Conquête spatiale : résumé et dates de l'exploration de l'espace

Conquête spatiale : résumé et dates de l'exploration de l'espace RÉSUMÉ CONQUÊTE SPATIALE - Enjeu majeur de la guerre froide, la conquête spatiale voit s'affronter les Soviétiques et les Américains dans une course qui les mènent jusqu'à la Lune en juillet 1969.

De 1957 à 1969, la conquête spatiale est un enjeu majeur de la guerre froide. Elle est le terrain d'une compétition technologique acharnée entre l'URSS et les États-Unis, où chacun tente de démontrer sa supériorité. Débutant en 1957 avec Spoutnik-1, le premier satellite artificiel de l'Histoire, elle a rapidement pour enjeu les vols habités et l'envoi d'un homme sur la Lune. Au début des années 1950, voyager au-delà de la Terre semble tenir plus du fantasme que de la réalité. En effet, si Wernher von Braun travaille avec Walt Disney aux États-Unis pour vulgariser et diffuser ses rêves de conquête spatiale, l'idée d'envoyer un objet ou un homme au-delà de l'atmosphère n'est pas une priorité pour les gouvernements, qu'ils soient russe ou américain. Toutefois les ingénieurs militaires des deux camps, notamment dans la balistique, envisagent sérieusement cette possibilité.

Les missiles V2 donnent la puissance nécessaire

Des missiles d'un nouveau genre ont été mis au point par la recherche nazie pendant la Seconde Guerre mondiale : les V2. Propulsés par des fusées, ils furent notamment utilisés pour bombarder Londres à la fin de la guerre. Dotée d'une longue portée (350 kilomètres), très rapide (mach 3.5) et ne nécessitant plus d'aviation, cette technologie nouvelle permet de porter le feu chez l'ennemi. Or la course aux armements provoquée par la guerre froide occasionne de forts investissements dans la recherche, et ce domaine d'avenir en bénéficie naturellement. En effet, les V2 suscitent de l'intérêt à l'est comme à l'ouest. D'ailleurs, l'homme qui conte l'espace aux Américains aux côtés de Walt Disney n'est autre que l'inventeur du V2, l'ingénieur nazi Wernher von Braun, passé des SS à l'armée américaine grâce à ses compétences.

Le satellite Spoutnik 1, une première mondiale

Souffrant d'un certain retard dans le domaine du nucléaire, c'est l'URSS qui exploite le plus cette invention. Elle met en place au cours des années 1950 un projet de missile intercontinental capable de transporter une bombe A. Contrairement aux bombes H, les bombes A sont très encombrantes. Au Japon, elles avaient dues être lâchées d'un bombardier. Le projet est donc doublement ambitieux : construire un missile d'une portée intercontinentale (plusieurs milliers de kilomètres contre 350 pour le V2) et pouvant porter une bombe de plusieurs tonnes. Le projet est confié à Sergueï Korolev, un ingénieur ukrainien extrait du goulag au cours de la Seconde Guerre mondiale grâce à ses compétences en aéronautique. Conscient des possibilités spatiales d'une telle fusée, et peut-être nourri par les mêmes rêves que von Braun, il parvient à obtenir l'autorisation de construire un petit satellite et celle de tenter de l'envoyer dans l'espace. La fusée conçue par Korolev est très innovante. Malgré quelques difficultés lors des premiers essais, elle permet d'envoyer le petit satellite Spoutnik-1 dans l'espace le 4 octobre 1957. Ce qui n'était qu'un projet secondaire devient une immense victoire technologique et symbolique : une nouvelle frontière de l'environnement humain vient d'être franchie. Un boîtier transmet des ondes radio, un simple bip qui permet au monde entier d'éprouver les affirmations des Soviétiques. 

Le satellite Spoutnik 2 et la chienne Laïka dans l'espace

Les États-Unis vivent cet événement comme une véritable humiliation. Au-delà des applications militaires induites par cette réussite soviétique, c'est un coup dur porté à la confiance des États-Unis en leur supériorité technologique. Le symbole est également politiquement fort : l'URSS attribue naturellement ses prouesses à la nature de son régime. Une équipe est donc mise en place aux États-Unis pour préparer un premier lancement. Mais l'URSS lance Spoutnik-2 dès le 3 novembre 1957. Il transporte une chienne répondant au nom de Laïka, démontrant une fois de plus l'avance soviétique. Toutefois, l'animal ne survit pas au vol et la Russie n'est pas encore prête à envoyer un homme dans l'espace. 

Le satellite Explorer-1, premier satellite américain

Les États-Unis, malgré l'urgence, refusent de confier le projet à l'ex-ingénieur nazi Wernher von Braun, qui travaille sur des missiles moyenne portée, certainement pour des raisons d'image. Pourtant, après un premier échec du projet officiel Vanguard, l'équipe de Braun est autorisée à tenter sa chance : le 31 janvier 1958, Explorer-1 est envoyé dans l'espace. Il permet notamment de découvrir la ceinture de Van Allen. Dorénavant, Wernher von Braun aura un rôle majeur dans la conquête spatiale, de même que son concurrent Sergueï Korolev. Ce dernier, à la différence de son homologue américain, ne connaîtra pourtant pas la gloire, l'URSS faisant de son identité un secret défense. 

