Empire carolingien, fondé par Charlemagne, perdure de 800 à 843

Empire carolingien, fondé par Charlemagne, perdure de 800 à 843 EMPIRE CAROLINGIEN - Sous l'influence de Charlemagne, le royaume franc s'étend considérablement lors du VIIIe siècle, et se transforme en Empire carolingien en l'an 800. Il disparaît après une guerre de succession en 843.

Résumé de l'Empire Carolingien  - Grâce à sa position de maire de palais et à sa renommée familiale, Pépin le Bref, fils de Charles Martel, parvient à déposer le dernier roi mérovingien, et fonde une nouvelle dynastie à la tête du Royaume franc. Toutefois, celle-ci ne porte pas son nom, mais celui de son fils, le fameux Charlemagne, qui se fait couronner empereur d'Occident par le Pape en 800, après une série de conquêtes militaires menées au nom du christianisme. L'Empire a toutefois une courte durée, prenant fin en 843 suite au partage de Verdun entre les trois petits-fils de Charlemagne. Le titre impérial va, lui, perdurer jusqu'en 924.

Quand et comment commence la dynastie des Carolingiens ?

Au VIIe siècle, les royaumes barbares fondés après la chute de l'Empire romain sont en fort déclin, et l'aristocratie franque de l'époque mérovingienne n'échappe pas à cette règle. Les rois légitimes mérovingiens surnommés "rois fainéants" perdent peu à peu leur autorité, et les nobles maires de palais deviennent les nouveaux hommes forts. A l'origine simples intendants des rois, ils étendent leurs pouvoirs et fonctions, au point de devenir en capacité de les déposer et de les remplacer. En 751, le maire de palais de Neustrie, Pépin le Bref, fils du renommé chef militaire Charles Martel ayant arrêté l'expansion musulmane à Poitiers en 732, dépose le tout dernier représentant des Mérovingiens Childéric III estimant qu'il n'était pas à sa place. Parvenant à se faire reconnaître souverain du royaume franc par le pape Zacharie, Pépin le Bref, dit aussi Pépin III, fonde alors une nouvelle dynastie, les Carolingiens. A sa mort en 768, il lègue le royaume à son fils Charles Ier, mieux connu sous le nom de Charlemagne, qui en fera un empire dès l'an 800. Jusqu'en 771, Charles Ier partage le pouvoir avec son frère, Carloman Ier.

Quelles sont les dates de l'Empire carolingien ?

Roi guerrier soutenu par la papauté, Charles Ier agrandit nettement le royaume des Francs au cours des trois premières décennies de son règne, dans le cadre d'une série de conquêtes militaires, contre les Saxons et les Lombards notamment. Sauvant le pape Léon III d'un complot visant à l'assassiner, il se fait couronner empereur à Rome en 800 sous le titre de Charlemagne, rétablissant au passage l'Empire d'Occident. Cet empire dit carolingien (nom issu de Charles Martel et Charles Ier) est transféré à son fils Louis Ier ou Louis le Pieux en 814, puis est divisé en trois à la mort de cet héritier en 840. Après de violentes négociations, les fils survivants de Louis (Charles II, Lothaire Ier, Louis II) se partagent l'Empire avec la signature du traité de Verdun en 843. Dissous en trois royaumes, l'Empire prend donc fin. Néanmoins, le titre d'empereur d'Occident perdure jusqu'en 924, puis disparaît avec la mort de Bérenger Ier.

Quels sont les territoires conquis par Charlemagne ?

Juste avant de mourir en 768, son père Pépin le Bref avait obtenu la soumission des duchés d'Aquitaine et de Vasconie, pleinement intégrés au royaume par Charlemagne. A la demande de la papauté, ce dernier entreprend en 773 une guerre contre les Lombards qu'il remporte rapidement, annexant la moitié nord de l'Italie jusqu'à Rome. Il capitalise sur ce succès pour entamer en 776 une guerre acharnée contre les Saxons, dernier peuple païen indépendant de la région. Plusieurs campagnes jusqu'en 785 seront nécessaires pour les soumettre, dont leur fameux leader Widukind. En 778, Charlemagne lance également une expédition contre les Sarrasins, qui s'avère un net échec avec la bataille de Roncevaux. Quelques territoires sont cependant conquis par la suite, formant la "Marche espagnole". D'autres expéditions vont être menées contre les Frisons, les Bretons, les Bavarois et les Avars, contribuant à accroître encore l'étendue de l'Empire carolingien, dans les années 780 à 800. A la mort de Charlemagne en 814, le territoire impérial a doublé en taille, couvrant désormais presque un million de kilomètres carrés.

