Riquewihr

Riquewihr Entouré de vignes à perte de vue, le village de Riquewihr a depuis longtemps bâti sa réputation sur ses crus alsaciens, en particulier sur son cépage Riesling. C'est donc notamment pour déguster des vins, et goûter dans le même temps à l'excellente gastronomie régionale, que les visiteurs viennent en nombre à Riquewihr.Mais au-delà de son terroir, Riquewihr est également un charmant village méritant amplement sa place parmi les " plus beaux villages de France ".

Entièrement entouré de remparts, il compte d'innombrables maisons traditionnelles alsaciennes, qui se caractérisent par leurs colombages et leurs façades multicolores. Riquewihr a en effet plus ou moins conservé son aspect relevé par un géographe au milieu du XVIIe siècle ! Le caractère alsacien du village est également visible à ses belles enseignes en fer forgé, ses cours intérieures, ses fontaines, mais aussi aux immenses nids de cigognes qui surmontent certaines cheminées. Un parcours dans ses ruelles vous permettra de découvrir toutes ces richesses.

Riquewihr possède par ailleurs plusieurs musées, qui présentent aux visiteurs l'histoire et la culture du village et plus largement de la région.

Rien de surprenant donc à ce que la « perle du vignoble alsacien » accueille chaque année environ 2 millions de visiteurs. Dans la mesure du possible, il est ainsi préférable de visiter le village hors saison. Un autre moment propice à la découverte de Riquewihr est le mois de décembre, lorsque le marché de Noël y est installé, créant une ambiance festive et chaleureuse, que l'on ne trouve qu'en Alsace.

La tradition viticole du village est manifeste à chaque coin de rue. En période de vendanges, les va-et-vient des camions déchargeant la récolte du jour dans les différentes caves créent une atmosphère particulière. Vous pourrez d'ailleurs découvrir les vignes environnantes en suivant des sentiers viticoles, sur lesquels vous trouverez toutes les informations nécessaires à l'office de tourisme.

Office du Tourisme

2, rue de la 1ère Armée - 68340 Riquewihr

Site internet de l'Office du Tourisme.

Horaires d'ouverture :

- Avril à octobre et décembre : du lundi au samedi de 9h30 à 12h et de 14h à 18h, les dimanches et jours fériés de 10h à 13h ;

- Janvier à mars et en novembre : du lundi au samedi de 10h à 12h et de 14h à 17h (le samedi, ouvert par alternance à Riquewihr ou à Ribeauvillé).

VOYAGE À RIQUEWIHR

Carte d'identité

Population (2010) : 1 203 hab.

Superficie : 17,0 km²

Densité de population : 71 hab/km²

Gentilé : riquewihriens, riquewihriennes

Plus d'informations

Trouver un hotel

QUE VOIR À RIQUEWIHR

Musées

Le village de Riquewihr possède de nombreux musées en comparaison de sa petite taille. Cela s'explique par le grand nombre de touristes qu'il accueille chaque année, qui cherchent à mieux connaître l'histoire du village et plus largement de la région.

Le musée de la Communication en Alsace, situé dans le château des Princes de Wurtenberg, présente l'histoire de la Poste de l'Antiquité à nos jours. Il abrite notamment une collection unique de malles-poste et de diligences, datant du XVIIIe au début du XXe siècle. Le musée présente ensuite les évolutions de la communication à distance, du télégraphe aux téléphones mobiles.

Un autre établissement intéressant à visiter est le musée Hansi, qui retrace la vie et l’œuvre du plus célèbre imagier populaire alsacien. Un documentaire, des livres de l'auteur, ainsi que de nombreux dessins signés Hansi vous donneront une bonne vision de son œuvre et du contexte historique dans lequel elle s'inscrit.

Le Dolder, l'un des principaux monuments du village, abrite un musée d'art et traditions populaires : le musée du Dolder. Vous y découvrirez la vie traditionnelle des habitants de Riquewihr, au travers d'armes, d'outils liés à l'activité viticole du village et d'objets de la vie quotidienne.

