Conquête de l'Ouest : résumé, histoire des pionniers américains

Conquête de l'Ouest : résumé, histoire des pionniers américains Au XIXe siècle, la conquête de l'Ouest marque la colonisation des territoires amérindiens du continent nord-américain par les Etats-Unis. Il s'agit de la période faste des cow-boys et de la ruée vers l'or.

Résumé de la conquête de l'Ouest - Après le rachat de la Louisiane auprès de la France, la conquête de l'Ouest commence au début du XIXe siècle sous la présidence de Thomas Jefferson. A l'issue de l'expédition Lewis et Clark de 1804, elle vise à coloniser les territoires situés au-delà du fleuve Mississippi. Cette période historique des Etats-Unis marque aussi le début des guerres indiennes, ainsi que la déportation des peuples locaux dès les années 1830 après l'adoption de l'Indian Removal Act. La conquête de l'Ouest est également connue pour ses nombreux mouvements migratoires, notamment en raison de la ruée vers l'or et de la course à la terre. Cette dernière fait l'objet d'une loi à part entière : le Homestead Act. Progressivement, les colons américains s'installent dans les Etats de l'Ouest. La conquête de l'Ouest se termine vers 1890, alors que les Etats-Unis sont devenus une grande puissance industrielle à l'échelle mondiale.

Quand et comment a commencé la conquête de l'Ouest ?

La conquête de l'Ouest survient dans un contexte de profonde mutation pour les Etats-Unis. En parallèle de rachat de terres, comme la Louisiane en 1803, l'expédition Lewis et Clark de 1804 est l'une des premières explorations notables des territoires situés à l'ouest du Mississippi. Bien avant la ruée vers l'or de 1848, de nombreux explorateurs et aventuriers se sont lancés dans le commerce des fourrures dans ces régions sauvages. Entre 1846 et 1848, les Etats-Unis font l'acquisition de la Californie et de l'Oregon sur la côte ouest. Le gouvernement américain justifie ensuite le processus de colonisation par la "destinée manifeste", soit la volonté divine de "civiliser" les territoires de l'Ouest.

A quels territoires correspond l'Ouest américain ?

Acquisition de la Louisiane
Acquisition du vaste territoire de la Louisiane (partie sombre) par les Etats-Unis. © Jose Gil - stock.adobe.com

L'Ouest américain est un terme généraliste qui, au fil des années, a évolué selon les événements historiques, les conflits et les décisions politiques. On peut notamment évoquer l'acquisition de la Louisiane en 1803, l'indépendance du Texas en 1845, ou la guerre avec le Mexique en 1846. On considère donc que tous les Etats situés à l'ouest du fleuve Mississippi font partie intégrante de l'Ouest américain, autrement dit tous les territoires de la côte ouest en incluant la Louisiane de l'époque, cédée par la France. Parmi ceux-ci, on peut citer la Californie, l'Oregon, les territoires de Washington, du Nouveau Mexique et de l'Utah.

Qui étaient les protagonistes de la conquête de l'Ouest ?

Au cours du XIXe siècle, la conquête de l'Ouest implique de nombreux protagonistes. On distingue notamment les peuples amérindiens dont les territoires sont progressivement colonisés par les Etats-Unis, ainsi que différents immigrés européens. Cette expansion vers l'ouest touche également certaines doctrines religieuses qui cherchent à échapper aux persécutions, comme les Mormons. Au moment de la ruée vers l'or, les flux migratoires sont particulièrement importants, y compris ceux provenant de l'Asie. De nombreux Chinois tentent le voyage pour faire fortune. Ils se lancent dans des activités commerciales dédiées aux pionniers et aux orpailleurs. Des esclaves ont sans doute aussi participé à cet évènement, l'esclavage ayant été aboli définitivement en 1865 aux Etats-Unis après la guerre de Sécession (1861-1865).

Comment les Amérindiens ont vécu la conquête de l'Ouest ?

