République Dominicaine

République Dominicaine Première destination touristique des Caraïbes, la République Dominicaine a de quoi séduire les voyageurs : soleil omniprésent, plages de sable blanc bordées de cocotiers, villages de pêcheurs...

C'est un véritable coin de paradis accessible à tous. La République domicaine est une destination réellement idyllique où les séjours se révèlent très abordables. Un excellent plan pour les familles puisque les hôtels "all-inclusive" accueillent avec joie les enfants en bas âge. L'île compte quelques unes des plus belles plages des Caraïbes mais aussi de très beaux hôtels du côté de Cap Cana. Ceux qui sauront s'arracher aux délices de la plage et d'une eau toujours chaude, pourront aussi découvrir des recoins préservés, des promenades magiques découvrir l'histoire de la première des terres découvertes par Christophe Colomb.

La République domicaine est le temple des séjours all-inclusive, c'est-à-dire tout compris (vol, hébergement et 3 repas par jour, voire plus grâce aux buffets en libre accès.) Ces séjours sont proposés à des prix défiant toute concurrence. Envie de se reposer, de couper les ponts avec son train-train quotidien pendant une semaine ou deux ? Il n'y pas à hésiter. De nombreuses excursions dans le centre de l'île (baignade dans les cenotes...) et de nombreuses activités viendront casser votre délicieuse routine.

Pour les voyageurs à tendance baroudeurs, il faut savoir que la République Dominicaine offre également la possibilité de sortir du schéma « plage-cocotier-farniente ». De nombreux parcs nationaux, espaces protégés et classés, sont à parcourir à pied ou en bateau. Retenez notamment celui de Los Haïtises, pour une balade mouvementée sur l'eau à travers les mangroves, et le parc national Armando Bermúdez, pour randonner et pourquoi pas arpenter une partie du pico Duarte, plus haut sommet des Antilles avec une altitude de 3 000 m. Le parc Sierra de Baoruco, d'une superficie de 800 km2 vaut également le détour, avec sa multitude de paysages contrastés. Le parc sous-marin La Caleta, situé à l'Est de la capitale, fera le bonheur des amateurs de plongée.

Ainsi, vous le constaterez, la République Dominicaine peut très bien être perçue comme une destination sportive.

Sur le plan culturel, la République Dominicaine offre un savant mélange entre culture Taïno, européenne et antillaise.

La première est issue du peuple primitif vivant sur l'île d'Hispaniola avant sa découverte par Christophe Colomb en 1492. La seconde provient bien évidemment de la conquête espagnole consécutive à la découverte de ce bout de terre. La dernière, d'influence africaine, émane, quant à elle, de la période esclavagiste  au même titre que dans d'autres pays des Caraïbes.

Quoi qu'il en soit, les stigmates de ce brassage culturel se retrouveront aussi bien dans les musées, l'architecture et même dans l'atmosphère générale du pays.

Saint Domingue est justement une destination privilégiée pour découvrir les empreintes laissées par les Taïnos et les Espagnols. N'hésitez pas à déambuler à pied, dans la zone coloniale, et à visiter le musée Taïno pour vous imprégner au mieux de l'histoire nationale.

Ne passez pas à côté de l'activité locale incontournable qu'est la danse et plus particulièrement le merengue et la bachata. N'oubliez pas non plus de goûter aux spécialités locales que sont les cigares et le rhum. Enfin, assistez si vous le pouvez à un combat de coqs dans la gallera, "sport" très populaire à Saint-Domingue.

VOYAGE EN RÉPUBLIQUE DOMINICAINE

Introduction

Conseils pratiques

En raison de cas de rage recensés dans le pays, ne touchez pas les chiens et animaux errants. Ne vous baignez pas dans les lacs et eaux douces : vous pouvez contracter la leptospirose, une maladie bactérienne.

Météo / Quand partir

La meilleure période pour se rendre en République dominicaine s'étale de la fin du mois de novembre jusqu'à début mai. C'est à ce moment que vous trouverez le plus de soleil et quasiment aucune journée de pluie.

Ensoleillement / Precipitations

Le climat est de type subtropical humide.

Les saisons sont peu différenciées. Il fait entre 20 et 30°C toute l'année (sauf dans les montagnes). L'île connaît une saison cyclonique de juin à octobre.

Climat et Météo

Ciel bleu, soleil?. Que du beau temps pour la République Dominicaine. Ce pays se situe, en effet, entre l'équateur et le tropique du Cancer. Aussi son climat s'avère tropical, tout en étant tempéré par les alizés.

Il fait assez chaud l'été et les nuits demeurent douces même en hiver, excepté quelques zones centrales ou elles chutent un peu plus. Et, globalement, les températures moyennes annuelles s'élèvent à 30°C le jour et à 20°C la nuit. Elles sont donc très constantes. De quoi faire rêver les Européens en mal de chaleur climatique.

Par ailleurs, en tant que pays tropical, la République Dominicaine doit faire face à une saison des pluies. Il faudrait même dire deux saisons des pluies. Car celle-ci se divise en deux périodes, mai-juin, d'une part, et septembre-octobre, d'autre part.

Il faut également noter le fait que des ouragans frappent parfois les côtes dominicaines. Mais pas de paniques, ces phénomènes, qui ont plutôt lieu à l'automne, sont rares et peuvent être prévus à l'avance par les météorologues. Le seul risque est de se voir bloquer quelques jours à l'hôtel.

De plus, ce ne sont pas les phénomènes climatiques les plus pénibles pour le pays. Les inondations créent plus de dommages matériels. Mais, encore une fois, s'il faut être conscient de ce type de phénomène, il ne faut en aucun cas s'inquiéter outre mesure tant les risques sont minimes.

Quand partir ?

Il n'y a pas vraiment de période idéale pour y aller puisque c'est l'été toute l'année. Cependant, on distingue une saison sèche de décembre à avril et une saison humide de mai à octobre. Pendant cette période, les averses sont aussi violentes que brèves.

Globalement, la période la plus propice à la découverte de la République Dominicaine s'étale de décembre - avec un pic à Noël et au Nouvel An - à avril. Rien d'étonnant, c'est à ce moment de l'année que le temps est le plus sec et le plus ensoleillé.

Ces données varient quelque peu selon votre région de destination. Si vous vous rendez sur la côte Nord, le climat sera plus clément de juin à septembre. En revanche, si vous allez sur la côte Sud, mieux vaut préférer les mois de novembre à avril.

Si vous décidez de vous limiter à la visite de Saint-Domingue, privilégiez la fin de l'automne, après la saison des pluies. Le temps est de nouveau sec et il y a également moins de touristes.

Températures moyennes

Températures moyennes de la mer :

Janvier : 25°C

Février : 25°C

Mars : 25°C

Avril : 26°C

Mai : 26°C

Juin : 27°C

Juillet : 27°C

Août : 28°C

Septembre : 28°C

Octobre : 28°C

Novembre : 27°C

Décembre : 26°C

Passeport / Visa / Formalités

En règle générale, il faut présenter un passeport en cours de validité pour rentrer en République Dominicaine. Toutefois, les Français, qui arrivent dans le pays par un vol direct, peuvent se contenter de présenter une carte d'identité en cours de validité. Dans les deux cas, la durée du séjour ne doit pas excéder trois mois.

