Pierre de Coubertin : biographie du père des Jeux Olympiques modernes

Pierre de Coubertin : biographie du père des Jeux Olympiques modernes BIOGRAPHIE PIERRE DE COUBERTIN - Historien et pédagogue, Pierre de Coubertin est le rénovateur des Jeux Olympiques. Convaincu des bienfaits du sport, il a milité pour la réforme sportive du système éducatif en France.

Biographie courte de Pierre de Coubertin - Pierre de Coubertin né Charles Pierre Fredy, baron de Coubertin voit le jour le 1er janvier 1863 à Paris au sein d'une famille d'aristocrates. Adolescent, il suit des études dans une école jésuite où il commence à s'intéresser aux sciences politiques. En 1880, alors qu'il obtient son baccalauréat, il décide de se détourner de la carrière militaire à laquelle il se destinait initialement. Il intègre l'École libre des sciences politiques et décroche un diplôme de droit en 1885. Parallèlement, Pierre de Coubertin effectue des visites dans des universités britanniques et américaines. Là-bas, il se passionne pour les sports anglo-saxons et porte son attention sur le domaine de l'éducation. Séduit par le système éducatif anglais où le sport tient une place importante, Coubertin développe l'idée d'adapter le même modèle en France. De retour de son séjour en 1887, il lance un vaste mouvement de réforme pédagogique visant à développer les activités physiques dans le système éducatif français. Multipliant les publications, il écrit des articles prônant la mise en place de l'éducation sportive dans les formations traditionnelles et crée plusieurs associations. Coubertin qui milite également pour l'internationalisation du sport, évoque pour la première fois son idée de réorganiser les Jeux Olympiques en 1892. À force de persévérance, il y parvient et les restaure officiellement le 23 juin 1894. La même année, il fonde le Comité international olympique (CIO), qu'il préside jusqu'en 1925. Le 6 avril 1896, s'ouvrent à Athènes les premiers Jeux olympiques de l'ère moderne. Les années suivantes, le caractère affirmé de Coubertin lui vaut de nombreuses inimitiés qui l'isolent. En 1936, son implication controversée dans le suivi des Jeux olympiques de Berlin, alors sous le contrôle de l'Allemagne nazie affecte également sa réputation. Victime d'une crise cardiaque, Pierre de Coubertin meurt le 2 septembre 1937 à Genève en Suisse. Conformément à ses dernières volontés, son cœur fut inhumé près du sanctuaire d'Olympie en Grèce.

Le développement du sport dans le milieu scolaire

En 1886 et alors qu'il effectue une enquête sur le système éducatif en Angleterre, Pierre de Coubertin est frappé par la place importante qu'occupe le sport dans le modèle éducatif anglais. Convaincu par les bienfaits que peut apporter la pratique d'activités physiques, Coubertin voit dans le sport un moyen d'inculquer la cohésion et la discipline aux jeunes. De retour en France en 1887, il lance une campagne pour la pratique du sport dans l'enseignement secondaire. Le 1er janvier 1888, Coubertin créer un Comité pour la propagande des exercices physiques dans l'éducation à la tête duquel il nomme Jules Simon, ancien ministre de l'instruction publique, comme président. Étant lui-même un sportif accompli, Coubertin prend dans le même temps, la tête de l'USFSA, l'Union des sociétés françaises de sports athlétiques qui jouera un rôle fondamental de structuration et de développement du sport français. Écrivain à ses heures perdues, il diffuse ses idées dans des revues, notamment la Revue athlétique et Les sports athlétiques. Son combat pour le développement du sport dans le milieu scolaire porte rapidement ses fruits puisque dès 1888 une multitude de petites structures et d'associations sportives scolaires se constituent.

La naissance des Jeux Olympiques de l'ère moderne

Pierre de Coubertin qui souhaite populariser au maximum la pratique du sport prend rapidement conscience qu'il est nécessaire de l'internationaliser. En 1892, il profite du cinquième anniversaire de l'USFSA à la Sorbonne, pour exprimer publiquement, son projet de rétablissement des Jeux Olympiques. Mais Pierre de Coubertin se heurte aux réticences de ses confrères, incrédules. Loin d'être découragé, l'homme poursuit ses efforts. Deux ans plus tard, en juin 1894, il organise un "congrès international du renouveau athlétique" réunissant 2 000 personnes dont 79 représentants de douze pays. Cette fois son projet olympique remporte l'enthousiasme des participants. Le 23 juin 1894, le rétablissement des Jeux olympiques est entériné à l'unanimité et la périodicité quadriennale est adoptée. C'est également lors de ce congrès que Pierre de Coubertin propose la devise olympique composée des trois mots latins "Citius, Altius, Fortius". Emprunté à Henri Didon, prêtre dominicain, et proviseur d'un lycée parisien, celle-ci a pour signification "Plus vite, plus haut, plus fort". Symbole de la raison d'être des sports athlétiques cette devise exprime l'idée selon laquelle, l'essentiel pour un athlète ne doit pas être nécessairement de gagner mais plutôt de dépasser ses limites et de donner le meilleur de lui-même au moment de la compétition. Les premiers Jeux Olympiques modernes sont organisés en 1896 à Athènes, berceau des jeux antiques.

