Empire byzantin : l'histoire de l'Empire romain d'Orient

Empire byzantin : l'histoire de l'Empire romain d'Orient L'Empire romain d'Orient, ou Empire byzantin, se caractérise par son exceptionnelle longévité. Il connaît son apogée sous l'empereur Justinien. Résumé.

L'Empire byzantin naît de la séparation de l'Empire romain en deux blocs : l'Empire romain d'Occident et l'Empire romain d'Orient. Il s'étend sur presque tout le pourtour méditerranéen. Il accumule aussi les richesses grâce à la position stratégique de sa capitale Constantinople, fondée sur l'ancienne Byzance, au carrefour entre Orient et Occident. Héritier de la culture romaine et hellénistique, il est également marqué par le christianisme, qui s'impose peu à peu face au paganisme.

Étant donné sa longévité (du Ve au XVe siècle), on peut y distinguer plusieurs périodes, mais son influence rayonna à travers toute l'Europe. Les plus grandes conquêtes sont effectuées sous le règne de Justinien, au VIe siècle, qui souhaite retrouver la grandeur de l'Empire romain, dont il s'estime l'unique héritier. L'Italie, l'Afrique du Nord et le sud de la péninsule ibérique sont ainsi intégrés à l'Empire romain d'Orient. Le symbole de Constantinople, l'immense église Sainte-Sophie, est également construit à cette époque.

Quelle est l'histoire de l'Empire byzantin ?

Empire byzantin
Statue de l'empereur Constantin. © chibidamz - stock.adobe.com

L'Empire romain, devenu immense, s'affaiblit sous la pression de diverses populations, qui remettent ses frontières en cause. Rome est devenue trop loin, notamment des frontières orientales. Dioclétien décide donc de diviser l'Empire en deux pour mieux le diriger : c'est le tétrarchisme, qui compte un empereur à la tête de chaque partie de l'Empire, et un césar destiné à lui succéder.

Mais cette organisation n'est pas stable, et Constantin crée Constantinople sur l'ancienne Byzance, mieux située géographiquement. Après une défaite majeure contre les Wisigoths en 378, l'Empire romain est définitivement divisé. Si l'Empire d'Occident s'effondre sous les invasions, l'Empire d'Orient, plus riche et plus peuplé, résiste.

Quelles sont les dates de l'Empire byzantin ?

L'Empire byzantin commence officiellement en 476, après la chute de Rome. Après mille ans d'existence, il finit par tomber lui aussi sous le coup des invasions arabes et slaves, affaibli par les problèmes de succession. Son agonie dure un siècle et demi, jusqu'à la prise de Constantinople, sous le règne de Constantin XI, dernier empereur de l'Empire en 1453. Les Ottomans, sous les ordres de Mehmet II, en font alors leur capitale. Terrain des guerres et des croisades, l'Empire byzantin est aussi un haut lieu de commerce et d'échanges culturels, qui lui permirent de briller pendant près de 10 siècles. 

Qui a fondé l'Empire byzantin ?

L'existence de l'Empire byzantin est officialisée en 476. Mais c'est la création de Constantinople, en mai 330, qui en pose les bases profondes, lorsque Constantin Ier en fait la nouvelle capitale de l'Empire romain. L'empereur y instaure une administration centralisée, dans un Empire uni. Considéré comme le premier empereur chrétien, Constantin Ier apporte aussi avec lui ce lien entre Empire byzantin et christianisme. Considérant que le tétrarchisme n'est pas viable, il s'est attaché à revenir à un monarchisme qu'il estimait plus stable.

Quel est le lien entre l'Empire byzantin et l'Empire carolingien ?

Empire byzantin
Le patriarche orthodoxe Athénagoras de Constantinople et le pape Paul VI, lors de leur rencontre historique sur le mont des Oliviers à Jérusalem, en 1964. © AP/SIPA (publiée le 10/05/2022)

L'empereur de l'Empire byzantin, appelé basileus, doit traiter avec la nouvelle entité politique qui voit le jour après l'effondrement de l'Empire romain d'Occident : l'Empire carolingien. Ce sont en effet les peuples germains qui prennent possession des territoires romains de l'ouest. Leur domination culmine avec le sacre de Charlemagne en 800, qui étend largement le territoire.

