ISS : mission, astronautes à bord, tout savoir sur la Station spatiale internationale

ISS : mission, astronautes à bord, tout savoir sur la Station spatiale internationale ISS. Depuis plus de 20 ans, la Station spatiale internationale est occupée de manière permanente par des astronautes de différents pays. Missions, taille, observation, on vous dit tout sur ce programme ambitieux et réussi.

[Mis à jour le 28 septembre 2022 à 13h04] Inaugurée par son premier équipage d'astronautes en 2000, la Station spatiale internationale a fêté ses 20 ans en 2020. Symbole de la collaboration internationale, l'ISS est le résultat de longues années de conception qui ont permis cette prouesse technique. Plus de 250 astronautes issus de 19 pays différents ont séjourné dans la station spatiale qui a parcouru plusieurs milliards de kilomètres au-dessus de notre planète depuis son lancement. Ses laboratoires sont le lieu d'expériences scientifiques diverses. Conséquences d'un séjour en impesanteur prolongée sur le corps humain, croissance de plantes ou de blobs dans l'espace ou encore étude du sommeil des astronautes, les sujets de recherches sont variés et font avancer nos connaissances dans de nombreux domaines scientifiques.

En septembre 2022, une navette Soyouz a emmené un équipage composé d'un astronaute américain et de deux cosmonautes russes jusqu'à l'ISS. Cette mission est particulière puisqu'elle intervient dans un contexte politique tendu entre les nations américaine et russe en plein conflit en Ukraine. La Russie a également fait part de sa décision de quitter l'ISS en 2024 et de faire cavalier seul en créant sa propre station spatiale. Toutefois, les tensions politiques entre les deux pays ne devraient pas avoir d'incidence sur la mission spatiale en cours. "Il y a une obligation de neutralité dans le fonctionnement de l'ISS. En principe, il n'est pas question de faire de la politique dans le cadre non seulement des lancements, mais aussi des missions" explique Arthur Sauzay, expert en politique spatiale à l'institut Montaigne, rapporte France info.

Qu'est-ce que l'ISS ?

L'ISS, la Station spatiale internationale, est une station qui évolue en orbite autour de la Terre. Mise en service en 1998, il s'agit d'un projet auquel ont participé différentes agences spatiales dont la NASA, l'ESA qui représente l'Europe, mais également la Russie, le Japon et le Canada. Cette structure est constamment occupée par des astronautes qui réalisent des travaux de recherches scientifiques. Il s'agit aujourd'hui de la seule station orbitale en fonctionnement.

ISS
Station spatiale internationale © dimazel - stock.adobe.com

Qui a créé l'ISS ?

Depuis plusieurs décennies, l'ambition de voir des Hommes séjourner dans l'espace grandissait et faisait l'objet de plusieurs projets dont certains ont été une réussite. C'est ainsi qu'a vu le jour la station Skylab conçue par la NASA et placée en orbite en mai 1973. La station est restée en activité pendant six ans et a été désorbitée en 1979. L'Union soviétique, qui avait déjà réalisé de nombreux essais de stations spatiales avec le programme Saliout dans les années 1970, a également placé en orbite la station MIR, qui est entrée en service en février 1986. Elle a fini par être désorbitée en mars 2001.

La Station spatiale internationale prend la suite de la station MIR et constitue la première station spatiale créée par une collaboration de plusieurs nations. 16 pays ont ainsi participé à la création de l'ISS. Il s'agit du Canada, du Danemark, de la France, de l'Allemagne, de l'Italie, du Japon, de la Belgique, du Brésil, de la Hollande, de la Russie, de l'Espagne, de la Suède, de la Suisse, du Royaume-Uni et des États-Unis. L'assemblage de l'ISS a débuté en 1998 et les premiers astronautes ont été accueillis en 2000. Toutefois, la Station spatiale internationale est composée d'une multitude de modules qui ont été acheminés un par un et il aura fallu quinze ans pour arriver à sa configuration finale. Par la suite, d'autres éléments ont été ajoutés comme le laboratoire Nauka financé par la Russie ainsi que le bras robotique européen, tous deux installés en juillet 2021.

Quelle est la mission de l'ISS ?

Lancée en 1998, la Station spatiale internationale a accueilli son premier équipage en 2000. Occupée de manière permanente depuis ce jour par des astronautes de plusieurs nationalités, l'ISS est avant tout un laboratoire international. Les recherches qui y sont menées portent sur des sujets variés comme la biologie, la physique, la physiologie végétale ou humaine. Mais la Station spatiale internationale bénéficie également d'un point de vue inégalable sur notre planète. Des travaux d'observation de la Terre y sont ainsi menés. "L'observation des glaciers, des terres agricoles, des villes et des barrières de corail vient compléter les données des satellites, et nous permet ainsi de dresser un portrait complet de notre planète", explique le CNES sur son site internet.

