Luc Besson : films, accusations... Biographie du réalisateur

Luc Besson : films, accusations... Biographie du réalisateur BIOGRAPHIE DE LUC BESSON. Luc Besson est un réalisateur français connu pour "Leon" ou "Le cinquième élément".

Biographie de Luc Besson - Luc Besson est né à Paris en 1959, mais il n'a pratiquement pas vécu dans la capitale pendant son enfance. Il a en effet suivi pendant plus de quinze ans ses parents, professeurs de plongée, autour de la Méditerranée entre les côtes grecques, italiennes ou yougoslaves. Passionné par la mer, c'est tout naturellement qu'il s'engage à suivre la trace de ses parents en tant que biologiste marin spécialisé dans les dauphins, mais un grave accident de plongée réduit à néant ses espérances. A 17 ans, celui-ci apprend qu'il ne pourra plus jamais plonger et que l'accident aurait pu lui coûter la vue.

Les premières expériences

Le retour sur les bancs du lycée n'est donc pas facile pour le jeune Luc Besson. Pourtant, c'est à cette époque que l'adolescent va développer un goût certain pour le cinéma, se mettant à dévorer tous les films des cinémathèques, partir aux Etats-Unis pendant trois ans pour approcher les plateaux de tournage au travers de petits boulots souvent ingrats, ou encore rejoindre tous les soirs le multiplexe de Chambéry pendant son service militaire. Il trouve immédiatement après quelques petits boulots : stagiaire pour Pialat, Arcady, il réalise également quelques clips pour développer ses propres techniques de mise en scène. Au fur et à mesure de ces expériences, il fait la rencontre de Pierre Jolivet avec qui il sympathise, et les deux compères créent ensemble la boîte de production Les films du loup.

Le triomphe du Grand Bleu

Dès son premier court métrage, L'Avant dernier (1981), la future "famille" Besson se compose : Jean Reno devant la caméra (rencontré sur le tournage des Bidasses aux grandes manœuvres) et Eric Serra, qui composera la musique de tous ses films. Son premier long métrage, Le Dernier combat (1983, réunissant à nouveau Pierre Jolivet, Jean Reno et Eric Serra), est nommé aux Césars 1984 dans la catégorie Meilleure première œuvre. Puis vient Subway (1985), film policier réunissant Isabelle Adjani et Christophe Lambert, qui est son premier vrai succès avec un peu moins de trois millions d'entrées. Mais que dire alors du triomphe du Grand Bleu, réunissant plus de neuf millions de spectateurs, devenu le film culte de toute une génération ?

Cinéaste français incontournable

Se revendiquant d'une certaine influence américaine, Luc Besson aborde ensuite deux films noirs et nerveux, Nikita en 1990 et Léon en 1994. Vus en France par plus de trois millions et demi de spectateurs chacun, ces films lui permettent également de réaliser une percée certaine sur le marché américain. Le Cinquième Elément (1997), film de science-fiction plongeant Bruce Willis dans un univers futuriste coloré, réalise également une jolie carrière au box-office outre Atlantique, et permet au cinéaste de remporter le César du Meilleur réalisateur.Scénariste et producteur de la plupart de ses films, son succès l'amène aussi à produire pour d'autres réalisateurs, jusqu'à l'ouverture de sa propre société de production et de distribution, EuropaCorp. Créée en 2001, celle-ci est à l'origine du Baiser mortel du dragon, Yamakasi et autres Taxi 3, mais également de titres plus confidentiels tels que La Turbulence des fluides, Tristan ou Peau d'ange.

