En ce moment

Les voyageurs en provenance de 57 pays ayant un taux d'infection au coronavirus (COVID-19) similaire ou inférieur à celui de l'Écosse (dont la France) n'ont plus à subir de quatorzaine depuis le 10 juillet 2020, informe VisitScotland dans un communiqué. Les passagers en provenance de ces pays doivent cependant remplir un formulaire en ligne avant leur départ, en indiquant leurs coordonnées, les dates exactes de voyage et l'adresse de leur logement sur place. Un nouvel examen de la situation est prévu pour le 20 juillet par le gouvernement écossais.

Que faire en Ecosse

L'Écosse cultive une part de légendes et de magie, largement distillées par ses paysages féeriques et les mythes celtiques. Si vous aussi vous voulez vous plonger dans l'Histoire passionnante de la région et admirer les panoramas qui en ont forgé la renommée, voici les incontournables à visiter en Écosse.

Le Loch Ness

17€ la croisière

Qui n'a jamais entendu parler de la légende de Nessie, ce monstre qui aurait élu domicile dans le Loch Ness, le deuxième plus grand loch d'Écosse ? Même les scientifiques ont tenté d'identifier la bête… En vain ! Situé au sud-ouest d'Inverness et long d'une trentaine de kilomètres, le Loch Ness dévoile le décor typique des Highlands : petits bourgs fleuris, lumière donnant une aura quasi-mystique aux paysages et château en ruine. L'Urquhart Castle offre une vue imprenable sur le plan d'eau et le village de Fort Augustus est des plus pittoresques avec sa succession de cinq écluses entourées de pelouse verdoyante.
Infos pratiques : Urquhart Castle : ouvert tous les jours de 9h30 à 18h (17h en octobre et 16h30 de novembre à mars). Dernière entrée 45 minutes avant la fermeture. Tarif normal : 10€, enfants de 5 à 15 ans : 8€. Croisière possible sur le loch avec Cruise Loch Ness : tous les jours de 10h à 16h. Tarif normal : 17€, enfants : 8€.
Crédit : jenifoto / 123RF

Blair Castle

16€ la visite

Il se dresse comme un mirage au milieu d'une pelouse d'un vert éclatant taillée au millimètre. Sa blancheur immaculée impressionne ! Construit au XIIIe siècle par les comtes et les ducs d'Atholl, Blair Castle constitue une visite parfaite pour en apprendre un peu plus sur l'histoire de l'Écosse. Il a accueilli tour à tour Marie Stuart, Cromwell ou des jacobites comme Charles Édouard Stuart. Depuis 1936, il est ouvert au public et dévoile ses trésors : des meubles inestimables, des tableaux et sculptures, une architecture grandiose, des centaines de trophées – la chasse est ici une tradition ancestrale-...
Infos pratiques : Ouvert d'avril à octobre. Tarif normal : 16€, enfants de 5 à 16 ans : 10€. Site officiel du Blair Castle
Crédit : giuseppemasci / 123RF

Dunnottar Castle

8€ l'entrée

Le château de Dunnottar est LA carte postale que l'on imagine quand on pense à l'Écosse. Battue par les vents, accrochée à flanc de falaise face à l'horizon sur un piton rocheux, cette forteresse en ruine du XIIIème siècle a marqué l'histoire de l'Écosse. C'est notamment ici que furent cachés les joyaux de la couronne écossaise pendant la guerre civile britannique, en 1651, avant de réapparaître neuf ans plus tard quand le roi pu remonter sur le trône. Aujourd'hui, la visite permet de faire le tour des étables, du donjon, de la chapelle, des forges et des prisons, qui connurent des heures bien sombres. Mais encore une fois, rien que le panorama vaut le détour.
Infos pratiques : https://www.dunnottarcastle.co.uk/ Ouvert tous les jours, selon la météo, de 9h à 17h30 entre avril et septembre, et de 10h à 14h30 ou 16h30 selon les autres mois de l'année. Dernière entrée 30 minutes avant la fermeture. Tarif normal : 8€, enfants : 3,50€. Tarif famille (2 adultes et 2 enfants de 5 à 15 ans) : 20€.
Crédit : George Robertson / 123RF

Île de Lewis et Harris

Trajet en ferry

Faisant partie des îles Hébrides extérieures, Lewis et Harris (du nom des deux parties de l'île) est une exception en Écosse. Ici, les paysages marins, les côtes bordées de plages de sable blanc et la culture gaélique marquée transportent le visiteur dans un autre monde… Surtout quand les rayons de soleil illuminent les petites criques et la lande. Mentions spéciales pour la plus belle partie de l'île : à l'ouest de South Harris, et pour Callanish, ce site de pierres dressées incontournable. Le site daterait de 2 900 à 2 600 ans avant J.-C. À savoir : c'est ici qu'est produit le vrai tweed Harris, mondialement connu. L'activité du tissage de la laine remonterait à 2 500 ans !
Infos pratiques : Pour rejoindre l'île, prendre le ferry à Ullapool. Deux ferries par jour, un seul le dimanche. Réservation fortement conseillée en haute saison. Tarif : 11,50€ par passager, 60€ par voiture.
Crédit : Valerio Mei / 123RF

