Patrick Poivre d'Arvor : accusations, TF1, femme... Biographie du journaliste

Patrick Poivre d'Arvor : accusations, TF1, femme... Biographie du journaliste PPDA. Patrick Poivre d'Arvor est un journaliste français connu pour avoir présenté le 20h de TF1. Depuis février 2021, il fait l'objet d'accusations de viols, agressions sexuelles et harcèlement sexuel.

Biographie de Patrick Poivre d'Arvor - Patrick Poivre d’Arvor est un journaliste et écrivain français, principalement connu comme le présentateur du JT de 20 heures sur TF1. Né le le 20 septembre 1947, celui que l'on surnomme "PPDA" doit très vite faire face à des responsabilités. A seulement 15 ans, il est déjà bachelier et le père d’une petite Dorothée. Pourtant, cette naissance prématurée n’entamera en rien son ascension. Un an plus tard, il publie son premier roman Les enfants de l’aube, un premier succès en librairie. A cette époque, il nourrit le désir de devenir diplomate. A l’âge de 22 ans, il est titulaire d’une licence de droit et est diplômé de l’institut politique de Bordeaux puis de l’institut National des Langues et Civilisations Orientales. Mais c’est finalement, le journalisme qu’il choisit. En 1970, il entre au Centre de Formation des Journalistes. Un an plus tard, il commence sa carrière à France Inter et présente pendant quatre ans les journaux du matin et la revue de presse.

S’ensuit une carrière exemplaire. A Antenne 2, il devient successivement chef du service de la politique intérieure, puis chef du service économique et social. Il fait ses débuts devant la caméra dès 1975 et est nommé, l’année suivante, rédacteur en chef du journal du 20h qu’il animera jusqu’en 1983. Il quitte cependant le service public pour Canal+ où il est aux commandes de Tous en scène pendant trois ans. Arrivée à TF1 en 1986, il anime À la folie pas du tout, un talk show où il reçoit les personnalités qui font l’actualité, avant d’incarner, dès l’année suivante, le nouveau visage du 20 heures. Désormais, PPDA comme il est surnommé, devient l’un des présentateurs préférés des français. Son journal, qui flirte avec les 40% de part de marché, est le plus regardé d’Europe. Avec le succès, Patrick Poivre d’Arvor n’en a pas pour autant oublié sa passion pour la littérature. Il présente des émissions littéraires Ex-Libris puis Vol de nuit. Il garde également une âme d’écrivains puisqu’il a pas moins de trente romans à son actif.

Patrick Poivre d’Arvor est forcé de quitter le journal de 20h et la chaîne TF1 en juillet 2008, avant d’être remplacé par Laurence Ferrari. Sa carrière se prolonge sur les chaînes France 5 et Arte, avec La Traversée du miroir, Une maison, un écrivain et L’avis des autres. Dès septembre 2008, il rejoint RTL. En décembre 2011, il présente le magazine de société Place publique, sur France 3, ainsi que Flash-Back en 2012. Après RTL, PPDA rejoint Radio Classique en janvier 2014, et sera remercié en 2018. Il sera également passé par CNews.

Qui sont les femmes de la vie de Patrick Poivre d'Arvor ?

Patrick Poivre d'Arvor a une réputation d'homme à femmes. Actuellement, on ne lui connaît pas de relation ni d'épouse. En 1971, il se marie avec une institutrice, Véronique Courcoux. Ils resteront ensemble jusqu'en 2010, année de leur divorce. Entre temps, le journaliste aura plusieurs liaisons médiatisées, comme avec l'écrivaine Claire Castillon dans les années 2000, mais aussi avec la chroniqueuse Agathe Borne de 2007 à 2008. Il a également entretenu une liaison avec la présentatrice et journaliste Claire Chazal. De leur relation, naîtra un fils, né en 1995, que Patrick Poivre d'Arvor ne reconnaîtra que dix ans plus tard. Au total, Patrick Poivre d'Arvor aura eu sept enfants : de son mariage, Dorothée en 1963, Arnaud en 1972, Tiphaine en 1974, Solenn en 1975, Garance en 1980, Morgane en 1981 ; et de sa liaison avec Claire Chazal, un fils, François.

