Françoise Hardy : sa vie, ses chansons, sa maladie... Biographie d'une l'icône yéyé

Françoise Hardy : sa vie, ses chansons, sa maladie... Biographie d'une l'icône yéyé BIOGRAPHIE DE FRANCOISE HARDY. Chanteuse française, Françoise Hardy est passée d'idole des jeunes à icône de la chanson française. Biographie.

Françoise Hardy est l'une des figures représentatives de l'époque "Yéyé". Commençant sa carrière au début des années 1960, la chanteuse à la voix douce et à l'air mélancolique connait une grande popularité et devient rapidement une icône. Très célèbre en France, elle l'est également devenue à travers le monde, apportant ainsi une contribution importante à la musique française. Parallèlement, elle a formé avec le chanteur Jacques Dutronc l'un des couples les plus médiatisés. A partir des années 1970, elle décide de ne plus produire de performances scéniques et souhaite rester présente uniquement à travers ses disques. En ce début de XXIe siècle, le public français ne l'a pas oublié, et fredonne toujours ses chansons, telles que "Tous les garçons et les filles" et "Comment te dire adieu". 

La biographie de Françoise Hardy est d'autant plus intéressante qu'elle totalise plus de 50 ans carrière et 28 albums à son actif. Bien que son activité musicale se soit ralentie après les années 1960, ses albums ont toujours été bien accueillis par le public. Cependant, étant malade, elle a dû mettre un terme à ses activités de chanteuse, mais ses chansons restent dans les mémoires. 

La jeunesse de Françoise Hardy

Françoise Hardy
Françoise Hardy en 1962 © DALMAS/SIPA

Françoise Hardy est née le 17 janvier 1944 d'une mère aide-comptable et d'un père directeur d'une fabrique de calculatrice. Elle a aussi une sœur cadette. Son père, qui vient d'une famille bourgeoise de Blois, est déjà marié, il n'est pas très présent et reconnaît pas tout de suite ses filles. Françoise vit donc une enfance avec l'absence d'un père et les moqueries de sa grand-mère maternelle. C'est grâce à la découverte du rock and roll, qu'elle souhaite une guitare à 16 ans, en récompense de l'obtention de son premier bac, en juin 1960. Elle apprend à jouer de l'instrument en autodidacte et rêve d'une carrière musicale. Elle tombe ensuite sur une annonce dans France-Soir d'une maison de disques qui cherche de jeunes chanteurs. Elle passe donc l'audition mais n'a pas de retour.

La jeune femme s'inscrit ensuite au Petit Conservatoire de la chanson de Mireille (Mireille Hartuch, chanteuse et actrice), émission de radio, puis de télévision de variété. Elle se tourne également vers le label Vogue, qui produit à l'époque Johnny Hallyday et qui cherche son pendant féminin. Lui trouvant du talent, le responsable lui permet de se perfectionner et lui apprend le solfège. Le 14 novembre 1961, elle signe un contrat avec le directeur artistique de Vogue. 

Les années "Vogue"

Après quelques apparitions à la radio et à la télé, Françoise Hardy est révélée grâce un intermède musical, lors des résultats du référendum sur l'élection au suffrage universel du président de la République, le soir du dimanche 28 octobre 1962. Elle chante "Tous les garçons et les filles". La chanson est un succès et devient un tube, les ventes de son album décollent. Après ce succès, le 5 janvier 1963, elle fait la couverture de Paris Match qui la consacre idole de la chanson. Elle se démarque en effet des autres par ses talents d'écriture et de composition. Le 23 mars 1963, elle participe au Concours Eurovision de la chanson pour Monaco, à Londres, avec la chanson "L'Amour s'en va". Elle finit à la 5e place.