Île de Skye

Dès 23€ la traversée

C'est certainement l'une des plus célèbres îles écossaises, la plus proche et la plus accessible aussi, notamment par un pont qui relie Kyle of Lochalsh et Kyleakin. On la surnomme " l'île des brumes ", mais l'île de Skye sait sortir la tête des nuages pour dévoiler ses décors enchanteurs. Falaises vertigineuses, chutes d'eau sensationnelles ou fairy pools, ces cascades formées par une succession de bassins où se déverse une eau limpide, célèbres pics rocheux de Old Man of Storr, rivières enjambées par de petits ponts en pierre, lacs paisibles et châteaux historiques forment cette mosaïque qui plaît tant aux voyageurs. Les amateurs de whisky ne manqueront pas l'arrêt à la distillerie Talisker.
Infos pratiques : rejoindre l'île de Skye en ferry depuis Gleneg ou Mallaig. Compter entre 23 et 30€ pour la traversée aller-retour d'une voiture et de ses occupants.
Crédit : Jacek Nowak / 123RF

Île de Mull

Traversée en ferry

Après l'île de Skye, l'île de Mull est la seconde plus vaste île des Hébrides. Certains la préfèrent d'ailleurs à sa grande sœur, trouvant les activités plus variées. Parmi les incontournables figurent l'île de Iona et son monastère, point de départ de l'évangélisation de l'Écosse, le port de Tobermory et ses maisons colorées, l'île de Staffa avec sa Grande Chaussée semblable à la Chaussée des Géants en Irlande ou le superbe Duart Castle, dominant les flots et fief d'un des plus vieux clans d'Écosse, les MacLean.
Infos pratiques : pour atteindre l'île de Mull, prendre le ferry depuis Oban, Lochaline ou Kilchoan.
Crédit : Patricia Chumillas / 123RF

Vallée de Glen Coe

Randonnées

Dans la partie ouest des Highlands, la vallée de Glen Coe est une des étapes privilégiées pour les alpinistes. De nombreuses montagnes offrent leurs parois rocheuses aux amoureux de la grimpe. Des randonnées plus accessibles sont aussi possibles, au milieu de paysages époustouflants. Ici aussi, les percées de lumière offrent des instants de grâce sur les monts et les plaines qui se teintent de nuances dorées. L'histoire de la vallée n'est pas aussi jolie que ses décors. Le clan MacDonald fut exterminé là à la fin du XVIIe siècle, pendant la révolte jacobite, les femmes et les enfants moururent de froid après l'incendie de leurs maisons par les Anglais. Un mémorial leur rend hommage à la sortie du petit village de Glencoe, au demeurant très charmant, surtout pour sa vue sur le Loch Leven.
Crédit : stevanzz / 123RF

Jacobite Express

44€ l'aller-retour

Voilà un arrêt que les fans de Harry Potter (et leurs enfants) ne peuvent pas rater ! Le Jacobite Steam Train a servi de modèle au Poudlard Express, le fameux train qui emmène les petits sorciers de la saga de J.K. Rowling jusqu'à leur célèbre école de magie. Plusieurs scènes des films Harry Potter ont d'ailleurs été tournées ici, avec les vraies locomotives. Il faut dire que le spectacle du train à vapeur passant sur le viaduc au milieu de la verdure, sur la ligne Fort William-Mallaig, est impressionnant ! Ceux qui le souhaitent peuvent même monter à bord, en réservant tout simplement leur billet.
Infos pratiques :  Les départs se font de Fort William, et les retours de Mallaig. Compter 6h en tout : deux heures de trajets aller et retour, et deux heures sur place. Attention, en haute saison, bien réserver les places à l'avance en raison de l'affluence et de la billetterie qui ferme la veille à 15h. Tarif normal : 44€ aller/retour, enfants : 30€.
Crédit : mirco1 / 123RF

Route des whiskies

Distilleries

Si vous êtes plus whisky que magie, c'est dans la région des Grampians que vous trouverez votre bonheur. En suivant la Route des whiskies, ou le Malt Whisky Trail. Entre les villages de Keith, Tomintoul et Forres se concentrent la moitié des distilleries écossaises, alimentées par la Spey. Voir la rivière serpenter calmement entre les petits villages et les plaines, est d'ailleurs une raison suffisante de se déplacer jusque-là en soi. Pour les visites et dégustations, il y a le choix : Glenfarclas, Glenlivet, Aberlour, Glen Grant, Glenfidicch, Strathisla… Bien évidemment, l'alcool est à consommer avec modération.
Infos pratiques : la plupart des distilleries refusent l'accès aux enfants, et sont fermées le week-end. Certaines ont aussi portes closes en juillet et début août car le niveau d'eau est trop faible pour assurer la production.
Crédit : Giuseppe Di Paolo / 123RF

Les Highlands Games

Evénements sportifs

Lancé de tronc, tir à la corde, lancé de marteau… le tout effectué par de véritables athlètes, en kilt. Les Highlands Games, qui se déroulent en plein air, font partie intégrante de la culture écossaise. En plus de performances totalement insolites et spectaculaires, ils sont l'occasion de plonger dans des traditions qui ont forgé l'identité de la région. Des compétitions de cornemuses ou de danses traditionnelles se déroulent aussi lors de ces jeux, et il est possible de goûter à des spécialités locales. De nombreuses villes et villages les organisent, surtout durant la période estivale, mais les plus célèbres restent le Royal Highland Gathering, le 1er samedi de septembre… En présence de la reine. 
Infos pratiques : se renseigner auprès des villes visitées. Pour le Royal Highland Gathering, il est conseillé de réserver son logement longtemps à l'avance.
Crédit : imladris / 123RF