Comme le basileus, lui aussi se revendique l'héritier de l'Empire romain. Si le christianisme est commun aux deux Empires, leurs pratiques sont très différentes. Et, en 1024, les orthodoxes orientaux se séparent définitivement des chrétiens catholiques d'Occident. Le patriarcat d'Alexandrie s'oppose alors au pape catholique.

Quel est le rôle de l'empereur Justinien durant l'Empire byzantin ?

Empire byzantin
La basilique Sainte-Sophie, inaugurée en 537 par l'empereur Justinien. © KERIBAR/SIPA (publiée le 10/05/2022)

Le règne de Justinien, entre 527 et 565, marque l'apogée de l'Empire byzantin. Il s'impose d'abord par ses succès militaires. Rêvant de reconstituer l'Empire romain à ses heures de gloire, il conquiert l'Afrique du Nord, l'Italie, la Sardaigne et le sud de l'Espagne. Les revers sur le front de l'est sont atténués par le versement de lourds tributs aux Slaves et aux Perses. L'empereur s'attache également à assurer la paix intérieure, en rédigeant notamment le Code Justinien, un recueil de droit romain. Fervent chrétien, Justinien fait construire Sainte-Sophie à Constantinople. Ses relations avec le pape sont tendues.

Quelle est la religion principale sous l'Empire byzantin ?

Comme tout monarchisme, l'Empire byzantin ne sépare pas religion et État. Après le polythéisme romain farouchement combattu, il fait du christianisme sa religion principale. Cependant, ce dernier prend plusieurs formes, notamment le monophysisme. Selon cette doctrine, la nature divine du Christ est plus importante que sa nature humaine. La femme de Justinien en est une adepte. Les monophysites s'opposent aux nestoriens (du patriarche de Constantinople Nestorius), qui se voient relégués en Asie. L'église byzantine, quoique chrétienne, est orthodoxe, ce qui conduit à de nombreux désaccords avec le pape et les chrétiens catholiques.

Quelles sont les grandes périodes de l'Empire byzantin ?

Trois grandes périodes marquent l'Empire byzantin. Du IVe au VIIe siècle, on parle d'époque paléobyzantine, car l'Empire romain d'Orient conserve majoritairement les caractéristiques de l'Empire romain. Les Byzantins affrontent essentiellement les Huns, les Goths et les Alains. Du VIIe au XIIe siècle, c'est la période mésobyzantine. Perses et Arabes sont les grands ennemis, qui se distinguent lors de grandes batailles telles que celles de Yarmouk en 636, Amorium en 740 ou le siège de Syracuse en 877-878. Enfin vient l'Empire byzantin tardif, où la guerre civile s'ajoute aux invasions extérieures, menant à la fin de l'Empire romain d'Orient.

Comment la société s'organise sous l'Empire byzantin ?

L'Empire byzantin réunit des peuples variés. Les langues sont donc multiples, bien que la langue officielle soit le grec. Le gouvernement est assuré par le basileus, qui est à la fois le dirigeant et le chef politique de l'empire. Il s'appuie sur l'aristocratie, composée de gens d'influence, sans condition de naissance particulière. Le chef religieux est le patriarche.

Au bas de l'échelle se trouvent les paysans : le monde rural nourrit les urbains. Le monde urbain est très développé, et étonne les étrangers arrivant pour le commerce. L'Empire a en effet une position de carrefour géographique, et draine des commerçants de toute l'Europe, d'Asie et d'Afrique. Les femmes sont considérées comme des mineures. Une instruction de base leur est cependant donnée (Bible et littérature). Dans les hautes sphères, certaines se sont cependant démarquées, comme Anne Comnène ou Cassienne de Constantinople. 

