La Reconquista espagnole : dates et résumé de la reconquête chrétienne

La Reconquista espagnole : dates et résumé de la reconquête chrétienne RESUME DE LA RECONQUISTA - La Reconquista désigne la reconquête par les chrétiens de l'Espagne occupée par les Musulmans depuis le VIIIe siècle. La Reconquista espagnole se termine vers 1492 avec la prise de Grenade.

Définition de la Reconquista espagnole - La Reconquista, ou Reconquête, désigne les siècles de luttes entreprises par les chrétiens espagnols contre les musulmans pour reconquérir le territoire. En effet, au VIIIe siècle, l'Espagne wisigothique est envahie par les Maures d'Afrique du Nord, qui conquièrent la quasi-totalité de la péninsule. Les quelques bastions chrétiens qui résistent dans le nord montagneux ne tardent pas à prendre les armes, étendant progressivement leurs frontières vers le sud. Il est fort probable que ces territoires épargnés aient permis de préserver, dans l'esprit des chrétiens, un sentiment de légitimité sur l'ancien royaume wisigothique. La Reconquista se prolonge jusqu'en 1492, date à laquelle les Rois Catholiques s'emparent de Grenade. Cette longue période de l'histoire espagnole a profondément marqué le pays, tant sur le plan politique et social que culturel.

L'invasion maure à l'origine de la Reconquista

Depuis le Ve siècle, la péninsule ibérique est occupée par les Wisigoths, peuple germanique qui, au service de l'empereur Honorius, a chassé du territoire les Vandales, les Alains et les Suèves (412). Le centre de leur royaume reste toutefois l'Aquitaine, jusqu'à ce que Clovis parvienne à les chasser en 507. Les Wisigoths se replient alors en Espagne et installent leur capitale à Tolède en 554. Mais après avoir unifié le royaume et instauré le catholicisme, les Wisigoths connaissent des crises successorales et un certain déclin économique qui aboutissent à l'invasion musulmane. En 711, le lieutenant berbère Tarik franchit le détroit de Gibraltar avec ses troupes et inflige une cuisante défaite au dernier roi wisigoth, Rodrigue. Les musulmans ne tardent pas à conquérir toute la péninsule, à l'exception des régions montagneuses du Nord (monts Cantabriques et Pyrénées occidentales). 

La résistance chrétienne et début de la Reconquista

Le premier épisode de résistance connu se déroule vers 722, date à laquelle Pélage, un descendant des rois wisigoths, forme un royaume dans les Asturies et prend les armes. La bataille qui se déroule alors à Cavadonga se clôt par la défaite des Maures. Cette première victoire chrétienne est considérée comme le point de départ de la Reconquista. L'épisode n'empêche pas le royaume musulman de s'enraciner davantage. En 756, l'omeyyade* Abd al-Rahman se proclame émir de Cordoue et rompt ainsi avec le califat de Damas. Toutefois, l'unification des territoires musulmans ne se concrétise qu'en 929, lorsque Abd-el Rahman III fait de l'émirat de Cordoue un califat. Le territoire connaît alors une grande prospérité, tant intellectuelle et artistique qu'économique.

*une dynastie arabe de califes gouvernant le monde musulman de 661 à 750 

Les chrétiens commencent à sortir des montagnes. Le gendre de Pélage, Alphonse, conquiert une grande partie de la Galice et du León. Sous le règne d'Alphonse III (866-910), les frontières du royaume des Asturies sont poussées jusqu'au fleuve du Douro, tandis que la capitale, jusque-là située à Oviedo, est installée à León. À sa mort, ses fils se partageront les terres. Ailleurs, la résistance chrétienne donne naissance à d'autres royaumes, comme celui de Navarre, formé en 830. Rassemblés sous la couronne de Sanche le Grand, roi de Navarre (1000-1035), tous ces territoires sont à nouveau morcelés par un partage successoral entre les fils de ce dernier. Les régions chrétiennes se composent alors des royaumes de León, de Navarre, de Castille et d'Aragon. Divisée, l'Espagne chrétienne n'est alors pas en position de force face aux Maures. En effet, certains royaumes se combattent les uns les autres et quelques rois n'hésitent pas à s'allier avec les musulmans pour préserver leurs intérêts. 

