Joséphine Baker : biographie d'une chanteuse résistante et engagée

Joséphine Baker : biographie d'une chanteuse résistante et engagée BIOGRAPHIE JOSEPHINE BAKER - Chanteuse et danseuse américaine, Joséphine Baker a rencontré le succès à Paris avec sa chanson "J'ai deux amours". Après une vie mouvementée et cinq mariages, l'icone meurt en 1975.

Biographie courte de Joséphine Baker - La danseuse et chanteuse Joséphine Baker est née le 3 juin 1906 dans le Missouri sous le nom de Freda Josephine McDonald. Sa mère est afro-américaine et son père probablement d'origine espagnole. Passionnée de danse depuis son plus jeune âge, elle fait partie d’un groupe d’artistes de rue dès 1920. Pour elle, l’avenir est ailleurs et elle décide de tenter sa chance en tant que danseuse à New York. La chance va lui sourire, puisqu’elle rencontre une mondaine, Caroline Dudley Reagan, qui lui propose de partir en France avec elle, convaincue que Joséphine a un potentiel énorme. Et le pressentiment Madame Reagan devient très vite une évidence : dès ses premières représentations, le public parisien est enthousiaste. Joséphine Baker, avec son pagne de bananes et ses danses aux rythmes jamais entendus en France, devient vite une icône parisienne. Les plus grands artistes la voient comme une muse.

J'ai deux amours, le succès de Joséphine Baker

Lorsqu'elle prolonge sa carrière dans la chanson, c'est un nouveau succès, avec le titre inoubliable J'ai deux amours dont les paroles sont restées dans les mémoires : "J'ai deux amours - Mon pays et Paris - Par eux toujours - Mon cœur est ravi". La vie de Joséphine Baker est très mouvementée, et ne s'arrête pas à la danse ou au chant. La chanson, sortie en 1930, dont les paroles ont été écrites par Géo Koger et Henri Varna sur une musique de Vincent Scotto., rencontre un immense succès et reste l'un de ses plus grands morceaux.

Joséphine Baker dans la Résistance

En 1939, Joséphine Baker devient agent du contre-espionnage à Paris pour la Résistance, milite au sein de la Croix-Rouge française, s’engage dans l’armée de l’air… La haute société de Paris l’accueille à bras ouverts, et elle reçoit la Légion d’honneur de la part du Général de Gaulle après la Seconde Guerre mondiale. Très engagée évidemment dans la lutte contre le racisme, elle soutient Martin Luther King en 1963 durant la Marche vers Washington. Joséphine Baker dépense sans compter et arrive vite dans une détresse financière. Des personnalités importantes l’aident alors à remonter la pente, en lui offrant logement ou argent, comme Brigitte Bardot ou la princesse Grace de Monaco. Elle décède le 12 avril 1975 à Paris après une attaque cérébrale, et est enterrée dans le cimetière de Monaco.

Les époux de Joséphine Baker

Joséphine Baker a eu cinq époux et de nombreuses aventures avec des hommes autant qu'avec des femmes. Elle épouse Willie Wells en 1919 alors qu'elle n'a que treize ans. Elle quitte ainsi définitivement l'école qu'elle fréquentait lorsqu'elle ne travaillait pas pour subvenir aux besoins de sa famille. Le mariage ne dure pas longtemps. Le divorce est prononcé en 1920 et Joséphine peut enfin se consacrer à la danse. En 1921, elle rencontre son second mari à Philadelphie lors d'une tournée. Joséphine épouse William Howard Baker qui lui donne son nom de scène. Leur mariage ne survit pas à la volonté de la jeune femme de faire carrière. Ils divorcent en 1923 et Joséphine rejoint Paris en 1925. La danseuse rencontre alors Giuseppe Abatino qui devient son manager. Leur liaison dure une dizaine d'années. Elle épouse ensuite Jean Lion et obtient la nationalité française. Leur divorce est prononcé en 1940. Son quatrième mari est le chef d'orchestre Jo Bouillon. Leur mariage dure de 1947 à 1957, même si leur divorce n'est prononcé qu'en 1961. Ensemble, ils adopteront douze enfants. Le dernier époux de Joséphine Baker est Robert Brady qu'elle épouse en 1973 pour un an, avant de décéder en 1975.

La mort de Joséphine Baker

En mars 1975, Joséphine Baker célèbre ses cinquante ans de carrière et inaugure une rétrospective à son honneur à Bobino, à Paris. Dans la salle, un parterre de stars : Alain de Boissieu, gendre de Charles de Gaulle, Sophia Loren, Mick Jagger, Mireille Darc, Alain Delon, Jeanne Moreau, Tino Rossi, Pierre Balmain ou même la princesse Grace de Monaco. Elle s'y produira jusqu'en avril 1975. Le lendemain de sa quatorzième représentation, le 10 avril 1975, Joséphine Baker est victime d'une hémorragie cérébrale et hospitalisée à la Pitié-Salpêtrière, à Paris. Plongée dans le coma, elle meurt le 12 avril. L'icone avait 68 ans. Après un hommage militaire, des funérailles à la Madeleine à Paris, puis des obsèques à Saint-Charles de Monte-Carlo le 19 avril 1975, Joséphine Baker est enterrée au cimetière de Monaco.

Divers