Collioure

Collioure Sa lumière et ses couleurs ont séduit de grands artistes et on comprend pourquoi ! L'eau d'un bleu azur, les façades des maisons jaunes, roses, oranges et ocre baignées par le soleil donnent l'impression d'être dans un tableau de Matisse. Il fait bon à déambuler sous les arbres du boulevard du Boramar et dans le lacis des rues du quartier Mouré... On ne vous recommandera que trop d'éviter la période estivale où Collioure est prise d'assaut par les vacanciers.

Histoire de la villeLes origines de Collioure remontent à l'Antiquité. Dès l'époque gréco-romaine, Collioure était un port de commerce de la Méditerranée. En 673, le port est assiégé par les Wisigoths.

Au XIIIe siècle, la ville devient officiellement la résidence d'été des rois de Majorque. Ce qui entraîne la reconstruction totale du château. La ville passe ensuite aux mains des rois de France Louis XI, puis Charles VIII. Ce dernier la rendit à Ferdinand le Catholique. Du XIIIe au XVIIe siècle, Collioure est passée alternativement dans la couronne des royaumes d'Aragon, de Majorque et de France. En 1659, avec le Traité des Pyrénées, elle retourne définitivement à la France. Vauban, voulant en faire une ville de garnison, modifie considérablement sa physionomie, détruisant la vieille ville pour agrandir le château.

Collioure a cependant conservé de nombreuses traces de son histoire médiévale qui participent grandement aux charmes des lieux.

En savoir plus

Trouver un hotel

QUE VOIR À COLLIOURE

Monuments

Il faudrait arriver à Collioure par la mer pour apprécier d'entrée de jeu le patrimoine architectural de Collioure. Quelle entrée impressionnante que de pénétrer dans la cité sous haute protection, avec d'un côté son Château Royal et de l'autre son ancien phare devenu l'église Notre-Dame des Anges! On s'imaginerait facilement au Moyen-âge, au temps où Collioure était un actif port de commerce.

En flânant dans ses ruelles pittoresques, on ressent toute l'histoire de ce hameau adossé aux contreforts pyrénéens, tiraillé entre les royaumes espagnol et français. Dans le quartier Mouré plane indéniablement un parfum méditerranéen.

Si vous avez un peu de temps devant vous, arrêtez-vous à l'ancien couvent des dominicains dont subsistent les belles voûtes, et qui abrite aujourd'hui une cave coopérative. L'occasion de faire une pierre deux coups et d'en savoir plus sur la production des vins de la région.

Enfin, si vous voulez voir Collioure d'en haut, grimpez à la tour Madeloc. A plus de 600 mètres d'altitude, accrochée sur un pic rocheux des Pyrénées, elle surveillait le petit port et toute la côte Vermeille.

Musées

Sa liaison avec les artistes remonte au début du XXe siècle (1905), date à laquelle elle fit la rencontre de Matisse. Ce dernier, renversé par la lumière et les couleurs de la ville, sera rejoint rapidement par Derain. Beaucoup d'autres les imiteront, de Henri Marre à Augustin Hanicotte en passant par Jean Peské.

Collioure, qui a vu naître le Fauvisme, se devait de lui rendre hommage. Ainsi, le chemin du Fauvisme, un circuit dans la ville, guide le visiteur à la découverte de ce courant. Quelle ingénieuse solution pour ne pas séparer l'inséparable, le travail de l'artiste et sa muse !

Quant aux amateurs d'art moderne, ils ne seront pas oubliés. Le musée Peské, appelé aussi musée d'art moderne, leur est tout indiqué.

Musée d'art moderne

Villa Pams

Route de Port Vendres

66190 COLLIOURE

Horaires : Ouvert de 10h à 12h et 14h à 18h, fermé le mardi hors saison.

Entrée : 2 euros.

Itinéraires

On a l'habitude de découvrir la peinture dans des musées, où une kyrielle de choses est mise en place pour garantir la meilleure conservation possible des toiles. La visite qui est ici proposée est loin d'un univers calme et aseptisé. Avec le chemin du Fauvisme, on découvre ce courant artistique en déambulant naturellement dans la ville. Une bonne idée pour initier facilement les plus jeunes et réconcilier certains avec l'art.

Le chemin du Fauvisme, ce sont 20 reproductions d'André Derain et d'Henri Matisse disséminées dans les rues de Collioure, à l'endroit même où les peintres avaient posé leurs chevalets. Les jaunes et oranges flamboyants, les bleus et les verts profonds jaillissent des toiles avec force, à l'instar de "La fenêtre ouverte" de Matisse ou encore des "Bateaux à Collioure" de Derain. A travers ces tableaux ressort l'essence du Fauvisme, la recherche de la couleur avant toute chose. Ce courant très court (1905 à 1907), qui refusait les diktats de la perspective pour laisser toute la place à la couleur, a considérablement marqué l'histoire de l'art moderne.

Les panneaux, fixés sur les murs, ont parfois un peu pris le soleil. Cela donne envie d'aller voir les originaux... au musée ! Pari gagné !

On peut découvrir les œuvres du chemin du Fauvisme au hasard, en se promenant dans Collioure. Sinon on peut s'aider d'une brochure (payante) disponible à L'Espace Fauve. L'association organise également des visites commentées certains jours (visite d'une heure ou d'une heure et demie).

Tarif : 6 euros.

QUE FAIRE À COLLIOURE

Sortir

Restaurants à Collioure

Musées à Collioure

Annonces Google