La chanteuse débute au cinéma grâce à Roger Vadim, dans le film "Château en Suède". Elle monte ensuite sur la scène de l'Olympia, pendant huit semaines, à partir du 7 novembre 1963. En parallèle, son tube "Tous les garçons et les filles" conquiert le monde. Elle enchaîne les chansons à succès, comme "Mon amie la rose". Françoise Hardy se démarque également par son look, composé essentiellement de minijupes, de boots blanches et de sa fameuse frange. Une image alimentée par les créateurs, qui font d'elle une ambassadrice de mode. Ses albums atteignent souvent la consécration dans les pays étrangers, tels que l'Angleterre et l'Allemagne, grâce notamment à ses chansons chantées dans la langue du pays. L'année 1965 fut prolifique pour la chanteuse : elle fait une courte apparition dans le film "Quoi de neuf, Pussycat ?", se produit dans un cabaret à Londres, puis tourne dans le film de Jean-Daniel Pollet "Une balle au coeur" en Grèce, elle fait un deuxième passage à l'Olympia et enfin, la télévision anglaise lui consacre une émission de divertissement, s'intitulant "Piccadilly Show".

Après une tournée en Allemagne de l'Ouest, elle est engagée sur le film "Grand Prix" de John Frankenheimer en 1966. Le 21 décembre 1966, Hardy est invitée avec Yves Montand à la première projection publique du film à New York. Les Disques Vogue autorisent alors la Warner à vendre ses disques aux Etats-Unis. Elle est présente aux côtés de 45 autres vedettes sur la "photo du siècle" qui représente l'époque des "yéyé" pour le magazine "Salut les copains" en avril 1966. La chanteuse fonde aussi sa propre maison de production, "Asparagus", en 1967, et conclut avec Vogue la distribution de celle-ci. S'ensuit ensuite un rythme soutenu de tournées : 73 récitals,  15 galas, une tournée africaine, une tournée dans les universités britanniques en février 1968, puis des concerts en Afrique du Sud. Elle profite des événements de mai 68 pour se reposer dans sa maison en Corse. Mais elle doit mettre sa carrière en pause pendant un temps, après un procès contre Vogue, au sujet de la société "Asparagus". Pendant ce temps, elle suit des cours de psychologie et s'intéresse à l'astrologie. Finalement elle gagne son procès : les conditions du contrat sont déclarées comme abusives donc modifiées à son avantage.

Ne s'entendant plus artistiquement avec les disques Vogue, elle rompt en définitive son contrat en novembre 1969, mais souhaite que les droits de ses chansons passées soient reconnus, elle est donc de nouveau en procès contre eux. Parallèlement, elle rencontre le succès avec sa chanson "Comment te dire adieu" et ne se produit qu'à la télévision. Fin 1969, elle voit ses chansons produites entre novembre 1962 à novembre 1967 être considérées comme propriété du label Vogue. Elle n'obtient donc les droits que des chansons produites sous "Asparagus". Suite à cela, Françoise Hardy crée sa propre société de production "Hypopotam" et crée la société d'édition "Kundalini" pour protéger ses droits éditoriaux.

"L'Amitié", quatrième album d'Hardy

"L'Amitié" est le quatrième album de Françoise Hardy. Sorti en 1965, il n'avait pas de titre, il a donc été identifié par la chanson qui a eu le plus de succès. Véritable hymne à l'amitié, la chanson en question est restée dans les mémoires. 

Françoise Hardy et "Voilà" ("Gli altri")

L'une des chansons que le public de Françoise Hardy n'oublie pas est le titre "Voilà". Faisant partie de l'album "Ma jeunesse fout le camp...", sorti en 1967, elle la chante également en version italienne sous le nom de "Gli altri".

"Comment te dire adieu" et "Parlez-moi de lui"

En 1968, Françoise Hardy sort son neuvième album, intitulé "Comment te dire adieu", avec Jean-Pierre Sabar à l'orchestration. Comme d'autres, l'album a pris le nom d'une des chansons qui a obtenu un fort succès. La chanson en question a été écrite par Serge Gainsbourg. Son succès donne un nouveau souffle à la carrière de Françoise Hardy, la chanson devenant un de ses incontournables. En effet, la chanteuse a décidé de ne plus se produire sur scène, et de n'être présente qu'à travers ses disques. Une autre de ses chansons ressort : "Parlez-moi de lui". Écrite par Jack Diéval et Michel Rivgauche, elle fut une première fois interprétée par Dalida. Cher également l'interprète en 1972.