Le programme Luna vers la Lune

Les États-Unis commencent alors à rattraper leur retard et investissent sur le long terme. Ainsi, Eisenhower décide de la création de la NASA (National Aeronautics Space Administration) fin 1958. Toutefois, L'URSS domine la conquête spatiale pendant les années qui suivent, notamment grâce au programme Luna. Dès le 2 janvier 1959, la sonde Luna-1 sort de l'orbite terrestre et survole la Lune. Le 13 septembre, Luna-2 atteint sa cible en se posant sur le satellite de la Terre. Enfin, moins d'un mois plus tard, Luna-3 fait découvrir à l'humanité la face cachée de la Lune. Les photos qu'elle transmet montrent d'ailleurs un visage plus accidenté que la face visible. Fort de ces succès, les Russes reprennent le programme Spoutnik, dont l'objectif est d'envoyer un homme dans l'espace. Plusieurs lancements sont réalisés, avec à chaque fois un chien à bord : contrairement à Laïka, la plupart survivent à leur retour dans l'atmosphère. Au programme Spoutnik, les États-Unis opposent le programme Mercury. Leur progrès leur permet aussi d'envoyer un être vivant dans l'espace en janvier 1961 : un chimpanzé nommé Ham.

Youri Gagarine, premier homme dans l'espace

Les Américains se rapprochent donc des Soviétiques et comptent prendre leur revanche en envoyant le premier homme dans l'espace. Mais l'URSS prend les devants le 12 avril 1961, lorsque Youri Gagarine prend place à bord de Vostok-1 sur le site de Tyura-Tam. Il effectue un vol en orbite de 1h48 autour de la Terre, à une altitude moyenne de 250 km. L'URSS renforce encore son prestige dans le domaine spatial. Les Américains répondent dès le 5 mai avec le vol d'Alan Shepard, mais à une altitude moins élevée et pour une durée beaucoup plus courte (15 minutes seulement).

Création du programme Apollo par les Américains

Le 25 mai 1961, Kennedy annonce qu'un Américain posera le pied sur la Lune avant la fin de la décennie : c'est la naissance du projet Apollo. Il est notamment accompagné par le projet Gemini, qui permet de réaliser plusieurs expériences de vols habités en orbite terrestre. De son côté, l'URSS poursuit son programme Luna. En somme, l'enjeu principal de la compétition qui oppose les deux pays est de faire marcher un homme sur la Lune. Les années 1960 sont donc entièrement tournées vers cet objectif à long terme. Les programmes avancent par paliers, qui sont autant d'événements. Le 20 février 1962, John Glenn fait trois fois le tour de la Terre en un peu moins de cinq heures. Le programme Mariner permet une approche de Vénus par un satellite américain au mois de décembre de la même année. En juillet 1965, Mariner-4 survole Mars. L'URSS réalise de son côté la première sortie d'un homme dans l'espace hors d'un vaisseau le 18 mars 1965, avec Alexei Leonov. Les Américains réalisent le même exploit quelques mois plus tard dans le cadre du programme Gemini. 

Les choses s'accélèrent véritablement avec le projet américain Apollo. Le programme comporte trois phases. La première, s'étendant de 1960 à 1968, consiste à tester le matériel lors de vols inhabités. Le rôle de Wernher von Braun est essentiel, puisque c'est son équipe qui met au point le lanceur Saturn V. Pendant cette même période, le programme Mercury, également dirigé par Wernher von Braun, permet de tester les vols habités. La deuxième phase débute avec la mission Apollo 1, interrompue le 27 janvier 1967 : une simulation de lancement aboutit à un incendie qui cause la mort des astronautes. L'échec de la mission se double d'un drame et retarde le projet : la capsule doit être repensée. Il faut attendre le 11 octobre 1968 pour voir la première mission habitée du programme : Apollo 7. Le test s'étend sur dix jours, et le vaisseau reste en orbite terrestre. 

Les Américains et la conquête de la Lune

En décembre 1968, les Américains prennent pour la première fois une avance considérable sur les Russes en plaçant un équipage en orbite lunaire : c'est Apollo 8. Les six mois suivants voient les missions Apollo 9 et 10 tester avec succès les scénarios élaborés pour un alunissage prochain. Le 16 juillet 1969, la troisième phase est lancée : le vaisseau spatial d'Apollo 11 décolle de Cap Canaveral avec trois astronautes à son bord, Neil Armstrong, Michael Collins et Edwin (Buzz) Aldrin. Le 20 juillet, sa capsule Eagle se pose dans la "Mer de Tranquillité". Neil Armstrong devient le premier homme à marcher sur la Lune, suivi de Edwin Aldrin, le 21 juillet 1969. L'astronaute aurait alors prononcé cette célèbre phrase : "C'est un petit pas pour l'homme et un grand pas pour l'humanité". Les États-Unis ont gagné leur pari et prennent l'avantage sur l'URSS.

