Pierre Ménès : accusations, maladie, femme... Biographie du consultant sportif

Pierre Ménès : accusations, maladie, femme... Biographie du consultant sportif PIERRE MENES. Pierre Ménès est un ancien journaliste à M6 puis consultant sportif à Canal+ connu pour ses sorties. Depuis 2021, il fait l'objet de harcèlement et agression sexuelle.

Biographie de Pierre Ménès - Né le 29 juin 1963 à Paris, Pierre Ménès est un ancien journaliste et consultant sportif français. Son domaine de prédilection est le football. Après un début de carrière dans la presse écrite, il se fait connaître du grand public dès 2006, alors qu'il travaille comme journaliste et chroniqueur pour M6. Dès 2009, il rejoint Canal++ en tant que consultant, apparaissant notamment dans l'émission Canal Football Club, mais aussi dans Canal Champion Club ou Touche pas à mon sport. Au cours de sa carrière, il a remporté le Micro d'Or "Influenceur de l'année" (2012) et reçoit le prix de Lucarne d'or du meilleur consultant football (2013).

Après des accusations de harcèlement et agressions sexuelles, mis en lumière dans le documentaire "Je ne suis pas une salope, je suis journaliste" de Marie Portolano, il quitte le groupe Canal+ en 2021. En parallèle, il fait l'objet d'enquêtes judiciaires : une enquête est ouverte en janvier 2022 pour des faits qui se seraient produits à Canal+. Il sera également jugé le 8 juin 2022 pour "agression sexuelle" après qu'une hôtesse du Parc des Princes a rapporté des "gestes déplacés".

Jeunesse de Pierre Ménès

S'il est né dans la capitale, Pierre Ménès a des origines bretonnes. Son père est assureur, sa mère professeure d'anglais. C'est à Brest, auprès de sa famille paternelle, qu'il passe d'ailleurs ses vacances. Sportif, il pratique l'escrime mais se retrouve forcé d'arrêter après avoir été victime d'un accident. Il pratique également le tennis et le football. Sa passion pour le ballon rond nait au cours de la saison 1975-1976. Dès 1983, il travaille en tant que pigiste pour L'Equipe, de 1983 à 2005.

Emissions TV à M6 et Canal+

Après avoir débuté sa carrière dans la presse écrite, il devient éditorialiste sur L'Equipe TV de 1999 à 2003. En 2005, il rejoint la chaîne M6, en tant que co-animateur de "100% Foot". C'est durant la couverture de la Coupe du monde 2006 et de l'Euro 2008 qu'il se fait connaître du grand public. Il quitte la sixième chaîne en 2009 pour rejoindre l'équipe de Canal+. Il est alors chroniqueur dans l'émission Canal Football Club, où il intervient non plus comme journaliste mais comme consultant. Il est également chroniqueur, sur la chaîne cryptée, des émissions Les Spécimens puis Les Spécialistes. Après un passage dans l'émission Touche pas à mon poste en 2017, il quitte le groupe Canal+ en 2021, après des accusations d'agressions sexuelles de certains salariés de la chaîne.

Un site Internet en association avec Reworld Media

Depuis son retrait de la télévision, Pierre Ménès a annoncé la création d'un site Internet, "Pierrot le foot", où il compile ses analyses et réalise des interviews de personnalités du monde du football et au-delà, comme celle d'Eric Zemmour dernièrement (voir ici). Le site a été lancé en association avec Rewold Media (Closer, Grazia, Marie France, Science & Vie, Top santé, Télé Star mais aussi Auto Moto, Auto Plus, Football365.fr) et présenté par le  groupe de presse magazine dans un communiqué en septembre comme une "plateforme média digitale dédiée au traitement de l'actualité footballistique".

"Après l'avoir fait avec succès pendant quinze ans en télévision, Pierre Ménès investit un nouveau terrain de jeu avec le "Pierrot Football Club" [...] Au programme : interviews (invités prestigieux, experts), reportages, podcasts, analyses, contributions d'internautes, talk-shows…", écrivait aussi Reworld. Des débats entre Pierre Ménès et les internautes étaient aussi promis "pour un média d'opinion en prise directe avec son audience". "C'est un plaisir de collaborer avec les équipes de Reworld Media, nous lançons ensemble un projet ambitieux, interactif et riche en contenus. Le tout sans langue de bois et sur ce ton décontracté qui est ma signature. D'ici quelques jours, les aficionados de foot pourront découvrir le PFC et y prendre goût !", s'enthousiasmait alors Pierre Ménès.

Pierre Ménès gravement malade en 2016

Le 18 août 2016, Pierre Ménès se retire temporairement de Canal+ en évoquant des problèmes de santé. On apprend qu'il souffre d'une stéatose hépatique non alcoolique, mal surnommé "maladie du soda". Quelques mois plus tard, en décembre, il reçoit une greffe d'un rein et d'un foie. Pendant sept mois, il n'apparaît pas à l'antenne du Canal Football Club. Il fait son retour le 2 avril 2017. Il revient sur son expérience de la maladie et son opération dans l'ouvrage biographique Deuxième mi-temps, sorti la même année.

