Ségolène Royal : biographie courte, dates, citations

BIOGRAPHIE DE SEGOLENE ROYAL - Ségolène Royal est née le 22 septembre 1953 à Dakar (Sénégal).

Biographie courte de Ségolène Royal - Femme politique de gauche, Ségolène Royal s'est inclinée à l'élection présidentielle le 6 mai 2007 contre son adversaire de droite Nicolas Sarkozy. Ségolène Royal s’était imposée contre toute attente au sein de son parti dans la course aux Présidentielles. Présentée comme un symbole du renouveau face aux « éléphants » du PS mais aussi stigmatisée à cause d’une expérience limitée dans les hautes fonctions politiques, elle est la première femme à atteindre le second tour de l’élection présidentielle en France.

Un parcours classique

Née à Dakar le 22 septembre 1953, Ségolène Royal, dont le prénom complet est Marie-Ségolène, vit une partie de son enfance au Sénégal puis en Martinique au sein d’une famille de huit enfants. Son père est colonel d’artillerie pour l’armée française. Après avoir obtenu son bac, elle passe une licence en économie, est diplômée de Sciences Po Paris avant d’intégrer l’ENA en 1978 dans la promotion Voltaire.

Parallèlement à ses études brillantes, 1978 est pour elle une année charnière puisqu’elle décide de s’engager en politique en rejoignant les rangs du PS. C’est également au cours de cette période qu’elle rencontre François Hollande. Mais Ségolène Royal traverse aussi des moments difficiles : elle attaque en justice son père afin qu’il verse une pension à sa mère qui ne peut payer les études de tous ses enfants. Après une longue procédure, elle obtient gain de cause.

Des débuts difficiles

Après avoir obtenu en 1980 son diplôme de l’ENA, elle est conseillère dans le tribunal administratif de Paris. Remarquée par Jacques Attali et François Mitterrand, elle rejoint le secrétariat général de la présidence de la République. Dès lors, elle se spécialise dans les domaines de l’environnement, de la santé et de la famille.

Si cette entame de carrière est plutôt prometteuse, Ségolène Royal peine à se faire un nom en tant qu’élue. Sa terre de prédilection est le Calvados, où elle se présente dès 1983. Se heurtant aux socialistes locaux, elle ne parvient pas à obtenir de postes clés ni à remporter d’élections. Pendant cinq années, Ségolène Royal joue donc un rôle à l’échelle nationale sans implantation locale.


A la conquête du Poitou et des ministères

Mais en 1988, la situation s’inverse. Lasse de ne pas trouver de territoire dans lequel se présenter, elle sollicite François Mitterrand. Le PS la « parachute » alors dans une circonscription des Deux-Sèvres ancrée à droite depuis de nombreuses années. Au sein d’une population rurale loin d’être ralliée à sa cause, elle fait une campagne remarquée et est élue députée. L’ancrage territorial est réussi puisqu’elle renouvelle quatre fois son mandat. En revanche, sa tentative d’accéder à la mairie de Niort est un échec en 1995.

Forte de cette nouvelle légitimité, elle est appelée au gouvernement par Pierre Bérégovoy en 1992 comme ministre de l’Environnement. Elle crée l’événement lorsqu’elle accouche au cours de son mandat et pose avec son enfant devant la presse. Au sein même de son camp, des critiques s’élèvent contre cet acte perçu comme une dérive people de la politique. Après la défaite de la gauche aux législatives de 1993, Ségolène Royal doit attendre 1997 et le gouvernement de Lionel Jospin pour revenir à des fonctions nationales : ministre déléguée à l’Education. Aux côtés de Claude Allègre, elle se distingue par ses mesures contre le bizutage et surtout ses décisions controversées sur la pilule du lendemain et la dénonciation de la pédophilie. De 2000 à 2002, elle prend le poste de ministre déléguée à la Famille et à l’Enfance.

Vers les Présidentielles de 2007

En 2004, Ségolène Royal se fait remarquer lorsqu’elle remporte les élections régionales en Poitou-Charentes, région alors hautement symbolique puisqu’elle est le berceau politique du Premier ministre en place, Jean-Pierre Raffarin. En 2006, elle se présente comme candidate à la candidature socialiste pour les Présidentielles. Face à Dominique Strauss-Kahn, à Laurent Fabius et à un éventuel retour de Lionel Jospin, elle parvient à s’imposer dans les sondages. Le 16 novembre 2006, après une campagne de débats publics, elle s’impose dès le premier tour avec plus de 60% des voix devant Dominique Strauss-Kahn et Laurent Fabius. Dès lors, portant l’étendard PS dans une campagne parfois difficile, elle tente de répondre à ses adversaires qui remettent en cause sa compétence. Au soir du 22 avril 2007, elle résiste à la menace centriste et se hisse au second tour avec 25.87%, soit près de cinq points et demi de moins que Nicolas Sarkozy. Pendant l’entre-deux tour, elle mise notamment sur un rapprochement avec François Bayrou, mais celui-ci refuse de donner des consignes précises de vote pour l’un des deux candidats.

