Mort de Shinzo Abe : assassiné en pleine rue, la vidéo de l'attaque

"Mort de Shinzo Abe : assassiné en pleine rue, la vidéo de l'attaque"

Mort de Shinzo Abe : assassiné en pleine rue, la vidéo de l'attaque SHINZO ABE. L'ex-Premier ministre du Japon a été assassiné vendredi 8 juillet 2022, à Nara, en pleine rue. Il participait à un meeting de soutien à un candidat de son parti en vue des élections sénatoriales.

L'ancien Premier ministre du Japon, Shinzo Abe, est mort le vendredi 8 juillet 2022, tué d'une balle dans le cou par un homme, alors qu'il prononçait un discours en pleine rue à Nara, située dans la banlieue d'Osaka, à 500km à l'ouest de Tokyo. Le chef du gouvernement à la longévité historique au pays du Soleil levant est décédé à l'âge de 67 ans. Premier ministre pendant près de neuf ans, dont près de huit consécutifs, Shinzo Abe est décédé d'une hémorragie interne dans la poitrine. L'attaque contre cet ancien président du parti libéral-démocrate a été filmée, le sexagénaire étant en train de prendre la parole pour soutenir un candidat aux élections sénatoriales organisées ce même week-end. Malgré une prise en charge rapide des secours et un héliportage à l'hôpital universitaire de Kashihara, Shinzo Abe a finalement succombé à ses blessures, laissant le Japon sous le choc d'un tel assassinat, d'autant que la détention d'armes à feu est particulièrement encadrée dans le pays. Très vite, de nombreuses réactions et des dizaines d'hommages émanant des divers leaders mondiaux ont été rendus. De son côté, le principal suspect a immédiatement été interpellé par les forces de sécurité présentes sur place.

La vidéo de l'attaque contre Shinzo Abe

Mort de Shinzo Abe : que s'est-il passé ?

Shinzo Abe participait à un meeting politique de la campagne sénatoriale vendredi 8 juillet 2022. Au Japon, l'élection des sénateurs est organisée ce dimanche 10 juillet 2022. L'ancien Premier ministre qui a dirigé le pays de 2012 à 2020 venait soutenir son parti, le Parti libéral démocrate (PLD). Le secrétaire général du PLD, Yoshio Ogita, était aux côtés de Shinzo Abe lors de l'attaque. Il a expliqué au New-York Times avoir entendu deux détonations et vu un voile de fumée blanche s'élever vers le ciel. "Je ne savais pas ce qui s'était passé. Je l'ai vu s'effondrer." Un homme, positionné derrière Shinzo Abe, venait en effet de tirer à deux reprises en sa direction, le blessant grièvement.

Les images de l'attaque de Shinzo Abe

L'attaque contre Shinzo Abe est survenue en pleine rue lors d'un rassemblement politique à proximité de la gare de Yamatosaidaiji, dans la ville de Nara, selon le média japonais NHK. Le tireur était posté derrière l'estrade où se tenait l'ancien Premier ministre. Les premiers soins ont été prodigués à Shinzo Abe sur place avant que l'homme soit héliporté jusqu'à l'hôpital le plus proche. Immédiatement après l'attaque, le suspect a été immobilisé et arrêté par les hommes assurant la sécurité de Shinzo Abe et les forces de l'ordre. Il a été mis à terre alors qu'il tenait encore son arme dans la main.

Qui est Tesuya Yamagami, tueur présumé de Shinzo Abe ?

Peu de temps après l'attaque de Shinzo Abe, le secrétaire général du gouvernement japonais a confirmé l'interpellation d'un suspect. C'est un homme d'une quarantaine d'années qui a été arrêté pour tentative de meurtre et son arme, qu'il tenait encore dans la main au moment de son arrestation, a été saisie. Identifié, le tireur présumé est Tetsuya Yamagami, chômeur et ancien militaire de la Force d'autodéfense maritime japonaise. Il a confirmé devant la police avoir volontairement tiré sur Shinzo Abe pour le tuer expliquant être "insatisfait" du travail de l'ancien Premier ministre. Aucun lien entre le suspect et un groupe politique radicalisé n'a pour le moment été établi et la piste semble écartée.

L'arme du tireur a été saisie et il ne s'agit ni d'un fusil ni d'un pistolet mais d'une arme artisanale réalisée à partir d'un tuyau en acier scotché avec du ruban adhésif à une crosse en bois. Le suspect a grimé son arme en caméra pour pouvoir s'approcher de Shinzo Abe sans éveiller les soupçons. Le tueur présumé a été interrogé par les enquêteurs et son domicile, situé à Nara, a été perquisitionné.

Les hommages d'Emmanuel Macron et des politiques internationaux à Shinzo Abe

Après l'annonce de la mort de l'ancien Premier ministre Shinzo Abe, les responsables politiques du monde entier ont adressé leurs condoléances au Japon. Emmanuel Macron a, dans un message sur Twitter, présenté ses condoléances au peuple japonais avant de d'écrire que "le Japon perd un grand Premier ministre, qui dédia sa vie à son pays et œuvra à l’équilibre du monde". Le gouvernement français s'est dit "profondément choqué par l'attaque abjecte" menée contre Shinzo Abe tandis que le quai d'Orsay a dénoncé un "assassinat odieux".

À l'international, le chef de l'Otan a aussi été parmi les premiers à réagir et s'est dit  "profondément attristé" par le "meurtre odieux" du "défenseur de la démocratie" qu'était Shinzo Abe. La réaction du Kremlin a suivi, Vladimir Poutine ayant regretté une "perte irréparable" après l'assassinat du dirigeant japonais. Le Premier ministre indien, Narendra Modi, a déclaré être "choqué et attristé au-delà des mots" par la mort de son "ami" qui "a consacré sa vie à faire du Japon et du monde un endroit meilleur." Des chefs d'État et de gouvernement européens comme le britannique Boris Johnson ou l'italien Mario Draghi ont également réagi.

Contemporain