Soumission de Widukind
Charlemagne reçoit la soumission de Widukind en 777. © MARY EVANS/SIPA

Comment est administré le territoire de l'Empire carolingien ?

Au-delà des conquêtes, Charlemagne est aussi un dirigeant réformateur, qui légifère beaucoup. L'Empire est divisé en 300 comtés. Ils ont à leur tête des "missi dominici", des institutions bicéphales (composées d'un comte et d'un évêque) en charge d'appliquer les ordres religieux et séculiers de Charlemagne sur son vaste territoire. Des écoles sont créées dans chaque évêché pour enseigner le calcul et la grammaire, et l'écriture du latin médiéval est uniformisée sur tout le territoire. La minuscule caroline, une nouvelle façon d'écrire, est inventée pour faciliter la lecture. Une réforme monétaire est par ailleurs entreprise, afin de remplacer l'or par une monnaie frappée avec un minerai plus abondant : l'argent. L'objectif est de faciliter les transactions, et donc le développement du commerce. D'autres mesures sont prises, comme l'entretien régulier des routes, et l'autorisation des foires et marchés. Sous le règne de Charlemagne, le pays assiste à une vraie "renaissance carolingienne" avec la multiplication de bibliothèques, d'œuvres d'art et de monuments.

Quelle langue est parlée dans l'Empire carolingien ?

L'Empire carolingien est dirigé par la noblesse franque salienne, un peuple germanique vivant à l'origine sur les rives du Rhin avant de migrer vers le sud-ouest, qui est parvenu à s'imposer en Gaule suite à la chute de l'Empire romain. Adoptant la culture gallo-romaine assez rapidement, les Francs abandonnent le culte païen et entament une conversion au christianisme durant le règne de Clovis. Si les Mérovingiens parlaient le vieux francique, les Carolingiens passent sous Charlemagne au francique rhénan, un dialecte assez proche et servant de langue locale à Aix-la-Chapelle, où la capitale de l'Empire est établie.

Quelle est la place de la religion dans l'Empire carolingien ?

L'Empire carolingien est marqué par une alliance durable entre le politique et le religieux, et par le pacte noué entre les rois carolingiens et la papauté pour se renforcer mutuellement. Sous le règne de Charlemagne, de nombreux monastères sont ainsi créés, le paiement de la dîme est imposé sur l'ensemble du territoire dès 779, et le baptême est rendu obligatoire pour tous les enfants de moins d'un an dans les évêchés. La conversion au christianisme est imposée dans les territoires conquis, surtout en Saxe, et le paganisme interdit. Dans le cadre de la querelle du Filioque entre l'Église romaine et l'Église grecque, Charlemagne ordonne l'insertion du Filioque dans le Credo, malgré la désapprobation de Rome. La théologie se développe fortement.

Comment prend fin l'Empire carolingien ?

La mort de Louis le Pieux, héritier de Charlemagne, entraîne une guerre de succession entre ses fils qui veulent se partager l'Empire, alors que le clergé souhaitait maintenir son unité et que Lothaire (le fils aîné) pensait régner seul. Après des années de guerre civile, le traité de Verdun signé en 843 consacre le partage du territoire : Charles II obtient la Francie occidentale, Lothaire Ier la Francie médiane, et Louis II la Francie orientale. L'Etat créé par leur grand-père Charlemagne disparaît de facto. Subissant des attaques vikings et arabes intempestives, minés par les querelles entre les frères et leurs descendants, et frappés par des morts rapides et des règnes courts, ces trois territoires ne se maintiennent pas. La lignée s'éteint au milieu du Xe siècle, et la dynastie carolingienne avec.

Traité de Verdun
Carte de l'Empire carolingien lors du partage de Verdun en 843. © imageBROKER.com/SIPA

Quels sont les points communs entre l'Empire byzantin et l'Empire carolingien ?

L'Empire byzantin et l'Empire carolingien sont deux empires chrétiens, dirigés de façon centralisée depuis leurs capitales Aix-la-Chapelle et Constantinople. Dans les deux cas de figure, l'empereur est chef des armées, appuyant son autorité grâce aux victoires militaires, et garant de l'unité religieuse du territoire. Les décisions sont déployées dans les provinces et comtés par des gouverneurs ou missi dominici. Les deux empires partagent également un goût prononcé pour le développement de l'éducation et des arts. 

