Angers

Angers Dominée par son château, qui abrite la célèbre Tenture de l'Apocalypse, chef d'œuvre universel, Angers est une ville d'histoire. Elle fut en effet la capitale d'un véritable royaume dirigé par les comtes d'Anjou. Elle est aujourd'hui une ville dynamique à taille humaine, qu'une certaine douceur de vivre rend particulièrement agréable à visiter.Un peu d'histoire?Angers était à l'origine une ville gallo-romaine, nommée Juliomagus, qui signifie " le marché de Jules " (César).

Le christianisme s'y développe ensuite et les abbayes de St-Serge et St-Aubin sont fondées aux VIe et VIIe siècles.

L'histoire d'Angers se confond par la suite avec celle de l'Anjou et de ses princes, qui jouèrent un rôle essentiel dans l'histoire de la France médiévale. La première dynastie des comtes d'Anjou est fondée en 929 par Foulque le Roux. Le grand Foulque Nerra (987-1040) sera probablement celui qui marquera le plus la ville de son empreinte.

Leurs successeurs, les Plantagenêts, poursuivirent l'essor de la ville. Henri II Plantagenêt fut ainsi à l'origine de la construction de l'hôtel-Dieu Saint-Jean en 1180, qui constitue aujourd'hui l'un des ensembles hospitaliers médiévaux les plus remarquables de France. Après sa mort en 1189, la ville est vite rattachée au royaume de France suite à un affaiblissement de l'empire Plantagenêt sous l'offensive de Philippe Auguste. La ville reprend alors une fonction militaire en raison de sa situation frontalière avec la Bretagne.

La deuxième dynastie des comtes d'Anjou est fondée en 1246 lorsque saint Louis donne l'Anjou en apanage à son frère Charles Ier. Un mariage fera revenir la région dans le domaine de France dès 1328. Jean II le Bon redonne l'Anjou comme duché à son frère cadet Louis Ier en 1356. C'est le début de la troisième dynastie angevine. Grand ami des Arts, Louis Ier fera tisser la tapisserie de l'Apocalypse, qui fait aujourd'hui la fierté de la ville. Il fonde également l'université d'Angers en 1364.

Le « bon roi René » marque aussi l'histoire de la ville, notamment en impulsant d'importants travaux dans le château de 1450 à 1465. Après son départ pour la Provence, dont il est également comte, Louis XI s'empare du duché en 1474, le rattachant au royaume de France. Il donnera en échange des avantages aux bourgeois chargés des affaires publiques de la ville. A la Renaissance, Angers fait partie des 16 plus grandes villes de France, grâce à un commerce prospère (toiles, vins, ardoises, tuffeaux).

Lesguerres de religions frapperont durement la ville d'Angers. Les Angevins se placent du côté de la Ligue catholique, contre le protestantisme. Le XVIIe siècle sera marqué par les épidémies et les famines, qui affaibliront considérablement la ville.

Il faut attendre le XIXe siècle et l'arrivée du chemin de fer reliant Nantes à Paris, via Angers (1849), pour voir la ville changer de visage. Angers est aujourd'hui un important centre universitaire.

VOYAGE À ANGERS

Carte d'identité

Population (2010) : 147 571 habitants

Superficie : 43 km²

Nom des habitants : Angevins, Angevines

Plus d'informations

Trouver un hotel

QUE VOIR À ANGERS

Monuments

Angers, ville d'Art et d'Histoire, a conservé un riche patrimoine architectural, qui témoigne aujourd'hui encore de l'importance de la ville au Moyen Âge. Angers était en effet la capitale de l'Anjou, qui occupait une place de premier plan dans la France médiévale.

Les comtes d'Anjou ont ainsi laissé de nombreuses traces dans la ville, à commencer par son imposant château, que l'on appelle aussi « château du roi René ». Cette construction massive abrite un chef d’œuvre universel qui attire à Angers d'innombrables visiteurs : la « Tenture de l'Apocalypse ».

Comme les princes et l’Église étaient très proches au Moyen Âge, on ne sera pas surpris de découvrir de très nombreux monuments religieux en se promenant dans les rues d'Angers. Ainsi visiterez-vous la cathédrale St-Maurice, dont la construction marqua les débuts du style gothique angevin, dit « Plantagenêt ».

L'église St-Serge, située au Nord-Est du centre-ville, constitue un remarquable exemple de ce style architectural propre à la région.

