Bernard Tapie : les temps forts de ses obsèques à Marseille

Chargement de votre vidéo
"Bernard Tapie : les temps forts de ses obsèques à Marseille"

Bernard Tapie : les temps forts de ses obsèques à Marseille TAPIE. Vendredi 8 octobre, après une semaine d'hommages, Marseille et la famille de Bernard Tapie ont adressé un dernier adieu au "Boss".

Les funérailles et l'enterrement de Bernard Tapie se sont déroulés ce vendredi 8 octobre à Marseille après de nombreux hommages pendant une semaine, de la messe à Paris à l'église Saint-Germain-des-Prés en passant par l'hommage populaire au Stade Vélodrome où le cercueil de Bernard Tapie a été déposé au centre de la pelouse. Pour ses funérailles, un gigantesque cortège mené par les supporters marseillais, a accompagné le cercueil de l'ancien président de l'OM. Fumigènes, chants, "l'ambiance" était digne d'un stade de foot. 

Lors de la cérémonie à la cathédrale la Major, le ton était beaucoup plus solennel avec des prises de paroles de plusieurs proches comme Renaud Muselier, Jean-Louis Borloo, Benoît Payan... L'un de ses petits fils, Rodolphe Tapie, a également pris la parole en livrant un hommage plein d'humour et anecdotes impliquant le reste de la famille comme Sophie Tapie pour son "Daddy".

Bernard Tapie mort d'un cancer généralisé

Bernard Tapie est décédé ce dimanche 3 octobre 2021 après des années de combat contre le cancer. En septembre 2017, Bernard Tapie avait révélé être atteint d'un cancer de l'estomac. Depuis, son état de santé s'est fortement dégradé et la maladie s'est propagée dans le corps : "J'ai l'œsophage, l'estomac, les poumons et maintenant le cerveau" avait-il confié dans une interview au 20 Heures de TF1, le 26 avril 2021. En mai, il avait même été hospitalisé au cours de son procès (lire plus bas). Lors d'un entretien sur LCI au mois de juillet, l'ancien propriétaire d'Adidas expliquait avoir, pendant un mois, "souff[ert] le martyr du matin au soir, à ne pas pouvoir me lever, manger." Depuis, il est à nouveau présent à son domicile, où il avait violemment été agressé lors d'un cambriolage début avril. Des photos avaient alors circulé sur lesquelles l'homme de 78 ans apparaissait le visage tuméfié.Des propos qui sonnent comme un écho à ceux de Sophie Tapie, tenus mardi 21 septembre sur le plateau de BFM TV. Invitée pour parler de son dernier album, la chanteuse avait brièvement évoqué l'état de santé de son père. "Il va comme quelqu'un atteint d'un cancer au stade 4 (...) Il faut avancer" expliquait-elle. "C'est chronique, il y a des jours ou ça va super bien et on se dit qu'il n'aura plus besoin de chimio, et puis trois jours après il y a une rechute, puis on se dit c'est la fin... Et finalement tout revient".

En mai 2021, Stéphane Tapie, fils de Bernard Tapie, avait évoqué "de nouvelles tumeurs" sur l'antenne de BFM TV. "Aujourd'hui, il en a une au cerveau, soignée par radiothérapie, deux dans les reins, dans l'abdomen, il en a un peu partout de petites tailles. Il a de la chimiothérapie, de l'immunothérapie. Il a eu une intervention chirurgicale. Les chances statistiques à ce stade-là sont épouvantables".

Bernard Tapie : "La mort appartient à chacun"

Si les rares informations qui circulaient sur l'évolution de son état de santé faisaient part d'une dégradation continue, Bernard Tapie avait ajouté sur LCI vouloir "anticiper le rendez-vous définitif". Dans un échange avec sa femme sur le sujet, elle l'en a dissuadé. "Parfois le corps médical peut se tromper sur le pronostic irréversible des douleurs", lui a-t-elle répondu selon ses dires. Mais Bernard Tapie avait martelé vouloir choisir sa fin. "La mort appartient à chacun. Chacun a sa mort et chacun doit la vivre comme il le sent." Bernard Tapie avait aussi choisi l'humour pour répondre à la publication d'un article du Monde, signalant son décès le 31 octobre 2019. Une nécrologie intitulée "La mort de Bernard Tapie, l'homme aux mille vies", avait été publiée sur Internet par erreur. L'article, écrit par les journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme avait été dépublié moins de 20 minutes après sa mise en ligne.