Eilean Donan Castle

11€ la visite

Il s'agit certainement de l'un des cadres les plus romantiques de la mosaïque dense que propose l'Écosse. Surgissant de la brume le matin, baigné de lumière la journée, féérique à la nuit tombée… Tout à l'ouest de l'Écosse, le château Eilean Donan trône sur sa petite île, relié à la Grande-Bretagne par un pont en pierre. Construit au XIIIe siècle pour repousser les pirates scandinaves, il a été détruit au XVIIIe siècle avant d'être rebâti en 1932. Aujourd'hui, c'est le mobilier et la décoration des années trente qui charment les visiteurs de ce bel édifice appartenant au clan McRae. Le château a servi de décor aux tournages des films Highlander et de James Bond, Le Monde ne suffit pas.
Infos pratiques : ouvert tous les jours de 10h à 17h (ouverture dès 9h en juillet et août et 9h30 en septembre ; fermeture à 15h de novembre à mars). Fermé en janvier. Tarif normal : 11€, enfant jusqu'à 5 ans : 7€, famille : 33€.  Site officiel du château Eilean Donan Castle
Crédit : Hartmut Albert / 123RF

Highlands

Impossible de ne pas évoquer les Highlands, les " hautes terres " quand on parle de l'Écosse. On pourrait croire que les Highlands se concentrent tout au nord du pays. C'est en réalité une très grande région circonscrite entre le nord de Perth, John O'Groats au Nord et Mallaig à l'ouest. On imagine aisément les vastes landes et les tourbières façonnant un paysage sauvage et préservé duquel s'élèvent des reliefs escarpés et des falaises déchiquetées, mais aussi des rivières et des lacs enchanteurs. Les Highlands, ce sont aussi des territoires de légendes, d'une histoire riche peuplée de valeureux guerriers écossais, d'un tissu emblématique, le tartan, marquant l'identité de chaque clan. La force qui se dégage de ces terres et l'imaginaire qui les entourent ne laissent personne indifférent.

Les Highlands en Ecosse. © Jens Ickler / 123RF

Les activités ne manquent pas dans les Highlands. Les amateurs de nature apprécient les nombreuses possibilités de randonnées ou l'observation d'une faune sauvage dense faite de cerfs, d'oiseaux ou encore de vaches des Highlands. Sorties en bateau, visites de distilleries de whisky ou de châteaux, charmants villages… C'est un voyage qui se prête aussi bien aux familles ou aux groupes d'amis qu'aux escapades en amoureux.

Visite

Quand partir en Écosse et comment visiter cette superbe région ? Est-il judicieux de prendre le train pour voyager en Écosse ? Combien de temps partir en Écosse ? Retrovez nos conseils et idées d'itinéraires pour visiter l'Ecosse.

Visiter l'Ecosse en train

Relier les grandes villes

Si vous comptiez prendre le train pour vous rendre dans les campagnes les plus isolées d'Écosse ou sur ses îles, vous risquez d'être déçus. Cela dit, il existe un bon nombre de forfaits intéressants sur le réseau ferré qui relie essentiellement les grandes villes : Édimbourg, Glasgow, Aberdeen…. Il faut savoir que les voyages réservés à l'avance sont souvent moins chers que les tickets achetés au dernier moment. De plus, les tarifs sont parfois plus avantageux sur les trajets hors horaires d'affluence.

- Scotrail : pour les billets à prix réduits, hors heures de pointes, et cartes faisant bénéficier de promotion pour les plus de 60 ans, les familles, les couples (environ 40€)… Autres forfaits intéressants : le Highland Rover, idéal pour visiter les Highlands (forfait de 4 jours sur 8 jours, hors heures de pointe le matin, 99€), et le Central Scotland Rover, entre Édimbourg et Glasgow (forfait de trois jours, 45€).
Britrail : le Britrail GB Pass : choisissez le nombre de jour durant lequel vous souhaitez voyager (de deux jours à un mois), en consécutif ou non, et déplacez-vous librement. Tarif normal : de 138 à 675€. Il existe des tarifs réduits pour les enfants, les plus de 60 ans et les moins de 26 ans. Avec le Britrail Central Scotland Pass, valable trois jours sur une semaine, visitez les principales villes d'Écosse. Tarif normal : environ 50€. Attention, ces deux pass ne sont pas vendus sur place en Grande-Bretagne : il faut les acheter à l'avance.
Crédit : James McDowall / 123RF

Visiter l'Ecosse en 4 jours

Édimbourg et Glasgow

Prêts pour un week-end prolongé en Écosse ? En général, la plupart des vols venant de France seront à destination d'Édimbourg, qui constitue un point de chute idéal pour une première entrée en matière. Son château médiéval, ses musées gratuits comme le National Scotland Museum et ses quartiers Old Town et New Town où il fait bon se promener, donnent le pouls de cette Écosse qui sait charmer ses visiteurs. Certains pourront choisir de passer une journée à Glasgow, située à 74 km de la capitale écossaise et bien connue pour son dynamisme culturel. D'autres préféreront peut-être se diriger vers la côte, à l'Est. Dunbar notamment, est un agréable village considéré comme le moins pluvieux d'Écosse. Ce petit port donne un bel aperçu de l'Écosse côtière.
Crédit : jenifoto / 123RF