"La Question" et le virage musical

Françoise Hardy change musicalement de direction avec la création de son onzième album. En effet, Lena, une amie brésilienne, lui présente une compatriote, une chanteuse dénommée Tuca, qui se produit à Paris. Toutes les deux vont aller l'écouter plusieurs fois. Puis Françoise Hardy décide de faire un album avec elle. L'album "La question" est donc créé, aux sonorités de bossa nova, donnant des airs plus raffinés à la musique de Françoise Hardy. Après y avoir travaillé ensemble pendant un long temps, l'album ne reçoit pas le succès escompté à sa sortie. Il y a effectivement peu de chansons diffusées à la radio et peu de prestations à la télé. Le résultat est donc assez décevant pour Hardy. 

"Message personnel"

"Message personnel" est à la fois un album et une chanson de Françoise Hardy. Sorti en 1973, c'est son 14e album. Cette année-là, la chanteuse souhaite travailler avec l'auteur-compositeur Michel Berger, ce dernier accepte à condition de ne lui produire que deux-trois chansons. Elle accroche tout de suite sur une chanson qui a pour thèmes la naissance des relations amoureuses et la difficulté à communiquer. Elle lui donne le titre : "Message personnel", qui n'apparaît aucunement dans les paroles. Michel Berger propose également à Hardy qu'elle écrive un préambule qui sera par la suite parlé pour cette chanson, ce qui marque son originalité. Mais, entre la fatigue liée à la naissance de son premier enfant en juin et la méthode de travail de Michel Berger, l'enregistrement de l'album s'avère compliqué. Toutefois, le disque, et en particulier la chanson du même nom, rencontrent le succès qui profite à la carrière de Françoise Hardy.

Le duo Françoise Hardy et Julien Clerc

Ne voulant pas rompre avec le milieu de la chanson française, Françoise Hardy écrit une chanson pour Julien Clerc, en 1990. Ce dernier interprète donc le titre "Fais-moi une place", qui donne aussi le nom à son album. La chanson est un succès, et remporte d'ailleurs la Victoire de la chanson de l'année aux Victoires de la musique de 1991. La chanson est restée célèbre, puisqu'elle apparaît notamment dans la pub d'Amazon en 2018. De plus, par amour pour cette chanson, Françoise Hardy chante sa propre version dans sa compilation "Vingt ans, vingt titres". 

Suite et fin de sa carrière

A la fin des années 1970, en pleine période disco, Françoise Hardy réussit à attirer un public plus jeune avec son titre "J'écoute de la musique saoûle". Au printemps 1982, elle sort son album "Quelqu'un qui s'en va", puis deux autres 45 tours et collabore avec des artistes français de l'époque. En 1988, la chanteuse décide que son album "Décalages" sera le dernier, mais elle continue tout de même à écrire, collaborer et produire divers artistes. Elle revient à la musique dans les années 90, en signant un contrat avec la maison de disques Virgin, en décembre 1994. L'album "Le Danger" sort en avril 1996, mais n'obtient pas un grand succès. Son prochain album "Clair-obscur" sort en 2000. C'est principalement un album composé de duos et de reprises, où elle est accompagnée de son fils Thomas à la guitare et forme un duo avec Jacques Dutronc, sur la chanson de Mireille "Puisque vous partez en voyage".

Parallèlement elle continue ses activités dans l'astrologie et publie un exposé "Les Rythmes du zodiaque" en mars 2003. En 2004 elle sort un nouvel album, "Tant de belles choses", qui obtient un certain succès dans les pays voisins, notamment en Allemagne. En 2006 elle sort de nouveau un album de reprises et de duos, intitulé "Parenthèses". A partir de 2007, elle commence la rédaction de ses mémoires, sur l'idée des Editions Robert Laffont. En 2010, elle sort l'album "La pluie sans parapluie", puis en 2012, pour ses 50 ans de carrière, un nouvel album et un roman s'intitulant "L'Amour fou". L'année suivante, la chanteuse décide de prendre une année sabbatique. En mars 2015, elle publie "Avis non autorisés...", mais n'envisage pas de revenir vers la chanson. Elle publie ensuite un ouvrage sur sa maladie, "Un cadeau du ciel", en 2016. Le 6 avril 2018 est une date qui marque la sortie de son nouvel et 28e album "Personne d'autre". Mais c'est également son dernier. En effet, à cause de la maladie, Françoise Hardy est définitivement dans l'impossibilité de chanter. 