Vers une coopération entre l'URSS et les Etats-Unis

Cet avantage est d'ailleurs définitif : tandis que les missions Apollo 12 à 17 réitèrent le même exploit (à l'exception d'Apollo 13, victime d'un problème technique), les Russes ne posent jamais le pied sur la Lune. De surcroît, le contexte de Détente (atténuation de la guerre froide) ne justifie plus véritablement ces missions au coût exorbitant : pour Apollo, les États-Unis ont dû investir des milliards de dollars. Subissant la crise économique des années 1970, ceux-ci freinent leurs ambitions, en annulant les quatre dernières missions d'Apollo. En fait, le premier pas sur la Lune met fin à la compétition acharnée entre URSS et États-Unis pour la conquête de l'espace. Le contexte politique a changé et les coûts considérables qu'elle implique limitent les ambitions de chacun. Malgré une rivalité qui demeure dans les missions d'exploration non habitée, la Détente est illustrée par la coopération Apollo-Soyouz. Initiée en 1972, celle-ci consiste en un rendez-vous orbital des deux vaisseaux. Par ailleurs, les vols habités deviennent un enjeu moindre et sont limités à l'orbite terrestre. L'objectif des États-Unis est alors de permettre des allers-retours réguliers, d'où la construction, à partir de 1976, des navettes spatiales. De son côté, l'URSS mise sur les stations orbitales, d'où la construction de Saliout, première station spatiale habitée, lancée en 1971.

Les stations spatiales, de Mir à ISS

La première station spatiale mise en orbite en 1971 est soviétique. Les Russes y voient un nouveau moyen de dominer l'espace après l'échec de la conquête de la Lune. Ils y réalisent de nombreuses expériences scientifiques et militaires. Le programme Saliout permet le lancement de plusieurs stations spatiales jusqu'en 1986 et la mise en orbite de la station MIR. Pour ne pas être en reste, les Américains créent le projet Skylab. Ils réutilisent des modules de précédentes missions Apollo pour leur station, mais cette dernière subit des dégâts importants lors de son lancement en 1973. Elle est habitée pendant plusieurs années avant de faire face à une activité solaire inattendue. Elle se désintègre dans l'atmosphère terrestre en 1979. Les Etats-Unis veulent relancer un nouveau projet en 1983, ce sont les prémices de la station spatiale internationale (ISS), mais le coût du programme est exorbitant. Côté soviétique, le premier module de la station MIR est mis en orbite en 1985. Elle en comportera sept au total. MIR est habitée pendant douze ans. Elle est désorbitée en 2001. Entre temps, l'ISS a vu le jour en 1998. Les Russes, les Américains et de nombreux autres pays se relaient sur le projet. La construction de la station spatiale internationale est achevée en 2011. C'est l'année choisie par les Chinois pour lancer leur première station nommée Tiangong. L'ISS reste pour l'instant le plus gros objet artificiel placé en orbite autour de la Terre. Son exploitation est prévue jusqu'en 2024.

À la conquête de Mars, le projet du futur

Dans la course spatiale, le triomphe américain est total. L'astronautique américaine a non seulement égalé, mais complètement supplanté l'astronautique soviétique, qui n'essayera pas d'imiter les États-Unis. Les moyens humains et financiers considérables mis en œuvre pour envoyer des hommes sur la Lune ont permis le développement de nombreuses avancées technologiques et techniques. Il est difficile de mesurer l'impact réel que la conquête lunaire a engendré, mais elle est à l'origine de bon nombre d'avancées technologiques. Néanmoins, malgré les retombées économiques, et l'impact de cette conquête sur l'imaginaire collectif, la conquête lunaire a vite été abandonnée par la suite. Bien qu'elle ait permis d'énormes progrès pour l'astronautique, et repoussé les limites du possible, la conquête spatiale se détourne de la Lune pour se tourner désormais vers Mars. Les principales missions spatiales internationales, de nos jours, ne s'intéressent que peu, ou plus, à la Lune. Même les États-Unis se sont désintéressés de l'astre lunaire, avec l'abandon du programme Constellation sous le mandat du président Barack Obama, en 2010. Cependant, après le récent succès de la Chine, qui a réussi à faire poser une sonde autonome sur la face cachée de la Lune, les intérêts des grandes puissances astronautiques peuvent changer. Les États-Unis prévoient une mission de la NASA non-habitée en orbite lunaire dès 2020, et une possible mission habitée pour 2023. Mission, qui, à terme, permettrait la formation d'une base lunaire. L'humanité pourrait ainsi, plus d'un demi-siècle après son dernier passage lors de la mission Apollo 17, faire son grand retour sur la Lune.