Quelles sont les conséquences de l'existence de l'Empire byzantin ? 

Empire byzantin
Miniature byzantino-hellénistique du IVe siècle. © E.R.L./SIPA (publiée le 10/05/2022)

L'influence de l'Empire byzantin s'est développée grâce aux commerçants, très nombreux, mais aussi aux missionnaires grecs qui convertirent les Slaves, et aux soldats venus combattre lors des croisades. L'alphabet cyrillique est ainsi un héritage majeur. Les savants byzantins fréquentaient également beaucoup l'Italie, et influencèrent la Renaissance. Fascinant par ses mosaïques, mais aussi par ses intellectuels tels que Nicéphore Blemmydès, Pachymère ou Georges de Chypre, l'Empire byzantin était admiré par ses contemporains pour son art et ses sciences.

les dates clés de l'Empire byzantin

395 - L'Égypte byzantine
Suite à la division de l'Empire romain, l'Egypte tombe sous la domination byzantine. Les croyances coptes s'intensifieront jusqu'à la conversion de tous les Chrétiens égyptiens. Deux siècles plus tard, le temple d'Isis sur l'île de Philae, dernier à vénérer la déesse, sera pris d'assaut. Avec lui s'éteindront définitivement les anciennes croyances égyptiennes.
11 janvier 532 - La sédition de Nika à Constantinople
L'Hippodrome, où se déroulent régulièrement les courses de chars, voit deux factions s'affronter en son sein. D'un côté, ceux que l'on surnomme les "Bleus", issus de l'aristocratie, et de l'autre, les "Verts", partisans de la démocratie. Les deux profitent souvent de l'événement pour montrer leur désaccord sur le gouvernement de l'Empire. Au cours de l'une de ces courses, les Verts s'opposent au préfet actuel, Jean de Cappadoce. Les manifestations violentes éclatent et Cappadoce ordonne qu'on s'empare de quelques hommes pour en faire des otages. Toutefois, par erreur, un Bleu est arrêté, puis exécuté deux jours plus tard. La faction bleue se joint alors aux émeutes, qui redoublent de violence. Durant trois jours, la ville sera ravagée avec pour bruit de fond les cris "Nika ! Nika !", signifiant "Victoire !". Les émeutiers seront finalement massacrés par l'empereur Justinien.
18 janvier 532 - L'empereur Justinien réprime la sédition de Nika
Depuis trois jours, la cité est ravagée par la révolte des factions bleues et vertes, qui tentent de donner le pouvoir à Hypatios, neveu d'Anastase Ier. Soutenu par son épouse, Théodora et par Bélisaire, commandant de l'armée, Justinien décide de résister et de réprimer les insurgés. Plus de 30 000 hommes sont tués dans l'Hippodrome. Quant à Hypatios, il sera mis à mort le lendemain.
533 - Les Byzantins chassent les barbares de Corses
Subissant le délitement de l'Empire romain, la Corse est durement occupée par les Vandales avant que Justinien ne décide, en 533, d'en reprendre le contrôle. Mais les collecteurs d'impôts byzantins, corrompus et violents, n'améliorent guère le sort de l'île. Finalement, ce sont les interventions du Pape qui permettront à la Corse de s'engager sur la voie d'une amélioration.
10 décembre 536 - Justinien prend Rome
La prise de Rome s'inscrit dans le cadre de la reconquête de Justinien. L'Italie est alors occupée par les Ostrogoths. C'est le général Bélisaire, à la tête des troupes, qui conquière Naples, puis la Sicile. Non soutenus par les habitants, les Goths quittent la ville. Une fois en place, Bélisaire doit cependant soutenir un siège d'un an afin de conserver la ville, dont la prise a une importance symbolique forte.
542 - Constantinople est ravagée par la peste