Par ailleurs, la douane dominicaine exige la présentation d'une carte de tourisme (tarjeta de turismo). Valable un mois, cette carte coûte environ 320 pesos dominicains (12 euros). Elle s'achète généralement en arrivant en République Dominicaine, à l'aéroport. On peut également se la procurer préalablement au Consulat de la République Dominicaine.

De même, en ressortant du pays en fin de séjour, il faut s'acquitter d'une taxe de 20 dollars ou 720 pesos dominicains (24 euros).

Transports

Pour vous rendre en République Dominicaine, l'avion reste le meilleur moyen, à moins que vous ne vouliez tenter l'aventure d'une traversée de l'Atlantique en bateau, c'est au choix, mais ce sera alors en plusieurs semaines... On compte 8000 km de distance entre Paris et la République Dominicaine. Aussi, il faut compter environ 9h de vol depuis la France (8h30 au retour).

Plusieurs compagnies aériennes assurent des vols réguliers (principalement Air France, Iberia et American Airlines) et des charters vers la République Dominicaine.

Le pays compte 8 aéroports internationaux, à commencer par Las Américas International Airport, situé à proximité de Saint Domingue.

Les sept autres aéroports internationaux - installés dans les principales stations balnéaires de la côte dominicaine telles que Punta Cana, Samaná ou Puerto Plata - accueillent principalement des vols charters.

De grandes compagnies comme Air France et Corsair vous emmènent en République Dominicaine. Mais vous pourrez aussi leur préférer XL Airways France qui propose toute l'année des allers-retours Paris-La Romana, Paris-Puero Plata et Paris-Punta Cana.

Quant aux tarifs, il faudra compter au moins 1000 euros pour un aller-retour sur un vol régulier et au moins 600 euros pour un aller-retour par charter.

Sachez également que de nombreux voyagistes proposent des séjours "all inclusive", comprenant le vol, l'hôtel, les transferts, la nourriture et les boissons à des prix très avantageux, souvent à partir de 650 euros.

Circuler à l'intérieur du pays

Une fois sur place, si vous désirez aller d'un bout à l'autre du pays, l'avion peut également représenter un moyen de transport très pratique. Des vols réguliers, assurés par Air Santo Domingo ou des avions-taxis permettent, en effet, de se déplacer dans n'importe quel coin du pays. 

Le bus est un moyen de transport répandu et bon marché en République Dominicaine.

Trois compagnies de bus se partagent le territoire dominicain : Terra Bus, Metro Tours et Caribe Tours, la plus grande compagnie de bus en République Dominicaine. La compagnie Metro met également à disposition des voyageurs, des bus.

Variante des bus, les guaguas (prononcer « gouagoua ») sont des espèces de minibus, voire parfois de simples camionnettes capables de vous conduire n'importe où. Sans confort et pas toujours bien sécurisé, ce moyen de transport a l'avantage d'être peu cher et surtout folklorique.

Les taxis : Il faut distinguer deux types de taxi, les voitures et les moto-taxis (conchos). Dans les deux cas, ces moyens de transport sont plutôt réservés à de petits trajets.

Attention, certains chauffeurs de taxi (voiture) n'ont pas de compteur, ce qui se traduit souvent par des courses hors de prix.

Les moto-taxis sont quant à eux vraiment peu chers et ont l'avantage de pouvoir transporter deux personnes en plus du chauffeur. Sensations garanties.

La location de véhicules

Motos : c'est le moyenle plus rapide de découvrir le pays. De plus ce type de transport est vraiment sympathique, à condition bien entendu d'avoir les compétences requises. Enfin, les tarifs de location sont plutôt abordables : entre 30 et 40$ par jour de location.

Voitures : louer une voiture vous permettra également d'avoir une entière libertésur place. Quelques petites recommandations sont tout de même à prendre en compte. L'état des routes n'est pas optimal partout. De plus, dans le cas d'accrochages, certains policiers n'hésiteront pas à vous incomber tous les torts et à vous faire payer une amende.

Toutefois, mieux vaut être vigilant si vous louez une voiture. Il arrive parfois que des loueurs peu scrupuleux demandent le paiement de réparations pour des dommages antérieurs à la location.

Location de voitures

Deux agences vous permettront de louer un véhicule en République Dominicaine : Voitures des îles et Sixt. Comptez environ 40 euros par jour pour une petite citadine de base.

Santé / Sécurité / Vaccins

Santé

Située au cœur du Tropique du Cancer, la République Dominicaine est soumise à différentes maladies tropicales, notamment le paludisme, la dengue et la fièvre du Nil. Toutes trois transmises par les moustiques, ses affections sont présentes dans tout le pays. Un traitement préventif peut donc être recommandé. Et, quelques règles sont à adopter une fois sur place, telles que l'utilisation de répulsifs et de moustiquaires.

En ce qui concerne la dengue, sachez qu'elle est plus virulente pendant la saison humide (juin à novembre). Les symptômes s'apparentent à un état grippal (fièvre, courbatures, maux de tête). Mais le temps d'incubation s'élève généralement à 8 jours. Aussi, si vous ressentez ce type de maux au retour en France, précisez à votre médecin que vous avez séjourné en République Dominicaine. Et dans tous les cas, il faut absolument proscrire la prise d'aspirine et préférer le paracétamol.

D'autre part, depuis l'hiver 2010-2011, une vague de choléra touche le pays. Actuellement 1300 cas sont recensés, particulièrement dans la capitale. Il est donc préférable de respecter scrupuleusement les mesures de précaution et d'hygiène de base.

Aussi, il parait indispensable de souscrire, avant son départ, une assurance prenant totalement en charge les éventuelles dépenses de santé sur place, ainsi que les frais de rapatriement sanitaire, le cas échéant. En effet, il faut savoir que les frais hospitaliers sont très élevésen République Dominicaine. De plus, ceux-ci doivent être réglés immédiatement, sous peine de ne pouvoir ressortir de l'hôpital.

D'ailleurs, en cas de consultation médicale ou d'hospitalisation, n'hésitez pas àdemander le montants des honorairesvoire les tarifs d'intervention en cas d'opération chirurgicale, afin d'éviter d'être surpris par des factures mirobolantes.

Sécurité

Sécurité routière

Le réseau routier s'avère assez inégalen République Dominicaine. Outre les routes proprement dites, il existe beaucoup de pistes sur lesquelles la circulation peut se révéler assez difficile, notamment pendant la saison des pluies. La prudence est donc de mise ; d'autant que la signalisation laisse parfois à désirer et que le code de la route n'est pas toujours respecté.

Par ailleurs, certains policiers zélés n'hésiteront pas à faire payer des amendes pour des infractions que vous n'aurez pas forcément commises, notamment en cas d'accrochage. Aussi, dans certains cas, le taxi peut être une solution alternative beaucoup plus intéressante.