La Reconquista de la péninsule espagnole

Au début du XIème siècle, la situation s'inverse. Le califat de Cordoue se morcelle en différentes petites principautés maures indépendantes, appelées "royaumes de Taifas". Tandis que la domination maure s'affaiblit, le royaume de Castille devient particulièrement puissant avec l'annexion du León en 1037, sous Ferdinand Ier. Les conditions sont donc réunies pour faciliter la conquête du territoire par les chrétiens espagnols. D'autant plus que le pèlerinage de Compostelle ouvre le territoire chrétien au reste de l'Europe et lui apporte le soutien du pape et de la noblesse étrangère. C'est ainsi que le roi de Castille Alphonse VI, accompagné de quelques chevaliers français, se lance à l'assaut des Maures et parvient à s'emparer de Tolède en 1085. Face à l'ampleur de la progression, les princes musulmans des royaumes de Taifas appellent à l'aide les Almoravides, une dynastie berbère installée en Afrique du Nord. L'intervention de ces derniers aboutit à deux grandes défaites d'Alphonse VI, en 1086 et en 1108. Mais ces nouveaux occupants s'efforcent avant tout de réunifier les territoires sous domination musulmane et se préoccupent peu des royaumes chrétiens. 

Après la prise de Valence par Rodrigo Díaz, dit le Cid Campeador, en 1094, il faut attendre 1118 pour que la Reconquête chrétienne prenne un nouvel élan : Alphonse Ier le Batailleur, roi d'Aragon, multiplie les combats contre les Maures et parvient à s'emparer de Saragosse, qu'il érige immédiatement en capitale. Au milieu du XIIème siècle, les Almoravides sont supplantés par la dynastie almohade en Afrique du Nord. Ces musulmans réformateurs imposent alors leur domination sur les territoires maures espagnols. Irrémédiablement, les heurts avec les chrétiens ne tardent pas à se produire. Le plus violent d'entre eux se déroule à Alarcos en 1195, contre le roi de Castille Alphonse VIII, lequel essuie une terrible défaite. Mais cet épisode a des conséquences plutôt positives pour les chrétiens, qui, pour la première fois, décident d'unir leurs forces contre la présence musulmane. Cette union, à laquelle s'ajoute le soutien de l'énergique pape Innocent III, aboutit à l'éclatante victoire de la bataille de Las Navas de Tolosa en 1212. La puissance almohade ne se relève pas de cette défaite et les années suivantes seront marquées par les prises de Cordoue, de Valence et de Séville. À la fin du XIIIème siècle, les musulmans n'occupent plus que le royaume de Grenade

Frise de la Reconquista

L'Espagne chrétienne se reconstruit

Jamais véritablement unie au cours de la Reconquista, l'Espagne chrétienne de la fin du XIIIème siècle se construit progressivement. Le Portugal, qui s'est rendu indépendant du León en 1139, ne sera plus rattaché à l'Espagne. La Castille et l'Aragon restent les deux plus grands royaumes issus de la Reconquista. Sur le plan social, les différentes classes sont profondément marquées par ces siècles de reconquête. La noblesse espagnole se veut guerrière, fière, assoiffée d'indépendance tout en faisant preuve de tolérance ; le clergé dynamique voit comme une nécessité le fait de défendre la religion par la force ; et une communauté de petits propriétaires, à qui les souverains ont attribué des fueros, garanties et avantages offerts pour faciliter le repeuplement, défendront longtemps et ardemment leurs privilèges. Par ailleurs, les populations musulmanes et juives ne sont pas chassées du territoire et cohabitent avec les chrétiens. Cette coexistence favorise l'échange culturel. En effet, les grandes œuvres et pensées sont traduites par les uns et les autres, circulent et deviennent ainsi plus accessibles. C'est le cas par exemple de certains ouvrages d'Aristote ou d'Averroès.