CONQUETE SPATIALE : DATES CLES

20 juin 1944 : Les missiles V2
La création des missiles V2 par les nazis durant la Seconde Guerre mondiale permet de débuter l'histoire de la conquête spatiale. Ils peuvent se propulser à plus de 100 kilomètres d'altitude.
4 octobre 1957 : Lancement de Spoutnik 
La fusée soviétique R-7 envoie le premier satellite artificiel dans l'espace. Spoutnik, qui signifie "compagnon de voyage" en russe, mesure 58 centimètres et pèse 83,6 kg. Il est mis en orbite autour de la Terre à une altitude de 900 km. Cet exploit technologique est dû aux travaux de Sergueï Korolev, qui oeuvre à la conception d'un missile balistique intercontinental. Il s'appuie sur les travaux allemands ayant permis la construction des V2. En pleine guerre froide, cet événement constitue un affront pour les États-Unis. Le lancement du petit satellite Spoutnik 1 provoque "la course aux étoiles" entre les deux puissances mondiales. Spoutnik 1 se désintègre en rentrant dans l'atmosphère le 4 janvier 1958.
3 novembre 1957 : Spoutnik 2 et la chienne Laïka 
Un mois après le lancement du premier satellite Spoutnik (en russe "compagnon de route"), Spoutnik 2 est lancé avec, dans un compartiment pressurisé, Laïka. Cette petite chienne est le premier être vivant satellisé. L'animal survit 7 jours et meurt faute d'oxygène.
31 janvier 1958 : Premier satellite artificiel américain 
À 22h48, la fusée Juno 1 décolle. Sept minutes plus tard, elle met sur orbite terrestre le premier satellite artificiel américain "Explorer I" qui pèse 14 kilos. Trois mois après que l'Union Soviétique a mis en orbite son "Spoutnik", l'Amérique entre à son tour dans la conquête de l'espace.
29 juillet 1958 : Création de la NASA 
Le président Eisenhower signe la loi instituant la National Aeronautics and Space Administration (NASA) afin de gagner la "course de l'espace" engagée contre l'URSS. La NASA coordonne les travaux de recherche et d'exploration aéronautiques et spatiales. Cette institution est destinée à rattraper le retard sur l'URSS : l'envoi de Spoutnik-1 a en effet provoqué un véritable choc aux États-Unis. Le programme lunaire annoncé par le président Kennedy en 1961 va provoquer le véritable essor de la NASA. Le pari d'envoyer un homme sur la Lune est tenu en 1969.
18 décembre 1958 : Premier satellite de télécommunication 
Les États-Unis annoncent la mise sur orbite du premier satellite de communication expérimental. Baptisé "Score", l'engin est placé dans l'espace par une fusée Atlas pour une mission de 34 jours. Il retransmet sept messages sur Terre avec succès, dont une allocution du président Eisenhower. Les premières émissions de télévision américaines sont diffusées sur les écrans européens via les satellites à partir de 1962. 
2 janvier 1959 : Lancement de la première sonde spatiale 
Après plusieurs tentatives infructueuses autant du côté américain que du côté russe, les Soviétiques sont les premiers à faire sortir un objet fabriqué par l'homme hors du champ d'attraction terrestre. La sonde spatiale Lunik 1 s'est approchée à 6 000 km de la Lune, mais passe trop loin de l'astre et poursuit sa trajectoire pour finir en orbite autour du soleil quelques mois plus tard. Elle a quand même transmis ses données scientifiques au passage. Deux mois plus tard, la sonde américaine Pioneer effectue le même parcours.
13 septembre 1959 : Une sonde soviétique atteint la Lune
Les Soviétiques conservent leur avance sur les États-Unis en envoyant sur la Lune la toute première sonde baptisée Luna II (ou Lunik). Cette dernière s'écrase sur la Lune et y dépose au passage un blason soviétique en forme de ballon de football. La sonde a aussi permis de confirmer aux scientifiques l'existence des vents solaires.
7 octobre 1959 : Premières photos de la face cachée de la Lune 
La sonde soviétique Luna-3 prend et transmet les premières photos de la face de la Lune invisible depuis la Terre. Le monde découvre alors un relief bien plus accidenté que le visage que la Lune offre à l'humanité depuis toujours.
12 avril 1961 : Youri Gagarine devient le premier homme dans l'espace
Il n'est âgé que de 27 ans et son exploit restera dans l'histoire. Youri Gagarine devient le premier homme à avoir voyagé dans l'espace. À bord de la fusée Vostok 1 (Orient en russe), il effectue un vol de 108 minutes, soit une révolution complète autour de la Terre. Les Russes confirment ainsi leur avance dans la course à l'espace engagée avec les Américains.
5 mai 1961 : Alan Shepard atteint l'espace
Quelques semaines après le vol en orbite de Youri Gagarine, Alan Shepard est le premier Américain à sortir de l'atmosphère. Cependant, il ne s'agit que d'un court vol d'une quinzaine de minutes, et à une altitude relativement faible (sub-orbitale). Le premier véritable astronaute américain sera John Glenn, le 2 février 1962.
25 mai 1961 : Un homme sur la Lune avant la fin de la décennie 
Ayant perçu le vol en orbite de Youri Gagarine comme un nouvel affront, les États-Unis décident de réagir et d'atteindre à moyen terme un objectif qui leur permettra de prouver leur supériorité technologique sur l'URSS. C'est donc par la voix de son président Kennedy que la puissance occidentale annonce qu'elle désire envoyer un homme sur la Lune d'ici la fin de la décennie. Le programme Apollo respectera ses objectifs puisque des hommes se poseront sur la Lune le 21 juillet 1969.
