Guerre du Vietnam : dates, résumé, rôle des USA, nombre de morts

Guerre du Vietnam : dates, résumé, rôle des USA, nombre de morts La guerre du Vietnam a vu s'affronter le Nord-Vietnam, soutenu par le bloc communiste, et le Sud-Vietnam, soutenu par les États-Unis, qui interviennent militairement de 1965 à 1973. La guerre du Vietnam se termine en 1975.

Résumé de la guerre du Vietnam - De 1955 à 1975, la guerre du Vietnam est la plus longue guerre du XXe siècle, mais aussi la plus complexe sur le plan géopolitique. En pleine Guerre froide, la guerre du Vietnam naît de situations conflictuelles à effets domino dont l'origine remonte aux années 1930. Au lendemain de la guerre de d'Indochine (1946-1954), le territoire de l'Indochine française est partagé en quatre états : le Laos, le Cambodge, le Nord-Vietnam et le Sud-Vietnam. Le conflit vietnamien a pour théâtre le Nord-Vietnam sous domination soviétique, et le Sud-Vietnam sous influence occidentale. À la fin des années 1950, l'agitation communiste au Sud, menée par le Viet Cong, le front national de libération (FNL), inquiète l'hégémonie occidentale et provoque l'intervention armée américaine en 1965. Cela a pour conséquence un soulèvement régional à retombées multiples, ainsi que des pertes humaines effroyables. Finalement, sous la pression populaire internationale, l'armée américaine se retire en 1973. La guerre prend fin quand le Nord-Vietnam s'empare de Saïgon, la capitale du Sud. Réunifié, le Vietnam devient la République Socialiste du Vietnam en 1975.

Quelles sont les causes de la guerre du Vietnam ?

La guerre du Vietnam intervient en pleine Guerre froide, alors que le monde est divisé en deux blocs : le bloc communiste à l'est et le bloc capitaliste à l'ouest. Des crises internes secouent les deux blocs, ce qui favorise les mouvements de décolonisation impulsés au XXe siècle et amplifiés avec l'expansion du communisme en Asie. La rébellion communiste qui secoue le Sud-Vietnam en 1955 est d'ailleurs sous-jacente depuis 1930 avec la création du Viêt Minh, ligue pour l'indépendance du Vietnam, en 1941. La principale cause de la guerre du Vietnam provient du découpage du Vietnam réalisé à la fin de la guerre d'Indochine (1946-1954). Cette séparation favorise un régime autoritaire au Sud-Vietnam incarné jusqu'en 1963 par le président Ngô Dinh Diêm. Le mouvement insurrectionnel du front national de libération (Viet Cong) n'est donc pas seulement idéologique, il est aussi structurel, conjoncturel et inévitable.

Quels pays ont combattu au Vietnam ?

Guerre du Vietnam photo
Bataille de Dak To (1967) © LE CAMPION/SIPA

Pendant quatre ans, de 1955 à 1959, l'intervention étrangère au Vietnam se limite au soutien respectif des États-Unis avec ses alliés pour le Sud-Vietnam, et de l'URSS avec sa principale alliée, la Chine, pour le Nord-Vietnam. Mais la présence américaine dès les années 1960 met le feu aux poudres. Elle a pour effet de durcir le ton au Vietnam et de multiplier les guérillas en Asie, comme au Laos et au Cambodge. Outre la puissante armée sud-vietnamienne, pour combattre le Viet Cong, les États-Unis obtiennent le soutien armé de la Corée du Sud et de la Thaïlande. Aux côtés de l'URSS et du président du Nord-Vietnam, Hô Chi Minh, la Chine offre un soutien d'abord financier, puis armé.

Comment les États-Unis sont intervenus au Vietnam ?

L'américanisation du Sud-Vietnam commence au début des années 1960 sous la présidence Kennedy. En 1963, le coup d'éclat des moines bouddhistes, en réaction aux années de discriminations policières envers la population bouddhiste, provoque une nouvelle crise au sein d'une guerre civile alors en voie d'apaisement. Sous la présidence Johnson cette fois, les États-Unis rompent leurs relations avec le président Diêm (assassiné la même année), puis renforcent leur présence dans le Sud "pour faire échec au communisme". En août 1964, des navires nord-vietnamiens et américains échangent quelques tirs. C'est le début de l'escalade de l'intervention américaine. Dès 1965, les Etats-Unis bombardent massivement le Nord-Vietnam afin de désarmer et désorganiser les combattants. Puis dans le but de les affamer et de supprimer le couvert végétal, l'armée lâche des défoliants chimiques et du napalm, aux effets ravageurs sur la population.