Le musée de la Tour des Voleurs est situé dans la tour éponyme, vestige de la première enceinte de fortification de la ville (XIIIe siècle). Cette tour fut autrefois une redoutable prison, ce qui explique que l'on y découvre une salle de torture, des oubliettes, une salle de garde et l'habitation du gardien de la prison. Cette visite permet également de découvrir la « Maison du vigneron », adjacente au musée, présentant au travers d'objets et d'outils les différents aspects du travail viticole.

Musée du Dolder (Art et traditions populaires)

Rue du Général de Gaulle

Tarif : Adulte : 2,50 euros ; Gratuit pour les moins de 10 ans ; Tarif groupé avec le musée de la Tour des Voleurs : 4 euros.

Horaires d'ouverture :

Avril à octobre, de 13h45 à 18h30 :

- tous les jours en juillet et août ;

- uniquement le week-end et les jours fériés d'avril à juin et de septembre à octobre.

Musée de la Tour des Voleurs

Rue des Juifs

Tarif : Adulte : 2,50 euros ; Gratuit pour les moins de 10 ans ; Tarif groupé avec le musée du Dolder : 4 euros.

Horaires d'ouverture : d'avril à octobre, tous les jours de 10h15 à 12h30 et de 14h à 18h30.

Itinéraires

Entourée des remparts, la vieille ville de Riquewihr est un véritable musée à ciel ouvert. L'harmonie et la conservation de ses maisons à colombages (XVIe et XVIIe siècles) sont un émerveillement pour les yeux. Entièrement piétonnières, les rues pavées du village vous mènent à la rencontre de ses nombreux monuments, cours intérieures, places et fontaines, qui donnent à Riquewihr une place légitime parmi les « Plus beaux villages de France ».

Pénétrez dans le village par la porte Sud, en passant sous l'hôtel de ville. Vous débouchez sur la rue du Général de Gaulle, la rue principale de Riquewihr, qui traverse toute la ville fortifiée sur ses 300 mètres de long. Sur la gauche, on accède au château des Princes de Wurtenberg par la cour du Château. Il fut achevé en 1540 à la place d'un autre petit château acquis par le comte Ulrich de Wurtemberg en 1324, en même temps que la seigneurie de Riquewihr. Cet édifice se caractérise par son pignon crénelé, ses fenêtres Renaissance et sa tourelle d'escalier, dont la porte est surmontée des armoiries de la famille comtale.

Le château abrite, depuis 1970, le musée de la Communication en Alsace, où sont présentées des collections retraçant l'histoire des moyens de communication, de l'Antiquité à nos jours. Sur le côté Sud du château, vous pourrez voir une petite exposition lapidaire en plein air. Vous profiterez également d'un très beau panorama sur le vignoble depuis la rue des remparts.

Revenez dans la rue du Général de Gaulle pour découvrir les belles maisons qui la bordent. Juste avant la rue des Écuries, sur la droite, une demeure construite en 1606 possède un bel oriel (bow-window) d'angle et une porte surmontée d'un fronton triangulaire sculpté. Juste après la rue des Ecuries, une vaste maison se caractérise par son pignon à pans de bois sculpté (1561).

Toujours sur la droite, vous passez devant une maison qui abrite le musée Hansi. Il présente la vie et l’œuvre du caricaturiste colmarien, qui critiqua férocement l'occupation allemande durant toute la période du rattachement de l'Alsace à l'Allemagne. Plus haut, une belle enseigne représentant une cigogne indique une très jolie cour comportant un puits, une galerie en bois, ainsi qu'un grand pressoir.

Plus loin sur la gauche, la rue de la Couronne est particulièrement charmante. Au n°6, une maison (1610) possède un beau pignon à volutes, un oriel, ainsi qu'une loggia et une imposante statue d'ange.

Remontez la rue principale et tournez à droite dans la rue des Trois Eglises, qui doit son nom aux trois édifices religieux qui y furent construits entre le XIIe et le XIVe siècle. Après la Réforme en 1534, l'une de ces églises fut transformée en presbytère protestant et l'autre en école. On peut toutefois encore voir ces édifices, aujourd'hui maisons d'habitation, qui conservent encore des traces de leur fonction première. Une seule de ces églises subsiste aujourd'hui, dédiée au culte protestant. Elle fut reconstruite de 1846 à 1859, tandis que l'église catholique fut installée de l'autre côté de la rue du Général de Gaulle, dans la rue de la 1ère Armée.