La capitale de l'Empire romain d'Orient est touchée par une épidémie de peste dévastatrice. Particulièrement longue et affectant tout l'Empire byzantin, elle atteindra Rome en 589. On la surnommera plus tard la "peste de Justinien", selon le nom de l'empereur d'Orient qui dut y faire face. Plusieurs centaines de milliers de Constantinopolitains périront.
27 novembre 602 - L'empereur Byzantin Maurice est décapité
À Chalcédoine en Asie Mineure, l'empereur d'Orient Maurice et ses six fils sont assassinés suite à une mutinerie de l'armée, mécontentée par la réduction des soldes. Le centurion Phocas ordonne leur mise à mort, après avoir été proclamé empereur.
3 octobre 610 - Héraclius empereur byzantin
Le général Héraclius, fondateur de la dynastie des Héraclides, prend le pouvoir à Constantinople en renversant le tyran Phocas. Alors que son royaume est menacé de toute part, Héraclius assurera sa défense avec brio, évinçant au nord les Avars, et au sud les Perses sassanides. Il imposera le grec comme langue officielle, et inaugura l'hellénisation de son empire en se donnant le titre de "Basileus", qui en grec signifie "roi".
12 décembre 627 - Victoire d'Héraclius sur les Perses
L'empereur byzantin Héraclius écrase l'armée perse du souverain Chosroès devant Ninive, en Mésopotamie. Il contraint les Perses sassanides à rendre l'Egypte à l'Empire byzantin, et entre triomphalement dans la capitale sassanide, Ctésiphon. Héraclius ramènera la relique de la vraie croix, volée par les Perses en 614, à Jérusalem.
630 - Les tribus croates arrivent en Illyrie
Selon la légende, sept tribus croates en provenance de la Haute Vistule (au sud de l'actuelle Pologne) traversent les Carpates pour s'installer au bord de l'Adriatique. Elles intègrent alors l'Empire byzantin dirigé à cette époque par Héraclius pour lutter contre les Avars. C'est alors que le peuple d'origine Perse va s'installer sur les terres de l'actuelle Croatie. Mais la situation des Croates entre la zone d'influence romaine, les invasions avars et l'Empire byzantin reste floue pendant le VIIe siècle. A la fois sous influence romaine et byzantine, les Croates seront les premiers slaves convertis au christianisme.
642 - La chute d'Alexandrie
Les Arabes ont profité des troubles de l'Egypte byzantine pour envahir les terres quelques années plus tôt. Sous le commandement d'Amr, les troupes musulmanes soumettent la ville d'Alexandrie et s'emparent de la totalité du pays. L'Égypte sera annexée par l'Empire des Omeyyades puis des Abbassides. La population sera rapidement islamisée, abandonnant définitivement les croyances coptes.
674 - Les Arabes assiègent Constantinople
Régnant dans la lignée des Héraclides, l'empereur Constantin IV Pogonat doit faire face aux attaques des Arabes, lesquels se sont lancés dans la conquête de l'Orient au nom de l'islam. Ayant déjà repris la Syrie, la Mésopotamie, l'Arménie et l'Egypte, ils atteignent les murs de Constantinople. Durant quatre ans, les Arabes assiègeront la ville, dont la détermination à résister ne faiblira pas. Constantinople possède, de plus, une arme inégalable : le feu grégeois. Mélange inflammable même sur l'eau, elle lui permettra finalement de mettre ses ennemis en déroute. Mais ces derniers ne s'en tiendront pas là, puisqu'ils assiègeront une nouvelle fois la ville en 717.
700 - L'islamisation de l'Afrique du Nord
Les Arabes, lancés dans la conquête de l'Afrique du Nord depuis des années, sont parvenus à chasser les Byzantins du Maroc. Ils s'installent alors plus concrètement sur le territoire. La majorité des tribus berbères, présentes depuis la préhistoire, sont enrôlées dans les armées arabes en partance pour l'Espagne. La plupart d'entre elles se convertiront à l'Islam, mais d'autres, issues des montagnes marocaines, se révolteront encore contre cette invasion.