Numéros d'urgence

En cas d'urgence, et quel que soit le type d'urgence, le numéro à contacter est le 911.

Conditions politiques

Le pays est une république présidentielle. Tous les citoyens peuvent voter dès l'âge de dix-huit ans, excepté les policiers et les militaires. Trois partis sont en rivalité depuis la chute du dictateur Trujillo (1961) : le Parti Réformiste Social-Chrétien (PRSC), le Parti Révolutionnaire Dominicain (PRD) et le Parti de Libération Dominicaine (PLD).

Vaccins Recommandes

Aucun vaccin n'est requis pour pénétrer sur le territoire dominicain. Toutefois, il est conseillé de se faire faire un rappel DT polio avant le départ. 

De plus, ceux qui envisagent parcourir les régions intérieures du pays sont également invités à envisager de se faire vacciner contre l'hépatite A, l'hépatite B et la typhoïde.

Monnaie

Coût de la vie

Beaucoup de voyagistes proposent des voyages « all inclusive » (tout inclus), c'est-à-dire comprenant le vol bien sûr mais aussi l'hébergement et la demi-pension voire la pension complète.

Si vous voyagez à la carte, une nuit d'hôtel en chambre double vous coûtera au minimum 20 euros mais plus souvent 70 à 80 euros. Et attention, la taxe sur les hôtels (23%) n'est pas toujours comprise sur les tarifs affichés. N'hésitez donc pas à demander si les tarifs énoncés sont bien tout compris.

Quant aux repas, le minimum est d'environ 6 euros par personne. Mais, en moyenne, il faudra débourser 15 euros dans un restaurant standard et plus de 20 euros dans une restaurant un peu plus gastronomique. Dans tous les cas, il faut savoir que les taxes sur la nourriture et les boissons (8 %), les frais de service des cuisiniers (10%) de même que le service en salle (5 à 10%) ne sont pas inclus dans les tarifs affichés au menu. Mieux vaut le savoir avant de commander pour éviter les surprises au moment de l'addition.

Par ailleurs, les produits de base ne sont pas très chers. Aussi, il est tout çà fait envisageable de se payer quelques spécialités locales, telles que cigares, rhum ou encore café et épices.

A noter : en règle générale, les magasins touristiques pratiquent des prix plus élevés que les petits commerces locaux. Aussi préférez ces derniers pour vos achats de souvenirs. De même, pensez à marchander dans ces mêmes petites boutiques ainsi que sur les marchés, lieu de prédilection pour trouver des objets d'artisanats, bijoux, épices etc.

Monnaie

La monnaie du pays est le peso dominicain.

1 EUR = 54,46 RD$ (juin 2011).

Prix moyens

Séjour (hors voyage A/R) : de 300 euros à 700 euros

Hôtels 1 et 2 étoiles : de 14 euros à 40 euros

Hôtels 3 étoiles : de 40 euros à 80 euros

Hôtels 4 étoiles ou plus : de 80 euros à 100 euros

Restaurants bon marché : de 2 euros à 12 euros

Restaurants traditionnels : de 2 euros à 20 euros

Restaurants Grandes tables : de 20 euros à 40 euros

Points forts

Le lac Enriquillo

Randonnées dans les montagnes Nombreux spots de plongée

Les nombreux parcs nationaux pour admirer la faune

Les carnavals

Points faibles

Risque d'ouragans

Mauvais état des routes

Développement des hôtels sur les côtes

Bons plans

A faire

Aller sur l'île de Saona - Incluse dans le parc national del Este, l'île de Saona est une île protégée. Aussi, seule une toute petite partie de sa côte est ouverte aux touristes. Il va sans dire que les vacanciers sont nombreux à y affluer chaque jour. Toutefois, la majesté des paysages - sable blanc, cocotiers, eaux turquoises - a de quoi faire oublier le reste. D'autant qu'il est tout à fait possible de s'isoler de la foule une fois arrivé au débarcadère. En effet, les plages sont à perte de vue. N'hésitez pas à marcher quelques centaines de mètres afin de trouver un petit coin tranquille.

Se déplacer en motos-conchos - Les motos-conchos sont des motos-taxis - donc avec chauffeurs - sur lesquels deux passagers peuvent monter. Si ce moyen de transport peut, à première vue, paraître un peu dangereux, il n'en demeure pas moins le meilleur véhicule pour effectuer de petits trajets. Le mieux reste de faire confiance au chauffeur et de profiter du trajet pour admirer le paysage. Sensations garanties !

Goûter aux cigares dominicains - Contrairement à ce que l'on s'imagine fréquemment, Cuba est loin d'avoir le monopole en matière de cigares. D'ailleurs, le République Dominicaine est le premier producteur mondial. Il apparaît donc inconcevable de venir sur l'île sans goûter ne serai-ce qu'à  un cigare. Il est possible de s'en procurer à peu près partout. Préférez toutefois les magasins officiels aux vendeurs à la sauvette.

Visiter les rhumeries - En tant que pays des caraïbes qui se respecte, la République Dominicaine produit bien évidemment du rhum (ron). Visitez donc une rhumerie, en particulier celle de Brugal à Puerto Plata. Attention tout de même à ce que la dégustation ne vire pas en beuverie.

Rhum et cigare font d'ailleurs très bon ménage ! Mais veillez tout de même à consommer ces deux spécialités locales avec modération.

Gravir le Pico Duarte à dos d'âne - Il serait dommage de ne pas profiter de la vue imprenable sur la République Dominicaine, du haut de son point culminant : le Pico Duarte ! Situé dans le parc José del Carmen Ramirez, il s'élève à plus de 3000 mètres d'altitude. Faites-vous escorter par un âne !

A ne pas faire

Fréquenter les plages « sauvages » - Il est fortement déconseillé de fréquenter des plages non signalisées, non surveillées et parfois désertes. En effet, la circulation des engins nautiques motorisés près des plages n'est pas soumise à une réglementation. Donc, nager ou plonger en solitaire peut s'avérer très dangereux.

Vie pratique

Électricité

Comme aux États-Unis, le courant est en 110V et les prises possèdent trois fiches plates, en forme de lamelles. Il est donc nécessaire de se munir d'un adaptateur et d'un transformateur pour prises françaises, si vous souhaitez apporter vos appareils électriques avec vous (téléphone portable, appareil photo numérique, sèche-cheveux, etc.).

Horaires

La République Dominicaine se trouve à 8 500 km à l'ouest de la France. Aussi il faut s'attendre à un important décalage horaire.

- GMT -05 en hiver : lorsqu'il est midi à Paris, il est 7 h du matin à Saint-Domingue ;

- GMT -06 en été : lorsqu'il est midi à Paris, il est 6 h du matin à Saint-Domingue.

En moyenne, les magasins sont ouverts de 9-10h à 18-19h, avec une fermeture entre 12h et 14h. Mais attention, ces horaires varient beaucoup d'une ville à l'autre voire d'un commerce à l'autre.

