Empire ottoman : de l'apogée au déclin d'une communauté

Empire ottoman : de l'apogée au déclin d'une communauté L'histoire de l'Empire ottoman s'étend du XIIIe au XXe siècle ; de sa fondation par Osman Ier jusqu'à son déclin, avec la création de la Turquie.

Osman Ier fonde l'Empire ottoman en 1299. Dès lors, les conquêtes de ses successeurs étendent son territoire en Asie, en Afrique du Nord et en Europe. Son apogée survient au début du XVIe siècle. Par la suite, l'Empire ottoman entame un lent déclin. Il est alors miné par des concessions de territoires, des luttes de pouvoir intestines et des conflits avec d'autres puissances mondiales, comme le Saint-Empire romain germanique ou l'Empire perse. Après la défaite de la Première Guerre mondiale, la fin de l'Empire ottoman s'étend entre 1922 et 1924, respectivement avec l'abolition du sultanat et du califat. Considérée comme son principal successeur, la République de Turquie voit le jour le 29 octobre 1923. 

Comment s'est formé l'Empire ottoman ?

L'Empire ottoman se forme à la fin du XIIIe siècle avec la prise de Mocadène, une ville emblématique de l'Empire byzantin. On parle alors de "phase des beylicats" ou "d'émirat ottoman". Le premier membre de la dynastie ottomane est Osman Ier. Il se constitue une armée et conquiert d'autres territoires, essentiellement situés au cœur de l'actuelle Turquie. À sa mort, en 1326, Orhan, son successeur direct, poursuit les conquêtes, notamment avec l'expansion vers l'Europe. L'influence de l'Empire ottoman s'étend jusqu'aux Balkans, et sur la partie orientale du bassin méditerranéen.

Qui est le fondateur de l'Empire ottoman ?

Empire ottoman
Soliman le Magnifique © SIPA

Osman Ier est le fondateur de l'Empire ottoman. Avant sa création, il est à la tête d'un beylik anatolien, l'équivalent d'une principauté. En l'absence de sources écrites contemporaines d'Osman Ier, son histoire fait l'objet de nombreuses spéculations , amalgamant mythes et réalités. On peut toutefois avancer qu'il a eu l'opportunité de renforcer son émirat lorsque les empires byzantin et seldjoukide se sont retrouvés affaiblis. Parmi les autres souverains notables de l'Empire ottoman, on peut évoquer Mehmed VI, Soliman le Magnifique, et Sélim Ier.

Quelles sont les dates de l'Empire ottoman ?

L'Empire ottoman est créé le 27 juillet 1299, la date de la conquête de Mocadène (aujourd'hui Bilecik, en Turquie) par Osman Ier. Au sortir de la Première Guerre mondiale, l'abolition du sultanat survient le 1er novembre 1922 sous le règne de Mehmed VI. Le 3 mars 1924 marque la fin du califat avec Abdülmecid II. L'existence de l'Empire ottoman s'est étendue sur près de huit siècles.

Quels sont les pays de l'Empire ottoman ?

Empire ottoman
Carte de l'Empire ottoman. © drutska - stock.adobe.com

L'Empire ottoman s'est développé sur trois continents : l'Europe, l'Afrique et l'Asie. Parmi les principaux pays, on peut évoquer la Turquie, l'Irak, la Palestine, la Hongrie, la Tunisie, ainsi que le nord de l'Algérie. À la fin du XIIIe siècle, sa superficie est estimée à 9 000 km². En moins d'un siècle, l'étendue de ses territoires s'est décuplée. Au XVIIe siècle, l'Empire ottoman possède une superficie de 5 200 000 km². En 1900, il compte 3 400 000 km². En ce qui concerne sa population, les premiers recensements, aux alentours de 1600, font état de 30 à 35 millions de sujets. En 1918, ils sont plus de 14 millions.

Quelle était la position de l'Empire ottoman durant la Première Guerre mondiale ?

