Napoléon, mais à la famille Bonaparte. Outre le parcours de cette dernière, on y découvre le lieu de vie de la jeunesse de l'Empereur.

En savoir plus sur la Maison Bonaparte.

Musée A Bandera

Le musée « A Bandera » est consacré à l'histoire de l'île. Armes, cartes, maquettes, costumes, etc. retracent le cheminement de l'âme corse à travers les générations, depuis la préhistoire jusqu'à la résistance à l'occupant nazi. Les guerres d'indépendance tiennent une bonne place et on découvre que l'histoire de la Corse est celle de ses habitants mais aussi des Etats qui l'occupent, de Gênes à la France, en passant par l'Angleterre.

Musée du Capitellu

Privé, le musée du Capitellu n'est pas compris dans le pass musée de la ville. Il n'en demeure pas moins digne d'un détour. Il propose une histoire de la ville d'Ajaccio, grâce à une vidéo mais aussi à des objets d'importantes familles ajacciennes, démontrant au passage qu'Ajaccio n'est pas l'espace réservé des Bonaparte. Des aquarelles sont également proposées ainsi  que des sculptures.

Itinéraires

Ajaccio tirerait son nom du latin adjacium, « lieu de repos ». Une balade au cœur de ses ruelles et le long de son port permet de vérifier la véracité au moins symbolique de ce nom. Baignée de lumière, ouverte sur un golfe superbe, la ville mêle animation et nonchalance. Ajaccio s'affirme aussi comme la ville d'un homme dont le souvenir hante les différents quartiers : Napoléon Ier.

Surmontée par une statue de Napoléon en Empereur romain accompagné de ses frères, l'esplanade de la place du Général de Gaulle offre un point d'entrée idéal dans la ville : tandis que les terrasses de restaurants et de cafés invitent à la flânerie, on dispose d'une belle vue sur le golfe. Quand on descend devant le casino, la plage de Saint-François offre une proximité avec la mer que l'on ne retrouve pas du coté ouest de la citadelle qui est occupé par les quais du port.

Un détour napoléonien?

De là, les plus courageux pourront revenir sur la place et prendre la direction de l'Est pour remonter le cours Grandval. Après être passé devant l'Assemblée de Corse, ils aboutiront à la Place d'Austerlitz où culmine l'impressionnant Monument Napoléon. La statue de l'Empereur domine la ville au terme de deux escaliers qui encadrent une gravure évoquant ses actions. Situé sur les hauteurs, le site offre également l'avantage d'offrir un point de vue plongeant sur le golfe.

Pour revenir vers la ville, il suffit de suivre le cours dans le sens inverse ou de descendre vers la mer pour longer le Boulevard Pascal Rossini.

Le cœur historique de la ville

Des abords de la place du Général de Gaulle et des casinos, il faut faire quelque pas le long de la plage pour parvenir à la citadelle. Cette dernière reste une enceinte militaire inaccessible, on doit donc se contenter de la vue des murs extérieurs. Après que le boulevard Casanova a bifurqué vers la gauche devant la citadelle, prenez la première à gauche. Vous découvrirez alors l'église des Marins, ou Saint-Erasme. Bâtie en 1617, celle-ci se distingue par les maquettes de bateaux qui la peuplent.

En poursuivant le long de la rue, vous aboutissez à la cathédrale. Construite au XVIème siècle, la façade de style Renaissance est d'une sobriété absolue. Recevant toujours les offices, elle n'est pas accessible à toutes les heures, notamment entre 11h30 et 14h30. On peut toutefois découvrir, dans une de ses chapelles, un tableau de Delacroix représentant la Vierge du Sacré-Coeur.

A partir de ce point d'entrée dans la vielle ville, l'idéal est de se perdre dans les petites rues plutôt que de suivre un trajet précis. Toutefois, il indispensable de tourner dans la rue Notre-Dame pour passer devant l'hôtel Cunéo d'Ornano, reconnaissable aux armes de la famille qui coiffent la porte.

En filant, vous aboutissez à la rue Letizia qui permet d'accéder à la Maison Bonaparte. Celle-ci accueille désormais un musée retraçant la vie de l'empereur et donnant à voir son cadre de vie. En sortant du musée, on peut rejoindre directement la place Foch ou se perdre dans d'agréables ruelles parfois entièrement transformées en terrasses de restaurant et de cafés.

Napoléon, encore et toujours?

La place Foch est également dominée par Napoléon : trônant en premier Consul au milieu de la fontaine des Quatre-Lions, il occupe également une place de choix dans l'hôtel de ville où l'on retrouve le Salon Napoléonien?. Mais la place se distingue également par ses palmiers et son ouverture sur la mer, en direction du port.

De là, on peut rejoindre et suivre le côté ouest de la citadelle et parcourir la jetée pour profiter du grand air et de la vue. Celle-ci permet en effet d'admirer le golfe mais aussi la ville telle qu'on doit la voir de la mer : bloquée entre son port et la montagne.

A noter que la place Foch permet de rejoindre assez rapidement le musée Fesch, via la rue du même nom.

QUE FAIRE À AJACCIO

Sortir

Restaurants à Ajaccio

Musées à Ajaccio

Spectacles à Ajaccio

Agenda des évènements à Ajaccio

Annonces Google