Guerre d'Indochine : 1946-1954, résumé, morts, dates du conflit

Guerre d'Indochine : 1946-1954, résumé, morts, dates du conflit La guerre d'Indochine est un conflit qui a opposé la France au Vietminh de 1946 à 1954. La défaite de la France entraîne la fin de l'Indochine française et la division du Vietnam : la République démocratique du Vietnam et le Sud-Vietnam.

Résumé de la guerre d'Indochine - Également appelé "guerre d'indépendance d'Indochine", le conflit, qui s'est déroulé de 1946 à 1954, fait partie des affrontements majeurs de l'histoire de la France au XXe siècle. Le 19 décembre 1946, plus d'un an après la fin de la Seconde Guerre mondiale, la France subit le premier revers de sa politique coloniale lorsque le parti communiste vietnamien (Vietminh) de Hô Chi Minh lance une offensive générale afin de s'emparer de la ville d'Hanoï. Commence alors un conflit armé entre le Vietminh et l'Union française qui durera près de huit ans et fera 500 000 victimes. Il s'achèvera par la défaite de la France à Diên Biên Phu le 7 mai 1954 et la signature des accords de Genève, qui sonnent la fin de l'Indochine et la première étape de la décolonisation française. Mais le Vietnam n'en a pas fini avec la guerre, puisque dès 1955 les conflits reprennent entre les deux nouveaux Etats : la République démocratique du Vietnam et le Sud-Vietnam. C'est rapidement le début de la guerre du Vietnam.

Pourquoi la guerre d'Indochine a-t-elle eu lieu ?

Guerre d'Indochine photo
Chute de Diên Biên Phu © UNIVERSAL PHOTO/SIPA

L'Indochine, qui n'existe plus aujourd'hui, correspondait à un rassemblement de plusieurs provinces asiatiques aujourd'hui connues sous le nom de Vietnam, Laos et Cambodge. Cet ensemble de régions appartenait à l'empire colonial français qui imposait un régime politique et économique particulièrement austère à l'égard des locaux. Ce régime, associé au fait que chacune des régions était administrée différemment, a provoqué le soulèvement de la population, et favorisé le développement des groupes nationalistes. De plus, la région indochinoise a été particulièrement touchée par les conflits de la Seconde Guerre mondiale avec l'occupation japonaise. La famine y a notamment fait des ravages. Lorsque l'organisation communiste appelée Vietminh prend le pouvoir dès août 1945 avec le retrait du Japon, la France tente de trouver un accord pour garder le contrôle de la région, en vain. La guerre est finalement déclarée après les bombardements français sur Haiphong le 23 novembre 1946. Le Vietminh, refusant de se soumettre, délivre la ville d'Hanoï le 19 décembre.

Qui a combattu lors de la guerre d'Indochine ?

La guerre d'Indochine a opposé les troupes françaises aux troupes du Vietminh, un regroupement de communistes et de nationalistes vietnamiens. Ces derniers, menés par Hô Chi Minh, revendiquent l'indépendance du Vietnam et entame une guérilla contre l'occupant. Affaiblie par la Seconde Guerre mondiale et la guérilla incessante des indépendantistes, l'armée française fait appel à l'aide américaine vers 1950. La France ne parvient pourtant pas à vaincre le Vietminh qui est largement soutenu par la Chine communiste depuis 1949. Le conflit se transforme alors en croisade anticommuniste en pleine Guerre froide. Du côté des combattants, plusieurs dizaines de milliers d'Africains ont été intégrés aux troupes françaises au cours de la guerre d'Indochine, notamment des Algériens, des Sénégalais et des Marocains.

Quel a été le rôle de la France lors de la guerre d'Indochine ?

Lors de la guerre d'Indochine, c'est l'Union française (organisation politique coloniale) qui, à travers sa politique d'austérité auprès de la population d'Indochine, joua un rôle décisif dans la création d'un regroupement nationaliste. Le 23 novembre 1946, suite à l'assassinat de plusieurs douaniers français, l'armée française bombarde Haïphong et fait près de 6 000 morts. Le but était de donner une leçon au Vietminh et de mettre un terme définitif à leur volonté d'indépendance. Cet acte met à l'inverse le feu aux poudres, et provoque, moins d'un mois plus tard, le début de la guerre d'Indochine avec un soulèvement du Vietminh à Hanoï. La France va ensuite tenter par tous les moyens de mettre un terme à la rébellion des indépendantistes pour conserver le contrôle de la région, sans succès. Elle perd le conflit en 1954.