Comment s'est terminée la guerre du Vietnam ?

Manifestation Vietnam
Manifestation à New York © DALMAS/SIPA

À partir de 1967, la médiatisation des guérillas et des pertes humaines secoue moralement le monde occidental et surtout les États-Unis. Le pays ne compte plus les manifestations contre la guerre du Vietnam. Finalement, face à l'extrême combativité des Nord-Vietnamiens et à la pression internationale, en janvier 1973, les accords de Paris sont signés et les Américains se retirent du pays. Après le retrait des Etats-Unis, la guerre du Vietnam se termine officiellement en 1975 avec la capitulation du Saïgon face aux troupes du Nord-Vietnam. La ville est baptisée Hô-Chi-Minh-Ville et le pays peut entamer sa réunification. Encore vif aujourd'hui, le "syndrome vietnamien" secoue très fortement l'opinion publique internationale et ternira longtemps l'image américaine. À l'Est, l'URSS tire profit du repli américain pour entamer une politique agressive dans le tiers monde. Les conséquences de cette guerre sont économiques (le dollar s'effondre), mais surtout humaines et matérielles (destruction de nombreuses villes, infrastructures et surfaces agricoles au Vietnam...).

Combien de morts ont été dénombrés au Vietnam ?

Les pertes humaines, militaires et civiles sont considérables. Du côté américain, on dénombre près de 60 000 morts et 350 000 blessés et mutilés. Du côté sud-vietnamien, près de 700 000 morts, dont 430 000 civils, ajoutés aux 1,8 million de blessés et mutilés. Du côté nord-vietnamien, ce sont près de 1 million de soldats qui sont tués, ajoutés aux 900 000 blessés et mutilés. Entre 1945 et 1975, conflit Indochine et Vietnam inclus, ce sont près de 4 millions de civils qui ont perdu la vie, sans compter les guérillas qui ont suivi.

Quels films traitent de la guerre du Vietnam ?

Aux États-Unis, les réalisateurs de fictions n'attendent pas la fin du conflit pour s'exprimer sur le cas Vietnam. Sur grand écran, Les Bérets Verts, de Ray Kellogg et John Wayne, sort dès 1968. Mais ce sont surtout Le Merdier (1978) de Ted Post avec Burt Lancaster, Voyage au bout de l'enfer (1978) de Michael Cimino avec Robert De Niro, ou encore Apocalypse Now (1979) de Francis Ford Coppola, qui marquent les esprits. Avec Sylvester Stallone, la saga Rambo paraît en cinq éditions de 1982 à 2019. Un premier palmarès auquel il faut ajouter plusieurs films d'Oliver Stone, dont Platoon (1986). Citons encore Forrest Gump (1994) de Robert Zemeckis, Nous étions soldats (2002) avec Mel Gibson, ou encore Secours à l'aube (2006) de Werner Herzog.

