Uzès

Uzès Tel un trésor inexploré, Uzès - perchée sur une colline au-dessus des vignes et de la garrigue - peut sembler inaccessible. La petite ville du Gard - peuplée d'à peine plus de 8 000 âmes - est, en effet, nichée entre les Cévennes et la Méditerranée, à 40 km de la cité papale d'Avignon et 25 km de la ville romaine de Nîmes.

Pourtant son centre historique, entièrement restauré suite à la Loi Malraux - texte juridique autorisant la restauration d'édifices anciens - a de quoi surprendre et ravir les visiteurs non avertis.

A dire vrai, on croirait la ville figée à l'époque médiévale, lorsqu'Uzès devint le « premier duché de France » - termes encore usités actuellement pour désigner la ville. Cette dernière caractéristique mérite quelques précisions historiques. Au XVIIe siècle, le vicomté d'Uzès - mis en place par Charles X en 1565 - devient premier duché de France. Autrement dit, les ducs de la ville se placent au premier rang de la noblesse française, après les princes. Avant cela - dès le Ve siècle - des évêques s'y étaient établis. L'évêché exercera un pouvoir non négligeable sur le secteur jusqu'à la Révolution française.

Aussi maisons et hôtels particuliers, ruelles pavées, arcades, fontaines ainsi que l'ancien duché - figure emblématique de la ville - semblent tout droit sortis d'un décor de cinéma.

De quoi éveiller la curiosité du plus commun des mortels ! De tout temps, des artistes se sont d'ailleurs sentis inspirés par la cité ducale. Jean Racine (XVIIe siècle) l'évoquait déjà dans ses Lettres d'Uzès - correspondance qu'il entretenait avec un ami parisien lors de son séjour dans la ville.

L'écrivain André Gide - habitué à séjourner chez son oncle uzétien à la fin du 19ème siècle - y fera également référence dans Si le grain ne meurt : « O petite ville d'Uzès! Tu serais en Ombrie, des touristes de Paris accourraient pour te voir! »

Aujourd'hui c'est au tour de Jean-Louis Trintignant de s'éprendre d'Uzès qu'il considère comme « une des plus belles villes de France ».

Quoi qu'il en soit, en arrivant à Uzès, on a envie de s'adonner à une douce flânerie dans le dédale de ses rues. Une déambulation, le plus souvent le nez en l'air afin de pouvoir admirer au mieux les tours qui s'élèvent aux quatre coins du « secteur sauvegardé » de la ville.

Toutefois, l'envolée touristique inhérente aux attraits d'Uzès risque d'en dérouter certains, notamment en pleine saison estivale. Préférez l'arrière saison si vous souhaitez découvrir Uzès de la manière la plus sereine possible. Par triste temps, la cité ducale peut certes sembler plus austère mais elle se veut alors tout aussi charmante et plus énigmatique. Enfin, certains pourront ressentir une pointe d'arrogance dans l'atmosphère qu'elle dégage. La ville, il est vrai, porte les stigmates de son passé noble : petites boutiques hors de prix, hôtels et restaurants plutôt coûteux, etc.

VOYAGE À UZÈS

Carte d'identité

Population (2010) : 8 552 habitants

Superficie : 25,41 km²

Gentilé : Uzétiens, Uzétiennes

Plus d'informations

Trouver un hotel

QUE VOIR À UZÈS

Itinéraires

Tous les charmes d’Uzès se concentrent en son centre historique, également connu sous le nom de « secteur sauvegardé ». Il s'agit, en effet, du plus vieux quartier de la cité classée ville d'art et d'histoire, réhabilité à partir de 1965 suite à la Loi André Malraux - texte permettant la restauration de bâtiments classés avec défiscalisation.

De plus, ce même secteur est, en grande partie, réservé aux piétons. Aussi, il est impératif - et du reste beaucoup plus agréable - de visiter la ville à pied. Le circuit, proposé ci-dessous, équivaut à 1,5 km.

