Rentrée scolaire 2023 : date, récap' des nouveautés de la dernière rentrée

"Rentrée scolaire 2023 : date, récap' des nouveautés de la dernière rentrée"

Rentrée scolaire 2023 : date, récap' des nouveautés de la dernière rentrée RENTREE 2023. Connaît-on déjà la date de la rentrée scolaire de septembre 2023 ? Linternaute vous en dit plus, ainsi que sur les nouveautés de la dernière "grande" rentrée.

[Mis à jour le 7 novembre 2022 à 11h53] Quand aura lieu la prochaine "grande" rentrée scolaire de septembre ? Si sa date n'est pas encore connue, la dernière rentrée scolaire a en revanche fait l'objet de plusieurs nouveautés importantes, sur lesquelles il mérite de s'attarder. Nouvelles mesures pour la rentrée scolaire en primaire, au collège et au lycée, pénurie d'enseignants, prix de la cantine scolaire, modalités du protocole sanitaire, dates des prochaines vacances scolaires ou encore allocation de rentrée scolaire... Retrouvez également les actualités et les infos pratiques de la dernière rentrée en date dans cette page spéciale. 

Comment s'est déroulée la dernière rentrée scolaire ?

Environ 12 millions d'enfants et d'adolescents sont retournés sur les bancs de l'école, du collège ou du lycée le jeudi 1er septembre 2022. Les élèves de Corse ont quant à eux effectué leur rentrée un jour plus tard. A l'occasion de cette rentrée, la SNES-FU, principal syndicat enseignant, a pointé un manque criant de personnel, alors que près de 4 000 postes d'enseignants n'ont pas été pourvus cette année. "Le salaire et les conditions de travail sont les deux principales raisons pour lesquelles, aujourd'hui, ce métier n'attire plus", a regretté le 1er septembre la secrétaire générale du syndicat sur France Info. Compte tenu du manque d'enseignants, des cellules de crise ont été ouvertes et 3 000 contractuels formés en quelques jours ont été employés. Un manque de chauffeurs de cars scolaires a également été constaté dans certaines communes. 

Quel est le bilan de la rentrée scolaire 2022 ? 

Le ministère de l'Education nationale a embauché "environ 4 500 contractuels nouveaux" pour cette rentrée, a chiffré Pap Ndiaye sur Franceinfo le 12 septembre 2022, "pour un total général d'environ 35 000 contractuels". Cela "représente 1% des effectifs dans le premier degré et 6,5 à 8% des effectifs dans le second degré." Un pourcentage que le ministre considère comme "tout à fait raisonnable", et qu'il déclare toutefois espérer réduire grâce aux hausses de salaires annoncées par le gouvernement, qui devraient permettre de titulariser des contractuels. 

Dix jours après la rentrée, le SNES-FSU, premier syndicat du secondaire, a toutefois estimé sur franceinfo (le 12 septembre également) qu'il manquait au moins un enseignant dans 62 % des établissements interrogés dans le cadre d'une enquête menée auprès d'un échantillon de collèges et lycées. Le syndicat a par conséquent taclé, par la voix de sa secrétaire générale Sophie Vénétitay : "Ça a été la rentrée de la pénurie. Manifestement, ça va être aussi l'année du bricolage."   

Le ministre de l'Education a également profité de son intervention sur franceinfo pour confirmer qu' "À partir de septembre 2023, les enseignants en début de carrière toucheront 2 000 euros par mois". Et d'ajouter : "Les augmentations concerneront également les enseignants en milieu de carrière". Fin septembre, le gouvernement a dévoilé plusieurs mesures de son projet de loi de finances 2023, parmi lesquelles une augmentation du salaire des enseignants avec un "socle de 10% en moyenne". Via cette stratégie, l'exécutif souhaite notamment attirer davantage de jeunes enseignants, dans le contexte d'une pénurie d'enseignants. 

Quelle est la date de la rentrée scolaire de septembre 2023 ? 

La date de la "grande" rentrée scolaire de septembre 2023 n'est pas encore connue. Elle sera indiquée dans notre page spéciale dès son annonce par le ministère de l'Education. 