Les dates clés de l'empire carolingien

22 octobre 741 - Mort de Charles Martel
Homme d’Etat et chef militaire, Charles Martel est une figure influente du VIIIe siècle, qui occupe les fonctions prestigieuses de maire des palais de Neustrie et d’Austrasie. Il remporte la bataille de Poitiers en 732 contre les armées omeyyades désirant s’emparer de la Francie, ce qui lui vaut une renommée au-delà des frontières et l’intérêt de la papauté. A sa mort, il obtient le privilège de reposer dans la basilique royale de Saint-Denis.
Novembre 751 - Pépin le Bref, roi des Francs
Dix ans après la mort de Charles Martel, son fils Pépin le Bref dépose le roi mérovingien Childéric III et prend sa place. Bénéficiant du soutien du pape Zacharie, il se fait proclamer roi des Francs en 751. Cet épisode marque la fin de la dynastie mérovingienne et le début d’une nouvelle lignée franque, qui prendra plus tard le nom des Carolingiens.
28 juillet 754 - Pépin le Bref est une nouvelle fois sacré
A la demande du pape Etienne II, qui remplace Zacharie en 752, Pépin le Bref mène une campagne militaire victorieuse en Lombardie. Le traité de Quierzy est signé en 754, et les Etats pontificaux naissent deux ans plus tard, grâce aux donations de terres par Pépin. En remerciement, le pape le sacre à nouveau roi des Francs, et lui confère le titre de patrice des Romains. Le lien entre la papauté et la nouvelle dynastie en sort encore renforcé.
25 septembre 768 - Mort de Pépin le Bref
Consacrant la fin de son règne à la consolidation du royaume dans le Sud, avec la prise de la Septimanie en 759 et de l’Aquitaine en 768, Pépin le Bref meurt de maladie à l’âge de 54 ans. Il bénéficie comme son père d’une inhumation à Saint-Denis. Son royaume est alors légué à ses fils, Carloman et Charlemagne, qui se déchirent pour le partage des terres.
4 décembre 771 - Charlemagne prend le pouvoir
La mort rapide en 771 de Carloman permet à Charlemagne de s’emparer de l’ensemble du Royaume, en profitant de l’occasion pour évincer ses neveux en bas âge, qui finiront plus tard enfermés à vie dans un monastère. Il devient seul et unique roi des Francs, avec la bénédiction de l’archevêque Wilcharius de Sens.
774 - Charlemagne confirme les Etats pontificaux
La donation de Pépin est confirmée à Rome par Charlemagne, face au nouveau pape Adrien Ier. L’autorité temporelle de la papauté sur les Etats pontificaux est confirmée. Par la suite, ces derniers vont s’étendre au fil des conquêtes et des donations.
15 août 778 - Mort de Roland au col de Roncevaux
En 778, une expédition militaire est organisée contre l’émirat de Cordoue en Espagne, confiée au grand guerrier Roland, chargé jusqu’ici de la défense de la frontière du royaume des Francs avec la Bretagne. Ce proche ami, et réputé neveu, de Charlemagne meurt lors d’une attaque-surprise des Vascons (Basques), à la bataille de Roncevaux.
781 - Alcuin se charge de l’école de Charlemagne
En 781, le savant et théologien anglais Alcuin rencontre Charlemagne à Rome, qui l’invite à le rejoindre à Aix-la-Chapelle, la capitale impériale. S’imposant rapidement comme le principal conseiller de l’empereur, il prend la tête de l’école palatine, une institution fondée par Charlemagne dans le désir de fournir un enseignement de qualité à son administration. C’est le début de la "renaissance carolingienne" au sein du vaste royaume, qui verra par la suite de nombreuses écoles épiscopales et bibliothèques être créées.
799 - Charlemagne annexe la Dalmatie
Située entre l’Empire d’Orient des Byzantins et l’Empire d’Occident des Carolingiens, la Dalmatie est une région croate charnière entre les grandes puissances de cette époque. Elle est envahie par Charlemagne en 799, puis définitivement conquise en 803. Cette invasion franque provoque une longue guerre navale avec Constantinople, qui ne prendra fin qu’en 812 avec la signature de la Pax Nicephori.
25 décembre 800 - Sacre de Charlemagne
Avec les nombreuses conquêtes réalisées par Charlemagne au cours de son règne, le royaume carolingien finit par englober la quasi-totalité de l’Occident chrétien. La puissance du dirigeant est telle que l’idée d’un empire finit par émerger dans la tête des personnalités politiques et religieuses. Le complot raté contre le pape Léon III en 799 précipite les choses : Charlemagne est sacré empereur d’Occident en 800. Un couronnement impérial que refuse de reconnaître l’Empire byzantin, le considérant comme une usurpation.