Andrew Jackson
Le président américain Andrew Jackson © vkilikov - stock.adobe.com

La conquête de l'Ouest est à l'origine de nombreux conflits entre les Amérindiens et les Etats-Unis. La spoliation des territoires, la chasse aux bisons et le massacre des populations locales attisent les tensions. Durant cette période, on compte de nombreux affrontements, dont les guerres séminoles, la guerre de Black Hawk, la guerre navajo ou les guerres apaches. De nombreux Amérindiens tentèrent de s'opposer à la conquête de leurs territoires comme : Black Hawk, Sitting Bull, Crazy Horse, Geronimo... Dès les années 1820, le gouvernement fédéral se penche sur la question amérindienne, notamment avec la création du bureau des affaires indiennes. En 1837, l'application de la loi nommée Indian Removal Act mène à la déportation des Indiens d'Amérique vers des "réserves". Ce sont des territoires souvent sans valeur où ces peuples semi-nomades sont contraints de rester enfermés. Sous la présidence d'Andrew Jackson, ce mouvement migratoire forcé est connu sous le nom de la "Piste des Larmes". Il a provoqué plusieurs milliers de morts.

Comment vivaient les colons dans l'Ouest américain ?

A la fin du XVIIIe siècle, on compte à peine plus de 100 000 Américains dans les Etats de l'Ouest. Vers 1840, les différentes migrations ont contribué à une explosion de la démographie avec près de 7 millions d'habitants. Le développement du chemin de fer et la mise en place du Pony Express (le service postal de l'époque) ont permis à de nombreuses familles de s'installer. Les populations immigrantes conservent leurs racines européennes, notamment en matière d'éducation, de religion et de mode de vie. En ce qui concerne les activités économiques, elles sont florissantes. On peut évoquer notamment l'élevage de bétail. Cette période marque aussi l'émergence d'une nouvelle criminalité. Parmi les célèbres bandits de l'époque, on peut citer les frères Dalton, Jesse James, Butch Cassidy et Sam Bass.

Comment les terres sont-elles distribuées durant la conquête de l'Ouest ?

Afin d'éviter les conflits dans leur attribution, le gouvernement d'Abraham Lincoln impose l'application du Homestead Act. Effectif depuis le 20 mai 1862, il permet à toute personne ou famille de revendiquer la propriété d'un domaine de 160 acres au maximum. Celle-ci doit alors justifier l'occupation des terres depuis au moins cinq ans. Mais si la conquête de l'Ouest évoque la ruée vers l'or, elle rappelle aussi les "courses à la terre" (Land Run) organisées par certains Etats pour coloniser plus rapidement certains territoires. Il s'agit d'une véritable course où le premier arrivé prenait possession d'un lopin près à être attribué.

Quels étaient les rôles des cow-boys durant la conquête de l'Ouest ?

Le cow-boy travaille pour des ranchs ou des élevages de bétail bovin. Il s'agit communément d'un garçon de ferme ou d'un ouvrier agricole. On le destine à des tâches subalternes. Son rôle principal est d'assurer l'approvisionnement en viande de bœuf pour répondre à une demande exponentielle. L'imaginaire collectif a tendance à associer le cow-boy à un symbole d'indépendance et de liberté. Toutefois, la réalité évoque un quotidien précaire, souvent dangereux, ainsi qu'une faible rémunération.

Cow-boy
Un cow-boy surveille son troupeau. © MARY EVANS/SIPA (publiée le 16/09/2022)

Quand et comment se termine la conquête de l'Ouest ?

Chercheurs d'or
Chercheurs d'or dans le Klondike en 1899 © Archivist - stock.adobe.com

La conquête de l'Ouest se termine vers 1890 lorsque les autorités ne distinguent plus de frontières au sein des Etats-Unis. En 1896, les pionniers et aventuriers s'orientent vers le Klondike, ouvrant ainsi l'épisode de la ruée vers l'or de l'Alaska. Un certain Buffalo Bill, chasseur de bisons, crée dès 1882 un spectacle, le "Buffalo Bill's Wild West Show", grâce auquel l'histoire des cow-boys peut continuer à fasciner les foules. Par ailleurs, certains historiens indiquent que la fin de la conquête de l'Ouest se situe plutôt dans les années 1910 avec les conflits entre Américains et Mexicains.

Quels films, séries ou livres traitent de la conquête de l'Ouest ?