Combien de morts ont été dénombrés lors de la guerre d'Indochine ?

La guerre d'Indochine a fait plus de 500 000 morts au total. Des deux parties, c'est l'Union française qui compte le moins de victimes, avec 75 581 morts, 64 127 blessés et 40 000 prisonniers. Du côté des troupes d'Indochine, le bilan s'avère encore plus lourd avec plus de 300 000 morts, plus de 400 000 blessés et près de 100 000 prisonniers. Quant aux civils, ils sont environ 150 000 à avoir perdu la vie. C'est ainsi que la guerre d'Indochine s'inscrit comme l'un des conflits les plus longs et les plus meurtriers depuis la Seconde Guerre mondiale.

Guerre d'Indochine : CHRONOLOGIE

25 août 1945 - Le Vietminh prend le pouvoir au Vietnam
Les bombardements atomiques sur Nagasaki et Hiroshima poussent le Japon à la capitulation. L'empereur vietnamien Bao Dại qui perd alors sa protection japonaise, est affaibli. Le 25 août 1945, le Vietminh renverse l'Empire vietnamien et proclame un gouvernement révolutionnaire. Bao Dại doit abdiquer. Le gouvernement dirigé par Hô Chi Minh offre à l'ancien empereur un poste de conseiller suprême. Au retour des Français, Bao Dại est caché par le Vietminh.
2 septembre 1945 - Hô Chi Minh proclame l'indépendance du Vietnam
Le Vietminh a été créé en 1941 par d'anciens dirigeants du parti communiste indochinois. Le mouvement met rapidement en place un gouvernement révolutionnaire avec Hô Chi Minh à sa tête, profitant de la capitulation du Japon et de l'incapacité des Français à reprendre le pouvoir.
6 mars 1946 - Le France reconnaît le Vietnam
Par la convention à Hanoï, la France reconnaît la toute nouvelle République Démocratique du Vietnam, en échange de quoi le Vietnam reste lié à la France au nom de l'Union Française, scellée en 1887.
27 août 1946 - Le Protectorat français du Laos devient un état centralisé, le Royaume du Laos
Le 27 août 1946, le Protectorat français du Laos, une des composantes de l'Indochine française, devient le Royaume du Laos, suite à un traité passé entre le roi Sisavang Vong et la France. Cet accord, qui fait suite à l'instabilité politique qui règne au Laos depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, prévoit une unification du pays sous l'égide du souverain, et une plus large autonomie au sein de l'Union française. L'abolition de la monarchie en 1975 verra la disparition du Royaume du Laos au profit de la République démocratique populaire du Laos.
23 novembre 1946 - Bombardements français sur Haiphong
Sous l'impulsion de l'amiral Thierry d'Argenlieu, les troupes françaises tentent de reprendre la ville d'Haiphong au Vietminh (Front d'indépendance du Vietnam). Le grand port de la ville est bombardé et plusieurs quartiers annamites et chinois sont détruits. Plusieurs milliers de personnes perdent la vie. Irrémédiablement, la guerre d'Indochine éclate. Le conflit s'enlisera jusqu'au retrait des troupes françaises et la proclamation de l'indépendance du Laos et du Cambodge le 21 juillet 1954. La naissance d'un nouvel état vietnamien, divisé en deux zones, se fera dans la douleur d'une nouvelle guerre, cette fois avec les Etats-Unis.
19 décembre 1946 - Début de la guerre d'Indochine
Après plus d’un an de négociations entre les troupes françaises du Vietnam et les représentants du parti Vietminh, aucune solution concrète n’a encore été trouvée. Les troupes du Vietminh, sous l’autorité d’Hô Chi Minh, luttent pour l’indépendance de leur pays, tandis que les Français veulent y maintenir leur souveraineté. Lorsque les forces du Vietminh envahissent la ville d’Hanoï et massacrent des Français, la guerre éclate. Le mois précédent, plusieurs Français avaient été tués à Haiphong. Cette dernière avait aussitôt été bombardée. Le conflit ne s’achèvera qu’en 1954, avec la défaite française de Diên Biên Phu.
7 octobre 1947 - Début de l'opération Léa pendant la guerre d'Indochine