28 janvier 814 - Mort de Charlemagne
Charlemagne, l'empereur d'Occident, meurt à l'âge de 72 ans à Aix-la-Chapelle, d’une apparente pneumonie aiguë. Son fils Louis le Pieux lui succède avec le titre impérial, mais une guerre de succession commence rapidement pour le contrôle du territoire.
22 juin 841 - Le partage de l'Empire de Charlemagne
A la bataille de Fontenoy-en-Puisaye, dans l'Auxerrois, les petits-fils de Charlemagne se disputent l'Empire. Lothaire, héritier légitime, est vaincu par ses frères Louis le Germanique et Charles le Chauve. Il devra accepter le traité de Verdun de 843, par lequel Charles obtient la partie francophone et Louis la partie germanophone. Les nations qui ressortiront de ce conflit seront les embryons de l’Allemagne, de la France et de l’Italie.
14 février 842 - Serments de Strasbourg
Charles le Chauve et Louis le Germanique, les petits-fils de Charlemagne, échangent les "Serments de Strasbourg". Par ce traité d'assistance mutuelle, ils s'unissent contre leur frère aîné, Lothaire, empereur d'occident. Pour la première fois, un document officiel est rédigé en langue populaire et non en latin. Louis le Germanique prononce le serment en langue romane et Charles le Chauve en langue tudesque, l'ancêtre de l'allemand. Les deux frères alliés battront Lothaire à Fontenay-en-Puisaye, dans l'actuelle Bourgogne, le 25 juin 842.
843 - Le territoire belge divisé par le traité de Verdun
Au lendemain du traité, le territoire est partagé entre la Francie et la Lotharingie. C’est ainsi que la Flandre, au nord, revient à Charles le Chauve, tandis que la Wallonie s’intègre aux territoires de Lothaire Ier. Ces derniers seront toutefois attribués au Saint-Empire romain germanique quelques années plus tard.
22 novembre 845 - Indépendance de la Bretagne
Le Breton Nominoë bat les troupes du roi Carolingien Charles le Chauve à ballon près de Redon. Pour le roi, cette défaite marque l'échec de la conquête de la Bretagne. Celle-ci devient indépendante du royaume. Elle le restera pendant près de 7 siècles.
10 avril 879 - Mort de Louis II le Bègue
Le roi de Francie occidentale, malade depuis plusieurs mois s'éteint à Compiègne à l'âge de 33 ans. Louis II le Bègue surnommé aussi Louis II le Fainéant, n'aura régné que 16 mois sur la France. Ses fils, Louis III et Carloman, deviennent respectivement roi de Neustrie et roi d'Aquitaine et de Bourgogne.
28 novembre 885 - Début du siège de Paris par les Normands
Depuis la moitié du IXᵉ siècle, les Parisiens doivent faire face aux attaques des Vikings qui n’hésitent pas à brûler la ville, comme ce fut le cas en 856. Cette fois-ci, la stratégie des Normands est différente : ils décident de faire le siège de la ville. Paris résistera ainsi pendant près de deux ans notamment grâce à Eudes. Finalement c’est le versement d’une forte rançon par Charles le Gros qui permet aux hostilités de cesser.
13 janvier 888 - Mort du roi Charles III le Gros
L'empereur d'occident et roi des Francs Charles le Gros meurt à Neidingen sans héritier légitime. Eudes, fils de Robert le Fort, qui a combattu avec vaillance l'invasion normande en Francie occidentale, sera désigné comme son successeur. Eudes sera proclamé roi des Francs de l'Ouest le 29 février et régnera jusqu'en 898.
20 juillet 911 - Traité de Saint-Clair-sur-Epte
Alors que depuis un siècle les Normands allaient de victoire en victoire et occupaient une partie de la Neustrie, ils subissent une défaite près de Chartres face à Charles le Simple. Cette nouvelle situation permet à ce dernier d’affirmer son pouvoir, mais aussi d’ouvrir des négociations avec les "envahisseurs". Il en résulte la création d’un nouveau duché : la Normandie. Le normand Rollon obtient le pouvoir sur cette région en échange de la reconnaissance du roi de France dont il dépend. Il promet aussi de se convertir au catholicisme. Dotés d’un territoire qui recouvre approximativement l’actuelle Haute-Normandie, les Normands se franciseront et étendront leurs frontières rapidement.
7 octobre 929 - Mort de Charles III le Simple
Le roi de France meurt à Péronne prisonnier d'Herbert de Vermandois. Roi depuis 893, il avait été destitué dès 922 et incarcéré par les Robertiens. Son successeur sera Robert 1er.
2 mars 986 - Mort de Lothaire III
Le roi des Francs meurt à l'âge de 45 ans, suite à une épidémie fulgurante. Il est inhumé à la cathédrale Saint-Rémy de Reims. Son fils Louis V lui succède. Il ne régnera qu'une seule année.