APL 2021 : plafond, montant et simulation

APL 2021 : plafond, montant et simulation APL 2021. Mise en place au 1er janvier dernier, la réforme des APL en temps réel a modifié le calcul, désormais fondé sur les ressources des 12 derniers mois glissants. Combien de gagnants et de perdants ?

Communément appelée APL, l'aide personnalisée au logement est une prestation sociale versée par la Caisse des allocations familiales (CAF). Elle est destinée à réduire le montant de votre loyer. Tout le monde ne peut y prétendre. Pour déterminer votre éligibilité, la CAF étudie la situation de votre logement, vos revenus et votre situation familiale (en couple, célibataire, avec ou sans enfants). Depuis le 1er janvier, une réforme des APL en temps réel a été mise en place. Le montant de la prestation sociale est désormais calculé en fonction des revenus perçus sur les douze derniers mois glissants, et non en fonction des ressources perçus il y a deux ans. Ce changement majeur s'est soldé par une baisse de l'APL pour de nombreux allocataires, voire la disparition de leur aide au logement. Vous vous interrogez sur l'impact de la réforme sur le montant de votre aide personnalisée au logement ? Consultez notre dossier dédié :

Quel est le plafond pour toucher les APL ?

Patrimoine immobilier, emplacement géographique, le montant de votre loyer... La CAF prend en compte de nombreux éléments pour déterminer l'éligibilité aux APL. Les ressources et les revenus que vous touchez sont également étudiés. Vous vous interrogez sur le plafond de revenus à ne pas dépasser ? Il est difficile de l'évaluer dans la mesure où les conditions dépendent de nombreux paramètres. A titre indicatif, vous pouvez toutefois retrouver les montants maximums de l'APL ci-dessous, en fonction de la zone où vous habitez. 

Comment le montant de l'APL est-il calculé en 2021 ?

Pour déterminer le montant de votre APL, la Caisse des allocations familiales recourt à un barème. Celui-ci prend en compte les ressources du demandeur - désormais ceux des 12 derniers mois avec la réforme -, sa situation professionnelle, la situation géographique de son logement et la composition du foyer. Il détermine ensuite un montant maximal de prise en charge. Voici les barèmes qui s'appliquent depuis l'arrêté du 25 septembre 2020 : 

Composition du foyer Zone 1 Zone 2 Zone 3
Personne seule 296,82€ 258,59€ 242,46€
Couple sans personne à charge 357,99€ 316,64€ 293,92€
Couple avec une personne à charge 404,60€ 356,30€ 329,56€
Par personne supplémentaire 58,70€ 51,86€ 47,23€

Pour rappel, la zone 1 concerne l'Île-de-France et la zone 2 les villes de plus de 100 000 habitants et autres villes nouvelles. La zone 3 est composée du reste de la FranceEn plus du montant de votre loyer, vos ressources sont prises en compte. "En cas de ressources inférieures à un certain montant, un plancher minimal de ressources, c'est-à-dire un forfait, peut être automatiquement enregistré dans certains cas", peut-on lire sur le site dédié de la Caf. "Par exemple, pour les étudiants en foyer, 4 900 € lorsque le demandeur est boursier, ou 6 000 € s'il est non boursier". 

Je veux évaluer le montant de mon APL en 2021, comment faire une simulation ?

Vous avez la possibilité de faire une simulation d'éligibilité à l'APL sur le site de la Caf, ici, ou sur le site Mes droits sociaux mis en place par le gouvernement, ici. Vous devrez y renseigner votre situation familiale (seul ou en couple, avec ou sans enfant à charge), votre situation personnelle (grossesse, congé parental, demandeur d'emploi, étudiant....) et votre logement (code postal, conventionné ou non, préciser s'il s'agit d'une colocation, s'il est meublé ou non...), ainsi que vos ressources. Avec le site Mes droits sociaux, vous obtiendrez le détail de l'ensemble des aides auxquelles vous pouvez prétendre en fonction de votre situation. 

Les APL en 2021, c'est pour qui ? Quelles conditions ?

Si les modalités du calcul ont évolué, les conditions de l'APL, elles, ne changent pas en 2021. L'APL est accordée à une personne ou famille pour un logement. Les sous-locations peuvent bénéficier des APL, si elles répondent à des conditions bien précises : les sous-locataires doivent être liés à un locataire de plus de 60 ans, et être eux-mêmes soit handicapés, soit âgés de moins de 30 ans ou de plus de 60 ans. Ce décret permet aux locataires de toucher des APL en même temps que leurs sous-locataires, notait Capital.fr. L'APL de ces derniers sera calculée en fonction du loyer versé au locataire. 

Le logement doit lui répondre à des critères de décence. Le logement doit également être conventionné, autrement dit, votre bailleur (ou l'organisme gestionnaire) doit avoir passé une convention avec l'État ouvrant le droit aux APL et aides de l'Anah. A cela s'ajoutent des conditions de ressources. La CAF établit des plafonds, qui évoluent selon le lieu du logement et la composition du foyer (lire plus haut).  

Les étudiants et colocations peuvent-ils bénéficier des APL ?

Oui. L'aide personnalisée au logement peut bénéficier aux locations, mais également aux colocations et aux résidences en foyer d'hébergement (résidence étudiante par exemple), à condition que le logement soit votre résidence principale et localisé en France. En tant qu'étudiant, rappelez-vous que vous devez impérativement remplir les critères de revenus établis par la Caisse des allocations familiales. 

Je suis éligible aux APL, comment faire sa demande en 2021 ?

L'intégralité de la procédure de demande s'effectue en ligne sur le site de la Caf. Pour constituer votre dossier, il vous faudra scanner une pièce d'identité, votre relevé d'identité bancaire et une attestation de loyer ou de résidence, signée par le propriétaire ou le foyer d'hébergement. Veillez à faire votre demande d'APL dès l'entrée dans votre nouveau logement, car le premier versement intervient deux mois après. La rétroactivité de cette aide a été supprimée. L'aide personnalisée au logement est versée tous les mois (le 25 du mois pour les allocataires en HLM et le 5 du mois suivant pour les autres). En général, elle est directement accordée au propriétaire ou prêteur qui doit la déduire du montant de votre loyer ou des mensualités du prêt que vous avez contracté.