Qui est la femme de Pierre Ménès ?

Depuis 2011, Pierre Ménès est en couple avec une certaine Mélissa Acosta, qui travaillait dans la restauration quand ils se sont rencontrés. Dans son livre "Deuxième mi-temps", le consultant sportif revient sur sa relation avec son épouse : "J'avais passé l'âge des contes de fées quand j'ai rencontré Mélissa… J'ai adoré cette fille qui sentait fort les Caraïbes, la culture ensoleillée, la bonne humeur".  Pierre Ménès est également père de deux enfants, nés d'une précédente union.

Pierre Ménès jugé pour agression sexuelle en juin

Pierre Ménès, visé par une enquête pour "agression sexuelle" après qu'une hôtesse du Parc des Princes a rapporté des "gestes déplacés" qu'elle aurait subis fin novembre, selon elle, à l'issue d'un match du PSG, sera jugé le 8 juin prochain dans la capitale. Placé en garde à vue ce jeudi 9 décembre 2021, l'ancien chroniqueur de Canal+ a finalement vu celle-ci levée dans la soirée. Son passage au tribunal correctionnel a été confirmé par l'AFP a qui a recueilli l'information auprès de son avocat, Arash Derambarsh et du parquet de Paris.

Les agissements présumés de Pierre Ménès vis-à-vis d'une hôtesse du Parc des Princes avaient déjà été mentionnés dans plusieurs médias et sur les réseaux sociaux : les faits présumés seraient survenus le 20 novembre dernier, en marge du match PSG-Nantes comptant pour le championnat de Ligue 1. Pierre Ménès s'était rendu dans le stade, comme le fait souvent cet observateur du football professionnel, au titre de spectateur, passant une partie de la soirée dans les loges.

Les accusations de l'hôtesse du Parc des Princes lors de PSG-Nantes

C'est là qu'il s'en serait pris à l'hôtesse du Parc des Princes, notamment en la touchant à la poitrine à l'issue de la rencontre, selon le témoignage de l'accusatrice. La jeune femme aurait par la suite été entendue par la police mais aurait néanmoins décidé de ne pas porter plainte, rapportait Le Parisien ce jeudi. Mais le parquet de Paris a tout de même ouvert une enquête préliminaire portant sur une "agression sexuelle".

Pierre Ménès avait lui-même choisi d'entamer une procédure à la suite des toutes premières accusations, annonçant au Parisien dès la fin novembre le dépôt d'une plainte contre X pour dénonciation calomnieuse. Son avocat, Me Arash Derambarsh, avait indiqué au journal que son client était accompagné au Parc des Princes lors du match PSG-Nantes. Selon lui, six personnes ont déjà témoigné en sa faveur et trois ont produit des attestations certifiant qu'il n'y avait eu "strictement aucun problème" et que "la soirée s'est très bien passée".

L'AFP rapportait encore ce jeudi 9 décembre que Pierre Ménès avait bien produit trois attestations de personnes "confirmant unanimement qu'[il] a passé l'intégralité de son temps à leur côté dès son arrivée pour le cocktail en loge, durant le match et le cocktail d'après match". "Ils confirment qu'il ne s'est strictement rien passé et que M. Ménès a eu un comportement irréprochable", selon l'agence qui a pu consulter des documents ayant trait à l'enquête. La défense du journaliste souligne par ailleurs l'absence de plainte de la part de son accusatrice.

Un documentaire de Marie Portolano à l'origine des déboires de Pierre Ménès

C'est la diffusion d'un documentaire signé par une autre journaliste, Marie Portolano, qui aura provoqué les déboires de Pierre Ménès. Intitulé "Je ne suis pas une salope, je suis journaliste" et diffusé sur Canal+ le 21 mars, il donnait la parole à des journalistes sportives qui se disaient victimes de dénigrement, de harcèlement sexuel voire d'agressions sexuelles dans un univers très masculin. Pierre Ménès figurait parmi les personnalités citées, même si Marie Portolano ne visait pas précisément son ancien confrère de la chaîne cryptée, comme elle s'en expliquera dans plusieurs médias, dont TV Mag, à la mi mai. 

Les témoignages contre Pierre Ménès étaient néanmoins précis dans le documentaire : le chroniqueur était notamment accusé d'avoir soulevé la jupe de Marie Portolano et de lui avoir "attrapé les fesses", avant d'être giflé par la journaliste. Invité à réagir à cet extrait du documentaire dans TPMP, le 22 mars 2021, Pierre Ménès indiquera "ne pas se souvenir" de ce moment et assurera : "soulever une jupe si c'était à refaire, je le referais". Des propos qu'il regrettera plus tard devant le même Cyril Hanouna. "Je ne m'en rappelle plus, les faits remontent au 28 août 2016, il s'agit de ma dernière émission avant que je ne tombe malade. Je pense que ce soir-là je n'étais pas dans mon état normal", indiquera encore Pierre Ménès, qui a bénéficié d'une greffe du foie et du rein en décembre 2016 pour soigner un cas critique de cirrhose non alcoolique et un diabète de type II à la suite de la maladie dite "du soda".