Les banques ouvrent de 9h à16h.

Téléphone

Pour appeler de France en République Dominicaine

Pour téléphoner de la France en République Dominicaine, composez le 00 1 809 suivi des 7 chiffres du numéro de votre correspondant.

Pour appeler de République Dominicaine en France

Pour téléphoner de République Dominicaine vers la France, composez le 00 33 puis le numéro de votre correspondant sans le 0 de l'indicatif régional (ex. : sans le 0 de 02 pour l'Ouest de la France).

Jours fériés

Le 1er janvier (Nouvel an), le 6 janvier (Épiphanie), le 21 janvier (jour de la Virgen de Alta Gracia), le 27 février (déclaration de l'Indépendance), le 1er mai (Fête du Travail), le 16 août (jour de la Restauration), le 24 septembre (Jour de la Virgen de las Mercedes), le 6 novembre (jour de la Constitution) et le 25 décembre (Noël).

Informations pratiques

Ambassade de la République Dominicaine à Paris

45, rue de Courcelles

75008 Paris

Equipements

En raison des risques de dengue (transmis par le moustique), prévoyez un bon anti-moustique et des vêtements longs. Sinon, vu le climat tropical du pays, voyagez léger : tee-shirt, lunettes, etc. Prévoyez tout de même un pull ou une polaire si vous allez dans les zones montagneuses.

Carte d'identité

Culture / Traditions

Loin de nous l'idée de dresser un tableau des us et coutumes dominicaines, ni même de vous livrer une image stéréotypée des Dominicains. Il s'agit simplement de vous éclairer sur quelques éléments caractéristiques de la culture locale.

Chrétienté et tolérance religieuse

Depuis la conquête espagnole, le catholicisme est la religion d'État. La République Dominicaine conserve d'ailleurs une vision très traditionnelle de cette religion chrétienne. La plupart des Dominicains, à quelques exception près, sont d'ailleurs, aujourd'hui encore, d'obédience catholique. Toutefois, le vaudou - croyance ancestrale - continue de faire de nombreux adeptes. Et, vu que la République Dominicaine est très tolérante en matière religieuse, toutes les croyances sont protégées et acceptées.

La fièvre des Caraïbes

Le merengue et la bachata, styles musicaux originaires de la République Dominicaine, font danser les Dominicains tous âges confondus. Ces musiques occupent une place prépondérante dans la vie des Dominicains. On en entend partout. Toutes les radios diffusent du merengue - mélange de salsa cubaine, aux sonorités africaines avec un soupçon de zouk antillais - ou de la bachata, dérivé du merengue, apparu dans les années 1990.

Au détour des rues ou sur la plage, il n'est pas rare de croiser une voiture-sono autour de laquelle des jeunes improvisent une discothèque. Bref, les Dominicains sont plutôt bons vivants et aiment à se retrouver pour boire et danser sur ces rythmes sensuels et endiablés.

Le culte du tabac

Le tabac fait également partie de la culture dominicaine. La République Dominicaine est, en effet, le premier pays exportateur de cigares dans le monde entier. Plus de 50% du tabac  est produit à Villa Gonzalez, petite commune d'environ 30 000 habitants (2002) située dans la Cibao (Santiago), région proche de la côte Nord.

L'influence américaine

Occupée par les États-Unis au début du XXe siècle, la République Dominicaine s'est vue influencée par la culture américaine. Petite anecdote, le baseball est un sport très populaire dans le pays. La République Dominicaine fournit d'ailleurs le plus grand nombre de joueurs étrangers au championnat professionnel de base-ball des États-Unis.

Mots utiles

La langue officielle de la République Dominicaine est l'espagnol. Aussi, si vous avez déjà quelques notions de bases sur la langue de Cervantès, vous vous en sortirez aisément. Voici tout de même un rappel de quelques mots indispensables.

Dans la vie quotidienne

Oui : Si

Non : No

Bonjour : Buenos días, hola

Bonsoir : Buenas tardes

Au revoir : Hasta luego, adíos

Bonne nuit : Buena noches

A bientôt : Hasta pronto

S'il vous plaît / Merci : Por favor / Gracias

Comment allez-vous ? : ¿Cómo está ?

De rien : De nada

Excusez-moi : Perdóne, disculpe

Désolé : Lo siento

Je ne comprends pas : No comprendo

Parlez-vous français ? : ¿Habla usted francés ?

A l'hôtel et au restaurant

Hôtel : Hotel

Restaurant : Restaurante

Avez-vous une chambre ? : ¿Tiene un cuarto ?

Toilettes : Servicios

Le menu : El cubierto

L'eau : El agua

Le petit déjeuner : El desayuno

Le déjeuner : La comida

Le dîner : La cena

L'addition : La cuenta

Les transports

Aéroport : Aeropuerto

Gare : Estación

Arrêt de bus : Parada

Avion : Avión

Train : Tren

Bus : Autobús

Ticket, billet : Billete

Les Dominicains emploient par ailleurs quelques « dominicanismes ». Il s'agit le plus souvent de termes oraux plutôt familiers. En voici une petite sélection.

Une petite sieste : Una pavita

Donnez moi une bière : Dame una fria

J'ai trop mangé : Que hartura !

Il pleut : Está harineando

Liens utiles

Site Web de l'Ambassade de France en République Dominicaine.

Trouver un hotel

QUE VOIR EN RÉPUBLIQUE DOMINICAINE

Où aller ?

Nature/Parcs nationaux/Zoo/Réserves

Malgré que le pays ne soit pas vraiment riche et occupe une petite superficie, il compte un grand nombre de parcs nationaux qui visent à protéger et conserver la faune et la flore, le plus grand étant celui de Jaragua. La République dominicaine peut se vanter de posséder plusieurs parcs nationaux où la couleur émeraude domine le paysage. Le parc national del Este est le plus connu du pays, suivi du parc national Los Haitises, qui s’étend sur plusieurs îles. On trouve ensuite le Parque nacional Armando Bermúdez et le Parque nacional José del Carmen Ramírez au centre de la République dominicaine, qui sont les lieux rêvés pour de belles randonnées. Il est possible de faire des excursions dans pratiquement tous les parcs du pays et notamment de la plongée.

Parcs et jardins

Si la République dominicaine est célèbre pour ses plages de sable blanc, elle peut également se vanter de posséder plusieurs parcs nationaux où la couleur émeraude domine le paysage. Le parc national del Este est le plus connu du pays, suivi du parc national Los Haitises, qui s’étend sur plusieurs îles. On trouve ensuite le Parque nacional Armando Bermúdez et le Parque nacional José del Carmen Ramírez au centre de la République dominicaine, qui sont les lieux rêvés pour de belles randonnées.

Nature / Paysages

Plus grand lac salé au monde, vous ne pouvez pas manquer de faire un tour sur le lac Enriquillo. Vous pourrez y voir des flamands, crocodiles et une faune très riche. Ce lac est en fait un parc national. Situé dans le sud du pays, Vous pouvez en faire le tour à pied ou faire une excursion à bateau notamment pour atteindre les trois îlots qui se trouvent au milieu du lac, mais pour cela il est préférable d'arriver tôt le matin.