Mais toutes les églises de la ville n'ont pas survécu au temps. Il reste toutefois d'intéressants vestiges de certaines d'entre elles, en particulier ceux de l'abbaye St-Aubin. Vous pourrez en effet découvrir la tour Saint-Aubin, qui était autrefois le clocher de l'église de l'abbaye du même nom. Non loin de là, vous verrez également une belle galerie romane, vestige du cloître de l'abbaye.

Un parcours dans les rues d'Angers vous réservera de nombreuses autres surprises. Outre ces monuments de premier plan, vous découvrirez également d'autres édifices plus secondaires, comme des maisons à colombage, ou encore la fameuse maison d'Adam, une ancienne demeure de marchand réputée pour les sculptures en bois qui ornent sa façade.

En découvrant les monuments d'Angers, c'est donc toute l'histoire de l'Anjou qui défilera sous vos yeux.

Musées

La ville d'Angers possède une variété de musées, où chacun trouvera son intérêt. Le musée des Beaux-Arts, pour commencer, offre un panorama de la peinture européenne, du XIVe siècle à nos jours. Vous y découvrirez les écoles flamandes et italiennes, mais également des œuvres académiques du XIXe siècle. La création contemporaine est aussi représentée, notamment avec des œuvres de Daniel Tremblay.

Le musée organise, par ailleurs, des expositions temporaires consacrées à l'art moderne et contemporain et au patrimoine. Enfin, l'histoire de la ville d'Angers est contée au visiteur au travers d'une collection archéologique.

Un musée est consacré à une importante figure artistique angevine qui marqua la création du XIXe siècle : David d'Angers. Des œuvres de ce sculpteur majeur sont exposées dans l'église de l'ancienne abbaye Toussaint (XIIIe). La Galerie David d'Angers présente essentiellement des plâtres, qui lui servaient de modèle pour la réalisation de ses bas-reliefs, bustes, médaillons, etc., dont il fit don à la Ville. Vous y verrez par exemple le modèle du fronton du Panthéon de Paris.

Un autre lieu intéressant est le musée Jean Lurçat et de la Tapisserie contemporaine. Des œuvres tissées contemporaines y sont exposées, en particulier celles de Jean Lurçat (1892-1966).

La ville d'Angers possède enfin un muséum des sciences naturelles, qui se consacre plus particulièrement à deux disciplines scientifiques : la zoologie et la paléontologie. La première présente la diversité de la vie terrestre (faune aquatique, insectes et surtout oiseaux) et sensibilise le visiteur à la préservation de cette richesse.

La section paléontologique s'intéresse à l'évolution de la vie en Anjou, de 600 millions d'années à 5 millions d'années, avec les différentes phases climatologiques et géologiques qui traversent cette période. Vous y découvrirez notamment une importante collection de fossiles.

Itinéraires

Ce parcours dans les rues d'Angers vous amène à la rencontre des principaux monuments de la ville, témoins de son histoire.

La découverte de la ville d'Angers commence par son monument le plus important : le château, souvent appelé château du roi René. Il constitue un bel exemple d'architecture militaire médiévale. Mais son principal intérêt tient au fait qu'il abrite la célèbre « Tenture de l'Apocalypse », qui attire à Angers des visiteurs venus de loin.

On parcourt ensuite les ruelles médiévales en prenant, à l'Est du château, la rue du Vollier. A l'angle de cette rue avec la celle des Filles-Dieu, vous pourrez voir une vieille demeure : la maison de la Tour. On l'appelle aussi « Maison du Croissant » en hommage à l'ordre de chevalerie créé en 1448 par le roi René. Datant du XVe siècle, ce logis se caractérise par sa tourelle et ses pans de bois.

Poursuivez dans la rue du Vollier jusqu'à la Montée St-Maurice, qui vous conduit à la cathédrale homonyme.

La cathédrale St-Maurice fut l'un des premiers édifices à posséder des voûtes caractéristiques du style gothique angevin, dit « Plantagenêt ». Elle abrite également de beaux vitraux ainsi que d'intéressantes tapisseries.

Contournez la cathédrale par la droite, vous arrivez alors sur la place Sainte-Croix.

On découvre ici un monument important d'Angers : la Maison d'Adam. Datant du XVIe siècle, elle est caractéristique des demeures de marchands du Moyen Âge, avec ses colombages est ses sculptures en bois. Elle doit son nom à l'une de ces sculptures, qui représentait autrefois un pommier entouré de chaque côté d'Adam et Eve. Seul l'arbre subsiste aujourd'hui. Il est également possible que ce nom s'explique par le patronyme de l'un de ses anciens propriétaires.