Empire ottoman
Jérusalem par la porte de Jaffa. L'Empire ottoman en 1917, avant sa chute. © MARY EVANS/SIPA

Lors de la Première Guerre mondiale, l'Empire ottoman maintient un statu quo pendant les trois premiers mois du conflit. Toutefois, le traité d'alliance signé avec l'Allemagne l'amène à se rallier aux Empires centraux, dont font partie l'Autriche-Hongrie et l'Allemagne. L'Empire ottoman entre en guerre en octobre 1914, et s'oppose aux Alliés. Malgré des victoires notables, comme la bataille des Dardanelles, ses moyens s'amenuisent.

La multiplication des fronts oblige les forces ottomanes à battre en retraite en Bulgarie, puis à se retirer de Constantinople. Le 30 octobre 1918, l'armistice de Moudros marque la fin du conflit pour l'Empire ottoman. Il perd la Palestine, la Syrie et l'Arabie. Les frontières de la Turquie sont également revues, en faveur des Alliés.

Quelle était la religion principale de l'Empire ottoman ?

Les populations des territoires conquis sont majoritairement chrétiennes. Toutefois, les sujets de l'Empire ottoman s'orientent principalement vers l'alevi bektachi. Il s'agit d'un courant de l'Islam qui réunit les adeptes de l'alévisme et du bektachisme, lui-même dérivé du soufisme. Jusqu'au XVIe siècle, il n'y a pas de religion officielle. En 1517, Sélim Ier change ce statut et choisit le sunnisme, l'un des principaux courants de l'Islam, avec le kharidjisme et le chiisme.

Quelle est l'histoire du Maroc et de l'Algérie durant l'Empire ottoman ?

À l'issue des batailles opposant les Arabes et les Kabyles face aux Espagnols, la régence d'Alger est proclamée en 1516. Bien qu'il s'agisse d'un État autonome, il fait partie intégrante de l'Empire ottoman. Toujours au XVIe siècle, les deux entités s'allient contre le Maroc. Dès lors, les conflits maroco-ottomans durent pendant près de trois siècles. On dénote des interventions ottomanes dans la politique intérieure marocaine, ainsi que de nombreux affrontements. Parmi ceux-ci, on peut évoquer la bataille de Tadla, la prise d'Oujda, la bataille du Chelif et l'invasion du Rif. 

Que s'est-il passé durant l'apogée de l'Empire ottoman ?

Empire ottoman
Mehmet II, le conquérant. © SIPA

Après les conquêtes de Mehmet II, le "nouvel Empire ottoman" s'agrandit avec des territoires en Afrique du Nord, tel que la régence d'Alger, et en méditerranée orientale. Le XVIe siècle marque l'âge d'or de l'Empire ottoman. Sous le règne de Soliman le Magnifique, l'armée ottomane se renforce, notamment avec sa flotte militaire, pour prendre d'assaut l'Europe par le sud. À noter que l'Empire ottoman permet aux chrétiens de conserver leur religion en contrepartie d'une loyauté totale. De même, la civilisation byzantine n'est pas anéantie, mais assimilée à leur culture.

Quand a commencé le déclin de l'Empire ottoman ?

À la suite de révoltes et de soulèvements militaires, le déclin de l'Empire ottoman survient dès la fin du XVIe siècle, sous le règne de Mehmet III. En 1606, la paix de Zsitvatorok marque la fin du conflit avec le Saint-Empire romain germanique. L'Empire ottoman délaisse Vatch, en Hongrie. S'ensuit le traité des Séfévides, où les Perses reprennent plusieurs territoires, dont le Daghestan et la Géorgie.

