Taxe d'habitation 2019 : calcul, date, colocation... L'essentiel

Taxe d'habitation 2019 : calcul, date, colocation... L'essentiel TAXE HABITATION - La taxe d'habitation est un impôt local dû par les propriétaires, locataires et occupants à titre gratuit. Vous devez la payer pour votre résidence principale et pour votre résidence secondaire si vous en possédez une.

Payez-vous la taxe d'habitation ? Cette dernière est un impôt local dont doivent s'acquitter les propriétaires, locataires et occupants à titre gratuit d'un logement. Elle doit être payée pour la résidence principale, mais également pour la résidence secondaire si vous en détenez une. Le calcul de la taxe d'habitation est établi en fonction de la valeur locative cadastrale de l'habitation, autrement dit le montant du loyer théorique si le bien était loué. Cette valeur locative est diminuée d'abattements, notamment lorsque la taxe d'habitation porte sur la résidence principale. Il existe des dispositifs d'exonération de la taxe d'habitation pour les personnes de "condition modeste".  

La taxe d'habitation portant sur les résidences principales est amenée à disparaître. Sa suppression définitive doit intervenir en 2023 pour tous les foyers fiscaux qui la paient. En 2019, certains foyers vont bénéficier d'un allègement de 65%. Sont concernés ceux dont le revenu fiscal de référence ne dépasse pas 27 000 euros pour un célibataire et 43 000 euros pour un couple sans enfant. Pour les ménages les plus aisés, la suppression se fera en trois ans à partir de 2021.  

Baisse de la taxe d'habitation en 2019

Profiterez-vous de la taxe d'habitation dès cette année ? Dans le cadre de la réforme de la taxe d'habitation, un dégrèvement de 65% est prévu cette année. Dans les faits, il concerne uniquement les ménages dont le revenu fiscal de référence ne dépasse pas un certain seuil, fixé à 27 000 euros pour un célibataire et 43 000 euros pour un couple pacsé ou marié sans enfant. En 2019, le gain moyen est estimé à 361 euros, selon les estimations du ministère de l'Economie. Pour rappel, la taxe d'habitation a d'ores et déjà diminué d'un tiers en 2018 pour 80% des foyers fiscaux les plus modestes qui la paient. 

Suppression de la taxe d'habitation

La suppression de la taxe d'habitation sur les résidences principales pour tous les ménages n'interviendra pas avant 2023. Pour rappel, elle était initialement prévue en 2022. Cette décision résulte de l'application de la réforme de l'impôt pour les 20% de foyers les plus aisés. Interrogé par Les Échos, la ministre de la Cohésion des territoires, Jacqueline Gourault confirme que la suppression sera effectuée en trois fois : "d'un tiers en 2021, à nouveau d'un tiers en 2022 et disparaîtra en 2023". Vous peinez toujours à y voir clair ? Voici le calendrier de la suppression de la taxe d'habitation : 

  • 2018 : dégrèvement de 30% pour 80% des Français les plus modestes
  • 2019 : dégrèvement de 65% pour 80% des Français les plus modestes
  • 2020 : suppression de la taxe d'habitation sur les résidences principales pour 80% des Français les plus modestes
  • 2021 : abattement d'un tiers pour les 20% de Français les plus aisés
  • 2022 : abattement de deux tiers pour les 20% de Français les plus aisés
  • 2023 : suppression totale de la taxe d'habitation sur les résidences principales

Le gain moyen de la suppression de la taxe d'habitation en 2023 est estimé à 723 euros par an et par foyer. Ce montant varie évidemment d'une commune à une autre. A Rennes par exemple, une économie moyenne de 912 euros est attendue. A Poitiers, elle est de 778 euros. Vous habitez dans le 6e arrondissement de Lyon ? C'est un gain moyen de 1 115 euros auquel il faut vous attendre ! Pour rappel, la suppression de la taxe d'habitation concerne l'impôt qui porte sur les résidences principales uniquement. La taxe d'habitation sur les résidences secondaires continuera bel et bien d'exister, a confirmé Gérald Darmanin, dans les colonnes des Échos

Le calcul de la taxe d'habitation

Pour calculer le montant de cet impôt local, l'administration tient compte la valeur locative cadastrale du logement. Elle correspond au niveau de loyer théorique que produirait le logement s'il était loué. A cette valeur locative brute, le fisc applique certains abattements. Ces derniers sont obligatoires, lorsqu'ils sont relatifs aux charges du foyer. Une réduction de 10% est ainsi prévue pour chacune des deux premières personnes à charge, puis 15% par personne supplémentaire. Les abattements facultatifs dépendent, eux, de la commune et peuvent notamment concerner les personnes modestes ou handicapées. Une fois votre valeur locative nette obtenue, celle-ci est multipliée au taux d'imposition déterminés par la collectivité, afin d'obtenir votre taxe d'habitation. Ce taux, révisé chaque année, est propre à chaque commune.

Simulateur de la taxe d'habitation

Pour savoir si vous allez devoir payer la taxe d'habitation cette année, rendez-vous sur le site des impôts. Un simulateur est disponible. Vous devez vous rendre dans votre espace personnel et cliquer sur la rubrique "Simulations" puis sur "Accéder au simulateur". Il faudra renseigner votre revenu fiscal de référence, le nombre de parts de votre foyer fiscal et le montant de la taxe d'habitation en 2018 notamment.

Exonération de la taxe d'habitation

Certaines personnes dites de "condition modeste" peuvent obtenir une exonération de la taxe d'habitation. Voici une liste de personnes concernées : 

  • Ceux qui touchent l'allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa) ou de l'allocation supplémentaire d'invalidité (Asi)  ;
  • Les personnes âgées de plus de 60 ans ;
  • Ceux qui perçoivent l'allocation adulte handicapé (Aah) ;
  • Les infirmes ou invalides dont l'emploi ne permet pas de subvenir à leurs besoins ;
  • Les veufs et veuves (sans condition d'âge).