Patrick Poivre d'Arvor a eu une liaison avec Claire Chazal

Durant plusieurs années, Patrick Poivre d'Arvor a entretenu une liaison avec celle qui était la présentatrice du week-end sur TF1, Claire Chazal, alors qu'il est encore marié à Véronique Courcoux. De cette relation, naîtra un fils, François, né en 1995 mais que le présentateur ne reconnaîtra pas officiellement avant 2005. Auprès de Paris-Match en 2019, Claire Chazal reviendra d'ailleurs sur cette relation, "chaotique mais tellement enrichissante".

Patrick Poivre d'Arvor a perdu trois de ses filles

Patrick Poivre d'Arvor a connu des drames dans sa vie, à commencer par la perte de trois de ses enfants. Tiphaine, née en 1974, décède près d'un an plus tard de la mort subite du nourrisson. Garance, née en 1980, est mort-née. Solenn, née en 1975, se suicide en 1995 en se jetant sous une rame de métro. Elle avait 19 ans et souffrait d'anorexie mentale. Patrick Poivre-d'Arvor a deux autres filles : Dorothée, née en 1963, et Morgane, née en 1981. Il a également deux fils : Arnaud, né en 1972, et François, né en 1995 de sa liaison avec Claire Chazal.

Patrick Poivre d'Arvor malade dans sa jeunesse

Patrick Poivre d'Arvor n'a pas caché avoir souffert d'une maladie dans sa jeunesse : à 13 ans, on lui diagnostique un début de leucémie. Il soignera sa maladie en Alsace. Alors qu'il a 17 ans, il s'inspire de cette expérience douloureuse pour écrire un livre, Les Enfants de l'aube, qui ne sera pas publié avant 1982. "Étant survivant, je pense avoir eu un appétit de la vie plus fort qu'un autre", confie-t-il notamment dans les colonnes de Gala.

Patrick Poivre d'Arvor accusé de viols, l'affaire classée sans suite

Le Parisien a révélé le 18 février 2021 que PPDA faisait l'objet d'une enquête préliminaire pour viols, une information confirmée plus tard par l'AFP qui cite le parquet de Nanterre. C'est l'écrivaine et chroniqueuse Florence Porcel qui a porté plainte contre l'ex-star de TF1. Après les accusations de Florence Porcel, Patrick Poivre d'Arvor ferait l'objet de nouvelles plaintes à son encontre. A total, onze femmes ont porté plaintes, dont quatre pour viols, agressions sexuelles ou harcèlement sexuel. Le 25 juin 2021, le Parisien a annoncé que le parquet de Nanterre avait classé l'enquête préliminaire sans suite, en raison notamment d'infractions prescrites ou insuffisamment caractérisées. En novembre 2021, Florence Porcel porte une nouvelle fois plainte pour viol, avec cette fois constitution de partie civile.

Les accusations de Florence Porcel. Les faits dénoncés par Florence Porcel se seraient produits en 2004 et 2009. En 2004, la plaignante affirme que le présentateur du JT de la Une l'aurait embrassée en "introduisant sa main dans sa culotte". Ils auraient ensuite eu un rapport sexuel, selon Florence Porcel, auquel l'écrivaine, alors âgée de 21 ans, tétanisée, n'aurait pas consenti. En 2009, la plaignante assure que l'ex-journaliste l'aurait forcée à pratiquer une fellation sans protection. Selon ses dires, elle aurait cette fois explicitement formulé son désaccord. Florence Porcel avait déjà décrit en janvier, dans son livre Pandorini (JC Lattès), une relation similaire inspirée de son histoire, sans nommer d'agresseur. Au cours du mois de mars, d'autres femmes qui se disent victimes d'agressions sexuelles et de harcèlement sont entendues par la police, et témoignent auprès du Monde. Au total, huit plaintes visent PPDA, dont quatre pour viols.