15 août 717 - Nouveau siège arabe à Constantinople
Malgré leur première défaite en 678, les Arabes envoient leur flotte à l'assaut de la capitale byzantine. Cette fois, c'est l'empereur Léon III qui doit faire face à l'attaque. Placés sur la rive occidentale du Bosphore, les Arabes tiendront le siège durant une année. Le feu grégeois leur infligera de nombreux dégâts. Allié à la peste et à la famine, il aura une nouvelle fois raison d'eux.
799 - Charlemagne annexe la Dalmatie
Située en frontière de l'Empire d'Orient et du futur nouvel Empire d'Occident, la Croatie a su vaincre les Avars, puissance nomade venue d'Asie. Mais après les avoir repoussés, laissant le soin à Charlemagne de les soumettre, les Croates doivent faire face à un conflit d'influence entre Carolingiens et Byzantins. Les terres croates seront ainsi partagées. La Dalmatie, partie la plus étendue, se retrouve sous la domination des Francs dans le nouvel Empire d'Occident.
1082 - Privilèges commerciaux pour les Vénitiens
L'empereur byzantin Alexis de Comnène conclut un accord avec Venise. Il permet aux Vénitiens de commercer dans les grandes villes de l'Empire byzantin tout en étant exemptés de taxes douanières. En échange, ils devront fournir leur aide militaire selon les besoins de l'empereur. Venise dispose en effet d'une flotte très puissante. De plus, un quartier de Constantinople leur est attribué. Par la suite, Gênes et Pise jouiront des mêmes privilèges, ce qui mécontente d'ailleurs la population.
1er août 1096 - La croisade populaire arrive à Constantinople
En 1095, le pape Urbain II lance son appel à la première croisade, espérant rassembler des combattants. Mais la ferveur religieuse s'empare également des classes populaires, qui voient en outre dans la croisade un moyen d'échapper à leur misère. Menée par Pierre l'Ermite, cette croisade populaire cherche à reprendre Jérusalem. L'empereur Alexis Ier Comnène héberge ses quelque 40 000 membres à Civitot, d'où ils attaquent les Turcs et finissent par se faire massacrer.
17 juillet 1203 - Les croisés prennent Constantinople
La quatrième croisade vise Constantinople. L'objectif affiché est de destituer Alexis III Ange au profit d'Alexis IV Ange. Les croisés parviennent à prendre la ville, et la mettent à sac. Alexis III parvient à s'enfuir, laissant la ville ruinée, et Alexis IV dans une position très inconfortable, incapable de tenir ses engagements. L'opposition croissante contre lui aboutira à son assassinat.
25 juillet 1261 - Michel VIII Paléologue prend Constantinople aux croisés
Michel VIII Paléologue profite de Constantinople presque vidée de toute présence militaire (en raison des guerres qui se déroulent en Bithynie) pour prendre la ville. Presque sans combattre de surcroît. Afin d'asseoir son pouvoir, il fait aveugler son co-empereur Jean IV Lascaris, s'attirant ainsi les foudres de la population d'Asie Mineure. C'est la fin de la domination latine à Constantinople, et le temps d'un bref renouveau pour cette cité.
15 juin 1341 - Mort de Andronic III Paléologue
L'empereur byzantin, Andronic III Paléologue, meurt le 15 juin 1341. Son fils, Jean V Paléologue, lui succède, mais, âgé de neuf ans, il est trop jeune pour gouverner. Jean Cantacuzène, cousin du défunt, devient de facto régent de l'Empire, mais il fait face à une opposition populaire. Une guerre civile éclate entre les différents clans de l'Empire, au terme de laquelle Jean Cantacuzène se proclame empereur en 1347, et prend le titre de Jean VI Cantacuzène.
11 juin 1345 - Mort d'Alexis Apokaukos