Pour mener à bien ces travaux de recherche, les équipes d'astronautes se relaient depuis plus de 20 ans en effectuant des rotations. Chaque équipe d'astronautes, souvent composée de membres de nationalités différentes, reste généralement 6 mois à bord de la station. Ainsi, lors de la dernière rotation en septembre 2022, l'expédition 68 a conduit trois astronautes jusqu'à l'ISS à bord d'un véhicule Soyouz MS-22. L'équipage est composé d'un américain : Franck Rubio et de deux Russes : Sergueï Prokopiev et Dmitri Peteline. Cette mission est particulière puisqu'elle intervient dans un contexte politique tendu entre les nations américaine et russe en plein conflit en Ukraine. Les trois astronautes sont venus remplacer un équipage russe qui quittera l'ISS à la fin du mois de septembre.

ISS
Équipage russo-américain de l'expédition 68 au départ sur la base de lancement de Baikonur. © Yuri Kochetkov/AP/SIPA (publiée le 26/09/2022)

Qui est à bord de l'ISS actuellement ?

L'ISS est conçue pour accueillir simultanément sept astronautes de manière durable. Toutefois, lors des rotations il n'est pas rare que ce chiffre soit très largement dépassé le temps que les astronautes partant effectuent un passage de relais aux astronautes arrivants.

Au mois de septembre 2022, la station spatiale internationale était occupée par trois cosmonautes russes : Oleg Artemiev, Denis Matviev et Serguei Korsakov, leurs homologues américains : Bob Hines, Kjelll Lindgren et Jesicca Wtakings, ainsi qu'une astronaute italienne de l'ESA : Samantha Cristoforetti. L'équipage a été rejoint par trois astronautes supplémentaires à bord d'un Soyouz russe le 21 septembre 2022 : l'américain Franck Rubio et les deux Russes Sergueï Prokopiev et Dmitri Peteline.

Cette cohabitation de dix astronautes à bord de la station spatiale n'aura pas duré très longtemps puisque le 29 septembre marquera la fin de la mission des trois Russes présents depuis six mois. Ils embarqueront alors dans le vaisseau Soyouz qui les ramènera sur Terre.

Pourquoi Thomas Pesquet a quitté l'ISS ?

Thomas Pesquet a réalisé deux missions dans la Station spatiale internationale. Au cours de sa première mission nommée Proxima, il aura passé 196 jours dans l'ISS, du 17 novembre 2016 au 2 juin 2017. Le 23 avril 2020, il décolle à nouveau pour la station spatiale à bord de la capsule Crew Dragon, développée par la société Space X, accompagné de deux astronautes américains et d'un Japonais. Il revient le 8 novembre 2021 après 199 jours de mission. Au cours de ce séjour, il aura été le premier commandant de l'ISS français. Au total, il comptabilise près de 400 jours dans l'espace, ce qui fait de lui l'astronaute européen le plus expérimenté.

ISS
Thomas Pesquet de retour de l'ISS lors de la mission Alpha. © Shutterstock/SIPA

Les séjours des astronautes dans l'ISS durent généralement six mois. Seuls quelques uns d'entre eux ont eu l'occasion d'y passer plus de temps comme Pyotr Dubrov et Mark T. Vande Hei qui ont passé 355 jours dans la station. Ces missions permettent d'étudier plus précisément les conséquences sur le corps humain d'un long séjour dans l'espace et ainsi de préparer de futures missions vers la planète Mars.

Où se trouve l'ISS ?

L'ISS se situe entre 360 et 400 kilomètres de la Terre. Cela signifie qu'elle évolue en dessous des satellites de télécommunication, mais au-dessus de l'atmosphère terrestre. Elle est donc placée en "orbite basse". Chaque jour, l'ISS fait 16 fois le tour de notre planète.

Pour connaître la position de l'ISS en temps réel, l'agence spatiale européenne (l'ESA) met à disposition une carte interactive qui vous permet de suivre le déplacement de la station autour du globe terrestre.

Quand l'ISS survole la France ?

L'ISS se déplace à plusieurs dizaines de milliers de kilomètres par heure, effectuant un tour complet de la Terre en seulement 90 minutes. Elle effectue donc 16 fois le tour de notre planète au cours des 24 heures que comptent une journée.

Bien que l'ISS n'émette pas de lumière, les immenses panneaux solaires dont elle est pourvue reflètent la lumière naturelle du Soleil, rendant la station spatiale brillante et bien visible depuis la Terre. La nuit venue, vous pouvez l'observer depuis chez vous à condition que la pollution lumineuse ne soit pas trop importante et que les nuages ne fassent pas leur apparition.

Pour connaître les prochains survols de la France par l'ISS, vous pouvez utiliser un outil fourni par le site Heavens Above. En renseignant votre position dans la partie supérieure droite de la page, vous accéderez à la liste des prochains passages de l'ISS au-dessus de la région dans laquelle vous vous trouvez.

