Des soucis décuplés chez certaines catégories de la population

© Petrik / Stock.adobe.com
Les chercheurs ont peu de recul, car les études concernant la toxicité de la lumière bleue ne portent pas sur l'oeil humain. Néanmoins, c'est le principe de précaution qui prédomine et à ce titre, le danger est plus présent pour certaines catégories de la population. C'est le cas pour les personnes les plus exposées aux sources lumineuses artificielles de forte intensité et notamment, les éclairagistes, les métiers du spectacle. Les personnes âgées sont également susceptibles d'être plus sensibles que les autres populations en raison du vieillissement naturel de l’œil, mais également du développement de certaines formes de dégénérescences, comme c'est le cas pour la DMLA.
Suggestions de contenus