Les infos pratiques de la DERNIÈRE rentrée

Quelles sont les nouveautés de la rentrée scolaire de septembre 2022 ? 

De nombreuses nouveautés sont venues accompagner la rentrée scolaire 2022 dans les écoles, alors que l'éducation est l'une des priorités du second quinquennat d'Emmanuel Macron. Celles-ci ont notamment été résumées par le nouveau ministre de l'Éducation Pap Ndiaye lors de sa conférence de presse de rentrée scolaire 2022-2023 le 26 août, avec trois priorités affichées : "l'excellence, l'égalité des chances et le bien-être des élèves". Voici les principales :

En primaire

  • La priorité à "l'acquisition des savoirs fondamentaux" a été confirmée avec la poursuite des plans de formation en mathématiques en France et la formation de 185 000 professeurs dans ce but. "Nous poursuivons les évaluations nationales des acquis des élèves en français et en mathématiques (...) afin de répondre immédiatement aux difficultés rencontrées par les élèves et de mettre en place une pédagogie adaptée. Celles-ci seront poursuivies en CP, en CE1, en sixième et en seconde, et étendues dès cette rentrée à titre expérimental aux classes de CM1 et de 4ème", a annoncé Pap NDiaye.
  • Les dédoublements des classes vont se poursuivre dans les zones d'éducation prioritaire. Aujourd'hui, l'ensemble des classes de CP et de CE1 y sont dédoublées mais le dédoublement des grandes sections de maternelle n'est pas achevé (75% des classes y étant dédoublées aujourd'hui). Le dédoublement sera pour sa part "achevé à la rentrée 2024".
  • En dehors de l'Education prioritaire, la quasi totalité des classes de grande section, de CP et de CE1 sont plafonnées à 24 élèves. Pap Ndiaye indique plus globalement que "le nombre moyen d'élèves par classe, qui est passé de 23 à la rentrée 2017 à 21,8 à la rentrée 2021 diminue encore" pour cette rentrée 2022-2023. 
  • A partir de cette rentrée, les écoliers de primaire doivent pratiquer 30 minutes de sport par jour.

Au collège

  • Du côté du collège, la pratique du sport est également accrue afin de "mieux apprendre et de lutter contre la sédentarité." C'est la méthode de l' "expérimentation" qui est privilégiée. Il est prévu que les collèges volontaires expérimentent d'abord 2 heures de sport de plus par semaine. Lors de la rentrée 2022-2023, 140 collèges répartis sur tout le territoire se sont engagés dans cette expérimentation.
  • Une demi-journée doit prochainement permettre de "faire découvrir aux collégiens la diversité des métiers", ce "afin de renforcer leur capacité à opérer des choix éclairés le moment venu." "Avec Carole Grandjean (ministre déléguée chargée de l'Enseignement de la Formation professionnelle), nous allons poursuivre la transformation de la voie professionnelle pour en faire plus encore une filière d'excellence dans toutes ses dimensions et permettre aux jeunes de ne pas faire ce choix par défaut, pour les inscrire dans un parcours de réussite et d'insertion professionnelle", a ainsi assuré le ministre de l'Education. 
  • Dès cette rentrée, la classe de sixième, année charnière s'il en est, fait l'objet d'une réflexion de fond pour mieux accueillir les élèves de l'école primaire. Des expérimentations sont encouragées afin de promouvoir des actions pédagogiques innovantes et de s'adapter aux besoins des élèves.

Au lycée 

  • La réforme du lycée "entre dans une phase de maturité" selon le ministre de l'Education. Sauf événement sanitaire, elle devrait se stabiliser et permettre aux élèves, "par des choix progressifs éclairés, de préparer leur orientation dans l'enseignement supérieur". 
  • L'accent est aussi mis sur l'enseignement des mathématiques, avec notamment un retour en classe de première. Supprimées lors de la réforme du bac initiée par Jean-Michel Blanquer, les mathématiques reviennent ainsi dans le tronc commun des enseignements de première générale. Pour l'heure, cette option n'est toutefois pas obligatoire. Pap NDiaye souhaite que dès cette année, une réflexion plus large sur l'enseignement de cette matière soit portée "depuis le collège jusqu'au lycée".
  • Le Pass Culture a été ouvert dans sa part collective, le 1er janvier dernier. Il bénéficie déjà à toutes les classes, de la quatrième à la terminale, et aux CAP. Le ministère de l'Education vise un plein déploiement cette année.

