Casser un mur porteur : en copropriété, méthode et prix

Casser un mur porteur : en copropriété, méthode et prix Que ce soit pour de raisons pratique ou esthétique, abattre un mur porteur n'est pas une mince affaire. Les travaux demande une solide expérience en bricolage et certaines formalités doivent être remplies avant de vous lancer dans le chantier.

Indispensable pour faire tenir une maison debout, les murs porteurs sont les plus solides de l'habitation. Seulement, il arrive parfois que pour des raisons esthétiques ou pratiques, on souhaite abattre un de ces murs. Si casser une simple cloison est à la portée de tous, supprimer une mur porteur est un chantier plus technique. Il est fortement recommandé de faire appel à des professionnels, au moins pour confirmer la faisabilité des travaux et l'absence de risque après la démolition du mur.

Qu'est-ce qu'un mur porteur ?

Un mur porteur, c'est un mur essentiel à toute habitation, car il supporte les charges importantes de la maison. Toiture, charpente et plancher reposent de tout leur poids sur les murs porteurs de la maison. On distingue facilement un mur porteur d'une cloison, par son épaisseur plus importante que les autres murs et au bruit "plein" qu'il fait lorsqu'on le frappe.

Des autorisations sont-elles nécessaires pour casser un mur porteur ?

Si vous êtes copropriétaire, l'obtention de l'autorisation écrite du syndic est obligatoire pour entamer le travaux et abattre le mur. Pour les propriétaires d'un logement individuel, il n'y a pas d'autorisation nécessaire à recueillir auprès du voisinage mais un passage en mairie est recommandé pour savoir s'il est nécessaire de demander un permis de construire, voire de démolir. Ensuite, vous devez obtenir une attestation de faisabilité de votre projet auprès d'un architecte. Il pourra également vous guider pour la suite du projet. Si vous n'avez pas l'expérience nécessaire pour faire les travaux, il est recommandé de faire appel à un bureau d'étude spécialisé, un architecte ou architecte d'intérieur dès le début de votre projet pour évaluer évaluer la configuration de votre logement, établir le plan de travaux et s'assurer d'une réalisation pérenne. Le venue et l'accompagnement des professionnels dans votre projet peut également être un argument de taille pour obtenir l'aval du syndic.

mur porteur
© Journaldesfemmes.com / Témoignage Caroline

Comment abattre un mur porteur soi-même ?

  • Avant de commencer l'abattage du mur porteur, il est nécessaire d'avoir sous la main des étais qui viendront supporter la charge du plafond. Afin d'éviter tout risque d'effondrement, il est important de suivre les étapes progressivement.
  • Commencez par faire une petite ouverture au milieu du mur porteur et lorsqu'elle est complétée, posez un étai.
  • Agrandissez progressivement l'ouverture de chaque côté tout en plaçant d'autres étais. Pas plus de 90 cm entre chaque étai.
  • En fonction de votre projet, il faudra placer une poutre en acier IPN ou en bois qui supportera facilement les charges ; et ce pour compenser l'absence du mur porteur.
  • Lorsque la poutre est posée et bien solidifiée, vous pourrez ensuite continuer d'abattre le mur porteur en fonction de l'ouverture souhaitée.
  • A noter : si vous décidez d'abattre seul un mur porteur, il est fortement recommandé de prendre conseil auprès d'un professionnel.

Quelle différence entre ouvrir et casser un mur porteur ?

Il existe une alternative à la démolition complète d'un mur porteur : son ouverture. Au lieu de supprimer entièrement un mur pour réunir deux espaces, il est possible de simplement créer un passage d'une pièce à l'autre en creusant le mur pour y installer une porte ou une double porte vitrée. Selon la configuration de l'habitation, il est possible que l'architecte ou l'architecte d'intérieur engagé pour évaluer la faisabilité des travaux oriente les habitants plus vers l'ouverture du mur que sa suppression.

Murs