Prenez tout droit la rue Saint Aubin, puis à droite la rue des Lices.

Vous arrivez sur la place Michel Debré, sur laquelle se dresse une haute tour carrée, vestige de l'ancienneabbaye Saint-Aubin. Derrière la tour Saint-Aubin, la place Saint-Eloi donne accès au musée des Beaux-Arts. Non loin de là, dans la rue Toussaint, vous pourrez également admirer les œuvres du célèbre sculpteur local David D'Angers, dans la galerie homonyme située dans une ancienne abbatiale du XIIIe siècle.

Revenez sur la place Michel Debré et engagez-vous dans la rue Saint-Martin.

Vous arrivez bientôt devant une église transformée en lieu d'exposition : la collégiale Saint-Martin. Elle fut érigée sur les fondements d'une église datant du Ve siècle. Elle a subi de multiples remaniements au cours des siècles, le plus marquant ayant été sa reconstruction carolingienne du Xe siècle. Après 150 ans d'abandon et vingt ans de travaux, la collégiale Saint-Martin a rouvert ses portes au public pour présenter des expositions permanentes sur l'histoire de l'édifice et sur l'évolution des pratiques funéraires illustrée par une série de sarcophages. Des expositions temporaires auront également lieu dans ce monument historique de premier plan.

Derrière la collégiale Saint-Martin, engagez-vous vers la gauche dans le boulevard du Maréchal Foch. Après la rue d'Alsace, perpendiculaire au boulevard, vous apercevez bientôt un immeuble à l'architecture particulière.

La Maison Bleue est un exemple intéressant d'architecture Art Déco, datant du début du XXe siècle. Elle fut entièrement recouverte de mosaïque bleue par Isidore Odorico.

Revenez sur vos pas sur le boulevard et prenez à droite la rue Saint-Julien. Elle vous mène directement à la place du Ralliement.

La place du Ralliement constitue, depuis la fin du XIXe siècle, le véritable cœur de la ville. Sous l'Ancien Régime, cette place était entourée de trois églises et de cimetières. L'ensemble fut rasé à la Révolution et cet espace vide devint le lieu de rassemblement des militaires et des volontaires républicains, ce qui peut expliquer son nom.

L'imposant théâtre qui domine la place fut construit au milieu du XIXe siècle et accueillit des représentations prestigieuses, comme celles données par la célèbre Sarah Bernhardt. A la Belle Époque, la place s'entoura de cafés et des premiers grands magasins, héritage qu'elle conserve encore aujourd'hui.

Si vous disposez d'assez de temps, vous pouvez vous rendre à l'extrémité nord du centre-ville, pour découvrir l'église Saint-Serge, qui constitue un bel exemple du style gothique angevin. En chemin, vous pourrez visiter, près de la place Louis Imbach, le Muséum des Sciences Naturelles. Au Nord du boulevard Carnot, la visite du jardin des plantes (1905) constituera une paisible promenade.

Vous pouvez également choisir de traverser la Maine pour découvrir le quartier de la Doutre, qui compte également quelques édifices religieux et un musée. Pour vous y rendre, descendez vers la Maine et traversez-la par le pont de Verdun. La rue Beaurepaire vous conduit tout droit vers la charmante place de la Laiterie, autour de laquelle sont encore visibles quelques maisons anciennes à colombage. En chemin, vous passerez devant l'église de la Trinité (XIIe siècle), elle aussi caractéristique du style Plantagenêt.

En prenant dans la rue Beaurepaire le Boulevard Arago, vous pourrez visiter le musée Jean Lurçat et de la Tapisserie Contemporaine. Vous verrez notamment, dans ce superbe ensemble architectural que constitue l'ancien hôtel-Dieu Saint-Jean (XIIe siècle), la fameuse tapisserie du « Chant du Monde » de Jean Lurçat.

QUE FAIRE À ANGERS

Sortir

Restaurants à Angers

Cinémas à Angers

Musées à Angers

Spectacles à Angers

Autour du même sujet

Angers
Angers

Sommaire VOYAGE À ANGERS Carte d'identité QUE VOIR À ANGERS Monuments Musées Itinéraires QUE FAIRE À ANGERS Sortir Le christianisme s'y développe ensuite et les abbayes de St-Serge et St-Aubin sont fondées aux VIe et VIIe siècles. ...

Annonces Google