Nancy

Nancy Le belle nancéienne est parée de bijoux. Les grilles dorées qui encadrent la place Stanislas constituent son diadème ; ses monuments du Moyen-Age sertis d'un remarquable palais Ducal, son collier de perles. Au poignet, elle porte en bracelet le chapelet de villas et d'édifices Art Nouveau dont lui ont fait cadeau les artistes de l'Ecole de Nancy au début du XXe siècle.

Aux doigts, elle porte une émeraude, le Parc de la Pépinière, et quelques diamants, de ravissants hôtels particuliers du XVIIIe siècle.

On aura aussi l'occasion de découvrir ses autres richesses dans les musées. Le musée des Beaux-Arts et  le musée de l'Ecole de Nancy abritent des pièces uniques.

On a retrouvé quelques traces de l'occupation humaine de la région datant de la Préhistoire. En revanche, rien ne nous est parvenu de la période gallo-romaine. Les premières traces de Nancy apparaissent au Moyen-Age, époque à laquelle le duc Gérard décida d'établir une petite place forte du nom de Nanciacum. Plusieurs édifices religieux y furent construits dont l'Eglise Saint-Epvre.

La ville se développa du XIIe au XVe siècle. Des fortifications lui furent ajoutées et un palais Ducal fut édifié au niveau de la Grand-Rue. Nancy bénéficia de l'activité de sa voisine Saint-Nicolas-de-Port, une des places commerciales les plus importantes du pays. La capitale du duché s'agrandit sur les faubourgs environnants.

En 1477, se déroule un événement important : la bataille de Nancy. Charles Le Téméraire, duc de Bourgogne, tenta d'agrandir son royaume et de s'emparer des duchés de Lorraine. Il réussit à prendre plusieurs villes dont Nancy en novembre 1475. René II, voulant récupérer son duché, marcha sur Grandson le 2 mars 1476 et parvint à battre Charles Le Téméraire. Quelques mois plus tard, un nouvel affrontement eut lieu entre les deux hommes à Morat ; c'est encore René II qui en sortit vainqueur. La révolte se mit en marche dans toute la Lorraine et les populations repoussèrent les garnisons bourguignonnes. Après un mois de siège, René II et ses soldats anéantissent les troupes du Téméraire, qui trouve la mort dans la bataille, et libèrent Nancy.

A la fin du XVIe siècle, malgré un contexte difficile (épidémies de peste?), une génération d'artistes exceptionnels voit le jour, l'histoire retiendra en particulier Jacques Callot, Claude Déruet, et Georges de la Tour.

Au XVIIIe siècle, le duc Léopold inaugura ce qui sera une vaste étape d'urbanisation et de construction d'édifices prestigieux (l'église Saint-Sébastien, un opéra, de nombreux hôtels particuliers?).  Son successeur, Stanislas Leszczynski, devenu duc par le biais de son gendre, Louis XV, poursuivit ces aménagements. Il dota la ville d'une magnifique Place royale (l'actuelle Place Stanislas), d'un quartier résidentiel, d'une pépinière? Nancy est alors à son apogée. A la mort de Stanislas, la ville rejoignit la couronne française. En 1871, elle le resta alors que l'Alsace et la Moselle furent annexées à l'Allemagne.

Le début du XXe siècle vit l'apparition d'un courant Art nouveau que l'on nommera l'École de Nancy. L'architecture de la ville est revisitée. Émile Gallé, Louis Majorelle, Victor Prouvé ou encore Eugène Vallin firent transparaître ce nouveau souffle dans les villas et les commerces nancéiens.

Nancy est ensuite gravement touchée par les bombardements de la Première Guerre mondiale.

En décembre 1983, l'ensemble architectural du XVIIIe siècle qui court autour de la place Stanislas, est inscrit sur la liste du Patrimoine Mondial de l'Humanité de l'Unesco.