12 septembre 1961 : We choose to go to the Moon
JF Kennedy prononce son célèbre discours "We choose to go to the Moon" (nous choisissons d'aller sur la Lune) qui confirme les ambitions américaines déjà annoncées au mois de mai. C'est ainsi que le programme Apollo devient prioritaire et bénéficie d'un financement à la hauteur de ses ambitions. Les États-Unis espèrent parvenir à cet objectif avant l'URSS qui a envoyé le premier satellite, puis le premier homme dans l'espace.
20 février 1962 : John Glenn, le premier Américain en orbite 
L'astronaute John Herschel Glenn est le premier Américain à prendre part à un vol spatial habité. À bord de la capsule "Mercury Friendship 7", il effectue trois révolutions autour de la Terre (129 000 km) en 4 heures et 56 minutes. L'amerrissage se déroule sans encombre à l'est des Bahamas, à 65 km de l'endroit précis qui avait été calculé par les ingénieurs de la NASA. Les Américains réussissent ce vol habité avec près d'un an de retard sur les Russes : le 12 avril 1961, Youri Gagarine avait été le premier homme de l'espace.
10 juillet 1962 : Lancement du satellite "Telstar" 
Telstar 1 est lancé depuis Cap Canaveral en Floride. Mis au point par la société américaine de télécommunication AT&T, il a pour mission d'assurer la liaison des réseaux de télévision et de téléphonie entre les Etats-Unis et l'Europe. Grâce à "Telstar", premier satellite de télécommunication transatlantique, les téléspectateurs européens assistent à une conférence de presse donnée par le président Kennedy et les Américains regardent une émission de divertissement avec Yves Montand. 
21 septembre 1963 : Kennedy propose une coopération spatiale à l'URSS
Alors que les Américains et les Russes ont entamé une phase de détente dans la guerre froide, John Fitzgerald Kennedy propose devant l'ONU l'organisation d'une expédition soviéto-américaine pour atteindre la Lune. L'URSS répond favorablement, mais sans enthousiasme. Si bien que leur projet commun se résume au satellite Echo C.
18 mars 1965 : Un cosmonaute sort pour la première fois dans l'espace
Le russe Alexeï Leonov effectue une sortie de 15 minutes dans l'espace, relié par sécurité à sa navette. Il devient le premier homme à flotter dans le cosmos. Edward White, l'américain, lui succède le 3 juin 1965 pour une vingtaine de minutes.
26 novembre 1965 : Premier satellite français dans l'espace 
Une fusée "Diamant A" met sur orbite "Astérix", le premier satellite français. Le lancement est effectué depuis Hammaguir dans le désert du Sahara algérien. La France devient dès lors la troisième puissance spatiale mondiale. D'un poids de 42 kilos, Astérix fonctionne jusqu'au 26 août 1968 après avoir effectué plus de 1400 révolutions autour de la terre. 
27 janvier 1967 : Les premiers morts de la conquête spatiale 
La première mission du programme spatial américain Apollo se solde par la mort de trois astronautes, intoxiqués dans l'incendie de leur capsule. Virgil Grissom, Edward White et Roger Chaffee prennent place à l'intérieur de l'engin spatial pour subir les premiers tests au sol quand le feu se déclenche. La mission était à l'origine prévue pour le mois de février. Le rapport d'enquête révèlera que les trois spationautes ont péri en inhalant un mélange de fumées toxiques, mais ne déterminera pas précisément les causes de l'incendie. De nombreuses modifications seront effectuées avant le premier vol habité du programme Apollo.
18 octobre 1967 : Mission accomplie pour Venera 4 
La sonde spatiale russe envoie des informations précieuses sur la pression atmosphérique et la température de la planète Vénus. La durée de la transmission des informations dure 94 minutes. Depuis 1961, l'URSS a commencé à envoyer des sondes "Venera" pour explorer Vénus. En 1975, Venera 9 livre les premières photos du sol vénusien.
24 décembre 1968 : Premier équipage en orbite lunaire 
Trois jours après son décollage de Cap Canaveral, l'équipage de la mission Apollo 8 survole la Lune. C'est la première fois que des hommes sortent de l'orbite terrestre pour s'approcher de la Lune : Frank Borman, James A. Lowell Jr. et William A. Anders font dix fois le tour de l'astre afin de réaliser des tests en vue du futur alunissage. Pour leur retour sur la Terre, ils amerrissent le 27 décembre sans encombre, au terme d'une mission de six jours. Les États-Unis sont presque prêts pour envoyer un homme sur la Lune. Pour la première fois, leur avance sur l'URSS est significative.
16 juillet 1969 : Apollo 11 décolle pour la Lune
Neil Armstrong, Edwin Aldrin et Michael Collins décollent le 16 juillet 1969 avec pour objectif d'alunir et de fouler le sol lunaire. La mission Apollo 11 est un succès, puisque Armstrong et Aldrin sont les premiers astronautes à marcher sur la Lune, le 21 juillet 1969.
21 juillet 1969 : Premier homme sur la Lune
Il est 3h56 (heure française) lorsque Neil Armstrong quitte son module spatial pour poser le pied sur la Lune. Il prononce alors une phrase qui reste gravée dans les mémoires : "C'est un petit pas pour l'homme, un grand pas pour l'humanité". Retransmis dans le monde entier, l’événement marque la fin de la suprématie russe dans la course à l'espace. 