Les autres annonces de cette rentrée scolaire 

  • Emmanuel Macron a annoncé le 25 août la création d'un fonds d'innovation pédagogique doté de 500 millions d'euros, visant à financer des projets triés sur le volet. Pour être plus concret, le ministre de l'Education Pap NDiaye a cité l'exemple du plan "Marseille en grand", lancé en juin dernier, avec des projets variés menés par des équipes de professeurs volontaires dans 59 écoles. Un déploiement de ce fond est prévu "à partir du mois d'octobre".
  • Le programme "Phare" doit être généralisé à l'ensemble du primaire et du collège pour lutter contre le harcèlement scolaire, avec ses ambassadeurs et les numéros 3018 et 3020.
  • Un "engagement collectif pour une école pleinement inclusive" avait été évoqué par le ministre de l'Éducation à la mi-juin. Plus de 430 000 élèves en situation de handicap sont accueillis lors de cette rentrée scolaire, "un chiffre qui est en constante augmentation, environ 6% par an, depuis 2017", indique le ministère. 300 unités localisées de plus ont été annoncées, portant le total à plus de 10 200 ULIS sur l'ensemble du territoire. Des moyens d'accompagnement supplémentaires pour les élèves, avec le recrutement de 4000 AESH supplémentaires, ont été alloués pour cette rentrée.
  • Le ministre de l'Education a appelé les académies à mettre en place des "observatoires ou groupes d'actions" contre les discriminations. 
  • Pap NDiaye a annoncé de nouvelles actions dans les prochaines semaines et les prochains mois autour de "l'éducation au développement durable, des éco-délégués, de la labellisation E3D des établissements et de l'évolution d'une partie du bâti scolaire en lien et dialogue étroit avec les collectivités".
  • Une grande concertation sur l'école doit également avoir lieu à partir de l'automne, à la suite de la promesse faite par Emmanuel Macron lors de sa campagne électorale, et s'étaler jusqu'à fin 2022, selon les annonces du ministre de l'Éducation le 14 juin. Selon Pap Ndiaye, "Il s'agira vraiment d'un débat, d'échanges décentralisés, dans l'ensemble des établissements scolaires, de manière que les professeurs, les parents d'élèves, les personnels administratifs et de direction et d'autres acteurs de la vie locale puissent réfléchir sur leur école" et alimenter les contours d'une réforme qui se fera "dans la durée". 

Que faire en cas d'absence d'enseignant pour la rentrée ? 

La pénurie de professeurs, annoncée depuis le printemps dernier (4 000 postes de professeurs n'ont pas été pourvus à l'issue du concours enseignant cette année), a créé des remous lors de cette rentrée 2022, de même que celle des chauffeurs de car scolaire. Pour tenter de pallier la pénurie d'enseignants, des "cellules de rentrée" ont été annoncées par le ministère de l'Education le 22 août. 3 000 enseignants contractuels ont été recrutés in extremis pour assurer les cours, formés en quelques jours.

Le 25 août, Pap Ndiaye, ministre de l'Éducation nationale, se montrait donc confiant au JT de France 2. "Nos projections nous rendent assez confiants pour la rentrée (...) la rentrée s'annonce dans des conditions assez similaires à l'année dernière", a-t-il assuré sur le plateau. Lors de la conférence de presse de rentrée le lendemain, il précisait que "90% des enseignants contractuels actuels" avaient déjà "une expérience de l'enseignement". une réponse aux inquiétudes sur la qualité de l'enseignement prodigué par des contractuels recrutés en quelques jours.