Visiter l'Ecosse en hiver

Moins de touristes

Visiter l'Écosse en hiver a un gros avantage : échapper aux hordes de touristes qui saturent parfois les routes et les sites incontournables, et bénéficier de tarifs plus avantageux dans les hébergements. Cependant, il faut bien avoir en tête que la nuit tombe tôt en hiver, vers 15h30-15h45. Il faut donc prévoir ses visites en début de journée… Et vérifier à l'avance que les châteaux et autres attractions sont ouverts au public à cette période de l'année. Certains profitent en effet de la saison creuse pour entreprendre des travaux de rénovation ou tout simplement prendre quelques jours de repos avant le retour de la plupart des touristes. Enfin, pour les frileux, les températures risquent d'être décourageantes. Thermomètre en dessous de zéro, vents froids et neige à certaines altitudes sont bel et bien renforcés durant l'hiver. Certaines randonnées notamment ne seront pas accessibles.
Crédit : George Robertson / 123RF

Visiter l'Ecosse en 7 jours

Villes et nature

Il est aisé de se faire un bon aperçu de l'Écosse en une semaine. Encore faut-il être véhiculé pour pouvoir se déplacer à sa guise sans dépendre des horaires de train ou de car. La balade commence alors à Édimbourg avec son incontournable château et certains de ses plus prestigieux musées, comme le National Museum of Scotland ou la Scottish National Galery. On erre tranquillement dans Old Town et New Town et on rejoint Dean Village, pittoresque quartier au nord-ouest de la capitale écossaise. Les maisons en briques bordant la rivière Water of Leith lui donne un charme authentique. Il est ensuite temps de quitter Édimbourg. Les fans de whisky feront étape à Craigellachie, dans les environs de laquelle se trouvent plusieurs distilleries. Les autres traceront directement la route vers Inverness, et le Loch Ness. En redescendant vers le sud-ouest, un arrêt à Glencoe, nichée au cœur d'un fjord et d'une nature incroyable, s'impose avant de rejoindre Oban. Cette jolie cité balnéaire lovée entre les collines, fait face à la mer et, à l'horizon, aux îles écossaises. Rien que son charmant port aux maisons colorées vaut le détour. Dernière étape : Glasgow, dont la vie trépidante plaira à plus d'un touriste.
Crédit : Matthew Dixon / 123RF

Visiter l'Ecosse en van

Tour du pays

Partir en van est peut-être la façon la plus économique et pratique de visiter l'Écosse. Cela permet en effet d'être complètement libre quant à son emploi du temps et à ses déplacements, sans se concentrer sur les hébergements où passer la nuit, et leurs tarifs parfois exorbitants. C'est une bonne alternative au camping sous tente, surtout quand les températures commencent à dégringoler ! Justement, il faut penser au thermomètre. Si le van est équipé d'un chauffage sur batterie mieux vaut privilégier les arrêts dans des campings la nuit, afin de le laisser brancher, sinon la batterie fera vite défaut et la température dans l'habitacle s'en fera ressentir. Avant de partir, pensez également à… la pluie. Les vêtements sont rapidement détrempés, et il n'est pas toujours aisé de les faire sécher rapidement dans un van. Enfin, emportez des éléments essentiels comme une lampe frontale, des sacs poubelle, du papier hygiénique...
Crédit : ammentorp / 123RF

Trouver un vol avec Liligo

Villes

Si les paysages d'Écosse sont réputés pour leur charme authentiques, les villes valent aussi le détour. Zoom sur ces cités incontournables et ces villages où il fait bon s'arrêter.

Edimbourg

Capitale animée

Édimbourg fait partie de ces villes-trésors en Europe : celles qui combinent richesse historique, patrimoine dense et une vie trépidante. Perchée sur sa colline, la capitale de l'Écosse flamboie. Son château dominant les alentours et abritant les joyaux de la couronne écossaise y fait beaucoup, tout comme la Royal Mile, célèbre avenue menant au palais de Holyrood, résidence royale. Mais Édimbourg, c'est aussi des musées de renommée internationale (souvent gratuits) retraçant l'histoire du pays, conservant des collections contemporaines impressionnantes ou offrant des expériences plus insolites, comme le musée de l'illusion optique Camera Obscura, une des plus vieilles attractions de la ville, idéale pour petits et grands. Il est aussi tout à fait agréable de se promener dans la vieille ville, cœur historique palpitant où se mêlent boutiques, pubs et restaurants. Enfin, aux beaux jours, de nombreux festivals de spectacle vivant s'emparent de la ville, rivalisant avec le festival d'Avignon.
Crédit : Andreas Hermanspann / 123RF

