Déclaration automatique : pour qui ? Ce qu'il faut vérifier

Déclaration automatique : pour qui ? Ce qu'il faut vérifier DECLARATION AUTOMATIQUE REVENUS 2021. Au total, pas moins de 12 millions de foyers fiscaux bénéficient de la déclaration de revenus automatique. Elle permet, si vous n'avez aucune information à ajouter, de n'avoir aucune démarche à faire. Mais pourquoi il ne faut pas tout prendre pour argent comptant ?

C'est officiel. La période de la déclaration d'impôt 2021 a commencé. Depuis le 8 avril dernier, les contribuables peuvent entamer leurs démarches sur le site des impôts ou via le formulaire papier. La déclaration de revenus demeure indispensable, et ce, malgré la mise en place du prélèvement à la source. Objectif affiché, savoir si le contribuable est redevable d'un solde d'impôt sur le revenu, au regard de ses retenues à la source au cours de l'année d'imposition et, in fine, ajuster son taux de prélèvement si nécessaire. Depuis l'an dernier, certains Français reçoivent une déclaration de revenus dite "automatique", soit par courrier, soit en ligne dans leur espace personnel sur le site des impôts. Êtes-vous susceptible d'être concerné cette année ? Faut-il tout prendre pour argent comptant ? 

La déclaration automatique, en quoi ça consiste ? 

Que vous remplissiez votre déclaration de revenus en ligne ou via le formulaire papier, vous l'avez sans doute remarqué, l'administration fiscale pré remplit certaines cases de ce document, à partir des informations qui lui ont déjà été communiquées au cours de l'année d'imposition. C'est notamment le cas de vos revenus salariés, grâce au prélèvement à la source.

La nouveauté, avec la déclaration automatique, c'est que, si toutes ces informations sont exactes, vous n'avez strictement rien à faire ! En clair, vous n'êtes pas dans l'obligation de renvoyer le document papier ou de revalider les informations en ligne. En 2020, 12 millions de foyers étaient éligibles à ce dispositif, et en ont été informés au préalable. Attention toutefois, vous allez vous en rendre compte, cette fameuse déclaration automatique n'est pas à prendre à la légère. 

Qui est concerné par la déclaration automatique ? 

Au total, 12 millions de foyers en bénéficient. Pour être concerné par la déclaration 2042 K AUTO, plus communément appelée déclaration de revenus automatique, vous devez remplir plusieurs conditions. Linternaute.com vous les résume : 

  • Vous avez déjà déclaré vos revenus par le passé, autrement dit, vous n'êtes pas primo-déclarant. 
  • Vous avez été imposé uniquement sur des revenus connus de l'administration fiscale : salariés, pensions, revenus de capitaux mobiliers. 
  • Vous n'avez déclaré aucun changement de situation au cours de l'année d'imposition (mariage, Pacs...). 

A noter : en 2021, pour la déclaration de revenus portant sur les revenus 2020, le nombre de foyers éligibles a été élargi. Ainsi, les foyers qui ont déclaré une naissance, une adoption, le recueil d'un enfant mineur ou encore la perception d'une pension alimentaire, seront éligibles à la déclaration automatique. 

Quels sont les revenus à vérifier dans sa déclaration automatique ? 

Vous ne devez surtout pas prendre pour argent comptant ce qui est pré rempli par l'administration fiscale. Que vous déclariez en ligne ou via le formulaire papier, vous êtes invité à vérifier les informations qui sont mentionnées, à commencer par vos revenus. Vous êtes salarié ? Dans ce cas, rien de plus simple ! Mettez la main sur votre ou vos dernières fiches de paie de l'année d'imposition (décembre 2020 par exemple pour la déclaration de revenus à venir), puis reportez-vous à la ligne "net fiscal" ou "net imposable". Si le montant ne correspond pas en cas 1AJ, alors vous devrez le modifier et remplir une déclaration de revenus classique comme d'habitude. 

Quels sont les autres éléments à vérifier absolument ? 

Ne vous arrêtez pas en si bon chemin ! Les revenus ne sont pas les seuls éléments que vous devez impérativement vérifier dans votre déclaration automatique. Linternaute.com vous les résume, en détail : 

  • Votre situation personnelle et familiale : votre adresse (n'oubliez pas que celle-ci est déterminante pour le paiement d'éventuels impôts locaux) et votre foyer fiscal (rattachement d'enfants, personnes à charge, mariage, Pacs, naissance...). 
  • Vos retenues à la source déjà payées : autrement dit, l'impôt dont vous vous êtes déjà acquitté l'an dernier via le prélèvement à la source. Si vous êtes salarié, sachez que ce montant figure également sur votre dernière fiche de paie sous la ligne "prélèvement à la source depuis", suivie de la date de début de votre contrat ou de l'année. 
  • Vos charges : pensions familiales par exemple. 
  • CSG déductible 
  • Réductions, déductions et crédits d'impôt : vous avez eu recours un employé à domicile ? Vous avez fait un don l'an dernier ? Si l'administration fiscale n'a pas eu connaissance de dépenses éligibles à avantage fiscal, ne les oubliez pas, déclarez-les. 
  • Les dépenses d'emploi à domicile payées via le Cesu ou Pajemploi. 

Ne négligez aucun de ces éléments. Le fisc calcule à partir de ces informations un impôt estimatif (autrement dit, le solde de l'impôt sur le revenu dont vous devez vous acquitter ou non, en fonction de ce que vous avez déjà payé avec l'impôt à la source). Il évalue également, si nécessaire, votre nouveau taux de prélèvement à la source qui s'appliquera à compter de septembre. Si vous êtes redevable de l'impôt sur le revenu, sachez que le montant indiqué sur la déclaration automatique sera prélevé sur votre compte bancaire à partir de septembre. Si ce montant est nul, aucun prélèvement ne sera effectué. 

Déclaration de revenus