Dans la culture populaire, il existe d'innombrables histoires relatant la conquête de l'Ouest. Au cinéma et à la télévision, le western est un genre très apprécié. On songe aux séries La Petite Maison dans la prairieLes Mystères de l'OuestDeadwood et Hell on Wheels. Sur grand écran, on ne compte plus les films cultes sur le Far West tels que La Conquête de l'Ouest de 1962, Horizons lointainsIl était une fois dans l'Ouest ou Danse avec les loups. Côté littérature, on peut évoquer La Colline des potences, 3 heures 10 pour Yuma et Little Big Man.

Les dates clés de la conquête de l'Ouest

14 mai 1804 - Le départ de l'expédition Lewis et Clark
En 1804, le président Thomas Jefferson ordonne la mise en place de l'expédition Lewis et Clark pour un budget total de 2 500 dollars. L'opération a pour objectif d'explorer les territoires situés à l'ouest, au-delà du fleuve Mississippi.
1817 - Les Séminoles entrent en guerre contre les Américains
Les Indiens séminoles prennent les armes lorsqu'Andrew Jackson envahit la Floride avec son armée. L'expédition aurait été organisée en représailles des vols commis par les Séminoles dans les plantations de Géorgie et de l'aide fournie aux esclaves en fuite. Les Indiens ne pourront rivaliser. Alors territoire espagnol, la Floride passera aux Etats-Unis en 1819. Au début des années 1830, un traité sera signé pour que les Séminoles quittent l'ouest du Mississippi. Mais certains d'entre eux se révolteront, menant à une nouvelle guerre.
28 mai 1830 - L'Indian Removal Act est promulguée
Les Etats-Unis, alors sous la présidence d'Andrew Jackson, promulguent une loi qui donne l'ordre de déporter toutes les populations indiennes situées à l'est du Mississippi. Parmi elles figurent alors les Cherokees et les Séminoles, qui refusent catégoriquement de se séparer de leurs terres. Mais cette nouvelle loi ne leur laissera pas le choix. Dans les années qui suivront, l'armée américaine rassemblera des dizaines de milliers d'individus indiens pour les conduire au-delà du fleuve.
octobre 1838 - Les cherokees sur la Piste des larmes
Des milliers de Cherokees sont forcés de quitter leur territoire de l'Est du Mississippi, pour atteindre le nord-est de l'Oklahoma. En effet, le 29 décembre 1835, une minorité d'entre eux avait signé le traité de New Echota avec les Etats-Unis, par lequel ces terres regorgeant d'or étaient cédées au pays pour 5 millions de dollars. A son échéance, l'armée américaine se charge de faire évacuer le territoire. Un voyage long et harassant les attend, et plus de 4000 d'entre eux périront en chemin, de froid, de fatigue ou de maladie.
29 décembre 1845 - La guerre américano-mexicaine débute
Sam Houston, président de la République du Texas, demande à être uni aux Etats-Unis. Le rattachement est donc voté par le Congrès américain en décembre 1845 et le Texas devient le vingt-huitième état du pays. Les Etats-Unis souhaitent également annexer la Californie mexicaine, ce qui ne plaît pas du tout au Mexique qui, après avoir perdu le Texas, décide de déclarer la guerre aux Etats-Unis. C'est le début de la guerre américano-mexicaine qui se terminera en 1848.
5 janvier 1846 - Annexion de l'Oregon par les États-Unis
Le 5 janvier 1846, le congrès des Etats-Unis procède à un vote qui a pour but de cesser de partager avec le Royaume-Uni les terres situées dans la région de l'Oregon. La Convention mise au point entre les deux pays en 1818 avait établi la frontière au niveau du 49e parallèle en partant du lac des Bois jusqu'aux Rocheuses. Grâce à ce vote, les États-Unis annexent l'Oregon. La frontière sera légèrement modifiée lors du traité de l'Oregon.
26 février 1846 - Naissance de Buffalo Bill
De son vrai nom William Frederick Cody, Buffalo Bill est une figure mythique de la conquête de l'Ouest. Il combat lors des guerres indiennes, et est également un chasseur de bisons. En 1882, il dirige une troupe de théâtre et organise des spectacles dédiés au Far West. Il décède le 10 janvier 1917 à 70 ans.
24 janvier 1848 - Le Mexique cède la Californie