C'est d'ailleurs dans cette jolie rue que l'on se dirige ensuite. Au n°16, la maison dite « du Bouton d'Or », est à l'angle d'une ruelle, qui donne accès à la paisible cour de Strasbourg (1460). Celle-ci fut autrefois la propriété des évêques de cette ville. Avant cette maison, dans la rue Latérale, vous pourrez voir une petite cour qui abritait autrefois les bains communaux et, plus haut, la belle maison construite par le marchand Tobie Berger (XVIe siècle). Elle est dotée d'un bel oriel, ainsi que d'une porte Renaissance, que vous pourrez voir en pénétrant dans la cour attenante. Dans la rue du Cheval, perpendiculaire à la rue Latérale, ne manquez pas d'aller jeter un coup d’œil à l'ensemble dit « Adrihof », une charmante cour intérieure possédant notamment un vieux puits et une galerie de bois.

En haut de la rue Latérale, vous débouchez sur la rue du Cerf, dans laquelle vous découvrirez la maison Kiener (au n°2). Datant de 1574, sa porte est surmontée d'un fronton comportant des inscriptions en cartouche. Une sculpture représente également une Danse macabre, figurant la mort à laquelle se destinait, comme le commun des mortels, le constructeur de cette maison. Une autre particularité de cette demeure est son grand portail en plein cintre, dont la taille en biais permettait de faciliter l'entrée des voitures dans la cour de cette maison située dans une étroite ruelle. En face, vous pourrez voir l'auberge du Cerf, datant de 1566 et indiquée par un cerf sur le pignon.

Regagnez la rue du Général de Gaulle. En redescendant un peu cette rue, vous pourrez voir sur la gauche une belle enseigne qui indique la maison Preiss-Zimmer, dont les pans de bois sont joliment sculptés. En haut de la rue, vous êtes face à un emblème de la ville : le Dolder (1291). Cette tour haute de 25 mètres servait à la fois de tour défensive et de beffroi. Vue de l'intérieur des remparts, cette construction est agrémentée d'encorbellements, pour préserver l'esthétique de la ville. De l'extérieur, elle est faite exclusivement de pierre, afin d'intimider l'ennemi. Le Dolder abrite aujourd'hui un musée d'art et traditions populaires, appelé musée du Dolder.

A côté, la belle fontaine de la Sinn (1560), aussi appelée « Sinnbrunnen », servait à jauger et à nettoyer les différents récipients utilisés par les viticulteurs du village. En haut de sa colonne, une sculpture porte les blasons des différents seigneurs de Riquewihr. A droite de la fontaine, une rue mène à la cour des Juifs, qui fut le ghetto de cette communauté religieuse. Ils y furent persécutés en 1416, principalement pour annuler les créances qu'ils détenaient vis-à-vis des habitants de Riquewihr. Au fond de la cour, une importante tour défensive du XIIIe siècle abrite le musée de la Tour des Voleurs, dans ce qui fut autrefois la prison de la ville et un redoutable lieu de tortures.

Revenez dans la rue du Général de Gaulle et passez sous le Dolder pour découvrir la seconde porte défensive : la Porte Haute (« Obertor »). Celle-ci fut édifiée en 1500, en même temps que l'on commença à construire la deuxième enceinte fortifiée, les premiers remparts étant devenus insuffisants face au développement des armes à feu. Sa herse (1500), que l'on peut encore voir aujourd'hui, est considérée comme la plus ancienne d'Europe. On remarque également l'emplacement où s'encastrait le pont-levis.

Pour terminer la visite de ce ravissant village médiéval, vous pouvez longer les remparts par un chemin qui part sur la droite de la Porte Haute. Vous pourrez ainsi apprécier cette imposante muraille qui protégea la ville des attaques durant des siècles, préservant ainsi la tranquillité de ses habitants et protégeant les différentes constructions de Riquewihr, pour le plus grand bonheur de ses visiteurs d'aujourd'hui !

QUE FAIRE À RIQUEWIHR

Sortir

Restaurant à Riquewihr

Évènements, spectacles à Riquewihr

Autour du même sujet

Annonces Google