Patrick Poivre d'Arvor se défend. Début mars 2021, Patrick Poivre d'Arvor a réagi aux accusations auprès de Quotidien. De sa vie, jamais il n'aurait accepté une relation qui n'était pas consentie, assure-t-il. "S'il y a eu séduction ou tentative de séduction, elle ne vient pas de moi", affirme-t-il. PPDA avait déjà réagi auparavant aux accusations de Florence Porcel dans la soirée du 19 février 2021. Après avoir estimé auprès du Parisien dans un SMS que cette plainte relevait "d'accusations fantaisistes", l'ex-star de TF1 avait annoncé via un communiqué de presse qu'il allait porter plainte contre son accusatrice pour "dénonciation calomnieuse, aussi mensongère qu'inspirée par une quête de notoriété inconvenante". Dans un texte publié sur Facebook, PPDA assure aussi n'avoir "jamais obligé quiconque à une relation sentimentale, ni bien évidemment à une relation". Il assure également qu'il répondra à "toute convocation des enquêteurs pour rétablir mon honneur et la vérité des faits". 

D'autres accusations contre PPDA. Depuis février 2021, onze femmes, dont Florence Porcel, ont porté plainte contre Patrick Poivre d'Arvor pour dénoncer des faits de viols, agressions sexuelles ou harcèlement sexuel. En juin 2021, l'enquête préliminaire a été classée sans suite par le parquet de Nanterre, en raison soit de la prescription, soit "d'infractions insuffisamment caractérisées" dans le cas de Florence Porcel. "Choquées" par cette conclusion, huit des accusatrices de PPDA ont choisi de témoigner dans Libération, dont sept à visage découvert, pour détailler publiquement les agressions qu'elles affirment avoir subies de la part de l'ancien roi du JT.

"Il me retourne brusquement face à lui, m'oblige à me baisser et enfonce son sexe dans ma bouche", "dans le couloir qui mène à son entrée, Patrick me saute dessus", "En une poignée de secondes, sa langue était dans ma bouche, une de ses mains dans mon soutien-gorge", 'il essaie de m'embrasser, il défait sa ceinture et baisse son pantalon"... Toutes dénoncent auprès de Libé des faits de viols, d'agression sexuelle ou de harcèlement sexuel qu'elles affirment avoir subis de la part de PPDA. Parmi ces huit nouveaux témoignages, sept sont faits à visage découvert. Notons également que, si ces témoignages n'avaient encore jamais été retranscrits dans les médias, ils avaient déjà été entendus par la police lors de l'enquête préliminaire, avant que l'affaire ne soit classée sans suite. La plupart des faits dénoncés sont cependant prescrits.

L'enquête contre PPDA a été rouverte. Selon les informations de franceinfo, Florence Porcel a déposé en novembre 2021 une nouvelle plainte contre Patrick Poivre d'Arvor en se constituant partie civile. Un juge d'instruction est saisi, cette démarche a déclenché automatiquement l'ouverture d'une information judiciaire. Le viol qu'elle dénonce se serait produit en 2009, et ne serait donc pas prescrit. Cependant, il a été jugé par le parquet de Nanterrre comme "insuffisamment caractérisé", ce qui a entraîné le classement sans suite du dossier. Cela signifie que le parquet ne pensait pas avoir suffisamment d'éléments "probatoires" pour engager des poursuites.

Deux nouvelles plaintes ont été déposées contre PPDA, dont les deux tombent sous la prescription. L'une d'entre elle dénonce des faits qui se seraient déroulés à Cannes en 1985, alors qu'elle était stagiaire âgée de 23 ans : "J'ai le sentiment de me liquéfier pendant qui me pénètre sans préservatif. Mon corps est là, et je suis ailleurs" décrit-elle dans son témoignage. Elle affirme avoir explicitement marqué son refus de relation sexuelle. Malgré la prescription, l'accusatrice a confié à Libération qu'elle a "l'espoir que cela serve au moins à d'autres". Selon des informations de TF1 et LCI, une enquête a été ouverte le 16 décembre pour viol contre PPDA suite à la plainte dans le cadre de cette accusation de viol qui se serait produit en 1985 à Cannes.