Attention cependant, pour bénéficier d'un dégrèvement, les personnes susnommées doivent respecter certaines conditions de revenus (hormis les titulaires de l'Asi et de l'Aspa, qui sont d'office exonérés). Le montant du revenu fiscal de référence de l'année précédant la demande d'exonération  ne doit pas excéder un plafond (10 988 euros pour la première part du quotient familial). Sachez que ces montants ne s'appliquent qu'à la France métropolitaine. Si vous avez plus de 60 ans, vous pouvez être exonéré, à condition de ne pas avoir été soumis à l'impôt sur la fortune immobilière (IFI). En outre, une dernière condition, dite "de cohabitation", doit être respectée pour bénéficier d'un abattement. Les personnes désignées doivent également occuper le logement (au 1er janvier) soit seules, soit avec leur conjoint ou des personnes à charge fiscalement, soit avec des personnes titulaires de la même allocation, ou dont le revenu fiscal de référence n'excède pas le seuil de 10 988 euros (pour la première part du quotient familial). A savoir : en principe, le dégrèvement de taxe d'habitation est automatique et ne demande aucune démarche de votre part. Si vous avez reçu un avis de taxe d'habitation alors que vous pensiez remplir toutes les conditions, contactez l'administration fiscale et fournissez lui tous les justificatifs de votre situation, ouvrant votre droit à une exonération.

Etudiant et taxe d'habitation

Les étudiants qui louent un appartement ne bénéficient pas d'un mécanisme d'exonération de la taxe d'habitation. Si vous habitez un appartement au 1er janvier 2019, vous devrez payer la taxe d'habitation du logement pour l'année entière. Sachez qu'un allègement est possible pour certains, notamment si vous déclarez vos revenus seuls. Vous pouvez également en profiter si vous êtes encore rattaché au foyer fiscal de vos parents. Dans ce cas, il faudra adresser une réclamation au service des impôts et joindre une copie du dernier avis d'imposition de vos parents. Vous résidez chez un particulier, en occupant une chambre meublée ? Dans ce cas, vous ne payerez pas de taxe d'habitation. Si vous êtes logé dans une résidence du Crous ou une résidence affectée au logement étudiant, vous êtes aussi exonéré de la taxe d'habitation.

Taxe d'habitation et locataires

Comme indiqué précédemment, la taxe d'habitation concerne aussi bien les propriétaires que les locataires. Vous êtes donc imposable à l'adresse où vous résidez au 1er janvier de l'année d'imposition. Vous déménagez en cours d'année ? Vous n'occupez ce logement qu'une partie de l'année ? Vous devrez quand même vous acquitter de la taxe d'habitation pour cette habitation. Un avis d'impôt vous sera adressé à l'automne. 

Colocation et taxe d'habitation

Si vous êtes en colocation, la taxe d'habitation sera adressée à un seul occupant. C'est ce dernier qui devra alors s'en acquitter auprès de l'administration fiscale. Vous pouvez toutefois signaler au fisc la présence d'un second occupant lorsque vous recevrez votre avis d'imposition à l'automne. Vous serez alors tous les deux responsables du paiement de cet impôt local. Si vous êtes dans une colocation avec un plus grand nombre d'occupants, à vous de vous répartir la charge de la taxe d'habitation.

Taxe d'habitation et résidence secondaire

La taxe d'habitation est calculée sur la valeur locative des résidences. Aussi, chaque logement donne lieu à une taxe d'habitation ; y compris les résidences secondaires. Sachez que depuis l'entrée en vigueur de la loi de finances pour 2017, certaines communes peuvent décider d'appliquer une majoration sur la taxe d'habitation des logements non affectés à l'habitation principale. L'Article 1407 ter du CGI prévoit qu'un pourcentage de majoration compris entre 5% et 60% peut être appliqué dans les villes concernées par la taxe sur les logements vacants. Il est possible de réclamer une exonération de cette majoration si vous ne résidez pas dans le logement concerné pour les raisons suivantes :

  • vous êtes forcé de résider dans un lieu différent de votre habitation principale, pour des raisons professionnelles ;
  • vous êtes hébergé dans une maison de soins ;
  • vous ne pouvez utiliser votre logement comme habitation principale pour des raisons indépendantes de votre volonté (en raison de travaux dans le cadre d'une opération d'urbanisme ou de réhabilitation, par exemple).

Si la taxe d'habitation sur les résidences principales est amenée à disparaître dans les années à venir, celle portant sur les résidences secondaires continuera d'exister. Les communes fixeront toujours le taux comme bon leur semble, a fait savoir Gérald Darmanin. 

La date de la taxe d'habitation

Si vous êtes soumis à la taxe d'habitation, l'avis d'impôt sera envoyé en septembre 2019. Vous aurez ensuite jusqu'au 20 novembre 2019 si vous effectuez un paiement en ligne ou un prélèvement à échéance mensuel sur le site des impôts. Sachez toutefois que le paiement en ligne n'est pas obligatoire. Si vous préférez le paiement par chèque par exemple, le délai sera réduit. La date limite interviendra le 15 novembre 2019. 

Autour du même sujet

Impôts locaux

Taxe d'habitation 2019 : calcul, date, colocation... L'essentiel
Taxe d'habitation 2019 : calcul, date, colocation... L'essentiel

Sommaire Baisse de la taxe d'habitation 2019 Suppression de la taxe d'habitation Calcul de la taxe d'habitation Simulateur de la taxe d'habitation Exonération de la taxe d'habitation Etudiants et taxe...