Nature / Faune

Au large de la très belle île de Samana, chaque année les baleines à bosse s'y retrouvent pour se reproduire. Une expérience inédite à ne pas manquer.

Les mois les plus favorables : janvier et février.

Nature / Flore

La République dominicaine est un pays verdoyant, bien que la déforestation joue un rôle néfaste sur l’environnement depuis le début du siècle dernier. Toutefois, elle tente de préserver son patrimoine naturel, et de nombreux parcs nationaux sont aujourd’hui protégés. Entourée de l’océan Atlantique et de la mer des Caraïbes, on y trouve environ 600 kilomètres de plages somptueuses faisant partie des plus belles des Caraïbes, et une partie montagneuse à l’ouest de la République dominicaine.

Nature/Paysages/Plages

La République dominicaine protège ses parcs naturels et ses réserves naturelles comme une mère protège son enfant. Entre la Cordillère centrale, les forêts tropicales, les vallées, les déserts, la lagune d’Oviedo ou encore le lac salé d’Enriquillo, vous n’avez que l’embarras du choix pour visiter le côté naturel et vert de ce somptueux pays. La République dominicaine possède 600 kilomètres de sable blanc et doré, qui attirent chaque année des milliers de touristes. Là encore, il ne vous reste qu’à choisir votre plage entre la côte caraïbe, le sud-ouest, la Côte d’ambre au nord, la péninsule de Samana et Punta Cana, la plus célèbre.

Monuments

On ne vient, il vrai, pas forcément en République Dominicaine avec l'idée de découvrir des monuments d'exception. Pourtant, le petit pays insulaire des Caraïbes présente une architecture coloniale inestimable d'un point de vue historique.

Celle-ci se concentre essentiellement à Saint Domingue, capitale du pays et première ville créée sur l'île d'Hispaniola, après sa découverte par Christophe Colomb en 1492. C'est donc dans cette ville que l'on peut partir à la rencontre d'édifices construits par les premiers conquistadors espagnols venus s'installer ici.

Une cathédrale, des églises, une université (dans le Convento de los Dominicos), des bâtiments administratifs, et autres demeures aristocratiques se dressent, aujourd'hui encore, au cœur de la zone coloniale de Saint Domingue afin de témoigner du passé national. D'ailleurs, ce centre urbain séculaire est, à juste titre, inscrit sur les listes du patrimoine mondial de l'Humanité de l'UNESCO.

Musées

Dans l'imaginaire collectif, la République Dominicaine se résume à ses plages de sable blanc ouvertes sur une mer azur et bordées de cocotiers. Toutefois, il serait presque indécent de nier la richesse culturelle de ce petit pays niché dans les Caraïbes.

Différents musées ont ouvert leurs portes - certes à partir du XXe siècle uniquement - en plusieurs endroits du pays, et notamment à Saint Domingue, la capitale.

Et, bien que d'apparence quelque peu loufoque pour certains - comme le musée Bellapart, installé dans une concession automobile - ils s'avèrent d'un intérêt particulièrement louable pour qui veut s'intéresser à la culture locale.

En effet, les établissements présents sur l'île mettent à l'honneur l'histoire de la République Dominicaine, tant au niveau ethnographique qu'artistique.

Ainsi, le peuple Taïno, primitivement installé sur l'île, y est bien mis en exergue ; à en juger notamment par le musée Taïno, le musée de l'Homme dominicain et le musée de Las Casas Reales. L'absence d'établissements de ce genre aurait d'ailleurs été dommageable dans la mesure où ce peuple fut totalement anéanti suite à la colonisation espagnole commencée en 1492.

Justement, cette implantation hispanique forcée y est bien sûr évoquée, au travers d'établissements retraçant la venue des conquistadors, dont le premier en titre, Christophe Colomb.

Coexistent également des musées consacrés à l'art dominicain, pictural notamment, dont le musée d'art Moderne de Saint-Domingue.

Enfin, quelques établissements éparses - en rapport avec des sujets aussi divers que l'artisanat local ou l'archéologie sous-marine - s'ajoutent à liste.

Itinéraires

La définition d'un circuit de visite dépend généralement du temps dont on dispose dans le pays de destination. Il va sans dire que la découverte de la République Dominicaine est soumise aux mêmes conditions temporelles.

Toutefois, on s'aperçoit qu'il est possible de découvrir une grande partie du pays en un minimum de temps, dans la mesure où son territoire est à peine plus grand que celui des Pays-Bas. Néanmoins, d'autres préfèreront se cantonner à un seul port d'attache.

Quoi qu'il en soit, compte tenu des 8000 km qui séparent la France de la République Dominicaine, il fautau moins rester une semaine pour rentabiliser son voyage en avion.

Séjour d'une semaine

En une semaine, vous pourrez vous limiter à ladécouverte d'une station balnéaire ou bien organiser un petit circuit dans une des régions du pays.

  • Dans le premier cas, nous vous conseillons de sélectionner votre lieu de séjour en fonction de vos goûts et de vos envies. Besoin d'idées ?

Si vous souhaitez faire des visites culturelles, préférez Saint-Domingue, la capitale du pays.

En revanche, si vous vous sentez d'humeur sportive, n'hésitez pas, foncez à Cabarete, spot de surf par excellence, ou à proximité de l'un des parcs nationaux du pays, tel que celui de Saona, situé sur l'île éponyme et à la pointe sud-est du pays.

Enfin, si vous avez un penchant pour les découvertes naturelles, rendez-vous sur la presqu'île de Samaná.

Sept jours dans l'une de ces contrées du pays vous permettront de profiter un maximum de l'endroit tout en prenant le temps de vous reposer un peu.

  • Si vous êtes du genre à ne pas tenir en place, envisagez un petit circuit. Mais limitez-vous à votre port d'attache et à ses environs.

Par exemple, visitez Saint-Domingue et profitez des plages environnantes pendant 3 jours, puis rendez-vous dans l'extrémité Est du pays. Vous pourrez ainsi aller plonger ou pêcher sur l'île de Saona (1,5 jours), et faire du bateau et de la randonnée dans le parc national Los Haitises (1,5 jours). De quoi alterner entre visites culturelles, farniente, découvertes naturelles et activités de plein air.

Séjour de deux semaines

En deux semaines, vous pourrez effectuer le même type de circuit que présenté ci-dessus, tout en profitant plus longuement des plages idylliques de la côte sud-est.

Une autre possibilité consisterait à mixer ce circuit sur la côte Sud-est avec la visite de la presqu'île de Samaná ou de la côte Nord en passant par le centre du pays.

Séjour de trois semaines

Trois semaines constituent la durée de séjour idéale pour faire un tour complet de la République Dominicaine, tout en profitant de chaque région visitée.