Une enquête contre Ménès sur ses agissements à Canal+

Les révélations du documentaire de Marie Portolano vont provoquer des remous à Canal+ dont la journaliste et Pierre Ménès étaient salariés au moment des faits, mais aussi dans d'autres rédactions, en plein mouvement #MeToo. Une enquête interne a été lancée au sein du groupe Canal+, dont les résultats ne sont pas encore connus. Pierre Ménès a pour sa part affirmé avoir été convoqué une fois, en 2018, pour des "réflexions" et avoir reçu un avertissement l'an dernier pour un entretien sans autorisation de la chaîne sur YouTube.

Pierre Ménès est visé par une nouvelle enquête depuis le 4 janvier 2022. La Brigade de répression de la délinquance contre les personnes, BRDP, mène des investigations suite à un signalement de l'inspection du travail des Hauts-de-Seine, datant du 17 décembre dernier. En cause : un rapport interne à Canal+ rédigé durant l'été, dans lequel sept salariés ayant travaillé avec le consultant sportif ont dénoncé des faits de harcèlement sexuel ou d'agression sexuelle lorsqu'il travaillait au sein de la chaîne cryptée.

Ce rapport cite les accusations d'hommes et de femmes. Parmi eux, la journaliste Isabelle Moreau, embrassée de force par Pierre Ménès en 2011 sur le plateau du Canal Football Club, mais aussi Marie Portolano. L'ancienne journaliste de Canal+ accuse Pierre Ménès d'avoir soulevé sa jupe à la fin d'une émission en 2016. La présentatrice aujourd'hui sur M6 avait évoqué cet incident dans son documentaire, "Je ne suis pas une salope, je suis journaliste". Pierre Ménès assure ne pas s'en souvenir.

Pierre Ménès déjà écarté de Canal+ et du Canal Football Club

A 58 ans, Pierre Ménès est devenu l'un des observateurs les plus renommés (et des plus sévères) du football professionnel ces dix dernières années, notamment au travers du Canal Football Club de Canal+, où il officiait en tant que chroniqueur depuis 2009. Mais depuis le début de l'année 2021, le journaliste fait l'objet de plusieurs accusations portant sur des paroles ou des gestes déplacés envers les femmes, si bien qu'il a été, en deux temps, écarté de la chaîne : fin mars, Canal+ publiait un communiqué pour signifier que Pierre Ménès ne serait plus à l'antenne "jusqu'à nouvel ordre" et que cette décision avait été prise d'un "commun accord" ; mi-juillet, le chroniqueur annonçait lui même son départ définitif. Le 12 juillet, dans le Parisien, Pierre Ménès avait tenu à préciser que ce départ n'était "pas un licenciement" et qu'il avait lui même "demandé à partir".

"Je ne me voyais pas revenir à l'antenne avec certaines personnes qui m'ont lâché de façon ignoble", avait alors expliqué Pierre Ménès qui citait "entre autres" Hervé Mathoux, le présentateur du Canal Football Club, dans les colonnes de Télé Star : "Lui, il était là pour faire le beau quand j'étais malade mais quand il a fallu sortir ses c... il n'y avait plus personne." Nathalie Iannetta, ancienne journaliste de Canal+ où elle a croisé Pierre Ménès, puis passée chez TF1 et désormais directrice des sports de Radio France, sera aussi pointée du doigt. "Nathalie Iannetta a fait son pamphlet dans Le Monde. Elle me dédouane sans le faire vraiment. Je n'oublierai jamais le coup de fil qu'elle m'a passé quand je me suis retrouvé au cœur du réacteur. Elle m'a dit : 'démissionne, c'est ce que tu as de mieux à faire'. C'est la chose qui m'a fait le plus mal".

Une autre affaire dite "Nike"

Le jugement de Pierre Ménès le 8 juin prochain porterait sur plusieurs affaires d'agressions sexuelles selon l'AFP, une information apportée par le parquet de Paris. Son avocat a confirmé que l'affaire dite "Nike" serait aussi jugée lors du procès. Il s'agit cette fois d'une plainte pour "agression sexuelle", déposée en octobre 2018 par une employée d'un magasin Nike parisien et révélée en mars dernier par Mediapart. D'après le site d'investigation, cette plainte avait été classée sans suite le 17 janvier 2019 après un rappel à la loi par le parquet de Paris. Si l'avocat de Pierre Ménès Arash Derambarsh estime qu'un nouveau jugement est "incompréhensible", la sanction peut, dans le droit français, être révisée en cas de faits nouveaux.

D'autres affaires ont aussi été exhumées dans la presse concernant Pierre Ménès. Le journal Le Monde rappelle qu'en décembre dernier, le chroniqueur sportif a fait l'objet d'une information judiciaire ouverte à Nanterre pour "harcèlement moral" après une plainte émanant de son ancien assistant Emmanuel Trumer, qui a d'ailleurs détaillé ses griefs sur son site Internet. Ce dernier l'accusait d'"homophobie" et de "racisme". Une précédente plainte est aussi mentionnée qui a été classée sans suite. Le chroniqueur a pour sa part attaqué son ancien collaborateur en diffamation.

Journaliste