En savoir plus

VOYAGE À NANCY

Carte d'identité

Population (2010) : 105 421 habitants

Superficie : 15,01 km²

Nom des habitants : Nancéiens, Nancéiennes

Plus d'informations

Trouver un hotel

QUE VOIR À NANCY

Monuments

On connaît de Nancy les nombreuses places et monuments édifiés à la demande de Stanislas Leszczynski, ancien roi de Pologne devenu duc de Lorraine : la place Stanislas, l'arc de triomphe, la place de la Carrière, le parc de la Pépinière, la place d'Alliance. On reste, au demeurant, frappé par l'excellente vision de l'urbanisme dont il a fait preuve. Le siècle des Lumières a, en effet, été l'âge d'or de la ville. Mais le patrimoine nancéien ne s'arrête pas là.

La vieille-ville a subit quelques outrages du temps mais dégage encore une atmosphère moyenâgeuse. Suivez notre parcours dans le quartier historique de Nancy. Si vous avez encore un peu de temps, allez voir le n°57 de la rue des Dominicains. La maison possède une jolie façade sculptée car ce fut, au XVIIIe siècle, la demeure des Adam, une illustre famille de sculpteurs lorrains.

Sous le règne de Stanislas et pendant tout le XVIIIe siècle, la capitale du duché de Lorraine est en pleine extension. Elle se couvre d'édifices prestigieux (cathédrale, Parlement?) et de beaux hôtels particuliers. Aujourd'hui encore, on peut en voir quelques-uns. Notreparcours, dans le centre ville, vous permettra de les découvrir.

L'architecture de la ville est entrée dans une nouvelle phase au tout début du XXe siècle. L'Art Nouveau s'est invité à Nancy, porté par quelques artistes, Emille Gallé en tête. C'est Louis Majorelle qui chargea l'architecte parisien Henri Sauvage de la construction de sa maison en 1901. La note fut donnée. Ensuite, les architectes Émile André, Jacques Gruber, Henry Gutton et quelques autres ont été réclamés par les Nancéiens pour la construction de maisons particulières, commerces et brasseries. En une demi-journée, découvrez les édifices les plus représentatifs de ce courant artistique.

Enfin, dans la Ville Neuve, quelques édifices religieux peuvent être visités, comme la cathédrale construite au XVIIIe siècle et l'église Saint Sébastien. Cette dernière, datant de la même époque, est l’œuvre de l'architecte Jennesson. Il se serait inspiré de l'église Saint-Agnès de Rome pour la réaliser. A voir : sa façade incurvée de style baroque. Plus au sud de la ville, l'église Notre-Dame-de-Bonsecours, bâtie sur les plans d'Emmanuel Héré, est l'un des rares exemples du style rococo religieux en France. Elle abrite les tombeaux de Stanislas et son épouse ainsi que le monument du cœur de Marie Leszynska, l'épouse de Louis V.

Musées

De la peinture du XVIIe à l'histoire de la Lorraine en passant par les œuvres de la fameuse École de Nancy, les musées nancéiens vous poussent à élargir vos horizons.

Le musée des Beaux-Arts, fondé au XVIIIe siècle, est le plus ancien de la ville. Ayant fait l'objet de plusieurs agrandissements et réaménagements, il présente ses riches collections qui embrassent l'art européen de la fin du XIVe au XXIe siècle. 

Entièrement dédié à l'art Nouveau, le musée de l'École de Nancy a trouvé sa place dans l'ancienne maison d'un des grands mécènes de ce mouvement, Eugène Corbin. A travers des œuvres d'Emile Gallé, de Louis Majorelle et des frères Daum, il montre à quel point l'École de Nancy a revisité les arts décoratifs.

Le musée-aquarium dresse un large panorama du règne animal. La soixantaine d'aquariums permet d'observer les poissons et invertébrés dans leur milieu naturel reconstitué (eaux tropicales de la mer Rouge, le fleuve Amazone?). L'autre partie du musée, entièrement remise au goût du jour, présente des collections d'animaux naturalisés.

Quant au musée Lorrain, il nous rappelle l'histoire de cette région un temps géré par les ducs de Lorraine. Logé dans le palais Ducal, il expose également des œuvres d'illustres Lorrains, comme Georges de La Tour et le graveur Jacques Caillot.

QUE FAIRE À NANCY

Sortir

Restaurants à Nancy

Cinémas à Nancy

Musées à Nancy

Spectacles à Nancy

Autour du même sujet

Annonces Google