  • Vous pourrez commencer votre tour du pays par la visite de Saint-Domingue(3 jours) avant de prendre la direction du Sud-ouest (2 ou 3 jours) et plus particulièrement celle de Barahana puis du lac Enriquillo, au centre duquel se tient le parc national de la Isla Cabritos.
  • Vous remonterez ensuite vers la côte Nord (2 ou 3 jours) en vous arrêtant au Pico Duarte, plus haut sommet de l'île. D'ici vous prendrez la direction de Monte Cristi (1 jour), ville la plus à l'ouest de la côte Nord, avant de longer la côte jusqu'à Puerto Plata et Cabarete(3 jours) afin de profiter des plages, voire des vagues si vous êtes adeptes de sports nautiques.
  • Avant de poursuivre votre découverte de la côte, n'hésitez pas à faire un crochet par la région de Santiago, capitale du cigare dominicain. C'est également à proximité de cette ville que vous découvrirez lafondation Hermanas Mirabal, musée émouvant sur l'histoire nationale récente (2 jours).
  • Après cet intermède dans les terres, rendez-vous sur la presqu'île de Samaná, contrée la plus sauvage du pays, bien que désormais pourvue d'établissements touristiques. Prenez le temps (4 jours) d'explorer les coins et recoins de ce bout de terre, dont le parc national de Los Haïtises.
  • Enfin, descendez sur la côte sud-ouest jusqu'àPunta Cana (2 jours). Là, vous bénéficierez de plages paradisiaques et d'une activité nocturne agitée, ponctuée de rythmes de merengue.

Il vous restera finalement juste le temps de retourner à Saint-Domingue, en passant par la côte afin de profiter du paysage, et de préparer votre voyage retour.

Unesco

La République Dominicaine ne renferme qu'un seul site inscrit au patrimoine mondial de l'Humanité de l'Unesco mais pas des moindres. Il s'agit de la zone coloniale de Saint-Domingue, autrement dit de la première ville coloniale du Nouveau Monde. Elle fut, en effet, édifiée en 1498, soit 6 ans après la découverte de l'île d'Hispaniola par Christophe Colomb.

S'y tiennent encore aujourd'hui de nombreux monuments, issus de cette première vague coloniale européenne ; à commencer par la cathédrale Santa María la Menor, premier édifice religieux de cette ampleur édifié sur le continent américain. Notons également le Convento de los Dominicos, couvent de l'ordre des Dominicains qui fut le siège de la première Université d'Amérique. Les premiers bâtiments administratifs de la colonie, de même que de belles demeures aristocratiques ainsi que la forteresse Ozama font également partie de ces témoins de l'âge d'or de Saint-Domingue, au 16ème siècle.

Il faut également savoir que la disposition des rues de la ville, en damier, a fortement influencé la plupart des urbanistes d'Amérique.

Parcs naturels

Outre ses magnifiques plages de sable blanc, la République Dominicaine peut s'enorgueillir de receler un nombre conséquent de parcs nationaux.

Dans un souci de respect de l'environnement, le petit pays insulaire a, en effet, créé neuf parcs nationaux, répartis en différents endroits. Outre leur disparité géographique, ces sites naturels se différencient par leur physionomie et leur vocation. On retrouve ainsi des parcs côtiers face à des parcs montagneux, ainsi que des parcs plutôt animaliers rivalisant avec des forêts tropicales.

Ainsi, le parc national del Este, site naturel le plus fréquenté de la République Dominicaine, se partage entre la côte sud-est et l'île de Saona, et offre ainsi des paysages multiples.

Également côtier, le Parc national Los Haïtises, étendu sur plusieurs îlots, offre des paysages grandioses faits de roches calcaires émergées, de grottes et de rivières souterraines.

Au contraire, le Parque Nacional Armando Bermúdez et le Parque Nacional José del Carmen Ramírez se trouvent, quant à eux, au centre du pays, sur la Cordillère Centrale. Leur visite est l'occasion de randonnées de montagne, dirons-nous plutôt sportives.

Curiosités naturelles

La plupart des curiosités naturelles de la République Dominicaine sont protégées et font même partie intégrante de parcs nationaux. C'est justement le cas de l'île de Sosua (partie du parc national Del Este), du lac Enriquilllo (plus précisément de l'Isla Cabritos située en son centre) ou encore de la baie de las Aguilas (partie du parc national de Jaragua), entre autres.

Les innombrables plages de sable blanc font également partie des paysages typiques à découvrir dans le pays. On compte en effet 1 600 km de côtes sur l'ensemble du pays, dont 600 km de plages. Et les plages dominicaines possèdent la solide réputation d'être idylliques à souhait, avec leurs eaux turquoises et leurs cocotiers. Mais celles-ci ne sont pas toujours des plus « naturelles ». Un compromis peut donc consister à parcourir les différentes lagunes que compte la République Dominicaine, en plus du littoral lui-même.

Vous aurez peut-être le privilège d'apercevoir un solénodonte ; un petit mammifère semblable à un rat, avec un museau allongé. C'est le seul représentant des insectivores terrestres à avoir survécu, et est lui-même en voie d'extinction.

Vous aurez sans doute plus de chance de croiser une "Catacas" ; une mygale d'environ 7 cm  que l'on peut trouver dans les campagnes ou dans les sites et parcs naturels...

QUE FAIRE EN RÉPUBLIQUE DOMINICAINE

Restaurant

La cuisine dominicaine mêle différentes saveurs, aussi bien espagnoles qu'antillaises. Elle n'est toutefois que très peu épicée et s'avère également moins raffinée que dans les Antilles françaises.

La République Dominicaine dispose tout de même d'un atout de taille en matière de gastronomie. Sa production agricole locale, auto suffisante, permet de manger des fruits et légumes frais savoureux, tout au long de l'année.

Ces mêmes produits locaux - banane plantain, riz, café, ananas, cacao, haricots, etc. - constituent la base de l'alimentation des Dominicains. Le plat national, appelé Bandera dominicana, se compose justement de riz bancs, de haricots rouges, noirs ou blancs, de bananes plantains frites (tostones) et de viande bouillie.

L'autre plat national, le Sancocho Prieto - ragoût de sept viandes et de légumes - n'est, quant à lui, préparé que le dimanche. Il s'agit presque d'une institution, le Sancocho du dimanche est quasiment indispensable.

Le Mangu est également un plat typique de la République Dominicaine. C'est une purée de bananes plantain vertes, mariée avec des oignons frits, conçue pour accompagner la viande ou les œufs. Enfin, le Locrio est la version dominicaine de la paella espagnole. Ce plat est préparé avec toutes sortes d'ingrédients, propres au pays : par exemple, le safran espagnol laisse la place au rocou dominicain. Cette plante rouge protège également des rayons ultra violets et prépare la peau au soleil. Le rocou est caractérisé par son odeur de muscade légèrement poivrée.

On mange par ailleursbeaucoup de viande blanche frite (chicarones de pollo) ainsi que du porc sous différentes formes : saucisse relevée (langaniza), tripes au zeste de citron vert (mondongos), etc.

