Limoges

Limoges Située en bordure du Massif Central, Limoges et son agglomération de 180 000 habitants sont le cœur d'une région peu peuplée et qui paraît endormie. Pourtant, au-delà de son industrie de porcelaine qui demeure toujours très puissante, ses rues commerçantes du quartier du château ou encore son Zénith témoignent d'un dynamisme certain. Par ailleurs, jouant avec ses terres vallonnées et le guet de la Vienne, Limoges se donne le luxe de posséder deux centres historiques.

Rayonnant autour de la Cathédrale Saint-Étienne, la Cité épiscopalehérite du passé le plus lointain de Limoges. En effet, le coteau en pente douce et le guet de la Vienne, aujourd'hui traversé par un pont du XIIème siècle, étaient tout désignés pour recevoir la ville romaine.

L'ambiance paisible et la beauté architecturale du site font de lui un faubourg très propice aux balades touristiques. Au nord ouest, et plus en hauteur, le quartier historique du Château s'articule essentiellement autour de la rue de la Boucherie et de la Cour du Temple, témoignages typiques de l'architecture médiévale. Mais les halles, l'église Saint-Michel-des-Lions et les rues commerçantes invitent à découvrir l'ensemble du centre.

  • Histoire de Limoges : d'Auguste à Turgot

La construction de Limoges remonte à l'an 10 avant J-C. L'Empire romain souhaite donner une nouvelle capitale aux Lemovices. La voie Bourges-Toulouse et la Via Agrippa (voie Lyon-Saintes) se croisent à proximité d'un guet sur la Vienne : les Romains ont trouvé un lieu idéal.. La ville prend alors le nom d'Augustoritum (le guet d'Auguste) en hommage à l'Empereur. De nombreux monuments (qui n'ont pas survécu au temps) sont construits mais il semblerait que la ville ne soit jamais terminée.

Face aux invasions barbares, la cité se rétracte à la fin du Vème siècle. Mais c'est aussi lors de cette période que Saint Martial évangélise la région et se fait inhumer sur les hauteurs de la ville, sous l'actuelle place de la République. Or, cette modeste nécropole abrite en son sein les germes de la renaissance de la ville au Moyen-âge. Une chapelle funéraire puis une abbaye s'élèvent sur le site. Autour des religieux, un nouveau centre d'habitations et d'activités se développe. Il en résulte l'existence de deux villes très proche : le Château et la Cité. Malgré l'attaque du « Prince noir » Edouard de Woodstock qui, en 1370, rase une bonne partie des villes, celles-ci voient leur surface grandir tout au long du Moyen-âge.

Pourtant, les deux villes connaissent ensuite la décadence. En 1761, lorsque le Turgot est nommé intendant de la généralité de Limoges, la région est parmi les plus pauvres de France. Inspiré par les Lumières, le jeune intendant multiplie les initiatives. Lorsqu'il apprend l'existence de mines de kaolin dans la région, il fait parvenir la précieuse matière dans les faïenceries. Ainsi débute une glorieuse industrie désormais attachée au nom de Limoges : la porcelaine.

Quelques années plus tard, la Révolution remporte une forte adhésion dans la ville et a pour conséquence la destruction de l'abbaye. Berceau de la CGT à la fin du dix-neuvième siècle puis lieu d'intense résistance, notamment communiste, Limoges ne se laisse pas conter l'histoire, elle y participe activement.

En savoir plus

Trouver un vol

VOYAGE À LIMOGES

Carte d'identité

Population (2010) : 139 150 habitants

Superficie : 77,45 km²

Gentilé : Limougeauds, Limougeaudes

Plus d'informations

Trouver un hotel

QUE VOIR À LIMOGES

Monuments

Le nom de Limoges est associé pour tous à l'industrie de l'or blanc. En revanche, il faut bien admettre qu'aucune image de monument glorieux ou de perle architecturale ne vient à l'esprit. Pourtant, derrière un aspect un peu gris au premier abord, la ville cache quelques trésors de l'architecture médiévale.

Dans le quartier du Château, les visiteurs chercheront en vain les fortifications à l'origine de ce nom.? Par contre au détour de la rue du Consulat, ils découvriront l'étonnante cour du Temple. Restaurée au cours du vingtième, elle semble paradoxalement restée figée dans son décor Renaissance.

Les maisons à pans de bois de la rue de la Boucherie et la Chapelle Saint-Aurélien méritent pareillement un crochet. Enfin, les églises Saint-Pierre-du-Queyroix et surtout Saint-Michel-des-deux-Lions témoignent du passé religieux de la ville.

De même qu'on ne découvrira pas de château dans le Château, la quête de vestiges gallo-romains dans la Cité risque fort de s'avérer infructueuse. Cependant, à défaut de retrouver l'antique Augustoritum, on se console largement en visitant la Cathédrale Saint-Etienne ou en traversant le pont du même nom, superbement entretenu depuis 1210.

