Et s'il n'y avait pas vraiment de soucis ?

09 © Eureka Presse
Suite à cette fameuse étude de l'Inserm datant de 2017 sur la supposée toxicité de la lumière bleue, certains médias ont omis de mentionner sa conclusion : " elle n'est pas transposable telle quelle chez l'Homme ". Réalisée dans des conditions extrêmes, sur des rats dont l'anatomie oculaire diffère de l'humain, cette expérience biaisée a pris des proportions démesurées et créé une psychose autour de la lumière bleue. La transposition des résultats est difficile et constitue un véritable problème d'interprétation. " Aujourd'hui, il n'y a pas de preuves, et pas de risque de toxicité aiguë des écrans " affirmait dernièrement  Sébastien Point, docteur en physique et ingénieur en optique, à France Culture.
 
Suggestions de contenus