13 avril 1970 : Apollo 13 : "Houston on a un problème
Le réservoir d'oxygène du module de service de la mission spatiale lunaire Apollo 13 explose lorsque la navette s'approche de la Lune. Le programme est brusquement écourté et les trois astronautes présents à bord doivent retourner sur Terre. James Lovell, John Swigert, Fred Haise se réfugient dans le LEM Aquarius durant toute la durée de leur sauvetage par les équipes techniques basées à Houston. Ils atterrissent sains et saufs dans le Pacifique Sud. En 1995, la mésaventure des trois spationautes d'Apollo 13 est portée au cinéma par le réalisateur Ron Howard.
17 avril 1970 : Le retour des astronautes d'Apollo 13 
Les trois astronautes américains, rescapés de la mission Apollo 13, amerrissent sains et saufs au sud de l'océan Pacifique. Quatre jours plus tôt, l'explosion soudaine d'un réservoir d'oxygène, 56 heures après le décollage et à près de 300 000 kilomètres de la Terre, a transformé leur voyage en cauchemar. L'équipage se réfugie alors à bord du module lunaire Aquarius, dont les réserves d'oxygène et d'énergie électrique sont limitées. L'échec d'une mission scientifique est transformé en véritable exploit humain.
6 février 1971 : Des astronautes jouent au golf sur la Lune
Alan Shepard est le premier homme à faire du golf sur le sol lunaire. Parti le 31 janvier à bord de la navette Apollo 14, avec Edgar D.Mitchell et Stuart A.Roosa, Shepard s'est séparé de la capsule pour se poser sur la Lune. Mitchell l'accompagne lors de sa "promenade lunaire" qui dure 4 heures et 34 minutes. Grand passionné de golf, c'est au cours de sa deuxième balade (4 heures et 48 minutes) qu'il frappe quelques balles près du cratère Fra-Mauro. Shepard est le cinquième homme à avoir marché sur la Lune.
19 avril 1971 : Première station spatiale habitée
L'URSS, après son échec dans la conquête de la Lune, développe un programme de stations orbitales et lance la première station occupée par un équipage humain : Saliout-1. Les trois astronautes qui occupent la station du 7 au 30 juin, ne rentrent pas vivant à cause d'un accident de pressurisation. Le programme Saliout s'achève en 1986, après 813 jours d'occupation humaine et plus de 2 500 expériences scientifiques.
14 novembre 1971 : Mariner 9 en orbite 
La sonde américaine Mariner 9 se place en orbite autour de la planète Mars après un voyage de 167 jours. Elle a pour but de prendre des clichés de la surface de la planète et de transmettre des données météorologiques. Jusqu'en janvier 1972, une terrible tempête de poussière empêche la réalisation d'images et la sonde se lance alors dans l'observation des satellites de Mars, Phobos et Deimos. Quand le manteau poussiéreux disparaît, Mariner 9 peut collecter plus de 7000 clichés jusqu'à la fin de sa mission, le 27 octobre 1972. La sonde, toujours en orbite, se désagrègera en 2022 lorsqu'elle rentrera dans l'atmosphère martienne.
11 décembre 1972 : Dernière mission américaine sur la Lune 
Partis le 7, les astronautes de la mission Apollo 17, Eugen Cernan et Harrison Schmitt, se posent sur la Lune. Ils effectuent le plus long séjour lunaire jamais réalisé ; 74 heures 59 minutes et 30 secondes, soit plus de trois jours. Pour les États-Unis, Apollo 17 est la dernière mission habitée sur la Lune.
3 décembre 1973 : Pioneer 10 effectue le premier vol autour de Jupiter 
En passant à 130 000 kilomètres au-dessus de Jupiter, la sonde américaine Pioneer 10 est la première à donner des informations sur la planète. Lancée le 3 mars 1973, Pioneer 10 est la plus ancienne des sondes interplanétaires américaines. Elle disparaît dans l'espace en janvier 1998.
18 juillet 1975 : Apollo-Soyouz : une poignée de main dans l'espace
La première grande coopération spatiale entre les États-Unis et l'URSS aboutit à une poignée de main historique dans l'espace. L'astronaute Thomas Stafford et le cosmonaute Alexis Leonov se rejoignent quand le vaisseau américain Apollo et le vaisseau russe Soyouz se rencontrent dans l'espace. Au-delà de l'avancée technique, la véritable révolution est politique : après s'être affrontées pendant plus de dix ans dans la course à l'espace, les puissances ennemies sont parvenues à s'entendre. Il faut toutefois attendre la station orbitale Mir pour qu'Américains et Russes entament une coopération plus avancée.
9 septembre 1975 : La sonde Viking 2 part explorer Mars
Dans le cadre d'un programme d'exploration de la planète Mars, la NASA lance Viking 2 qui a pour mission de photographier les calottes polaires de la planète rouge. Ce lancement fait suite à celui de Viking 1 parti un mois plus tôt. La mission Viking permet d'obtenir des milliers de photos spectaculaires et autres données de Mars et de son satellite, Deimos. Les sondes arrêtent d'émettre en 1978.
13 juin 1983 : Pioneer 10 sort du système solaire 