Les Dominicains consomment, en revanche, peu de produits de la mer. On pourrait presque dire que ceux-ci sont réservés aux touristes. Vous pourrez donc en déguster dans les restaurants des stations balnéaires.

Deux plats dominicains sont d'origine Taïnos : le Casabe, un pain rond et plat à base de farine de Manioc, fourré, aromatise ou nature ; et le Catibia, de la friture de farine de Manioc farcie à la viande.

Côté desserts, les Dominicains apprécient les saveurs très sucrées. Vous trouverez notamment des Dulces de leche, préparation à base de lait concentré et de sucre mélangé à de la noix de coco, de l'ananas ou encore du gingembre. La Chaca est également très répandue. Il s'agit d'un mélange de sucre, de lait, de maïs et de cannelle. Les Habichuelas con dulce, un dessert typique à base de haricots, sont également très appréciées par les Dominicains. N'oublions pas non plusles fruits, délicieusement sucrés et juteux. Des vendeurs ambulants en vendent justement à tous les coins de rue. Profitez-en pour combler vos petits creux de la journée.

Enfin, en ce qui concerne les boissons, les Dominicains se contentent généralement d'eau plate aux repas. Mais en dehors, ils consomment différents alcools à commencer par la bière, dont la plus culte demeure la Presidente. Cette bière blonde, toujours servie en bouteille (pequeña : 33cl et grande : 50 cl), a de quoi rivaliser avec les meilleures bières blondes d'Europe.

Et, comme dans tout pays antillais, le rhum (ron) coule à flot. Trois marques se font concurrence dans le pays ; les trois "B" : le Brugal (le plus populaire), le Barcelo (sans doute le plus apprécié), et le Bermudez (le plus distingué).

On le boit notamment en cocktail, tel que le Cuba Libre (rhum - coca-cola), le Santos Libre (rhum - sprite) et bien entendu le Punch (rhum, citron vert, sirop de sucre de canne). Mais attention, ces cocktails, bien que peu forts en apparence, sont chargés d'alcool.

Il existe aussi des cocktails non alcoolisés, tels que le Morir Sonando ("mourir en rêvant"), un cocktail typiquement dominicain, très désaltérant. Il est composé de jus d'orange, de vanille blanche, de sucre et de lait concentré non sucré.

Shopping

Shopping

La République Dominicaine se partage entre centres commerciaux - à Saint-Domingue essentiellement - et petites échoppes voire étals à ciel ouverts ou gigantesques marchés hauts en couleurs.

Les magasins

Difficile de donner les horaires d'ouverture des magasins dominicains tant ceux-ci sont disparates. Chaque commerçant décide plus ou moins de ces plages d'ouverture.

Mais, en moyenne, les boutiques sont ouvertes de 9h à 19h (plus ou moins 1 heure près). Et, elles sont, la plupart du temps, fermées entre 12h et 14h.

Les marchés

Les marchés sont des lieux d'achat très fréquentés par les Dominicains et aussi très prisés des vacanciers. On y trouve bien entendu des fruits, légumes, épices et autres aliments mais surtout quelquesobjets typiques à rapporter de République Dominicaine : cigares et rhum bien sûr, sans oublier produits artisanaux, bijoux, disques de merengue ou reproduction d'oeuvres Taïnos.

Beaucoup ont lieu la journée entière, tous les jours de la semaine (parfois le matin seulement pour le dimanche).

Banques

Les banques - banco et non banca, qui veut dire « centre de paris » en dominicain - ouvrent généralement de 9h à 16h.

Que rapporter ?

Contrairement à ce que l'on s'imagine souvent, Cuba n'a pas le monopole en matière de cigare. La République Dominicaine est mêmele premier exportateur de cigares au monde. Aussi en rapporter en France parait incontournable. Il en va de même pour le rhum, breuvage qui coule à flot sur l'île. Mais dans les deux cas, vous devrez vous limiter car la législation impose des quotas. Par ailleurs, quelquesobjets issus de l'artisanat local feront office de petits souvenirs tout à fait plaisant à ramener dans ses bagages.

Cigares

Les cigares sont une véritable institution en République Dominicaine. Les indiens Taïnos en consommaient déjà avant la colonisation hispanique puis les espagnols commencèrent en produire et à en commercialiser dès le XVIe siècle. Et, c'est l'embargo américain sur les produits cubains, au XXe siècle, qui a permis le décollage de l'industrie du cigare en République Dominicaine. On en roule près de 100 millions chaque année.

Difficile donc d'y échapper, d'autant qu'il s'agit d'un présent à la fois typique et prestigieux. Mais il existe une infinie variété de cigares. Aussi, il peut paraître difficile de faire son choix. Quelques conseils pourront tout de même vous aider à bien sélectionner ceux que vous rapporterez chez vous. Certes, on peut trouver des cigares à n'importe quel coin de rue. Mieux vaux justement se méfier des petites échoppes et préférer les magasins officiels ou les fabriques pour faire ses provisions de cigares. C'est dans la région de Santiago, à 150 km au Nord-ouest de Saint-Domingue, que se tiennent les principales usines de fabrication de cigares. Enfin, les marques « Monte Cristo, Aurora et Arturo Fuente » sont les plus renommées.

A noter : les ressortissants de l'Union européenne doivent se limiter à rapporter 50 cigares par personne adulte.

Rhum

Le rhum est, avec la bière, la boisson nationale de la République Dominicaine. Autant dire que vous ne pourrez y échapper sur place et que vous aurez sans doute l'irrésistible envie d'en rapporter dans votre valise. L'idéal est d'acheter du rhum viejo (vieux) ou encore añero (vieillit en fût), le vieillissement du rhum étant un gage de qualité.

Et, on peut trouver du rhum partout, ce qui facilite grandement les choses. Petite astuce : il est plus économique d'acheter le rhum directement auprès de l'une des quinze brûleries de rhum que compte le pays.

Artisanat

Même si l'artisanat dominicain n'est pas très développé. Il est possible de trouver quelques objets locaux bon marché, tels que de la vannerie, de la poterie, de la céramique ou des sculptures en bois, voire des peintures. Concernant ces dernières, prenez le temps de choisir car vous verrez qu'une même peinture est reproduite de différentes façons en pleins d'endroits. De plus, évitez de les acheter montées sur cadre, trop encombrant dans l'avion, alors que vous pourrez sans crainte les rouler pour les transporter.

Vous pourrez ramener d'autres objets typiquement dominicains, tels que des répliques des cemis (divinités Taïnos), des céramiques néotaïnos, des sculptures en métal haïtien, des fossiles, du corail noir, des tôles peintes, des créations à base de graines locales et de coquillages, des sarongs (vêtements rectangulaires), de l'extrait de vanille, ou encore de la Mamajuana (une boisson à base de de vin, de miel, de rhum, d'herbes et d'écorces)...

Bijoux

Les bijoux en ambre - pierre fossile semi-précieuse - ou en larimar - pierre semi-précieuse de couleur bleue - font partie des petits présents typiques à offrir - ou à s'offrir - lors d'un séjour dominicain. Ces pierres semi-précieuses peuvent être montées sur différents supports : broches, boucles d'oreilles, bagues, etc...

