Fermeture de classes et Covid : ça évolue ! Quels sont les élèves qui restent à l'école ?

Fermeture de classes et Covid : ça évolue ! Quels sont les élèves qui restent à l'école ? Le ministère de l'Education nationale a décidé de faire évoluer le protocole sanitaire pour limiter les fermetures de classes lorsqu'un cas de Covid-19 est détecté à l'école, dans le cadre d'une expérimentation menée au sein d'une dizaine de départements. Comment ça marche ?

[Mis à jour le 11 octobre 2021 à 12h30] Les règles concernant les fermetures des classes ont changé ! La situation sanitaire s' est améliorée en France, la circulation du coronavirus s'est affaiblie et cela se constate aussi empiriquement dans les établissements scolaires. Alors que les autorités sanitaires craignaient un rebond épidémique rapide du fait de la rentrée scolaire, force est de constater que le taux d'incidence a baissé dans l'ensemble de la population, y compris chez les plus jeunes.

Une dizaine de départements doit expérimenter la fin des fermetures de classes

Le 28 septembre, le ministre l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, a donc indiqué que les consignes évoluaient, pour assouplir rapidement les contraintes sur les établissements scolaires. A l'antenne de France Info, il a fait savoir que l'objectif rapide du gouvernement était de changer la règle actuelle de la fermeture automatique d'une classe, en école primaire, dès qu'un cas de Covid-19 est détecté. Dans "une dizaine de départements", une expérimentation est donc lancée - tout début octobre - avec ce nouveau protocole Covid à l'école : dès qu'un cas de contamination est détecté dans une classe, tous les élèves sont testés ; seul les enfants diagnostiqués positifs et ceux qui refusent le test doivent rester chez eux pendant 7 jours. Un suivi scolaire à distance est organisé pour les élèves à domicile. 

Les élèves restant en classe sont soumis à un second dépistage sept jours après le premier. Ils doivent aussi porter le masque en intérieur, ainsi qu'en extérieur, et ce à partir du CP et durant toute la période de sept jours. Les conditions pour que ces expérimentations puissent être menées sont les suivantes, rapporte Le Parisien, qui a pu consulter une note d'information officielle du ministère :  

  • "Que le dépistage ait lieu le jour même ou le lendemain au plus tard"
  • "Que les résultats soient communiqués [aux parents] moins de 48 heures après le signalement du premier cas". 

Comme le précise ladite note d'information du ministère, "Si l'une de ces conditions n'est pas remplie, la classe sera fermée. Elle pourra également être fermée si plus de trois cas sont détectés au total en incluant le premier élève qui a contracté la Covid". 

Les dix départements suivants sont concernés par cette expérimentation, a appris l'AFP auprès du ministère le 2 octobre : 

  • l'Aisne
  • l'Ariège
  • la Côte-d'Or
  • les Landes
  • la Manche
  • le Morbihan
  • la Moselle
  • le Rhône
  • le Val d'Oise
  • le Var 

La date de mise en place n'a pas encore été annoncée officiellement.

Combien de classes fermées en France ?

D'après le dernier point de situation du ministère de l'Education nationale,  publié le 8 octobre selon des chiffres arrêtés au 7 octobre, 1 254 classes étaient alors fermées (1 692 la semaine précédente).

La fermeture des classes ouvre-t-elle le droit à l'activité partielle ?

Pour les parents de jeunes enfants, le gouvernement a prévu un dispositif ouvrant droit à l'activité partielle au cas où la classe ou l'établissement scolaire de l'enfant est contraint de fermer. Deux conditions sont nécessaires pour y prétendre : que l'enfant ait moins de 16 ans et qu'aucun des deux parents ne soit en mesure de télétravailler. Il suffit alors de fournir à l'employeur un justificatif attestant de la fermeture de la classe (fourni par l'établissement ou la mairie) ou de la situation de cas-contact de l'enfant (document de l'Assurance maladie) et d'une attestation sur l'honneur spécifiant qu'un seul des parents demande à bénéficier de l'arrêt de travail. La procédure reste la même pour les travailleurs indépendants ayant droit à un arrêt de travail dérogatoire et pour les fonctionnaires avec un placement en autorisation spéciale d'absence (ASA). Le ministère de l'Education a détaillé les démarches à suivre sur son site.

Confinement