Glasgow

Ville culturelle

Visiter Glasgow, c'est plonger dans le cœur du sujet de l'Écosse : ici, il n'y a pas d'Anglais. Ici, la culture celtique est omniprésente. Ici, le passé industriel a forgé des âmes solidaires. Justement, ce passé laisse place aujourd'hui à une ville qui a su se reconvertir en se tournant vers la culture. Expositions, spectacles, concerts, festivals… Ici on bouge, on sort, on danse. Avec ou sans enfants, les activités ne manquent pas : les musées sont variés, du musée de l'histoire de Glasgow au Hunterian Museum en passant par l'incontournable Kelvingrove Art Gallery and Museum, le plus vieux musée de la ville. Et les sorties typiques s'enchainent : Barras Market est un des marchés aux puces les plus impressionnants d'Europe. Les nombreux parcs agréables comme Kelvingrove Park accueillent les familles le week-end. D'ailleurs, en gaélique, Glasgow signifie " ma chère ville verte ", et elle ne compte pas moins de 90 espaces verts ! L'université vaut le détour pour son architecture gothique… Vous l'aurez compris : on ne s'ennuie pas à Glasgow. Quel que soit son âge, quelle que soit sa situation familiale : il y en a pour tous les goûts !
Crédit : atosan / 123RF

Aberdeen

Ville portuaire

Aberdeen a toujours été un port de commerce prépondérant en Europe. Au XIXe siècle, la pêche aux harengs a fait sa force économique, aujourd'hui, c'est le pétrole. On vous propose de laisser le spectacle des cargos géants à son port autonome. En tant que capitale des Grampians, Aberdeen peut être le point de départ pour aller visiter les nombreuses distilleries et les magnifiques châteaux de cette riche région. Le musée maritime de la ville est intéressant à voir, tout comme King's College, la plus vieille université d'Aberdeen, construite en 1495. Les locaux aiment aussi se promener le long du bord de mer, sur 3 kilomètres, agréable.
Crédit : suwatpo / 123RF

Inverness

Ville-étape

Capitale des Highlands, Inverness est surtout connue pour être le point de départ des escapades vers le Loch Ness. D'ailleurs tout est dans son nom, qui signifie " embouchure de la Ness ". On parle ici de la rivière qui borde la ville et qui vient directement du fameux loch où résiderait le non moins célèbre monstre aquatique. En soi, la ville n'a rien d'extraordinaire. Son château, immortalisé par Shakespeare dans Macbeth, a disparu. Il a été remplacé par une réplique, au XIXe siècle. Les visites intéressantes restent dans les alentours. Le Culloden Batterfield, le lieu où se déroula la bataille de Culloden, ultime tentative des jacobites pour réinstaller les Stuart sur le trône, reste un des lieux emblématiques d'Écosse. Cawdor Castle est aussi un superbe château du XIVe siècle, magnifiquement conservé, avec son donjon et ses splendides jardins. Encore habité, il se visite toutefois entre les mois de mai et de septembre.
Crédit : bloodua / 123RF

Perth

Ville paisible

Ancienne capitale d'Écosse, Perth ne semble jamais s'être vraiment remise de la perte de ce titre, ravie par Édimbourg au XVe siècle. On apprécie toutefois son atmosphère de ville rurale, son cœur historique de style géorgien et les quais de la Tay, le fleuve qui la traverse, où il fait bon se balader. Parmi les monuments à voir : l'église Saint John's Kirk, la plus ancienne de Perth. Toutes les autres ont en effet été détruites après que le réformateur John Knox prononça son premier discours contre l'église catholique. À 3 km de Perth, il ne faut pas manquer Scone Palace, qui renferme du mobilier inestimable datant du XVIIe au XIXe siècle. Plus de 40 rois y furent couronnés. C'est d'ailleurs ici que se trouvait la pierre de Scone, ou pierre du destin, sur laquelle les rois d'Écosse et de Grande-Bretagne se font couronner depuis plus de 1 000 ans. Aujourd'hui, l'originale se trouve au château d'Édimbourg, mais on peut tout de même y admirer une copie. Cette étape sera un vrai enchantement pour les amateurs d'histoire et de meubles anciens.
Crédit : Stephen McCluskey / 123RF

John O'Groats

Village typique

260 habitants à l'année et quelques maisons en bout de route. La petite bourgade de John O'Groats se présente comme le village le plus au nord de l'Écosse, avant les îles Orcades et Shetland. C'est d'ailleurs ici que l'on prend le ferry pour rejoindre le premier des deux archipels. L'histoire et le nom lui-même de la ville sont même liés à cette activité. Jan de Groot, un Hollandais, est en effet considéré comme le premier passeur régulier pour les Orcades, à la fin du XVe siècle. Le prix de la traversée ? Un groat, l'ancienne monnaie écossaise. À trois kilomètres de John O'Groats se trouve Castle of Mey, le château le plus septentrional du pays. Il a été acquis par la reine mère en 1952. Ouvert au public, il est fermé en été, deux semaines, quand le prince Charles y vient pour ses vacances… moyennant une location !
Crédit : Dmvasilenko77 / 123RF

Ullapool

Village de pêcheurs

Sur les bords du loch Broom, Ullapool est un de ces villages de pêcheurs agréables. Les maisons aux murs blancs font face aux eaux quand les bateaux se balancent doucement dans le port. C'est aussi une étape pour les touristes embarquant pour l'île de Lewis et Harris. Si le temps le permet, le mieux est de s'offrir une excursion en bateau ou une balade en kayak pour aller voir les Summer Isles, à la sortie du loch. L'occasion d'observer des phoques, de nombreux oiseaux et même des dauphins pour les plus chanceux.
Infos pratiques : pour les sorties en bateaux, se renseigner auprès de compagnies comme Shearwater Cruises, Seascape Expeditions ou NorWest Sea Kayaking. Elles ont toutes un bureau sur le port.
Crédit : Harald Schmidt / 123RF