Guerre du Vietnam : dates clés

11 décembre 1961 - Première intervention américaine au Vietnam
Un porte-avion américain transportant deux escadrilles d'hélicoptères débarque à Saïgon. Pour la première fois l'armée américaine aide directement les sud-vietnamiens dans leur combat contre le guérilla communiste.
11 juin 1963 - Un bonze bouddhiste s'immole par le feu
Pour protester contre le régime dictatorial pro-américain du président vietnamien Ngô Dinh Diêm, un bonze bouddhiste s'immole par le feu à Saïgon (Vietnam du sud). D'autres immolations publiques suivront et les mouvements d'opposition seront sévèrement réprimés par le pouvoir. En novembre 1963, un coup d'Etat renverse le gouvernement de Ngô Dinh Diêm qui sera fusillé.
2 et 4 août 1964 - Les incidents du golfe du Tonkin
Des navires nord-vietnamiens et deux bâtiments américains échangent des tirs de canons. Cet évènement marque le début de l'intervention américaine au Nord-Vietnam.
7 février 1965 - Les Américains bombardent le Nord-Vietnam
Le 7 février 1965 a lieu la première décision choc des États-Unis, la plus critiquée aussi. Le président Johnson prend prétexte d'un accident naval survenu dans le golfe du Tonkin en août 1964 (échange de tirs de canons entre torpilleurs nord-vietnamiens et destroyers américains) pour décider officiellement de l'engagement américain dans la guerre et lancer les premiers bombardements sur le Nord-Vietnam. Le but de la coalition entre les Etats-Unis et le Sud-Vietnam est de couper le ravitaillement en armes et en carburant du Nord. Dès le mois de mars, les marines américains débarquent au Vietnam.
29 juin 1966 - Premiers raids américains au Vietnam
Le 29 juin 1966 constitue une nouvelle escalade de violence dans la guerre opposant les États-Unis et leur allié sud-vietnamien dans un Nord-Vietnam très organisé. Ce jour-là, le président Johnson déclenche les premiers raids aériens sur les villes de Haiphong et Hanoï, provoquant de terrifiantes pertes humaines. Les dépôts de carburants de Hanoï et de Haïphong sont visés.
3 septembre 1969 - Mort de Hô Chi Minh
Grande figure du nationalisme, artisan initial de l'indépendance vietnamienne et de l'instauration d'un régime communiste au Vietnam, Hô Chi Minh meurt le 3 septembre 1969 à 70 ans, en pleine guerre du Vietnam. Symbole de la lutte contre l'impérialisme américain, l'homme d'État donnera son nom à la capitale du Sud-Vietnam en 1975. La biographie d'Hô Chi Minh
20 novembre 1969 - Les Américains s'opposent à la guerre du Vietnam
A Washington une manifestation spectaculaire contre la poursuite du conflit au Viêt-Nam réuni 250 000 personnes. La colère gronde en Amérique depuis la révélation faite par le "New-York Times" du massacre de plusieurs centaines de vietnamiens dans le village de My Lai, au sud du pays, par des soldats américains. Face aux accusations de crimes de guerre, des commissions d'enquêtes officielles seront envoyées à Saïgon afin de mener l'enquête. L'armée américaine imposera à tous les inculpés du massacre de May Lai de garder le silence.
3 mai 1971 - Gigantesque sit-in à Washington
En 1968, les premiers pourparlers de paix s'enlisent, engendrant les interrogations des experts, des journalistes et de la population occidentale. La majorité des Américains est opposée à la guerre du Vietnam et la médiatisation souvent virulente du conflit ajoute à la pression qui pèse sur les décideurs américains. Le 3 mai 1971, un gigantesque sit-in de 500 000 personnes est organisé à Washington, sous la houlette de célébrités, comme l'actrice Jane Fonda. 7 000 personnes seront arrêtées par les forces de l'ordre ce jour-là.
8 juillet 1972 - Jane Fonda débarque au Nord Vietnam
L'actrice américaine effectue un séjour de deux semaines à Hanoï pour dénoncer la politique américaine au Vietnam. Sur "Radio Hanoï" elle exhortera les G.I. américains à cesser les bombardements sur le Nord Vietnam. Elle ira même jusqu'à à monter sur le siège d'un canon anti-aérien nord-vietnamien coiffée d'un casque militaire. L'action de Jane Fonda au Vietnam sera violemment dénoncée par la classe politique américaine qui verra en elle le symbole de l'antipatriotisme.
27 janvier 1973 - Signature des accords de Paris
La date du 27 janvier 1973 concrétise l'aboutissement des négociations entreprises cinq ans plus tôt. Ce jour-là, le cessez-le-feu des Accords de Paris met officiellement fin à la présence américaine au Vietnam. Les Etats-Unis ont en effet 60 jours pour retirer leurs troupes du pays. En échange, les prisonniers du Vietnam sont libérés. Cette date ne marque cependant pas la fin de tous les conflits entre le Nord et le Sud-Vietnam, qui dureront encore deux ans avant la réunification du pays.
30 avril 1975 - La capitulation de Saïgon
Le gouvernement du Sud-Vietnam capitule après l'entrée des troupes du Nord-Vietnam et du Viêt-cong dans Saïgon. La capitale du Sud-Vietnam est rebaptisée Hô-Chi-Minh-Ville, du nom de l'ancien leader communiste vietnamien. Le pays, divisé au cours de la première guerre d'Indochine contre les Français en 1954, est définitivement réunifié sous l'autorité du gouvernement communiste de Hanoï.