Face aux critiques

Pourtant, Luc Besson doit dès lors faire face des adversaires virulents : les critiques. Déjà rarement épargné par le passé (l'ouverture du Festival de Cannes en 1988 avec Le Grand Bleu reste l'un de ses pires souvenirs professionnels), celui-ci est désormais régulièrement la cible des journalistes qui lui reprochent de remplir les salles avec des productions jugées faciles, calibrées et sans saveur. Par conséquent, public et professionnels sont tous très impatients d'assister à son grand retour derrière la caméra, qu'il n'a plus touché depuis Jeanne d'Arc en 1999, pour le très mystérieux Angel-A mettant en scène Jamel Debbouze en 2005 et le film d'animation Arthur et les Minimoys en 2006 et ses deux suites Arthur et la Vengeance de Maltazard en 2009 et Arthur 3, la guerre des deux mondes. En 2011, Luc Besson prend la direction du biopic consacré à la femme politique Aung San Suu Kyi, The Lady avec Michelle Yeoh dans le rôle de la figure de l'opposition birmane. En 2013, il dirige le casting de rêve du film Malavita avec Tommy Lee Jones, Robert De Niro et Michelle Pfeifer. En 2014, il engage Scarlett Johansson pour le long-métrage d'action Lucy, qui connaît un énorme succès au box-office mondial. Malheureusement, ce ne sera pas le cas en 2017 pour son Valérian et la Cité des mille planètes, qui a fait un flop monumental, alors qu'il s'agit du film français le plus cher de l'histoire du cinéma.

La plainte de Sand Van Roy contre Luc Besson

Sand Van Roy a porté plainte contre Luc Besson en mai 2018, l'accusant de viol au lendemain d'un rendez-vous avec le cinéaste dans un palace. Elle a par la suite dénoncé d'autres viols et agressions sexuelles. Le réalisateur du Cinquième Élément et Léon a toujours démenti ces accusations, et n'a jamais été mis en examen dans le cadre de ce dépôt de plainte. Le parquet de Paris avait classé l'affaire sans suite en février 2019. La comédienne avait toutefois porté plainte une seconde fois contre le réalisateur, avant qu'un non-lieu ne soit prononcé le 9 décembre 2021. 

La juge d'instruction Marie-Claire Nouriel a prononcé un non-lieu en faveur de Luc Besson, accusé de viol par Sand Van Roy depuis 2018. L'avocat de la comédienne a assuré que sa cliente allait faire appel : "La défense savait que le meilleur avocat de monsieur Besson était la juge d'instruction. Elle a décidé de ne pas instruire et a réussi la performance rare de ne jamais rencontrer la plaignante", a-t-il expliqué auprès de franceinfo. Sur Twitter, Sand Van Roy annonce sa volonté de "porter plainte pour faux" contre la juge d'instruction, qui a prononcé le non-lieu en faveur de Luc Besson. La défense de Luc Besson a de son côté estimé au micro de franceinfo que "ce non-lieu est cohérent avec la position constante du procureur de la République", qui aurait considéré, selon son point de vue, que "les accusations n'étaient pas fondées".

Luc Besson réagit à l'affaire

Luc Besson a réagi à cette affaire qui plane depuis 2018 dans la matinale de BFM TV : "Cette affaire est un mensonge de A à Z. Je n'ai pas violé cette femme, je n'ai jamais violé une femme de ma vie, je n'ai jamais levé la main sur une femme, je n'ai jamais menacé une femme, je n'ai jamais contraint physiquement et moralement une femme à quoi que ce soit, je n'ai jamais drogué une femme, ceci est un mensonge", détaille-t-il très précisément. 

Le producteur d'Europacorp estime toutefois que ça ne l'exonère pas de ses responsabilités : s'il nie les agressions, il confirme avoir eu des relations extra-conjugales. "J'ai des responsabilités. J'ai commis des erreurs et commis des fautes, j'ai aussi menti. J'ai menti à ma femme, j'ai menti à mes enfants, car j'ai eu une relation avec cette jeune personne, pendant deux ans, qui était une relation affective. J'ai menti et j'ai trahi ma femme et mes enfant, et ça ne m'est pas arrivé qu'une seule fois, ça m'est arrivé plusieurs fois en vingt ans de mariage".  Une enquête préliminaire contre le producteur français est toujours ouverte à Paris, suite à des accusations d'une actrice canadienne pour des faits prescrits. Celle-ci affirme que Luc Besson a tenté de l'agresser sexuellement en mars 2002.

Cinéma français