Saint Andrews

Ville côtière

On trouve toujours une raison de passer à Saint-Andrews. Les passionnés d'histoire, notamment religieuse, apprécieront les vestiges de la cathédrale, véritable emblème de la ville. Elle fut la plus importante du pays et le centre religieux de l'Écosse. C'est ici en effet que furent conservés les reliques de Saint-André, rapportées de Grèce au IVe siècle. C'est aussi à Saint-Andrews que fut fondée la première université du pays, en 1413. Mais Saint-Andrews est aussi connue par les amateurs de golf. Les greens mythiques, comme l'Old Course, entourent la ville et constituent le must pour les passionnés. À noter qu'en Écosse, ce sport est très populaire et pas seulement réservé à une élite. Les frais d'inscription dans un club sont assez accessibles.
Crédit : lightpoet / 123RF

Stirling

Ville historique

En plein centre de l'Écosse, Stirling attire les amateurs de vieilles pierres. Sa situation géographique en a fait une place forte, longtemps disputée par les Écossais et les Anglais. La bataille du pont de Stirling, menée par l'enfant du pays William Wallace, est d'ailleurs restée dans les annales, tout comme la bataille de Bannockburn, où l'armée anglaise connut une grande défaite. Visiter le château et le centre médiéval de Stirling c'est plonger dans ce passé mouvementé, mais aussi découvrir un des plus importants châteaux d'Écosse. Construit au XIIe siècle, il domine la vallée et offre une vue imprenable sur les alentours. On comprend mieux son importance. Superbement restauré, il permet de voir le Great Hall, ancien siège du premier parlement écossais, la cour supérieure avec ses gargouilles, les appartements royaux, la chapelle royale, les cuisines… Une visite intéressante pour toute la famille.
Infos pratiques : le château de Stirling est ouvert tous les jours de 9h30 à 18h (17h entre octobre et mars). Dernière entrée 45 minutes avant la fermeture. Tarif normal : 17€, enfants de 5 à 15 ans : 10,50€, plus de 60 ans : 15 euros
Crédit : Jaroslav Moravcik / 123RF

Oban

Station balnéaire

Située sur la côte ouest de l'Écosse, sur le passage intérieur de Sound of Kerrera, Oban est une ville balnéaire dont la réputation n'est plus à faire. C'est la reine Victoria qui rendit le coin célèbre en s'y rendant pour soigner ses rhumatismes. Même si Oban est le port de départ des ferries pour les îles Hébrides, elle a su garder un charme un peu désuet, qui lui donne un côté très romantique. On aime son port avec ses maisons colorées, les promenades à la sortie de la ville qui offrent de beaux points de vue, comme Pulpit Hill ou McCraig's Tower.
Crédit : donaveh / 123RF

Plages

Vous l'aurez compris, on ne vient pas en Écosse pour passer ses journées à dorer au soleil. Cependant, la région offre de nombreuses plages qui dévoilent leur lot de surprises et invitent au dépaysement.

Plage de Tolsta

Plage sauvage

Sur Lewis et Harris, du côté de Lewis, Tolsta est la plus longue plage de l'île. Quand le ciel est bleu, l'eau y est transparente et turquoise. Les plaines vertes viennent mourir sur le sable fin et doré. Le contraste des couleurs est tout aussi saisissant par temps maussade.
Infos pratiques : se garer à la fin de la route B895, au nord de Tolsta. La plage est isolée et sauvage ; il n'y a aucun aménagement.
Crédit : David Woods / 123RF

Plage de Luskentyre

Plage tranquille

Toujours sur l'île de Lewis et Harris, sur la côte ouest de Harris précisément, la plage de Luskentyre fait partie de ces étendues qui font croire à un bout du monde mythique. Qui pourrait s'attendre à ces dégradés de bleu changeant selon les marées, du plus clair ou plus gris, en passant par du vert ? Avec un peu de vent, les vagues se chargent de moutons blancs. Selon la marée, des bancs de sable font des percées dans l'eau. Pour certains, il s'agit là d'une des plus belles plages du monde. Tout simplement incroyable.
Infos pratiques :  se renseigner sur les horaires des marées. Attention, l'eau descend et remonte très vite, ne pas s'aventurer sur les bancs de sable sans considération.
Crédit : John Holmes / 123RF

Plage de Seilebost

Plage familiale

La plage de Seilebost elle aussi se situe sur Lewis et Harris, au sud-ouest. Elle est bordée d'un côté par une dune plantée d'herbes vertes, et, au-delà, quelques maisons éparpillées. Le sable est clair. Les eaux translucides prennent des teintes vertes ou bleues selon la marée. Quand le temps le permet, la baignade est agréable, la baie est protégée, aucune grosse vague ne se forme. Idéal pour les enfants.
Infos pratiques : parking à proximité. Comme sur toutes les plages où la marée agit, attention aux courants.
Crédit : Helen Hotson / 123RF

