Vaccin AstraZeneca : efficacité, distribution, stockage... On en sait plus

Vaccin AstraZeneca : efficacité, distribution, stockage... On en sait plus AstraZeneca a annoncé ce lundi une efficacité moyenne de 70% de son vaccin anti-Covid. Si cela reste moins que ses concurrents, le laboratoire promet un stockage moins contraignant.

Après Pfizer et Moderna, c'est au tour d'AstraZeneca, ce lundi, d'annoncer les premiers résultats de la phase 3 de ses essais cliniques. Le laboratoire anglo-suédois, qui a collaboré avec l'université d'Oxford pour son vaccin anti-Covid, a annoncé une fiabilité de 70%. Il s'agit d'une moyenne puisque deux protocoles ont été utilisés : l'un affiche une efficacité à 90% tandis que le second n'atteint que 62%. Cette moyenne est donc moindre que ses deux concurrents américains, qui ont atteint 90%, mais AstraZeneca promet un vaccin plus facilement commercialisable.

Le groupe pharmaceutique utilise une technologie plus traditionnelle, ce qui présente l'avantage de rendre le sérum moins coûteux et plus facile à stocker puisqu'il n'a pas besoin d'être conservé à très basse température, contrairement à celui de Pfizer. Grâce à une "chaîne d'approvisionnement simple", le vaccin "sera accessible et disponible à travers le monde", estime Pascal Soriot, directeur général d'AstraZeneca, cité dans le communiqué de l'entreprise, qui prévoit la fabrication de trois milliards de doses disponibles dès 2021.

Une (bonne) nouvelle qui a fait réagir le ministre britannique de la Santé, qui ne s'est pas privé de noter les avantages du vaccin fabriqué dans son pays. "Ce vaccin développé ici est plus facile à administrer que celui de Pfizer parce qu'il n'a pas besoin d'être conservé à -70 degrés", s'est-il réjoui. De plus, AstraZeneca a assuré que sur les 20 000 personnes sur lesquels ont porté ces résultats préliminaires, aucun d'entre eux n'avaient développé des formes sévères. 

Ces résultats préliminaires correspondent à la dernière étape, la plus importante, celle des tests sur l'homme à grande échelle. Ils constituent une petite victoire pour AstraZeneca, après le coup d'arrêt suite à la détection d'une maladie inexpliquée chez un participant, début septembre, qui avaient retardé la publication de ces résultats.

Coronavirus