La signature du traité de Guadalupe Hidalgo marque la fin de la guerre du Mexique (1846-1848) qui oppose Mexicains et Américains. Défaits, les Mexicains se voient contraints de céder le Texas, la Californie et le Nouveau-Mexique. Les Etats-Unis récupèrent la moitié du territoire mexicain.
24 janvier 1848 - Début de la ruée vers l'or et de la conquête de l'Ouest
C'est la découverte d'un morceau d'or dans une scierie de Coloma qui donne lieu à la "ruée vers l'or". La rumeur de la présence d'or à Sutter's Mill se répand très vite et des milliers de colons américains et de nouveaux venus européens partent pour la Californie afin de devenir chercheurs d'or. En même temps, la conquête des territoires de l'Ouest des Etats-Unis commence et se traduira par de nombreux affrontements et guerres durant des années.
2 février 1848 - Traité de Guadeloupe Hidalgo
Le traité de Guadalupe Hidalgo est signé le 2 février 1848 et met fin à la guerre américano-mexicaine. Le Mexique donne aux Etats-Unis la Californie, le Nevada, l'Utah ainsi qu'une partie de l'Arizona, du Colorado, du Nouveau-Mexique et du Wyoming. Les Etats-Unis paient la somme de 15 millions de dollars pour ces territoires. Le Mexique doit également reconnaître l'intégration de la République du Texas aux Etats-Unis et céder les terres à l'est du Rio Grande.
29 mai 1848 - Le Wisconsin devient le trentième état américain
Le territoire du Wisconsin est découvert par le Français Jean Nicolet. Sur ces terres, il fonde la colonie de Baie Verte. De nombreux Européens venus d'Allemagne, de Scandinavie et de Suisse s'installent alors dans la région. Durant l'année 1763, le Wisconsin devient la propriété du Royaume-Uni. A la fin de la Révolution américaine, les Etats-Unis prennent possession du territoire qui est géré par les Britanniques jusqu'en 1812. En 1848, le Congrès accepte l'entrée du Wisconsin dans l'Union.
décembre 1857 - Début de la guerre entre les Amérindiens et les colons au Minnesota
Le Minnesota est devenu, en février, le 32e Etat de l'Union Américaine. Durant les procédures, les 6500 sioux Santees et Lakota, soit près d'un tiers de la population totale, perdent la très grande majorité de leur territoire, pour vivre sur une bande de terre au sud-ouest de l'Etat. La tension s'accentuant, des faits divers enclenchèrent une guerre entre les Amérindiens et les colons, qui s'achèvera en 1862 après une longue série de procès.
3 avril 1860 - Création du Pony Express
Fondé par William H. Russell, Alexander Majors et William B. Waddell, le service de distribution rapide de courrier appelé Pony Express est inauguré au XIXe siècle. Il s'appuie sur les performances de cavaliers isolés au lieu de diligences, permettant de relier la côte atlantique des Etats-Unis à la côte pacifique (Saint Joseph dans le Missouri à Sacramento en Californie) en dix jours au lieu de 26. Faute de rentabilité, ce service cessera dix mois après sa création.
20 décembre 1860 - La Caroline du Sud fait sécession
Contre l'abolition de l'esclavage, la Caroline du Sud se retire de l'Union et s'oppose au gouvernement d'Abraham Lincoln. Avec l'Alabama, la Floride, la Géorgie, la Louisiane, le Mississippi et le Texas, ils forment le mouvement sécessionniste.
8 février 1861 - Formation des Etats confédérés d'Amérique
Le mouvement sécessionniste débouche sur la création des Etats confédérés. Cela implique la promulgation d'une nouvelle constitution, ainsi que la nomination d'un président : Jefferson Davis. Cette opposition avec les Etats du Nord marque le début de la guerre de Sécession.
18 septembre 1862 - Les Sioux déposent les armes
Les Sioux Santees sont défaits à Wood Lake par le général Sibley. Depuis l'été, les Sioux Santees du Minnesota se sont lancés dans une guerre sans merci contre les Américains. Sous le commandement du chef Little Crow, ils ont perpétré de nombreux massacres de soldats, mais aussi de civils. Au total, plusieurs centaines d'entre eux, femmes et enfants compris, ont péri sous les armes sioux.