Petit conseil : se méfier des prix trop alléchants. Il s'agit parfois de reproductions plastiques d'ambre ou de larimar.

Des CD de merengue et de bachata

Les disques de merengue - musique typique dominicaine - sont quasiment introuvables en France. Profitez donc, si vous aimez ce genre musical, d'en rapporter quelques exemplaires en France.

A noter : quelque soit l'objet acheté, il ne faut pas hésiter à marchander, c'est la coutume locale.

Sortir

La République Dominicaine vit au rythme de sons afro-cubains et latinos. Les Dominicains ne peuvent, en effet, concevoir une journée sans musique. Aussi, il va sans dire que la vie nocturne passe nécessairement par la danse ou l'écoute de musique locale, dont le fameux merengue ou la bachata, composée de rythmes plus lents et de sonorités romantiques. Un festival de merengue se tient chaque année à Saint-Domingue, au mois de juillet.

On trouve ainsi pléthore de discothèques quelle que soit la région, parmi lesquelles Guacara Taina et Icaro Club à Saint-Domingue, et Mangu et Los Cocos installées sur la plage El Cortecito, en plein air. Et, outre les musiques locales, tous les styles musicaux sont mis à l'honneur. Vous n'aurez donc aucune excuse pour échapper aux pistes de danse.

Mais avant d'aller vous déhancher, vous pourrez dîner dans l'un des nombreux restaurants implantés à Saint Domingue et dans les différentes stations balnéaires du pays : CabaretePunta Cana, Samana, etc. Si certains proposent de la cuisine européenne, de nombreux autres offrent l'occasion de goûter à la gastronomie dominicaine, ce qui semble le plus adéquat pour se mettre dans l'ambiance locale avant d'aller danser jusqu'au bout de la nuit.

Par ailleurs, il faut savoir que le pays organise quelques festivals culturels chaque année. Parmi ceux-ci on retiendra bien évidemment le Festival Presidente de Música Latina (festival de musique latine) qui se tient à Saint-Domingue trois jours en octobre. Le jazz, le cinéma et l'art plastique ne sont pas reste non plus avec le festival annuel de jazz de la côte Nord en octobre, les rencontres « cinéma et rétrospectives » qui ont lieu plusieurs fois par an ou encore la Biennale d'arts visuels et la Biennale des arts plastiques.

Enfin, les nombreux grands hôtels, principaux lieux d'hébergement en République Dominicaine, mettent des casinos à disposition des clients, de l'après-midi jusqu'au bout de la nuit. Roulettes, black jacks, machines à sous?... faites vos jeux !

La fête nationale de la République Dominicaine a lieu le 27 février. Elle commémore l'émancipation du pays vis-à-vis d'Haïti, le 27 février 1844. Ce jour-là, le carnaval bat son plein, avec le défilé de Saint-Domingue, le long du Malecón, au bord de la mer des Caraïbes.

Vie nocturne

Casinos

Saint Domingue

Les accrocs aux casinos pourront assouvir leur soif du jeu dans la capitale. Ils y trouveront une multitude de casinos, dont El Embajador, Barceló Gran Hotel Lina, Hotel Melia Santo Domingo, Intercontinental Hotel V Centenario, Renaissance Jaragua Hotel, Hotel Hispaniola...

Une tenue correcte est souvent exigée à l'entrée des casinos.

Sports

Les apparences sont parfois trompeuses, la République Dominicaine n'estpas seulement le paradis du farniente. Le petit pays des Caraïbes offre la possibilité de s'adonner à différentes activités sportives : la randonnée, les sports nautiques et la plongée ont de quoi mettre les sensations en éveil.

Partisans de baseball, vous savez sûrement que les meilleurs joueurs des ligues majeures sont dominicains ! Aussi populaire que le football en Europe, le baseball (pelota) se pratique partout en République Dominicaine. C'est la Ligue dominicaine de baseball hivernal qui organise les compétitions professionnelles du pays. Vous pourrez vous rendre au siège de l'équipe de Estrellas Orientales à San Pedro de Macoris pour assister à un match ! La saison du baseball se déroule entre le mois d'octobre et le mois de janvier.

Le golf est également à l'honneur en République Dominicaine. Le pays est en effet doté du plus grand nombre de parcours dans toutes les Antilles. Les parcours les plus courus se trouvent à Punta Cana, La Romana, Puerto Plata, etc. Ils sont réputés pour leurs aménagements paysagers de grande beauté. Mais on en trouvera également à Samana et bien sûr à Saint Domingue.

Sports nautiques / Plongée

La plongée, avec bouteille ou tuba (snorkelling), a bel et bien la part belle en République Dominicaine. Certes, les eaux de la République Dominicaine ne présentent pas les fonds marins les plus majestueux. Toutefois, les passionnés de plongée y trouveront leur compte et les débutants seront forcément conquis, ne serait-ce que par la transparence de la mer des Caraïbes.

L'île est entourée de récifs coralliens qui abritent un nombre incroyable de poissons tropicaux et animaux marins : poisson chirurgien, poisson-perroquet, le poisson ange-royal, raie, requin-marteau... Pour trouver les plus beaux spots de plongée, il faut se rendre sur les îles de Saona et de Catalina. Vous pouvez aussi plonger dans le parc national del Este (sud-est de l'île).

Les eaux cristallines renferment des coraux somptueux d’une diversité exceptionnelle, des poissons de toutes les couleurs, et des épaves espagnoles datant de 500 ans où de belles surprises attendent les plongeurs. Entre grottes sous-marines et poissons exotiques, vous en prendrez plein la vue à Sosua, Rio San Juan, Las Terrenas, Cofrési, Montecristi, La Caleta, Bayahibe et Punta Cana. Ces sites font du pays l’une des plus belles destinations de plongée dans les Caraïbes.

A ne pas manquer : l'épave du cargo Saint George, située à cinq minutes en bateau de Viva Dominicus. Le centre de plongée Viva Diving peut vous y conduire.

Randonnée / Trek

Le pays est couvert par beaucoup de montagnes : Cordillère centrale, île de Samana... Trek ou simple randonnée, vous aurez de nombreuses balades à faire.

Si vous allez en altitude, prévoyez un pull ou une polaire : il peut y faire en dessous de 10°C.

Partez avec Terdavpour découvrir le sud du pays à pied.

Sports nautiques

Les sports nautiques de glisse apparaissent comme un grand pôle sportif de la République Dominicaine. Sosua et surtout Cabarete, constituent les lieux où il faut venir surfer. Cabarete est tout particulièrement le spot le plus renommé en matière de Kite Surf. Une rencontre internationale - le Kite Show Cabarete - s'y tient chaque année au printemps. C'est également dans cette même station balnéaire qu'a lieu la Coupe du monde de planche à voile.

Enfin, les différents fleuves de l'île sont des lieux privilégiés pour pratiquer le rafting ou encore le canyoning.

Autour du même sujet

République Dominicaine

Annonces Google