Montant ses conversations téléphoniques sur des images du Mur des Lamentations, la cinéate scrute les interactions du personnel, du religieux et du politique dans « le lieu public le plus intime que l'on puisse imaginer »

Hakir
Hakir

Montant ses conversations téléphoniques sur des images du Mur des Lamentations, la cinéate scrute les interactions du personnel, du religieux et du politique dans « le lieu public le plus intime que l'on puisse imaginer »