Dores

Plage de galets

Situé à 13 km au sud d'Inverness, le village de Dores est posé sur le Loch Ness. Sa plage de galets offre une vue imprenable sur le loch. Quelques tables de pique-nique en bois permettent de profiter de la vue en grignotant un morceau. C'est dans cette bourgade que vit Steve Felthman depuis 1991. Cet ancien graphiste a tout quitté pour s'installer ici et se consacrer à… la recherche du monstre du Loch Ness. Pour subventionner ses recherches, il vend des petites figurines rigolotes.
Infos pratiques : Sur la plage se trouve un pub, le Dores Inn, qui propose de la restauration dans un cadre charmant : il s'agit d'une maisonnette avec un petit jardin à l'avant, avec vue sur le loch. Réservation conseillée.
Crédit : John Holmes / 123RF

Aberdeen Bay

Plage tranquille

Du côté d'Aberdeen, dans les Grampians, le week-end, les locaux aiment se promener sur la plage et sur la promenade qui la surplombe. Une balade de 3 kilomètres entre les rivières Don et Dee. Avec un peu de chance, en été, vous pourrez observer les tursiops, ces cétacés cousins des dauphins. Au bout de la plage, Footdee ou " Fittie " pour les initiés, est un ancien village de pêcheurs qui a gardé son charme du XIXe siècle. On ne se lasse pas de ses cottages colorés, ses petites maisons et ses rues pavées.
Crédit : Malte Borggrewe / 123RF

Baie de Coldingham

Spot de surf

Au sud d'Édimbourg, sur la côte, près de Eyemouth, la baie de Coldingham est fréquentée par les surfeurs et les familles qui viennent profiter de la plage. Fait étonnant : quelques cabanons colorés, serrés les uns contre les autres, égayent la plage dans toute sa longueur.
Crédit : Infos pratiques : se garer au niveau des maisons, en hauteur et descendre sur la plage par un petit chemin aménagé.
Crédit : julietphotography / 123RF

Randonnées

Destination très nature, l'Écosse recèle de sentiers de randonnées, pour tous les niveaux. Dans tous les cas, compte-tenu du climat changeant et des sols parfois glissants et boueux, prévoir des chaussures adaptées, antidérapantes, et des vêtements imperméables. Il est important de savoir qu'en Écosse, il existe une tradition qui privilégie les randonneurs : le libre accès à la nature et l'autorisation du camping sauvage quasiment partout, à condition de ne pas s'installer en ville ou sur une propriété privée.

West Highland Way

153 kilomètres

C'est un peu la randonnée mythique en Écosse. Son parcours de 153 kilomètres relie Milngavie près de Glasgow, à Fort William, dans les Highlands. La West Highland Way se parcourt généralement en une semaine au cours de laquelle s'enchaînent des paysages variés : lochs, rivières, rapides, cascades, sommets et vallées. L'occasion de suivre les chemins par lesquels passaient les bergers et leurs troupeaux pour rejoindre les Lowlands depuis les Highlands.
Difficulté : cette randonnée, conseillée entre mai et septembre, est facile d'accès. En revanche, en hiver, la neige est souvent de la partie et nécessite piolets et crampons. La randonnée est alors réservée aux marcheurs chevronnés.
Durée : une semaine
Informations : la carte West Highland Way, pliable et plastifiée, publiée par Harveys, détaille tout l'itinéraire. The West Highland Way Official Guide, de Bob Aitken et Roger Smith, est le guide le plus complet sur cette randonnée (en anglais).
Hébergement : en haute saison, pensez à réserver son hébergement si on ne pratique pas de camping sauvage.
En plus : répulsif contre les midges, les moustiques des Highlands, indispensable.
Crédit : Robert Leszek Baumann / 123RF

Lost Valley

6 kilomètres

Comptez entre deux et trois heures aller-retour pour effectuer les 6 kilomètres de chemin. Le départ de la randonnée s'effectue à 9 kilomètres du village de Glencoe, depuis un parking. On suit un chemin en direction d'un canyon puis d'une rivière avec plusieurs cascades. On débouche enfin sur un plateau entouré d'un magnifique cirque verdoyant, qui se teinte de nuances dorées à l'automne.
Difficulté : Moyenne. Blocs rocheux à grimper, et longue montée.
Durée : environ 2h30
Informations : La vallée a été formée il y a 10 000 ans par un éboulement de pierres.
Crédit : Thomas Lukassek / 123RF

Conic Hills

6 kilomètres

C'est une balade facile de 6 kilomètres, sur un chemin sans trop de dénivelé et qui offre un magnifique point de vue sur le Loch Lomond. En partant du parking de Balmaha (gratuit), on traverse une superbe forêt avant d'atteindre une prairie. En haut de Conic Hills, la vue est stupéfiante, aussi bien sur le loch avec ses nombreux îlets, que sur les étendues alentours, où paissent des moutons.
Difficulté : facile
Durée : environ 3 heures
Informations : le chemin est connu et très fréquenté, aussi bien par les Écossais que les touristes. Partir tôt pour éviter la foule.
En plus : répulsif contre les midges, les moustiques des Highlands, indispensable.
Crédit : Jaroslav Moravcik / 123RF