Alexis Apokaukos était un dignitaire important de l'Empire byzantin au XIVe siècle. Amiral en chef et commandant de la flotte byzantine, il fut également chargé du Trésor et de l'administration fiscale de l'Empire. Il déclencha une guerre civile contre Jean VI Cantacuzène en 1341, qui dura jusqu'en 1347. Au cours d'une inspection dans le nouveau donjon de son palais, les prisonniers et travailleurs forcés se rebellèrent et le tuèrent. Sa tête fut accrochée aux grilles de la prison.
16 avril 1346 - Couronnement d'Étienne Douchan
Stefan Uroš IV Dušan, dit "Étienne Douchan" en français, fut le roi de Serbie de 1341 à 1346, puis l'empereur des Serbes et des Grecs de 1346 à 1355. Profitant de l'écroulement de l'Empire byzantin, l'Empire serbe atteindra son apogée territoriale sous son règne. Étienne Douchant se déclarera lui-même empereur en 1345. Il fut couronné "empereur des Serbes et des Grecs" le 16 avril 1346 par le patriarche Siméon et le patriarche serbe Joannicius II.
31 mai 1347 - Couronnement de Jean VI Cantacuzène
Entre 1341 et 1347, l'Empire byzantin est déchiré par une guerre civile, entre les partisans du régent Jean Cantacuzène, désirant devenir empereur de Byzance, et ceux de l'empereur légitime Jean V Paléologue. Après l'assassinat d'Alexis Apokaukos, l'un des principaux alliés de Jean V Paléologue, les ralliements envers Jean Cantacuzène s'accentuent. Il se proclame empereur, et reçoit la couronne impériale des mains du patriarche de Jérusalem le 31 mai 1347.
11 avril 1348 - Naissance d'Andronic IV Paléologue
Andronic IV Paléologue est né le 13 avril 1348. Fils de Jean V Paléologue, il fut empereur byzantin de 1376 à 1379. En 1373, il forma un complot avec Savci Bey, le fils du sultan ottoman Mourad Ier, pour renverser leurs pères respectifs. Ils seront tous deux arrêtés, condamnés à l'aveuglement et déshérités. Faisant alliance avec les ennemis de son royaume, il parviendra à faire détrôner son père et prendra le pouvoir durant 3 ans, avant d'être destitué à son tour.
29 août 1353 - La Bataille d'Alghero
Afin de contrôler le commerce dans la mer Méditerranée, les deux florissantes cités de Gênes et de Venise vont se faire la guerre à plusieurs reprises au XIIIe et XIVe siècle. La troisième guerre vénitio-génoise (1350-1355) commença lorsque Gênes interdit aux navires vénitiens l'accès aux ports de la mer Noire, notamment de l'Empire byzantin. La bataille d'Alghero du 29 août 1353 vit la défaite temporaire de Gênes, qui perdit une quarantaine de galères.
10 décembre 1354 - Abdication de Jean VI Cantacuzène
L'empereur byzantin Jean VI Cantacuzène, bien qu'ayant réussi à prendre le pouvoir au détriment de l'héritier légitime, Jean V Paléologue, n'a jamais bénéficié de la préférence de la population de Constantinople, attachée à la dynastie Paléologue. Le 22 novembre 1354, afin de mettre un terme à la guerre civile, les deux hommes signent un accord permettant un exercice commun du pouvoir. Puis, le 10 décembre, Jean VI Cantacuzène abdique et laisse Jean V Paléologue gouverner seul.
359 - Début du sultanat ottoman de Mourad Ier
Le sultanat ottoman de Mourad Ier débute en 1359. Il s'achève en 1389 et voit Mourad Ier, né à Brousse en 1326, moderniser l'Empire ottoman en créant de nombreuses institutions politiques comme le divan ou le poste de grand vizir. Il est en outre à l'origine de la division en deux de l'Empire, entre Anatolie et Roumélie, et soumettra l'Empire byzantin. Il est assassiné lors de la première bataille de Kosovo, et sa succession est assurée par Bayezid Ier, deuxième de ses quatre fils.
16 février 1391 - Décès de l'empereur byzantin Jean V Paléologue