Musées

Depuis la découverte de kaolin à proximité de la ville en 1771, le nom de Limoges est intimement lié à la porcelaine. Mais si la porcelaine de Limoges est devenue une véritable référence au XIXe, c'est aussi grâce au savoir-faire de la ville dans les « arts du feu », et ce depuis des siècles. Ainsi, les Limougeauds s'étaient distingués depuis longtemps dans la fabrication de l'émail. Aujourd'hui, les musées de la ville rendent hommage à ce savoir-faire et nous plongent dans d'impressionnantes collections.

Musée national de la Porcelaine Adrien Dubouché

Créé en 1845, le musée de Limoges avait pour fonction originelle la collection et conservation d'objets historiques dispersés dans la Haute-Vienne. Mais en 1866, l'homme d'affaire Adrien Dubouché devient directeur du musée. Passionné par les arts et avant tout la céramique, ce mécène donne dès l'année suivante une nouvelle ampleur au musée en faisant don de 400 objets. Dans les années suivantes, rachetant des collections pour les donner au musée, il a pour ambition de retracer l'histoire des arts du feu à travers le monde et les siècles.

Après la mort de son bienfaiteur, le musée en acquiert le nom. Il œuvre depuis à la réalisation de cet objectif. Ainsi, de superbes exemplaires d'émail, de porcelaine mais aussi de faïence, de poterie ou de verre forment aujourd'hui une collection exceptionnelle. Celle-ci est constituée de 12 000 pièces, allant pour l'essentiel du XVème siècle à nos jours, mais des poteries remontent à -700. Enfin, notons que la collection de porcelaine de Limoges tient une place à part. Exceptionnellement riche, elle couvre toutes les périodes de 1771 à nos jours.

Musée national Adrien Dubouché

8bis, Place Winston Churchill

87 000 Limoges

Tél. 05 55 33 08 50

Site web

Horaires : Le musée est ouvert tous les jours de 10h à 12h25 et de 14h à 17h40, sauf le mardi.

Tarifs : Plein tarif : 4,50 Euros - Tarif réduit : 3 Euros, pour les groupes de plus de 20 personnes, les personnes de 18 à 25 ans. - Gratuit : pour les moins de 18 ans.

Musée municipal de l'Evêché - Musée de l'émail de Limoges

Occupant l'ancien palais épiscopal au pied de la cathédrale Saint-Etienne, le Musée municipal de l'Evêché consacre un autre art du feu très implanté dans le Limousin depuis le XIIe siècle : les émaux. Ainsi, le musée présente une collection exceptionnelle qui retrace quelques 900 années de création et s'ouvre sur le monde entier, notamment pour la période contemporaine.

Cependant, le musée ne se limite pas à cette collection de quelques 500 émaux, il s'ouvre également vers la peinture. On retrouve notamment cinq toiles de l'enfant du pays, Pierre-Auguste Renoir. Enfin, le musée dispose d'une belle collection lapidaire ainsi qu'un espace consacré à l'archéologie.

Musée municipal de l'Evêché, musée de l'émail

Place de la Cathédrale

87000 LIMOGES

Tél. 05 55 45 98 10

Horaires

Ouvert tous les jours, sauf le mardi de 10 h à 12 h et de 14 h à 17 h (18 h en juin)

De juillet à septembre ouvert tous les jours de 10 h à 12 h et de 14 h à 18 h

Fermé les 1er janvier, 1er mai, 1er et 11 novembre, 25 décembre

Tarif : Gratuit.

Four des Casseaux

Datant de 1844, cet impressionnant four classé Monument historique était dédié à la cuisson de la porcelaine. Seul rescapé parmi les 135 fours à globe de Limoges, il était l'un des premiers de la ville à disposer du système Milton à flamme renversée. Mesurant 20 mètres de haut pour 5,5 mètres de large, il pouvait recueillir des milliers d'objets et chauffer à 950 ou 1400 degrés Celsius. Les différentes étapes de la création de la porcelaine sont expliquées dans l'exposition qui jouxte ce four monumental.

Four des Casseaux

28 rue Donzelot

87 000 Limoges

05 55 33 28 74

Itinéraires

Limoges est structurée par deux pôles historiques. Autour de l'emplacement de l'ancien château et de l'ancienne abbaye, les monuments se mêlent à l'activité du centre-ville.

En contrebas, au bord de la Vienne, la cité épiscopale, au centre de laquelle trône la cathédrale, a gardé de forts accents médiévaux.

QUE FAIRE À LIMOGES

Sortir

Restaurants à Limoges

Cinémas à Limoges

Musées à Limoges

Spectacles à Limoges

Autour du même sujet

Annonces Google