Ni son changement de stratégie durant l'entre-deux-tours, ni sa prestation pourtant combattive durant le débat qui l'oppose à son adversaire ne suffisent à renverser la tendance : Ségolène Royal est battue et doit s'incliner devant Nicolas Sarkozy qui est élu Président de la République.

Et maintenant...

En 2011, elle se présente à la primaire présidentielle socialiste et termine 4e avec 6,95% des voix, derrière François HollandeMartine Aubry et Arnaud Montebourg. Lors des législatives de 2012, elle est battue au second tour par Olivier Falormi qui l'emporte avec 62,97% des voix dans la première circonscription de Charente-Maritime. Quelques mois plus tard, en février 2013, elle est nommée par François Hollande vice-présidente et porte-parole de la Banque Publique d'Investissement. Lors du remaniement du 2 avril 2014, le nouveau Premier ministre Manuel Valls décide de l’appeler au sein du ministère de l’Ecologie. Elle accepte ce poste et devient ministre de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie.

Ségolène Royal : dates clés

22 septembre 1953 : Naissance à Dakar
1 janvier 1978 : Rejoint les rangs du Parti Socialiste
1 janvier 1980 : Diplômée de l’ENA, promotion Voltaire
1 janvier 1982 : Conseillère technique au secrétariat général de la présidence
Remarquée par Jacques Attali et présentée à François Mitterrand, Ségolène Royal obtient un poste auprès de la présidence. Elle est affectée aux questions d’environnement et de santé. Elle restera en place jusqu’en 1988.
1 janvier 1988 : Conquête de Saint-Maixent-l’Ecole
« Parachutée » dans la circonscription de Saint-Maixent-l’Ecole, Ségolène Royal mène une campagne âpre dans un territoire ancré à droite. Elle l’emporte de peu et obtient ainsi son premier mandat de députée. Elle sera toujours réélue par la suite.
1 janvier 1992 : Une ministre accouche en activité
Ségolène Royal, alors ministre de l’Environnement, donne naissance à un enfant et fait la une de Paris-Match. Cette mise en exergue de la vie privée d’une femme politique partage la classe politique et la population.
3 avril 1992 : Ministre de l’Environnement
1 janvier 1995 : Echec aux élections municipales de Niort face à un autre candidat socialiste, Bernard Bellec
4 juin 1997 : Ministre déléguée à l’Enseignement scolaire
27 mars 2000 : Ministre déléguée à l’Enfance et à la Famille
1 mars 2004 : Présidente du Conseil régional du Poitou-Charentes
11 avril 2006 : Ségolène "probablement" candidate
C'est au cours du "Grand journal" de Canal + qu'elle confie qu’elle sera probablement candidate aux Présidentielles de 2007. Cette réponse fait suite à une question de l'humoriste Djamel Debbouze.
16 novembre 2006 : Ségolène Royale investie par le Parti Socialiste
Arrivant largement en tête avec 60,62% des suffrages devant Dominique Strauss-Kahn (20,83%) et Laurent Fabius (18.54%), Ségolène Royal est désignée par les militants du PS pour représenter le parti aux élections présidentielles de 2007. Quelques mois auparavant, son élection aurait été une surprise, au vue de son expérience plus faible et de son absence de participation à un courant majeur du parti. Cependant, Ségolène Royal a su engranger un capital sympathie au sein du parti et de la population, certains sondages la donnant gagnante au second tour contre Nicolas Sarkozy.
22 avril 2007 : Nicolas Sarkozy devance Ségolène Royal
Au soir du premier tour de l’élection présidentielle, Nicolas Sarkozy obtient 31.18% des suffrages exprimés. Obtenant un des scores les plus élevés des Présidentielles de la Cinquième République, il dispose d’une avance assez large sur Ségolène Royal qui a obtenu 25.87% des voix. François Bayrou, en troisième homme, a opéré une véritable percée avec 18.57% tandis que Jean-Marie Le Pen est relayé à 10.44%.
6 mai 2007 : Sarkozy est élu président de la République
Nicolas Sarkozy est élu président de la République avec 53% des suffrages. Il devance la socialiste Ségolène Royal. L’élection a été marquée par une forte participation, à hauteur de 85 %. Suite au succès relatif de François Bayrou qui, avec un score de 16% au premier tour, avait refusé de soutenir un des deux candidats, un des enjeux de l’entre-deux tour était pour les candidats de séduire ces voix. Misant sur un programme de rupture et de profondes réformes, Sarkozy y parvient et est élu avec une confortable avance.

Contemporain

Ségolène Royal : biographie courte, dates, citations
Ségolène Royal : biographie courte, dates, citations

Sommaire Biographie courte de Ségolène Royal Ségolène Royal : dates clés Citations de Ségolène Royal Biographie courte de Ségolène Royal - Femme politique de gauche, Ségolène Royal s'est inclinée à l'élection présidentielle le 6 mai...