Le 16 février 1391, Jean V Paléologue, empereur byzantin à plusieurs reprises entre 1341 et 1391, décède à Constantinople. En plein déclin de l'Empire byzantin, Jean V Paléologue, malade, subit les complications de sa goutte et laisse derrière lui un Empire que l'on prédit bientôt terminé. À sa mort, Manuel II Paléologue est l'homme qui héritera des restes de l'Empire byzantin, dont le prestige dans le monde a presque totalement disparu.
11 février 1391 - Couronnement de Manuel II Paléologue
Le 11 février 1392, Manuel II Paléologue, fils de Jean V Paléologue, est officiellement couronné et devient empereur byzantin. Homme de culture, Manuel II Paléologue hérite d'un Empire byzantin en plein déclin, un Empire auquel il tentera durant ses 34 années de règne de redonner du prestige. Parmi les nombreuses batailles traversées par Manuel II Paléologue, celle d'Ankara est sans doute celle qui laissera le plus de traces.
16 décembre 1392 - Naissance de Jean VIII Paléologue
Le 16 décembre 1392, Manuel II Paléologue, alors empereur de l'Empire byzantin, voit, avec sa femme Hélène Dragas, la naissance de son fils Jean VIII Paléologue, futur empereur byzantin. Celui qui succédera à son père en 1425 ne gouvernera en réalité que sur une partie de l'Empire, à savoir sur Constantinople et Sélymbrie, l'autre partie étant attribuée à ses frères Théodore et Constantin. Jean VIII Paléologue restera empereur jusqu'à sa mort, en 1448.
21 juillet 1425 - Jean VIII Paléologue devient empereur byzantin
La mort de son père, Manuel II, fait de Jean VIII Paléologue (1390-1448), co-empereur en 1421, le seul dépositaire d'un Empire byzantin en déliquescence, gangrené par les avancées ottomanes. L'héritage est difficile : malgré ses tentatives de gagner l'Occident à sa cause, notamment par la réunion des deux l'Eglises (1439), il ne put éviter sa désintégration quasi-complète, après la déroute des Croisés à Varna (1444), l'Empire se réduisant alors à la seule enceinte de Constantinople. Son frère et successeur, Constantin XI Paléologue, fut le dernier empereur byzantin avant sa chute, en 1453.
29 mars 1453 - Naissance du sultan ottoman Mehmet II "le Conquérant"
Le sultan ottoman Mehmet II al Fatih ("le Conquérant") naît à Edirne. Fils de Mourad II (1404-1452), il devient le septième sultan de l'Empire en 1444 et s'empare de Constantinople le 29 mai 1453, sonnant la chute de l'Empire byzantin. Il poursuit alors une politique active de conquête, occupant la Serbie, la Morée, les îles grecques, menant une guerre contre Venise et lançant ses troupes en Europe centrale (Autriche, Hongrie) et jusqu'en Crimée. Empoisonné en 1481, son fils Bayezid lui succéda.
10 octobre 1443 - Accession de Constantin XI Paléologue au despotat de Morée
Constantin XI Paléologue, dit Dragasès (1404-1453), devient despote de Morée, possession de l'Empire byzantin dans la presqu'île du Péloponnèse, poste qu'il occupe jusqu'en 1449. La mort de son frère, Jean VIII, l'appelle en effet à lui succéder en tant qu'empereur : couronné dans l'ancienne cité de Mistra, capitale de la Morée, il fut le dernier empereur byzantin de l'histoire, ne pouvant éviter la chute de Constantinople entraînée par les Ottomans de Mehmet II, le 20 mai 1453.
29 mai 1453 - Constantinople aux mains des Turcs ottomans
Depuis près de deux siècles, la puissance de l'Empire byzantin, dont le territoire est réduit aux environs de Constantinople et au Péloponnèse, ne cesse de décroître, tandis que l'Empire ottoman est en plein essor. Constantinople devient sa capitale sous le règne de Mehmet II, qui attaque la ville avec dix fois plus d'hommes que les défenseurs et plus d'une centaine de navires. La chute de Constantinople marque habituellement la fin du Moyen Âge.