La fin de la Reconquista en 1492 avec la prise de Grenade

Toutefois, jusqu'au XVème siècle, la péninsule connaît plusieurs crises intérieures liées aux successions ou aux mésententes entre la royauté et la noblesse. Les siècles de Reconquête ont en effet abouti à une Espagne politiquement divisée, qui ne sera unifiée qu'avec le mariage de Ferdinand V d'Aragon et d'Isabelle de Castille en 1469. Tant politique que religieuse, l'unification du pays aboutit finalement à la prise de Grenade en 1492, marquant ainsi la fin de la domination musulmane sur la péninsule. L'Espagne reste profondément marquée par ces sept siècles de combats sporadiques. La durée considérable de la Reconquista et cette irrégularité dans les combats s'expliquent notamment par la division des territoires chrétiens, dont les royaumes arrivent parfois à se combattre les uns les autres. Ce n'est qu'au cours du XIIème siècle que la Reconquête prend réellement des allures de croisade contre la présence musulmane. Après avoir encouragé l'unité religieuse du pays autour du catholicisme, la Reconquista s'achève finalement avec l'unification politique, réalisée au XVème siècle par les Rois Catholiques.

Les grandes dates de la Reconquista

Juillet 711 : Les musulmans à la conquête de l'Espagne
Le dernier roi wisigoth Rodrigue est battu sur le Rio Barbate par une expédition militaire berbère emmenée par le lieutenant Tarik. Sous les ordres du gouverneur arabe Musa ibn Nusayr, ce dernier était parvenu à franchir le détroit de Gibraltar afin d'entreprendre la conquête de l'Espagne. Leur percée spectaculaire anéantit le royaume wisigoth. En effet, presque toute la péninsule tombe bientôt sous l'égide musulmane. Seuls quelques bastions montagneux du nord y résistent.
722 : La bataille de Covadonga lance la Reconquista
Descendant des rois wisigoths, Pélage, ou Pelayo, est parvenu à soulever la population des Asturies contre la domination maure. Lorsque les troupes berbères se mettent en marche pour mettre fin à la rébellion, Pélage se prépare à combattre. La confrontation aboutit à une grande victoire de l'insurgé à Covadonga. Cet événement, symbole d'espoir pour les chrétiens soumis aux musulmans, serait l'élément déclencheur de la Reconquista espagnole.
15 mai 756 : Fondation de l'Emirat de Cordoue
Abd al-Rahman, de la dynastie des Omeyyades, s'empare du pouvoir à Cordoue et se fait nommer émir, donnant ainsi naissance à l'émirat de Cordoue. Abd al-Rahman Ier dote le pays d'une administration exemplaire. En 929, l'émirat de Cordoue devient un califat sous Abd al-Rahman III et se transforme en un formidable centre intellectuel et culturel musulman. Mais les régions montagneuses du nord restent chrétiennes.
1031 : Fin du califat de Cordoue
L'intolérance religieuse du calife al-Mansour, connu par les Occidentaux sous le nom d'Almanzor (981-1002), a plongé le califat de Cordoue dans une grave crise sociale. En effet, toutes les tendances musulmanes espagnoles en sont venues à se combattre les unes les autres. En 1031, le califat est irrémédiablement morcelé en plusieurs principautés, les royaumes de Taifas.
1037 : La Castille s'agrandit
Ferdinand Ier, roi de Castille (1035-1065), se lance à la conquête du León et annexe le royaume à son propre territoire. En 1054, il s'empare également de la province de Navarre, allant jusqu'à tuer son frère, Garcia IV, au cours de l'affrontement. Il parvient encore à prendre Coimbra aux Maures, en 1064, faisant de la Castille un royaume particulièrement puissant.
25 mai 1085 : Prise de Tolède par Alphonse VI
Le roi de León et de Castille Alphonse VI s'empare du royaume de Tolède, sous domination maure depuis 711. La conquête du León en 1037 par Ferdinand Ier avait rendu la Castille particulièrement puissante, lui permettant ainsi d'amorcer la Reconquista. Mais en 1086 et 1109, Alphonse VI essuie deux cuisantes défaites contre les Almoravides venus en renfort.
23 octobre 1086 : Défaite d'Alphonse VI contre les Almoravides
Face à la progression du roi de Castille, les princes musulmans des royaumes de Taifas appellent à l'aide les Almoravides, une dynastie berbère d'Afrique du Nord. La confrontation se déroule à Sagrajas et se clôt par la défaite d'Alphonse VI. En 1108, ce dernier connait une nouvelle déroute à Uclès.
