L'oeil dispose de mécanismes de réparation… à usage limité

© Eureka Presse
Qu'elle soit nocive ou pas, la lumière bleue fait face à un bouclier. Celui de la régénération de nos cellules qui permettent de corriger en partie les lésions induites notamment par les LED. Les chercheurs évoquent en effet un "capital lumière". Mais voilà, est-ce que justement ce capital n'est pas épuisé plus rapidement que prévu en raison de la multiplication de la lumière générée par les LED ? C'est pourquoi les scientifiques s'interrogent plus particulièrement sur la dégénérescence maculaire lié à l'âge, la DMLA. Véritable handicap, elle atteint la rétine et entame la vision centrale d'une personne. C'est la principal cause de troubles visuels importants chez les plus de 50 ans (environ 8 % des Français, 10 % des 65-75 ans et 25% des plus de 75 ans). Le problème reste qu'actuellement, le recul n'est pas encore suffisant pour réaliser des études plus poussées.
 
Suggestions de contenus