Linn of Dee

30 kilomètres

Au cœur du parc national des Cairngorms, le village de Braemar est le point de départ de plusieurs randonnées, plus ou moins longues et accessibles. Linn of Dee est la source de la rivière Dee. Trois promenades faciles partent d'Invercauld Bridge, longent les rivières Dee et Glen Lui à travers une grande forêt de pins calédoniens. Les plus chanceux pourront peut-être apercevoir un cerf. Les randonneurs plus aguerris suivront le sentier de Lairig Ghru. En cheminant dans le parc national, ils verront le Loch Morlich, entouré de forêt et surplombé par des sommets enneigés, selon la saison. Ils longeront le Ben Macdhui, le deuxième plus haut sommet d'Écosse. Comptez minimum 32 kilomètres de marche.
Difficulté : facile à difficile. Effectuer la randonnée longue entre mai et septembre.
Durée : de 30 minutes à deux heures pour les trois premiers circuits balisés. 9h à deux jours pour la randonnée sur le Ben Macdhui.
Hébergement : à quatre heures du départ se trouve un refuge sommaire avec un poêle et des toilettes sèches.
Informations : sur le parking (5€) au départ des sentiers, des plans gratuits sont disponibles.
En plus : répulsif contre les midges, les moustiques des Highlands, indispensable.
Crédit : George Robertson / 123RF

Old Man of Storr

6 kilomètres

L'île de Skye est réputée pour ses paysages exceptionnels invitant à la randonnée. Une des plus prisées est celle qui mène au Old Man of Storr, ce rocher monolithique de 49 mètres de hauteur, dans le massif de Storr, et emblématique de l'île. Le chemin part d'un parking, à 10 kilomètres de Portree. Durant cette boucle, plusieurs points de vue permettent d'admirer le Old Man au fur et à mesure de l'avancée. Par beau temps, on apprécie aussi les panoramas sur l'est de l'île de Skye, l'île de Raasay et les Highlands. Le sentier passe par une lande et un le joli lac Coire Scamadal, avec une vue sur le fameux Needle Rock. On contourne enfin le monolithe pour entamer la descente vers le parking.
Difficulté : moyen, avec quelques chemins abrupts
Durée : environ 2 heures (sans compter les pauses photo !) pour 6 kilomètres
Informations : les offices du tourisme vendent Walks of Isle of Skye (environ 5€), un petit guide bien fait sur les balades à effectuer dans l'île, cartographiées, avec leur durée et leur difficulté.
Crédit : Thomas Lukassek / 123RF

Harris Walkway

32 kilomètres

Au sud de l'île de Lewis et Harris, du côté de Harris, le Harris Walkway relie Clisham, point culminant de la région (799 mètres) à la plage de Seilebost. Il est possible de parcourir la totalité de ces anciens sentiers ou de n'en faire qu'une partie, Tarbert se trouvant à mi-chemin. Au total, cette randonnée est longue de 32 kilomètres ; la seconde partie de 14,5 kilomètres. Le trajet est agréable, ponctué de chardons, d'envols d'oies sauvages ou de perdrix rouges, de mares et petits lacs, de tourbières et de bergeries en ruines, de vues splendides sur les rivages...
Difficulté : moyen
Durée : 9h à deux jours, 32 kilomètres
Informations : Se procurer le Harris Guided Walks, à l'office du tourisme de Tarbert. Cette plaquette indique les jours et les heures de rendez-vous des randonnées guidées organisées entre avril et septembre. La majorité de ces excursions est gratuite.
En plus : répulsif contre les midges, les moustiques des Highlands, indispensable.
Crédit : Helen Hotson / 123RF

Brexit

Alors que le Royaume-Uni se prépare à une sortie définitive de l'Union européenne (UE), les touristes français peuvent se poser des questions : pourra-t-on toujours voyager outre-Manche sans visa ? Sera-t-il facile de rejoindre l'Écosse ? Rassurez-vous : à court terme, le Brexit ne devrait changer que très peu de choses pour les voyageurs français et européens. Le site France Diplomatie du ministère de l'Europe et des Affaires étrangères rappelle : " Jusqu'au retrait du Royaume-Uni de l'UE, pour entrer au Royaume-Uni, le voyageur doit être muni d'un passeport ou d'une carte nationale d'identité en cours de validité. Aucun visa n'est nécessaire ". En cas d'accord conclu entre le Royaume-Uni et l'UE, ces mêmes conditions devraient s'appliquer jusqu'au 31 décembre 2020. Un passeport sera peut-être nécessaire à partir du 1er janvier 2021. Dans tous les cas, le gouvernement britannique "a fait part de son intention de ne pas soumettre les ressortissants européens à l'obligation de visa pour les courts séjours (de moins de trois mois)".

Climat

Quand partir en Ecosse ? Selon certains, l'on pourrait vivre les quatre saisons en une seule journée en Écosse ! Comprenez que le climat est très changeant. Ne vous attendez toutefois pas à des températures d'extrême chaleur ! Au cœur de l'été, le thermomètre grimpe péniblement jusqu'à une petite vingtaine de degrés. Niveau précipitations, attention aux clichés ! Ceux qui imaginent que la pluie est au rendez-vous chaque jour seront heureux de constater qu'elle tombe maximum 13 jours par mois, en décembre.

Mois Température maximum Jours de pluie Note
Janvier 7°C 12 **
Février 8°C 11 **
Mars 10°C 11 ***
Avril 12°C 10 ****
Mai 15°C 10 *****
Juin 17°C 11 *****
Juillet 19°C 12 ****
Août 19°C 11 ****
Septembre 17°C 11 ****
Octobre 13°C 12 ***
Novembre 10°C 12 **
Décembre 7°C 13 **

Autour du même sujet