Alors que faire si votre enfant n'a pas de professeur dans les semaines suivant la rentrée ? Votre enfant sera pris en charge et pourra rester à l'école, qui doit assurer une permanence. Ainsi, la loi dit que "Tout enfant scolarisé dans une école maternelle ou élémentaire publique est accueilli pendant le temps scolaire pour y suivre les enseignements prévus par les programmes. Il bénéficie gratuitement d'un service d'accueil lorsque ces enseignements ne peuvent lui être délivrés en raison de l'absence imprévisible de son professeur et de l'impossibilité de le remplacer. Il en est de même en cas de grève." Toutefois, les syndicats de parents d'élèves vous recommandent de prévenir immédiatement le rectorat, afin qu'un remplaçant récupère le créneau d'heure de cours de votre enfant.

Des titularisations et des revalorisations annoncées

À plus long terme, des mesures ont été annoncées pour "rendre le métier d'enseignant plus attractif". Lors de la réunion de rentrée des recteurs d'académie, à la Sorbonne, le 25 août, Emmanuel Macron a reconnu que le métier d'enseignant était "insuffisamment reconnu", annonçant une meilleure rémunération :  "Aucun enseignant ne commencera sa carrière sous 2000 euros nets mensuels", a-t-il promis. Un engagement pris pour la rentrée scolaire 2023. L'ensemble des personnels administratifs et des enseignants verront leurs salaires augmenter de 10%. Pour provoquer ce "choc d'attractivité", Pap NDiaye a lui aussi annoncé lors de sa conférence de presse de rentrée "des rémunérations initiales attractives" et une "redynamisation des carrières" passant par des négociations dès cet automne avec les partenaires sociaux, "à partir des cadrages budgétaires inscrits dans le projet de loi de finances 2023". En complément, un "concours exceptionnel de titularisation des enseignants contractuels", sera organisé au printemps 2023, avec des modalités bientôt précisées.

Pour ce qui est des transports collectifs scolaires, le ministre délégué aux Transports Clément Beaune a souligné fin août qu'il y avait "encore des risques" que le ramassage scolaire ne puisse pas être entièrement assuré, même si le problème devrait être "d'ampleur limitée". Pap NDiaye a promis une rénovation du CAP conducteur de transport scolaire "afin de rentrer dans un mouvement de renforcement de l'attractivité de ces métiers". Et ce, dès la rentrée 2023.  

Quel est le prix de la cantine scolaire pour cette rentrée 2022 ?

La rentrée 2022 a eu lieu dans un contexte de forte inflation, avec un prix des fournitures scolaires en augmentation, mais aussi une hausse du coût des cantines scolaires dans de nombreuses communes du fait de la hausse des prix des matières premières alimentaires et de l'énergie. L'Association des maires de France a ainsi rapporté une hausse demandée aux communes par les fournisseurs de repas s'élevant de 5% à 10%. Si, pour cette rentrée 2022, certaines communes ont prévu des dispositifs pour absorber cette hausse en évitant de pénaliser les familles, d'autres n'ont pu éviter de pratiquer une hausse des tarifs dans les cantines scolaires.

"Il y aura un choix, commune par commune, de répercuter tout ou partie de l'augmentation du prix de vente des repas", expliquait sur France info en mai dernier Philippe Laurent, le vice-président de l'Association des Maires de France, également maire UDI de Sceaux (Hauts-de-Seine). Selon lui, "à peu près la moitié des communes choisiront, probablement, d'augmenter le coût de la cantine" pour les familles, par "choix politique" ou en raison de l'état de leurs recettes financières.

Le ministre de l'Education a pour sa part rappelé les mesures ciblées pour faire face à l'inflation lors de la rentrée scolaire : "l'augmentation de 4% de l'allocation de rentrée scolaire, par le ministère des Solidarités, la hausse également de 4% des bourses de collèges et de lycées". "Je vous annonce également que je souhaite le renforcement de 50% des fonds sociaux dès cette rentrée, fonds sociaux qui permettent aux établissements scolaires d'apporter rapidement une aide aux élèves dont les familles rencontrent des difficultés", a-t-il aussi déclaré lors de sa conférence de rentrée fin août.

Quel est le protocole sanitaire scolaire de la rentrée ? 