La sonde américaine "Pioneer 10" est le premier objet terrestre à quitter le système solaire. Lancée en mars 1972, la sonde était conçue pour durer deux ans, mais elle continue d'émettre jusqu'en janvier 2003. Elle est la première à survoler Jupiter, la géante planète gazeuse, en 1973, puis la première à dépasser l'orbite de Pluton, la planète le plus éloignée du Soleil, en 1983. À son dernier contact, la sonde se trouvait à 12,2 milliards de kilomètres de notre planète, soit l'équivalent de 82 fois la distance de la Terre au Soleil. La sonde emporte à son bord une plaque en or où figurent la description d'un être humain, la localisation de la Terre et la date du début de cette mission.
7 février 1984 : Sortie de deux astronautes dans l'espace
Grâce au MMU (Manned Maneuvering Unit), sorte de fauteuil-fusée, deux spationautes effectuent la première sortie dans l'espace sans être reliés physiquement à une navette. Robert L.Stewart et Bruce MacCandless flottent ainsi dans l'espace plus de cinq heures à près de 100 mètres de distance de Challenger.
24 janvier 1986 : Voyager-2 survole Uranus 
La sonde spatiale Voyager-II s'approche à 81 593 kilomètres de la planète Uranus. Ses observations donnent des informations précieuses sur l'étonnante diversité de ses satellites, Miranda, Ariel, Umbriel, Titania et Obéron, ainsi que sur les neuf anneaux qui entourent la planète. Partie en 1977, Voyager-II a d'abord atteint Saturne en août 1981 puis s'est dirigée vers Uranus. Le 25 août 1989, elle parvient jusqu'à Neptune. Puis elle sort du système solaire pour continuer à circuler dans l'espace. Elle continue toujours à communiquer.
28 janvier 1986 : Explosion de la navette Challenger
À 11h38, la navette spatiale américaine "Challenger" explose, une minute trente après son décollage. Les spectateurs présents à Cap Canaveral ainsi que des millions de téléspectateurs assistent en direct à la catastrophe. Les sept astronautes présents à bord de "Challenger", dont deux femmes, périssent dans l'explosion. La rupture d'un joint de l'un des propulseurs d'appoint est à l'origine de l'accident selon l'enquête de la NASA.
20 février 1986 : La station russe "Mir" s'installe dans l'espace
L'élément central de la station orbitale "Mir" ("Paix" en russe) est placé sur orbite à 350 km d'altitude par une fusée Proton. La sphère de 2,20 mètres de diamètre pèse 21 tonnes. Des modules viendront bientôt s'y arrimer. La première mission habitée vers "Mir" est lancée le 13 mars 1986. À cause de la vétusté des équipements et des énormes frais qu'engageaient sa maintenance, la station est détruite en 2001.
4 mai 1989 : À la découverte de Vénus
La sonde américaine Magellan est propulsée par la navette Atlantis afin d'étudier plus en détail Vénus. Placée en orbite près d'un an plus tard, elle est la première à cartographier précisément la surface de la planète. Au bout de deux années, elle fournit, grâce à son radar, une carte de 98% de la planète, faisant apparaître ses nombreux volcans. La sonde sert également à étudier la gravité de Vénus avant de se consumer dans l'atmosphère en 1994. La mission Magellan permet de connaître la géologie vénusienne et d'établir des comparaisons avec la Terre.
24 avril 1990 : Hubble est lancé dans l'univers
Le télescope nommé "Hubble" en mémoire de l'astronome Edwin Hubble est lancé par la navette Discovery pour une formidable exploration de l'univers. Malheureusement, les premiers clichés reçus déçoivent les scientifiques. Le télescope orbital présente en effet un défaut de fabrication au niveau de son miroir principal, rendant la qualité des images très médiocre. Il faut attendre 1993 pour qu'une équipe d'astronomes de la navette Endeavour parviennent à rectifier cette erreur et améliorer le système. Plusieurs missions d'entretien suivront afin d'augmenter la performance de ce formidable observatoire orbital. Grâce à celles-ci, des découvertes importantes permettent de mieux connaître le fonctionnement de l'univers.
28 août 1993 : Galiléo découvre une lune autour d'un astéroïde 
Le vaisseau spatial américain Galileo, en chemin vers Jupiter, découvre la première lune d'un astéroïde. En effet, l'astéroïde de 58 kilomètres de long et 23 kilomètres de large, possède un minuscule satellite d'un kilomètre de diamètre, qui gravite à environ 100 kilomètres de sa surface. Celui-ci est baptisé Dactyle, du nom d'une divinité grecque vivant sur le mont Ida.
14 mars 1995 : Un Américain dans l'espace avec les Russes
Au petit matin, l'astronaute Norman Earl Thagart s'envole de la base de Baïkonour en Russie à bord de la fusée Soyouz TM-21 "Ouragan". C'est le premier Américain de l'histoire spatiale à participer à une mission russe. Thagart et ses équipiers Vladimir Dejourov et Guennady Strekalov ont pour objectif de rejoindre la station internationale Mir. Ils reviennent sur Terre après un séjour de 115 jours dans l'espace. 
29 juin 1995 : Assemblage de Mir et d'Atlantis
Vingt ans après la rencontre entre Apollo et de Soyouz, la navette spatiale américaine Atlantis s'arrime à la station russe Mir. Les deux commandants, Vladimir Dezhurov et Robert Hoot Gibson, s'échangent une poignée de main historique à 395 kilomètres au-dessus de la Terre. Dix astronautes vivent ensemble à bord de la station jusqu'au 4 juillet de la même année. Cette rencontre marque le début de la collaboration spatiale internationale et de la construction d'une station commune dénommée Alpha.
25 juin 1997 : Accident sur la station Mir