Fortune, justice, religion... Le "testament" de Bernard Tapie

Bernard Tapie, une famille autour du "pilier" Dominique

Sa famille, Bernard Tapie l’a construite avec deux femmes. D’abord dans les années 1960 lorsqu’il tombe amoureux de Michèle Layec. A cette époque, il tente alors de se lancer dans la musique. Toujours restée très discrète, Michèle Layec est la mère de Nathalie et Stéphane, après que le mariage avec Bernard Tapie ait été célébré en 1964 à Rosny-sur-Seine. Mais l’idylle prend fin lors l’homme d’affaires rencontre l’une de ses employées, Dominique Mialet-Damianos. Elle a alors 20 ans. Le couple officialise sa relation en 1973 et voit arriver successivement Laurent et Sophie Tapie. Bernard et Dominique Tapie ne se quittent plus. En 2018, la première épouse de l’ex-patron de l’OM, avec qui il gardait des liens étroit, est décédée d’une leucémie. 
Bernard Tapie est donc le père de quatre enfants. Nathalie, restée discrète sur sa vie, Stéphane et Laurent, tous deux placés à des postes stratégiques du groupe La Provence, et Sophie, lancée dans une carrière de chanteuse. De cette descendance, l’ancien ministre de Mitterrand a vu arriver neuf petits enfants et un arrière petit-fils. Le tout, sous la coupe du « pilier de la famille », sa seconde épouse, Dominique, toujours présentée comme le soutien sans faille à Bernard Tapie et sa conseillère de l’ombre.

Bernard Tapie contre le Crédit Lyonnais : le délibéré renvoyé

Bernard Tapie est mort le 3 octobre 2021, trois jours avant le délibéré que devait rendre la Cour d’appel de Paris dans le dossier du Crédit lyonnais, une affaire judiciaire entamée en 1990. Mais à la suite de sa mort, la date du délibéré a été renvoyée, sans précision. La justice ne prononcera rien à l’encontre de l’ancien homme d’affaires. Ni relaxe, ni condamnation. Elle constatera simplement l’extinction de l’action publique à son encontre, clôturant ainsi un dossier vieux de trente ans. Ou presque. Car il y aura tout de même un délibéré de prononcé concernant cinq autres prévenus : Stéphane Richard, PDG d’Orange et directeur de cabinet de Christine Lagarde, ancienne ministre de l’Economie en 2008, Maurice Latourne, avocat historique de Bernard Tapie, Pierre Estoup, un ex-magistrat, et deux autres hauts fonctionnaires.

A la mi-mai s'était tenu le procès en appel Bernard Tapie, dans le litige qui l’oppose au Crédit Lyonnais. Dans les années 1990, alors qu'il est patron d'Adidas et en passe de devenir ministre, il vend le groupe d'articles de sport, racheté par le Crédit lyonnais. Quelques années plus tard, l'homme d'affaires dit découvrir un montage opaque de la banque, qui l'aurait berné au moment de la transaction, le mettant en faillite. Il porte alors l'affaire devant les tribunaux et obtient gain de cause en 2008, empochant 403 millions d'euros lors d'un procès controversé. En 2013, Pierre Moscovici, ministre de l'Economie et des Finances, annonce vouloir réviser cet arbitrage. Un recours est déposé.

Le procès en appel de Bernard Tapie a donc eu lieu en mai 2021. Si les premiers débats se sont tenus en présence du principal intéressé, ils se sont clos sans les avocats du mis en cause. Bernard Tapie, n'ayant pas assisté à la fin du procès à cause d'une hospitalisation fin mai, avait refusé qu'ils plaident en son absence et le renvoi du procès avait été refusé. Le parquet général avait requis cinq ans de prison avec sursis et 300 000 euros d'amende pour "complicité d'escroquerie" et "détournement de fonds publics" contre lui.

Qui est Bernard Tapie ? Biographie express

Né à Paris en 1943, Bernard Tapie commence sa carrière professionnelle en tant qu'homme d'affaires. D'abord vendeur de postes de télévision dans les années 60, Bernard Tapie va se spécialiser dans l'achat d'entreprises en dépôt de bilan. Par la suite, Bernard Tapie va devenir une personnalité médiatique importante du paysage audiovisuel français dans les années 80. C'est durant cette décennie qu'il rencontre, François Mitterrand et qu'il s'engage politiquement à Marseille. En 1989, il est élu député dans les Bouches-du-Rhône et occupera les postes de ministre de la Ville pendant quelques mois (1992-1993) puis député européen de 1994 à 1997. Dans la cité phocéenne, Bernard Tapie va également s'impliquer dans le sport. De 1986 à 1993, il est le propriétaire et président de l'Olympique de Marseille. Sous sa houlette, l'OM remporte 4 titres de champion de France, une Coupe de France et la Ligue des Champions en 1993. L'OM connaît, avec Tapie aux commandes, les plus pages de son histoire. Homme politique, homme d'affaires à succès et président de l'un des plus grands clubs d'Europe, tout sourit à Bernard Tapie. Toutefois, Bernard Tapie va connaître ses premiers problèmes avec la justice. Depuis 1992, il est régulièrement mis en cause dans l'affaire qui l'oppose au Crédit Lyonnais. Il est condamné à une peine de prison en 1995 pour corruption suite à l'affaire VA-OM. Cette condamnation met fin à sa carrière politique. Il se reconvertit dans le théâtre, le cinéma, la télévision puis se fait plus discret malgré un retour raté au poste de président de l'OM à la fin des années 90, sous le mandat de Robert Louis-Dreyfus.

Contemporain