À la rentrée de septembre 2022, c'est le niveau "Socle" du protocole sanitaire qui est prévu dans l'ensemble des établissements scolaires en France (voir ci-dessous). Quatre niveaux de mesures existent cette année dans le nouveau protocole sanitaire mis en ligne sur le site du ministère de l'Éducation nationale, qui entend maintenir "une stratégie reposant sur un enseignement en présence, pour la réussite et le bien-être des élèves, tout en limitant la circulation du virus au sein des écoles et des établissements scolaires". Le principe du précédent protocole sanitaire scolaire anti-covid, établi en septembre 2021, est repris, avec une variante : au lieu des niveaux vert, jaune, orange et rouge, le ministère passe au niveau "socle" donc, puis niveau 1 (vert), niveau 2 (orange) et niveau 3 (rouge). Le tout en fonction de la situation sanitaire globale constatée (nature des variants, situation hospitalière...) : 

  • Niveau socle
  • Accueil en présentiel de tous les élèves 
  • Activités physiques et sportives autorisées en intérieur et en extérieur sans restriction
  • Pas de limitation du brassage entre groupes d'élèves
  • Niveau 1 Vert : vigilance modérée
  • Cours à 100% en présentiel dans les écoles, collèges, lycées
  • Pas de restriction sur les activités physiques et sportives
  • Rappel des gestes barrières
  • Désinfection des surfaces une fois par jour et des tables du réfectoire après chaque service
  • Regroupements importants limités
  • Niveau 2 Orange : vigilance renforcée
  • Cours à 100% en présentiel dans les écoles, collèges, lycées
  • Renforcement des gestes barrières
  • Adaptation de la pratique sportive en intérieur pour assurer une distanciation adaptée
  • Prise des repas par classe dans le premier degré, afin de limiter les brassages
  • Désinfection des surfaces plusieurs fois par jour et des tables du réfectoire après chaque service 
  • Niveau 3 Rouge : vigilance maximale
  • Hybridation des cours au lycée (alternance de cours en présentiel et en distanciel selon le contexte sanitaire local) 
  • Restriction des activités d'EPS pour respecter les distances
  • Limitation du brassage
  • Désinfection des surfaces plusieurs fois par jour et des tables du réfectoire après chaque service

Le ministère de l'Éducation s'est engagé à respecter un délai de dix jours pour passer d'un niveau à l'autre, en lien avec les autorités sanitaires. Porté à plein temps par les élèves jusqu'au 28 février dernier, le masque devrait être imposé ou non au même rythme que celui requis pour la population générale. Il sera a priori demandé aux élèves positifs de s'isoler, mais les élèves cas contact ne devraient plus avoir à se tester ni à s'isoler. Les campagnes de tests salivaires ne sont pas prévues non plus.

Rentrée en septembre, vacances en octobre

Après la rentrée des classes, les élèves sont nombreux à penser aux prochaines vacances. Celles-ci auront lieu fin octobre, avec les vacances de la Toussaint, puis mi-décembre, avec la période des fêtes de fin d'année. En 2023, les vacances s'étalent sur plusieurs semaines, puisqu'elles sont régulées et organisées par zone.

Qui touche l'allocation de rentrée scolaire ?  

La rentrée scolaire a un coût, et de nombreux foyers bénéficient chaque année de l'allocation de rentrée scolaire ou de primes de rentrée. La réception des aides se fait en fonction des revenus des familles. Pour l'année 2022, ce sont par exemple ceux de 2020 qui sont pris en compte. L'allocation de rentrée scolaire (ARS) a été versée mardi 16 août 2022, sous conditions de ressources, aux familles ayant des enfants âgés de 6 à 18 ans scolarisés dans un établissement public, privé ou dans un organisme à distance comme le Cned. Les conditions de revenus vont de 25 370 euros avec un enfant à charge à 37 080 euros avec trois enfants puis 5 852 euros par enfant supplémentaire.

Le montant de l'allocation de rentrée scolaire 2022 a par ailleurs été revalorisé. Un second versement intervient donc en septembre. Voici les sommes versées pour la rentrée 2022, en comptant les revalorisations de 4% prévues par le gouvernement : 392,05 euros par enfant âgé de 6 à 10 ans, 413,69 euros par enfant âgé de 11 à 14 ans et 428,02 euros par enfant âgé de 15 à 18 ans.