Distinctions

Lors de sa grande carrière, Françoise Hardy reçut bon nombre de récompenses. En 1963, elle reçoit le grand prix du disque de l'Académie Charles-Cros, le Trophée de la télévision pour son premier album, puis l'écrivain néerlandais Godfried Bomans lui remet le Trophée Edison du meilleur enregistrement de l'année dans la catégorie "Jeunesse". En 1965, elle reçoit le diapason d'argent, un Otto d'argent par le magazine allemand "Bravo"en 1966, un ruban d'honneur de la chanson française en 1967, et un Coq d'or lors de la troisième édition du Festival International de la Chanson à Rio de Janeiro, en 1968. En 1982, son album "Quelqu'un qui s'en va" obtient le prix Diamant de la chanson française. Le 7 décembre 2000, son album "Clair-obscur" reçoit le Grand Prix de la Sacem. Le 5 mars 2005, elle gagne la Victoire de la musique de l'artiste interprète féminine de l'année, puis l'Académie française lui décerne la Grande médaille de la chanson française. 

Jacques et Thomas Dutronc

A partir de 1967, jusque dans les années 1990, elle a une relation avec le chanteur Jacques Dutronc. Ils se marient le 30 mars 1981 et ont un enfant ensemble, prénommé Thomas, né le 16 juin 1973. Depuis ils sont séparés, mais restent mariés et proches l'un de l'autre dans la vie.

Françoise Hardy et Jacques Dutronc
Françoise Hardy et Jacques Dutronc © CINELLO/SIPA

Françoise Hardy face à la maladie

En janvier 2004, on diagnostique à Françoise Hardy un lymphome, cancer du système lymphatique, mais qui se révèle être peu agressif. Au bout de dix ans, la maladie a progressé, les symptômes se sont aggravés. En 2015, la chanteuse est très affaiblie et amaigrie, elle a du mal à marcher, puis est victime d'une chute, l'obligeant à être hospitalisée. En début 2016, son fils Thomas informe les médias qu'elle est en rémission. Mais en 2019, elle révèle qu'elle est de nouveau atteinte d'un cancer et que le traitement l'a rendue sourde d'une oreille, l'empêchant de chanter. Cela met définitivement fin à sa carrière musicale. 

Françoise Hardy : dates clés

17 janvier 1944 : Naissance de Françoise Hardy
Auteure, compositrice et interprète, elle commence sa carrière à 18 ans, rencontrant immédiatement un succès jamais démenti avec le titre "Tous les garçons et les filles", surfant sur la vague "yéyé". Signe de son audience internationale, nombre de ses morceaux sont repris dans des versions étrangères. Aujourd'hui mariée à Jacques Dutronc, Françoise Hardy a aussi joué au cinéma.
28 octobre 1962 : La révélation
Au soir du dimanche 28 octobre 1962, Françoise Hardy est révélée grâce à sa chanson "Tous les garçons et les filles", qui est diffusée à la télévision. 
26 mars 1963 : Participation à l'Eurovision
Pour Monaco, Françoise Hardy participe au Concours de l'Eurovision qui se produit à Londres. Avec la chanson "L'Amour s'en va", elle termine à la 5e place. 
12 avril 1966 : La photo du siècle
Françoise Hardy figure parmi les 46 vedettes sur la célèbre photo qui représente l'époque des "yéyé", pour le magazine "Salut les copains".
janvier 2004 : Frappée par la maladie
Françoise Hardy découvre qu'elle est atteinte d'un lymphome. Bien qu'au début cela soit peu sévère, la maladie se dégrade au fil du temps, la chanteuse étant obligée de faire un séjour à l'hôpital. En rémission en 2016, elle est de nouveau atteinte d'un cancer en 2019.
6 avril 2018 : Sortie de son album "Personne d'autre"
Françoise sort son 28e et dernier album. En effet, à cause de la maladie, elle ne peut plus chanter et est donc contrainte de mettre un terme à sa carrière musicale. 

Variété française