Les citations de Pierre de Coubertin

  • "L'important, c'est de participer."
  • "Chaque difficulté rencontrée doit être l'occasion d'un nouveau progrès."
  • "Le sport va chercher la peur pour la dominer, la fatigue pour en triompher, la difficulté pour la vaincre."
  • "L'important dans la vie, ce n'est point le triomphe, mais le combat. L'essentiel n'est pas d'avoir vaincu, mais de s'être bien battu."
  • "Voir loin, parler franc, agir ferme."
  • "Le succès n'est pas un but mais un moyen de viser plus haut."
  • "Si les Français savaient le rôle de l'intelligence et de volonté, la part de l'esprit et de caractère dans la plupart des sports ; avec quel entrain ils y pousseraient leurs enfants !"
  • "Il y a dans les mœurs, comme dans l'histoire, des conquêtes imprévues."
  • "Un seul sport n'a connu ni arrêts ni reculs : le football. A quoi cela peut-il tenir sinon à la valeur intrinsèque du jeu lui-même, aux émotions qu'il procure, à l'intérêt qu'il présente ?"
  • Toutes les citations de Pierre de Coubertin

    Pierre de Coubertin : dates clés

    393 après J.-C. : Interdiction des Jeux Olympiques
    L’Empereur romain Théodose Ier, sur demande de l’évêque Ambroise, décrète l’interdiction de tous les jeux païens. Il sonne alors le glas des Jeux Olympiques déjà fortement altérés depuis la domination romaine. En effet, le caractère sacré avait été érodé par de multiples violations tandis que des Jeux s’étaient multipliés à travers les villes pour devenir l’affaire d’athlètes "professionnels". Expression de l’hellénisme, les Jeux Olympiques n’auront pas survécu à la décadence des cités, mais ils produiront un souvenir suffisamment puissant pour renaître en 1896 sous l’impulsion de Pierre de Coubertin.
    1er janvier 1863 : Naissance de Pierre de Coubertin
    Pierre de Coubertin est né à Paris dans une famille de l'aristocratie française. Intéressé très tôt par l'histoire et les problèmes de pédagogie, il fut l'un des chefs de file de la réforme de l'enseignement en France. Militant pour l'introduction du sport dans le système éducatif, il a également donné naissance aux Jeux Olympiques de l'ère moderne le 23 juin 1894.
    23 juin 1894 : Le premier Congrès Olympique
    Le premier Congrès olympique international (CIO) de l’ère contemporaine, qui a pour objectif le rétablissement des Jeux Olympiques antiques, a lieu à l’Université de la Sorbonne à Paris. Le baron Pierre de Coubertin a ainsi pu réaliser son rêve. À sa demande, le premier président du CIO est un Grec. Coubertin sera lui-même président de 1896 à 1925.
    6 avril 1896 : Ouverture des premiers JO modernes
    À l'initiative du baron français Pierre de Coubertin, les premiers Jeux olympiques sont organisés à Athènes en mémoire de la tradition antique. 14 pays y sont représentés pour un total de 285 athlètes. Le berger grec Spiridon Louis, remportera l'épreuve la plus populaire du pays, le marathon.
    24 avril 1920 : Apparition du drapeau et du serment olympique
    Après l’annulation des Jeux de 1916 pour cause de Première Guerre mondiale, Anvers est choisie pour accueillir ceux de 1920 en hommage aux souffrances endurées par le pays. Et pour la première fois, le drapeau aux cinq anneaux dessiné par Coubertin flotte sur le stade tandis que Victor Boin est le premier athlète à prononcer le serment olympique. Le serment, engageant l’esprit sportif et sa gloire, subira par la suite quelques évolutions. En 1972, il sera complété par un serment des arbitres.
    2 septembre 1937 : Mort de Pierre de Coubertin
    Pierre de Coubertin meurt d'une crise cardiaque à Genève en Suisse. Bien que son corps soit enterré à Lausanne, son cœur lui, repose symboliquement sur le site antique d'Olympie, non loin du site d'une Académie Internationale Olympique.