Commencez par la place de l'évêché, où vous pourrez stationner. Comme son nom l'indique, cette place contient l'ancien évêché d'Uzès - aujourd'hui reconverti en musée municipal consacré à la peinture - de même que la cathédrale Théodorit et surtout la tour Fenestrelle, que vous aurez sans doute remarquée en premier en arrivant sur les lieux. Il s'agit du seul campanile de style Lombard (italien) visible en France. Érigé à partir du XIe siècle, l'édifice constitue un des rares édifices religieux épargnés par les protestants après l'édit de Nantes (1598).

La place se prolonge, sur la droite, en une promenade - baptisée Jean Racine en l'honneur du dramaturge - de laquelle on bénéficie d'un beau panorama sur la campagne environnante.

De retour au pied de la cathédrale, vous verrez, face à vous, l'hôtel du baron de Castille, ancienne résidence du prévôt rachetée par le baron de Castille à la Révolution française. Ce bâtiment plutôt massif est reconnaissable à son entrée surmontée de colonnades, modification architecturale apportée par ce même baron.

Empruntez ensuite, la rue de Rafin, située à gauche, au pied de l'hôtel du baron de Castille. Cette ruelle étroite et pavée conduit à la maison dUzès, où les évêques battaient monnaie au Moyen Age. Poursuivez à gauche dans la rue de la Boucairie, puis dans son prolongement, le passage du jardin des Jésuites.

Vous arriverez ainsi sur la place du duché où se tient bien évidemment le fameux duché d'Uzès. Contournez le par la droite pour accéder à son entrée. Mais, avant d'y pénétrer, prenez le temps d'admirer les trois tours qui le surplombent. De la plus haute, la tour Bermonde, érigée au XIe siècle, vous pourrez avoir une vue d'ensemble sur la ville. Celle de gauche, de forme octogonale, porte le nom de tour de la Vicomté. La visite du duché débute par la découverte de sa cour d'honneur où vous remarquerez la très belle façade Renaissance du corps de logis, sur votre droite, et la tour de la Vigie, qui fait l'angle, au fond et à gauche de la cour. Montez ensuite visiter les appartements à partir d'un petit escalier, situé au fond et à droite de la cour. Dans ceux-ci vous pourrez observer du mobilier principalement Renaissance et Louis XIII.

En ressortant du duché, prenez à gauche, la rue du Duché, puis encore à gauche, la rue Jacques d'Uzès - du nom du XVIIe et actuel duc d'Uzès. Après une succession de petites boutiques, vous arriverez sur la petite placette Dampmartin. Continuez votre parcours dans le prolongement de celle-ci, par la rue Pélisserie. Quelques mètres plus loin, vous trouverez le petit passage Georges Gourbeyre. Empruntez-le et vous déboucherez sur un des plus beaux lieux de la ville, la place aux Herbes. Ceinte de passages à arcades et ornée en son centre d'une fontaine, elle est le théâtre d'un marché hebdomadaire haut en couleurs et en saveurs. Vous pourrez également profiter de l'endroit pour prendre un verre dans l'un des différents bistrots à votre disposition, ou vous délecter d'une pâtisserie régionale et artisanale.

Reprenez votre visite par la rue Saint-Etienne, située à l'opposé de la place sur la gauche. Celle-ci vous mènera tout droit à l'église éponyme, dont la façade présente des traits curvilignes. Au pied de l'édifice, vous pourrez également voir la maison natal de Charles Gide, notable d'Uzès et oncle de l'écrivain André Gide. Puis descendez les marches du parvis de l'église et tournez à gauche afin de longer le boulevard Victor Hugo. Allez toujours tout droit, empruntez le Portalet, sorte de promenade ombragée de platanes et vous apercevrez la place de l'évêché, point de départ de votre circuit dans Uzès. Avant de remonter sur la place, profitez de la vue qui s'offre à vous, sur votre droite.

Duché d'Uzès

Place du duché - 30700 Uzès

Tarif : 12 euros. 6 euros pour visiter la tour Bermonde uniquement.

Horaires :

- du 1er juillet au 15 septembre : de 10h à 13h puis de 14h à 18h30 ;

- le reste de l'année : de 10h à 12h puis de 14h à 18h.

QUE FAIRE À UZÈS

Sortir

Restaurants à Uzès

Agenda culturel d'Uzès

Autour du même sujet

Annonces Google