Christiane Taubira : biographie de l'ancienne garde des Sceaux

Christiane Taubira : biographie de l'ancienne garde des Sceaux BIOGRAPHIE DE CHRISTIANE TAUBIRA - Christiane Taubira a été ministre de la Justice de 2012 à 2016. C'est elle qui a porté la loi instaurant en France le mariage pour tous.

"Femme, noire, pauvre, quel fabuleux capital ! Tous les défis à relever", ironisait Christiane Taubira dans son ouvrage "Mes Météores" (Flammarion). Paru en 2012, quelques mois avant l'entrée au gouvernement de cette ministre adorée par une partie de la gauche, détestée par tout un pan de la droite, il préfigurait déjà l'atmosphère de son mandat : celle des attaques les plus violentes, souvent celle de la calomnie, parfois celle du racisme pur et simple. "Je choisis d'être fidèle à moi-même", avait précisé Christiane Taubira en conférence de presse lors de sa démission le 27 janvier 2016. Opposée au projet de révision constitutionnelle sur la déchéance de nationalité pour les individus coupables de terrorisme, Christiane Taubira avait fini par démissionner, un an et demi avant la prochaine présidentielle. Si son mandat ministériel a duré 4 ans sur un même portefeuille, le bilan de son passage place Vendôme s'avère mitigé. Bien que ministre la plus appréciée des sympathisants de gauche et déterminante dans l'adoption du mariage pour tous, Christiane Taubira a laissé derrière elle, en 2016, plusieurs dossiers en souffrance et mesures orphelines :

  • Le projet de réforme de la justice du XXIe siècle 
  • Son projet de réforme de la justice des mineurs 
  • L'extension de la contrainte pénale à tous les délits (possibilité d'éviter l'incarcération, pour l'instant limitée aux délits passibles de 5 ans de prison ou moins)
  • La transcription à l'état civil des enfants nés à l'étranger par GPA (Gestation pour Autrui)
  • Le récépissé contre "les contrôles au faciès"
  • Le projet de loi anti-terroriste (Taubira trouve que la version de l'Intérieur, privilégiée par Hollande, ressemble trop à celle du quinquennat Sarkozy).

Biographie courte de Christiane Taubira

Originaire de Cayenne, Christiane Taubira est née le 2 février 1952. Issue d'une famille de six enfants, elle a été élevée par sa mère, aide-soignante. Elle étudie l'économie et l'agro-alimentaire à Paris et Bordeaux avant de devenir professeur de sciences économiques en 1978. Elle cofonde la Confédération caraïbe de la coopération agricole, qu'elle dirige de 1982 à 1985. Elle rejoint également l'Office de coopération et de commerce extérieur de la Guyane.

En 1993, elle fonde Walwari, parti politique guyanais basé sur des idées socialistes et se fait élire députée de la 1ère circonscription de la Guyane. Après avoir soutenu le gouvernement Balladur cette même année, elle rejoint le groupe République et liberté, puis Énergie radicale (qui deviendra le Parti radical de gauche) et est élue députée lors des élections européennes de 1994. Elle gardera son siège jusqu'en 1999.

Apparentée au Parti socialiste de 1997 à 2001, Christiane Taubira est choisie pour représenter le Parti radical de gauche à l'élection présidentielle de 2002. Elle en devient alors la première vice-présidente. En 2004, elle se présente aux élections européennes, en tête de la liste 'Europe fraternelle', mais n'obtiendra que 1,54 % des voix. Lors de l'élection présidentielle de 2007, le PRG ne présentera aucun candidat, préférant une alliance avec le Parti socialiste.

Christiane Taubira soutient donc la candidature de Ségolène Royal en tant que 'déléguée à l'expression républicaine'. Réélue députée de Guyane en 2007, elle participe aux élections régionales en 2010, mais échoue face à Rodolphe Alexandre. La même année, elle choisit de soutenir Arnaud Montebourg, candidat aux primaires socialistes pour l'élection présidentielle de 2012. Christiane Taubira est connue pour ses prises de position pour la reconnaissance par les instances européennes de la traite négrière et de l'esclavage comme crime contre l'humanité, mais aussi pour son opposition au projet de loi relatif au port de signes religieux dans les écoles publiques, préférant une réponse pédagogique plutôt que législative.

En 2012, elle devient Ministre de la Justice et Garde des sceaux. Elle est notamment à l'origine de la loi sur le mariage pour tous adoptée en 2013. Début 2016, elle claque la porte de son ministère, lançant sa place à Jean-Jacques Urvoas. Christiane Taubira expliquera sa démission par son désaccord avec le gouvernement au sujet de la déchéance de nationalité.

Contemporain