PPDA porte plainte pour dénonciation calomnieuse. Le mardi 26 avril 2022, Patrick Poivre d’Arvor a annoncé attaquer 16 femmes qui l’accusent de viols et d’agressions sexuelles pour dénonciation calomnieuse. Cette procédure intentée par PPDA, avec constitution de partie civile, ouvre la voie à un procès, là où les précédentes accusations n’avaient pas jusqu’ici eu de conséquences judiciaires car la majorité des faits étaient prescrits. Dans sa plainte, PPDA affirme que «la libération de la parole des femmes connaît malheureusement son lot d’excès et de dérives». Il estime que ces femmes qu’il aurait «éconduites ou ignorées», en auraient généré une «amertume les condui[sant] à commettre, par vengeance tardive, le délit de dénonciation calomnieuse». S’il ne veut pas être débouté à l’issue de ce procès qui s’annonce, Poivre d’Arvor va devoir prouver en quoi les dénonciations dont il fait l’objet ont été faites dans le but conscient de lui nuire.

Les victimes présumées, quant à elle, semblent se réjouir de la potentialité d'un procès prochain face à PPDA. Muriel Reus a porté plainte contre PPDA mais l’affaire a été classée sans suite. Avec la plainte de Poivre d’Arvor pour dénonciation calomnieuse s’ouvre la possibilité d’un procès. Dans une interview pour Complément d’enquête, Reus annonce se réjouir de cette possibilité. «Bravo ! C’est très très bien cette nouvelle plainte parce que ça va peut être nous permettre d’avoir enfin un procès. Ça va nous permettre de pouvoir nous exprimer publiquement. Ça va permettre de pouvoir faire témoigner d’autres personnes et peut-être d’autres victimes. C’est même assez inespéré. Nous, on se réjouit de cette plainte.» Emmanuelle Dancourt, qui fait elle aussi partie des femmes ayant porté plainte, s’est également exprimée à ce sujet sur Twitter : «Bonne nouvelle ! Nous allons avoir un procès, nous qui en étions privées pour prescription ! Les yeux dans les yeux Patrick...»

Une nouvelle plainte déposée fin avril 2022. Dans la journée du 28 avril 2022, une nouvelle plainte accusant Patrick Poivre d’Arvor d’agression sexuelle a été déposée à Paris. C’est le parquet de Nanterre qui a confirmé l’information le jour même. Les accusations portent sur des faits présumés qui auraient eu lieu en février 1995. A l’époque, la victime était âgée de 24 ans et venait d’obtenir son diplôme de journaliste. Elle affirme avoir été invitée dans le bureau du présentateur de TF1 qui l’aurait ensuite «embrassée», puis «basculée sur la moquette.» La plaignante, qui a souhaité rester anonyme, décrit les faits présumés de la sorte : «Il a enlevé son pantalon et il m’a violée. Je n’avais plus aucun réflexe.» Toujours selon la plainte, PPDA aurait à nouveau tenté de la violer quelques jours plus tard : «il m’a attrapée par les cheveux et a approché mon visage de son sexe. Là, je me suis débattue.» Au total, 26 femmes ont témoigné à l’encontre de Patrick Poivre d’Arvor dans cette affaire.

Des révélations dans Complément d'enquête. La diffusion de Complément d'enquête sur France 2 le 28 avril 2022 a permis d'obtenir plus de détail sur l'affaire PPDA. Catherine Lambret, qui a dirigé l’Institut Pratique du Journalisme de l’université de Paris-Dauphine, s’est confiée au sujet du scandale PPDA dans l'émission. Elle explique avoir été alertée par des journalistes d’Antenne 2 et TF1. «Chaque fois, ils me conseillaient, depuis l’année 83, 84, et après, les années suivantes, de ne jamais envoyer de filles là où PPDA pouvait être.» Elle affirme en effet que le présentateur aurait eu la réputation «d’attaquer les filles». Selon Catherine Lambret, les journalistes qui l’alertaient «disaient qu’il ne fallait pas rester dans la rédaction de TF1 en fin de journée, être la dernière à partir, parce que sinon, PPDA risquait de se jeter sur vous.» En conséquence, la directrice de l’IPJ n’a «jamais envoyé une fille en stage à TF1» pendant dix ans.

Présentateur