1094 : Le Cid Campeador prend Valence
Vassal du roi de Castille Alphonse VI, Rodrigo Díaz, dit le Cid Campeador, parvient à s'emparer du royaume de Valence, alors sous la domination musulmane. Il en reste le gouverneur jusqu'à sa mort, en 1099. Le royaume résiste contre les Almoravides jusqu'en 1102, puis retombe sous la domination maure.
1118 : Prise de Saragosse par Alphonse Ier le Batailleur
Au cœur de la Reconquista, Alphonse Ier dit "le Batailleur", roi d'Aragon et de Navarre, s'empare de Saragosse avec l'aide de barons français. Il lui a fallu quatre années de combats contre les Maures pour remporter cette victoire. C'est d'ailleurs de ces multiples batailles qu'il tient son surnom. Alphonse Ier fait de Saragosse la capitale de l'Aragon. À sa mort en 1134, le royaume d'Aragon et le comté de Catalogne sont réunis.
1139 : Le Portugal érigé en royaume
Le comte du Portugal, Alphonse Ier le Conquérant, prend le titre de roi au lendemain de sa victoire contre les musulmans à Ourique. Il consacre ainsi son indépendance par rapport au royaume de León.
19 juillet 1195 : Défaite chrétienne à Alarcos
Tandis que les rois chrétiens espagnols poursuivent leur conquête, l'Afrique du Nord passe sous la domination des Almohades au détriment des Almoravides. La nouvelle dynastie musulmane ne tarde pas à intervenir en Espagne et inflige, grâce à Yakoub el-Mansour, une défaite terrible à Alphonse VIII de Castille, à Alarcos. Après l'événement, les chrétiens s'unissent contre les musulmans. La reconquête se transforme en véritable croisade insufflée par le pape Innocent III. Elle conduit à la grande victoire de Las Navas de Tolosa en 1212.
16 juillet 1212 : Bataille de Las Navas de Tolosa
Conduits par les seigneurs Sanche VII de Navarre, Pierre II d'Aragon et Alphonse VIII de Castille, les chrétiens espagnols battent les musulmans almohades en Andalousie. Près de 60 000 soldats arabes trouvent la mort dans les combats. Pour les catholiques, cette éclatante victoire marque une grande progression dans la reconquête de l'Espagne occupée par les musulmans depuis le VIIIème siècle. La bataille de Las Navas de Tolosa signe la fin de l'Espagne almohade et annonce le déclin de l'empire arabe en Espagne.
1236 : Cordoue tombe aux mains des chrétiens
Ferdinand III de Castille s'empare de Cordoue. En 1248, il parvient également à asseoir sa domination sur Séville.
1238 : Les chrétiens prennent le royaume de Valence
Jacques le Conquérant s'empare du royaume de Valence, occupé par les musulmans. Trois ans plus tôt, il était déjà parvenu à prendre les Baléares.
23 septembre 1343 : Mort de Philippe III de Navarre
Philippe III de Navarre était comte d'Evreux, et également "prince de sang royal français" car petit-fils du roi de France Philippe III. En 1328, à la mort de son cousin, Charles IV le Bel, il est couronné roi consort de Navarre. Il participe activement à la guerre de Cent Ans, contre les Anglais, ainsi qu'à la Reconquista lancée par le roi de Castille Alphonse XI. Lors du siège d'Algésiras dans le royaume de Grenade, il meurt d'une flèche reçue à la gorge.
1478 : Sixte IV autorise la désignation d'inquisiteurs espagnols
Le pape Sixte IV autorise le roi d'Espagne Ferdinand V et la reine Isabelle la Catholique à instituer dans leur pays une Inquisition dépendant de la Monarchie. Après la Reconquista, le but est de débusquer et de condamner les marranes (juifs convertis) qui continuent à pratiquer leurs rituels juifs en cachette. En 1492, débute la répression contre les juifs espagnols.
2 janvier 1492 : Fin du royaume maure de Grenade
Le royaume de Grenade, dernier bastion musulman d'Espagne, tombe aux mains des Rois Catholiques. L'abdication du sultan Boabdil met fin à sept siècles de présence musulmane en Espagne. Ferdinand d'Aragon et Isabelle de Castille font alors leur entrée dans la ville. Les combats menés depuis le VIIIe siècle contre les musulmans en vue de reconquérir les terres catholiques espagnoles, la "Reconquista", s'achève avec cette victoire. Les nouvelles frontières du pays définissent une Espagne à présent unifiée. A partir du mois de mars, l'unité se fait religieuse. Après les musulmans, la reine expulse tous les juifs d'Espagne.