Le 7 octobre 1947, le général Salan, commandant des troupes françaises d'Indochine, lance l'opération Léa contre les forces Vietminh du général Vo Nguyen Giap, dans le nord du Tonkin. Le but de cette offensive est de donner un coup fatal au Vietminh en portant directement atteinte à son gouvernement installé dans la région. L'offensive, qui prend fin en décembre, se révèle être un succès, même si l'objectif initial n'est pas atteint.
1948 - Le début du trafic des piastres
La piastre est la monnaie officielle en Indochine française. Durant l'occupation, son taux de change est fixé à 17 francs. Pourtant, elle est achetée presque deux fois moins. La différence entre le taux de change et le taux réel de la piastre a généré un trafic d'une grande envergure chez les colons entre les années 1948 et 1953. La mise en évidence de ce commerce a été néfaste pour l'image de la France.
septembre 1949 - Proclamation d'indépendance de l'Etat du Vietnam
En 1949, suite à la guerre d'Indochine, la France proclame l'indépendance de l'État du Vietnam et lui attribue une armée, dirigée par le général Nguyen Van Hinh. Bao Dại, l'empereur de ce nouvel État, s'installe dans la capitale. Cette manœuvre vise à contrer le communisme d'Hô Chi Minh, chef de la République démocratique du Vietnam. Les Français sont ensuite matériellement soutenus par les Américains, Hô Chi Minh par la Chine. Les accords de Genève mettent fin à l'Indochine française en 1954, mais les Américains ne ratifient pas ce traité : cela débouchera sur la guerre du Vietnam.
octobre 1950 - Bataille de la RC 4
Au nord Vietnam, la route coloniale 4 (RC 4) devient le symbole d'une importante défaite des troupes françaises. Cet épisode marque un tournant dans la guerre d'Indochine, puisque la France perd par la même occasion un accès au nord Vietnam.
1951 - Intervention de Jean de Lattre de Tassigny
Envoyé en renfort, l'officier français, Jean de Lattre de Tassigny permet à la France de remporter plusieurs victoires en 1951. La construction d'une ligne de défense est déjà lancée, avant qu'il soit rapatrié en Europe atteint d'un cancer.
20 novembre 1953 - Lancement de l'opération Castor
L'opération Castor est essentiellement une offensive aéroportée qui permet à la France de prendre le contrôle de la plaine de Dien Bien Phu.
3 février 1954 - Début du siège de Diên Biên Phu
Les 30 000 soldats du général Vo Nguyên Giap encerclent le camp de Diên Biên où sont retranchés les 15 000 hommes du général français Navarre. Le siège de Diên Biên Phu va mener les troupes du Vietminh vers une écrasante victoire.
7 mai 1954 - La chute de Diên Biên Phu
Retranchées dans la région de Diên Biên Phu, les forces françaises sont envahies par les troupes communistes du Vietminh, alors sous le commandement du général Giap. Les Français, dirigés par le colonel de Castries, ont résisté avec détermination pendant près de 60 jours. Mais une fois la base tombée aux mains du Vietminh, ils sont contraints à la capitulation. Les accords de Genève, signés le 21 juillet mettront fin au conflit. La France devra alors quitter l’intégralité du territoire vietnamien.
21 juillet 1954 - Les accords de Genève et la fin de la guerre d'Indochine
Ouverte le 26 avril, la Conférence de Genève rassemble les représentants de 19 puissances, dont la France, les Etats-Unis, l’Angleterre, l’URSS, la Chine, la Corée et le Viêt-Nam. Elle se clôt avec la signature d’accords mettant un terme à la guerre d’Indochine. Outre le cessez-le-feu au Vietnam adopté sous l’impulsion de Mendès France, ces accords divisent le pays en deux États, avec une frontière fixée au 17e parallèle : la République démocratique du Vietnam au nord est dirigée par Hô Chi Minh, et la République du Vietnam au sud passe sous administration franco-vietnamienne. Par ailleurs, tous les pays reconnaissent l’indépendance du Laos et du Cambodge. Des élections devaient être organisées afin de réunir les deux zones, mais le nouveau dirigeant du Sud Vietnam, Ngô Dình Diệm, réussit à les empêcher. Ces évènements faciliteront la création d'un Front national de libération du Sud Vietnam (Viêt Cong) dans le but de réunifier le pays et mèneront tout droit à la guerre du Vietnam.

XXe siècle