La station spatiale Mir ("paix" en russe), dont l'élément central a été lancé en février 1986, entre en collision avec le vaisseau d'approvisionnement Progress. Les trois astronautes, deux Russes et un Américain, parviennent à réparer la fuite et rétablir l'électricité. Face aux nombreux déboires que connaît la station et aux coûts élevés de son entretien, les Russes décident de la détruire en mars 2001.
29 octobre 1998 : John Glenn reprend du service
À 77 ans, le premier Américain à avoir été dans l'espace en février 1962, s'envole pour une nouvelle mission à bord de la navette Discovery. Il doit réaliser des expériences sur les effets du vieillissement dans l'espace. John Glenn revient après 9 jours et 134 tours passés en orbite autour de la terre.
1 février 2003 : Explosion de la navette spatiale Columbia
La navette spatiale Columbia, après une mission dans l'espace de 16 jours, disparaît des écrans de la NASA lors de sa rentrée dans l'atmosphère. Des traînées blanches sont visibles dans le ciel au-dessus de Dallas. Sept astronautes (6 américains et un israélien) ont péri dans cet accident. L'enquête révèle un défaut du bouclier thermique.
25 août 2003 : Télescope spatial Spitzer
Le plus grand télescope spatial infrarouge est mis en orbite par la NASA. Il est nommé Spitzer en hommage à l'astrophysicien américain. Ses capacités à détecter des corps très éloignés grâce à leur rayonnement infrarouge sont exceptionnelles. Il était indispensable d'envoyer ce type de technologie dans l'espace car l'atmosphère terrestre empêche les rayonnements infrarouges d'atteindre correctement les télescopes au sol. Les satellites IRAS et ISO ont été lancés avant lui et ont permis également d'étudier la formation des étoiles. En effet, lorsque ces dernières se forment, elles demeurent dans une sorte de nuage, qui les rendent invisibles. Elles émettent par contre un rayonnement infrarouge qui peut permettre de détecter leur position.
15 octobre 2003 : Le premier cosmonaute chinois
Après 21 heures de vol, Yang Liwei est le premier cosmonaute chinois (appelé taïkonaute) à aller dans l'espace. Le vaisseau Shenzhou V effectue quatorze fois le tour de la Terre, avant d'atterrir dans une des vastes plaines de la Chine. La Chine devient ainsi le troisième pays à avoir un accès au cosmos après l'Union Soviétique et les États-Unis il y a quarante ans.
1er juillet 2004 : L'exploration de Saturne
La sonde Cassini-Huygens atteint sa destination : Saturne. Lancée en 1997, elle se place enfin en orbite, non sans avoir fournit quelques informations importantes durant son long voyage, notamment sur Jupiter. La sonde spatiale a pour mission d'étudier Saturne et son environnement, notamment la lune Phoebe, le satellite Titan et la structure des anneaux de la planète. Elle se compose de deux modules : Cassini, pour l'exploration du système saturnien et Huygens, pour étudier l'atmosphère de Titan, principal satellite de Saturne. En décembre 2004, les deux modules se séparent. Le 14 janvier 2005, le module Huygens plonge comme prévu dans l'atmosphère de Titan, tandis que Cassini s'en approchera à 65 000 km. La mission s'achève en 2008.
4 juillet 2005 : La sonde Deep Impact percute Tempel 1
Comme prévu, l'impacteur de la sonde spatiale Deep Impact, lancée par la NASA en janvier, se détache et entre en collision avec la comète Tempel 1 à 37 000 km/h. Il provoque un immense cratère, laissant échapper un nuage de débris. La sonde Deep Impact a alors pour mission d'analyser les corps éjectés, la surface du cratère et les conséquences du choc, afin de mieux comprendre la composition interne des comètes. Avec cette étude, les scientifiques veulent en apprendre davantage sur la formation du Système solaire.
14 janvier 2005 : La sonde Huygens découvre Titan
La mission Cassini-Huygens a débuté en 1997. Elle avait pour objectif l'exploration de Saturne et de ses satellites naturels. La sonde Huygens se pose sur la lune Titan début 2005, tandis que l'orbiteur Cassini continue son exploration autour de Saturne. Prolongée à deux reprises, la mission est un immense succès et prend fin en 2017.
8 juillet 2011 : Dernier décollage d'une navette spatiale
La navette spatiale américaine Atlantis est la dernière à décoller pour une mission vers la Station spatiale internationale. Les lanceurs classiques remplacent ensuite les navettes.
12 novembre 2014 : Une sonde à la surface d'une comète
Placée en orbite autour de la comète "Tchouri" (67P/Tchourioumov-Guérassimenko), la sonde spatiale européenne Rosetta envoie un petit atterrisseur du nom de Philae à la surface de la comète. Son but est d'analyser la composition du sol et la structure de la comète. Rosetta a été lancée en 2004 par une fusée Ariane 5.
14 juillet 2015 : Pluton est survolée par la sonde New Horizons
Lancée en 2006, la sonde américaine New Horizons a pour objectif d'étudier Pluton et ses satellites. Elle finit sa mission en 2015 et explore aujourd'hui une autre partie de notre système solaire.
3 janvier 2019 : Premier alunissage sur la face cachée de la Lune
Lancée le 7 décembre 2018, la sonde spatiale chinoise Chang'e 4 se place en orbite autour de la Lune le 13 décembre. Le 3 janvier 2019, l'atterrisseur chinois alunit sur la face cachée de la Lune. Le rover Yutu 2 a été déposé au passage pour étudier cette partie de la Lune.