29 novembre 1864 - Massacre de Sand Creek
La milice du territoire du Colorado attaque un village habité par les Cheyennes et les Arapahos, à l'est des montagnes Rocheuses, lors des guerres indiennes. Au cours de la bataille, qui s'étale sur deux jours, les forces du colonel John Chivington tueront près de 270 Indiens, à la fois des hommes, des femmes et des enfants. Cet épisode suscitera une controverse, qui mènera au questionnement de la politique d'extermination des Amérindiens.
9 avril 1865 - Défaite des sudistes à Appomattox
Après la défaite du général Robert Lee à Appomattox, les troupes sudistes abandonnent progressivement les affrontements en mai. Cela marque également la restauration de l'Union, ainsi que l'abolition de l'esclavage.
1 mars 1867 - Le Nebraska adhère à l'Union américaine
Après s'être rallié au camp nordiste lors de la guerre de Sécession (1861-5), le Nebraska est le 37e Etat à entrer dans l'Union. Peuplée à l'origine de tribus amérindiennes parmi lesquelles les Sioux, Cheyennes ou Pawnees, cette région sauvage du centre des Etats-Unis fut colonisée, dès le XVIIIe siècle, tour à tour par les Espagnols, puis les Français, lesquels l'explorent et en délimitèrent les premières frontières, avant de la céder — le lot comprenait la Louisiane française qui en faisait alors partie intégrante — aux Américains en 1803. Le Nebraska devint territoire en 1854.
27 novembre 1868 - Custer et la Washita River
Dans la bataille de Washita River (plaines de l'Oklahoma), le 7e de cavalerie commandé par le lieutenant-colonel américain George Armstrong Custer (1839-1876), fort de 800 hommes, fond sur le camp cheyenne de Black Kettle et ses 51 tipis. Cent trois guerriers et civils indiens auraient été tués, dont leur chef et sa femme. Si l'assaut initial est "réglé" en moins de 20 minutes, les combats se poursuivent plusieurs heures durant aux alentours. Le rôle exact que se donna Custer ainsi que le déroulement réel des opérations – est-ce un massacre ? – sont sujet à controverse et discussions parmi les historiens et les spécialistes.
29 novembre 1872 - Début de la guerre indienne des Modocs
Sous la pression des colons, l'armée américaine intervient au camp des Modocs. L'afflux d'émigrants vers les riches terres de l'Oregon et de la Californie (fin des années 1840) poussa l'administration à en expulser les Indiens Modocs et à les regrouper dans la réserve voisine des Klamaths, ce qu'ils refusèrent. Après sept mois de résistance âpre, la "guerre (ou rébellion) des Modocs" s'acheva par la pendaison de ses responsables, dont leur chef Kienptoos Captain Jack, le reste de la tribu étant "dirigée" vers les réserves de l'Oklahoma.
27 juin 1874 - Débuts de la "Red River war"
Nouvelle étape dans les guerres indiennes : la seconde bataille d'Adobe Walls (Texas). Selon la légende, attaqués par 300 guerriers indiens, parmi lesquels des Comanches, Kiowas, Cheyennes et Arapahos, commandés par les chefs Quanah Parker et Isa-Tai, des chasseurs de bisons parviennent à les mettre en déroute. Ce haut fait d'armes sera suivi d'une longue campagne (1874-5) menée par l'armée américaine dans les plaines du sud de l'Oklahoma, sous les ordres des généraux William Tecumseh Sherman et Philip Sheridan, afin de s'assurer définitivement le contrôle de la région et la sécurité des colons. Elle prit le nom de "Red River war".
1875 - Black Hills : début de la seconde guerre des Sioux
Guerres indiennes : début de la campagne des Black Hills (Dakota du Sud). Suite à l'annonce de la découverte d'or dans la région en 1874, le territoire des Sioux Lakota est aussitôt assailli de milliers de colons avides de fortune — l'Amérique est alors en proie à une crise économique majeure —, dont l'établissement sauvage viole les droits. L'intervention de l'armée américaine est dès lors nécessaire. Le conflit (1876-77) culmina notamment lors de la fameuse bataille de Little Big Horn (25 juin 1876), qui vit les Sioux et Cheyennes des chefs Sitting Bull et Crazy Horse écraser les forces du général Custer.