Comment suivre l'ISS dans le ciel ?

Lorsque le soleil est couché, si la météo le permet, il est possible de voir l'ISS passer dans le ciel. Mais la Station spatiale internationale est rapide et son passage dans le ciel dure au mieux seulement sept minutes. Pour ne pas rater ce moment, certaines applications s'avèrent précieuses. ISS Detector, disponible sur le Google Play et l'App Store vous permet de suivre en direct le mouvement de l'ISS et sa position. Un décompte est également proposé et vous indique dans combien de temps la station survolera votre position. Elle vous donne aussi la direction dans laquelle regarder pour observer le passage de la station spatiale grâce à une boussole intégrée à l'application.

Pour ceux qui veulent prendre de la hauteur et suivre les déplacements de l'ISS en se mettant dans la peau d'un astronaute, un live YouTube permanent diffuse les images d'une caméra de la station. Lorsque l'ISS passe du côté de la Terre plongée dans la nuit ou que sa connexion avec la Terre est interrompue, la chaîne diffuse alors des images enregistrées.

Quelle est la vitesse de l'ISS ?

L'ISS se déplace à une vitesse de 28 000 kilomètres par heure. À cette allure, il lui faudrait à peine une demi-heure pour couvrir les 14 830 kilomètres qui séparent Paris de Tokyo. Cette vitesse extrêmement élevée permet à la station spatiale de rester en orbite autour de la Terre sans tomber dessus. C'est ce qu'on appelle la vitesse orbitale.

Quelle est la taille de l'ISS ?

Avec ses 108 mètres de long, 73 mètres de large pour un total de plus de 400 tonnes, l'ISS est le plus grand objet créé par l'Homme évoluant en orbite autour de la Terre. Pour alimenter tous ses systèmes en électricité, elle possède des panneaux solaires d'une superficie de 2 500m² au total placés de part et d'autre de la station. En volume, l'ISS compte 900 m3 d'espace dont 400 environ sont habitables.

Comment est l'intérieur de l'ISS ?

La Station spatiale internationale est composée de plusieurs modules aux fonctions différentes. Certains d'entre eux sont pressurisés et permettent aux occupants de vivre et travailler sans scaphandre. Ce sont les modules dans lesquels les astronautes évoluent au quotidien. D'autres modules ne sont pas pressurisés et correspondent à des espaces techniques et de stockage.

L'ISS compte ainsi plusieurs modules fournis par des pays différents. Elle comprend donc plusieurs laboratoires dont un européen nommé Colombus, un laboratoire américain, un autre japonais ainsi qu'un laboratoire russe arrivé en 2021. De nombreuses expériences sont menées dans ces laboratoires et portent sur des thèmes très variés comme la physique des matériaux, la physiologie des plantes ou encore la biologie humaine.

Pour se reposer et s'isoler, les astronautes disposent chacun d'une cabine individuelle. Ces dernières sont disposées de part et d'autre des modules et comprennent un sac de couchage arrimé au mur ainsi que des rangements destinés aux affaires personnelles. Un espace de cuisine est également installé et permet aux occupants de préparer leurs repas et stocker les rations alimentaires. D'autres modules permettent de stocker les ressources et le matériel ou encore les déchets qui doivent être régulièrement rapportés sur Terre. L'ISS est également dotée de modules d'amarrage auxquels viennent se fixer les navettes qui amènent de nouveaux astronautes. 

La principale problématique de la vie dans l'ISS est l'absence de pesanteur. Sans attraction terrestre, les muscles des astronautes travaillent moins et s'affaiblissent, ce qui peut être dangereux lors de leur retour sur Terre. Il est donc primordial pour les astronautes de pratiquer deux heures d'exercice physique par jour. Pour cela, ils disposent d'équipements sportifs qui leur permettent de pallier ce problème.

Des hublots sont aménagés à divers emplacements dans l'ISS, livrant une vue sur l'extérieur de la station à ses occupants. Parmi ces fenêtres sur l'espace, la plus grande et la plus connue est la cupola financée par l'Italie, qui offre un panorama spectaculaire sur la Terre.

ISS
Coupole d'observation de l'ISS. © TOimages - stock.adobe.com

Quels sont les pays qui gèrent l'ISS ?

L'ISS est le fruit d'un travail de collaboration entre 16 pays parmi lesquels on trouve les États-Unis, le Japon, le Canada, la Russie, le Brésil ainsi que 11 pays européens dont la France. Aujourd'hui, elle est gérée par cinq agences spatiales : la NASA, l'ESA, la JAXA, ASC et Roscosmos.

Comment est financée l'ISS ?

L'ISS est financée à 70% par les États-Unis et à 30% par la Russie. Les autres pays possèdent des parts minimes de la station. Les européens par exemple financent à hauteur de 300 millions d'euros par an tandis que les États-Unis y consacrent plus de 3 milliards d'euros annuels.