25 juin 1876 - La bataille de Little Bighorn
La bataille de Little Bighorn voit s'opposer près de 1 500 guerriers amérindiens à plus de 500 soldats de la cavalerie américaine. Elle s'inscrit dans le cadre de la guerre des Black Hills, et se solde par une victoire des Amérindiens.
25 juin 1876 - Mort du général George Armstrong Custer
Le général de cavalerie américain George Armstrong Custer (né en 1839 à New Rumley, Ohio) est tué lors de la cuisante défaite de l'armée US dans la bataille de Little BigHorn (Dakota du Sud), face aux Sioux et Cheyennes de Sitting Bull et Crazy Horse. Bataille surnommée "le dernier soubresaut de Custer". Selon sa légende, controversée, s'étant fait les dents lors de la guerre de Sécession (1861-1865), il se spécialisa dans les guerres indiennes et massacra autant de squaws que l'Amérique de l'Union progressait vers l'Ouest. Ses expéditions se seraient résumées à de véritables boucheries — "les seuls bons Indiens que j'ai vus étaient des Indiens morts" —, une assertion que l'historiographie a revue depuis. Sitting Bull aurait dit de lui : "Custer était un chef brave. Les Indiens l'ont respecté et ne l'ont pas scalpé".
20 juillet 1881 - Reddition de Sitting Bull
Le 20 juillet 1881, le chef sioux Sitting Bull se rend à l'armée américaine, il est emprisonné deux ans. Il est à l'origine du soulèvement des Sioux contre les Américains, et il mena son armée à la célèbre bataille de Little Big Horn en 1876. Après sa reddition, il rejoint le spectacle de Buffalo Bill, avant de rejoindre une réserve, où il meurt assassiné par la police indienne le 15 décembre 1890.
4 septembre 1886 - Reddition du chef apache Geronimo
Poursuivi par plus de 5 000 hommes, Geronimo, chef de la tribu apache des Chiricahuas, dépose les armes pour la dernière fois. L'ensemble de la tribu est déporté vers la Floride. Geronimo fut l'un des symboles les plus forts de la résistance aux pionniers américains. En 1858, les Mexicains avaient attaqué le camp de Geronimo et massacré femmes et enfants. Pour venger l'assassinat des siens, le chef indien avait organisé pendant de longues années de multiples raids côté mexicain comme américain. Déporté dans une réserve une première fois, il avait repris ses attaques en 1885. Geronimo est mort le 17 février 1909, à l'âge de 80 ans.
8 février 1887 - L'Allotment Act est promulgué
Au lendemain de la défaite du chef apache Geronimo, une loi est votée par le Congrès afin de statuer sur l'avenir des territoires indiens. Presque tous les Indiens sont alors cloîtrés dans des réserves officielles, tandis que leurs anciennes terres sont parcellées et vendues.
15 décembre 1890 - La mort de Sitting Bull
Au cours de son arrestation par les autorités américaines et de la rixe qui s'ensuit, Sitting Bull et son fils Crow Foot sont abattus. Le chef des Sioux, surnommé "Taureau assis", est le symbole de la résistance aux Blancs qui convoitaient l'or de leurs terres. Il mena notamment la bataille de Little Bighorn (25 juin 1876), où le général Custer et le 7e régiment de cavalerie furent massacrés.
29 décembre 1890 - Massacre de Wounded Knee
Dans le Dakota du Sud, près de 400 Indiens sioux, principalement des femmes et des enfants, sont exterminés par les troupes nord-américaines. Le massacre de Wounded Knee met un terme aux guerres indiennes qui sévissent en Amérique du Nord depuis le début de la colonisation blanche au XVIIe siècle. Les Blancs déclarent dès lors la conquête des territoires de l'Ouest terminée.
17 août 1896 - Ruée vers l'or du Klondike
Le 17 août 1896 marque la découverte d'un gisement d'or dans la région du Yukon. Il s'ensuit une importante ruée vers l'Alaska et la rivière du Klondike, une terre pourtant inhospitalière. Plus de cent mille personnes vont tenter leur chance dans l'orpaillage ce qui permet indirectement au gouvernement McKinley de surmonter la crise financière et monétaire. Cette ruée se tarit à la fin de 1898 au moment du déclenchement de la guerre hispano-américaine.

XIXe siècle