Au XVIIe siècle, le contre-pouvoir des grands vizirs constitue une menace interne pour l'Empire ottoman. Au cours de l'ère des tulipes, l'empire est assiégé et exposé à d'importantes réformes de la part des sultans et vizirs. Le déclin se poursuit jusqu'à la fin du XIXe siècle, où les puissances occidentales tentent de prendre le contrôle de l'Empire. Après son effondrement, son principal successeur est la Turquie.

les dates clés de l'empire Ottoman

10 novembre 1444 - La défaite des croisés à Varna
Les Turcs Ottomans infligent une sévère défaite aux croisés Hongrois à Varna, sur les bords de la mer Noire (Bulgarie). Le roi de Hongrie, Ladislas III, meurt dans la bataille. Au XIVe siècle, les victoires des Turcs à Kosovo, Nicopolis et Varna sur les armées coalisées des chrétiens mèneront à la chute de Constantinople, le 29 mai 1453, entre les mains du sultan Ottoman Mehmet II.
29 mai 1453 - Constantinople aux mains des Turcs ottomans
Capitale de l'Empire byzantin depuis 395, Constantinople tombe aux mains du sultan ottoman Mehmet II, après un siège de plusieurs semaines. Depuis le XIVe siècle, les Turcs ottomans se sont emparés de la plus grande partie de la péninsule des Balkans. Cette victoire coupe l'Occident de ses racines grecques et orientales. La ville sera rebaptisée Istanbul, et atteindra son apogée sous le règne de Soliman II le Magnifique (1520-1566).
22 janvier 1517 - Bataille de Ridaniya
Le 22 janvier 1517, la bataille de Ridaniya voit s'opposer l'armée ottomane du sultan Selim I à celle des Mamelouks, commandée par le sultan Al-Achraf Tuman Bay. Ce dernier, refusant de devenir un vassal des musulmans, s'engage dans le combat avec ses troupes, mais est rapidement dépassé par le nombre et la détermination de ses adversaires. La victoire des Ottomans, éclatante, leur permet de s'emparer du Caire. Al-Achraf, trahi par un de ses proches, est pendu sur ordre de Sélim I.
29 août 1526 - Soliman le Magnifique bat les Hongrois
Le 29 août 1526 marque la victoire de Soliman le Magnifique face à la Hongrie, lors de la bataille de Mohács. Le roi de Hongrie, Louis II Jagellon, décède pendant l'affrontement. Son royaume est partagé entre l'Empire ottoman, la Transylvanie et l'Autriche. Sous la dynastie des Habsbourg, cette dernière annexe les territoires ottomans en 1699. Cet évènement met un terme à la Grande Guerre turque, avec la ratification du traité de Karlowitz.
28 septembre 1538 - Victoire Ottomane à la bataille de Préveza
La bataille de Préveza se déroula le 28 septembre 1538, en Grèce, au cours de la guerre vénéto-ottomane. Elle opposa l'amiral Khair ad-Din, dit Barberousse, à la Sainte Ligue, commandée par l'amiral génois Andréa Doria. Malgré sa supériorité numérique, l'alliance chrétienne s'inclinera. Il s'agit de la plus grande victoire navale de la flotte ottomane. Malgré cela, Venise put conserver la Crète et Chypre.
18 mai 1632 - Murad IV mate les rebelles janissaires
Le sultan ottoman Murad IV fait étrangler son grand vizir, Recep Pacha, à Istanbul. Il élimine également plusieurs de ses frères, dont Bajazet, futur héros d'une tragédie de Racine. Murad IV met ainsi un terme provisoire à l'anarchie commencée l'année précédente par la révolte des janissaires (troupes d'élite au service du sultan ottoman).
4 avril 1654 - Victoire de l'Ordre de Malte sur les Ottomans
Le 4 avril 1654, l'Ordre de Malte, mieux connu sous l'appellation de l'Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, remporte une victoire navale sur les Ottomans au large de Rhodes. Les chevaliers, qui ont conquis l'île, entre 1307 et 1310, après Chypre et leur expulsion de la Terre-Sainte en 1291, subissent les attaquent incessantes des Ottomans en pleine expansion, qui souhaitent récupérer les territoires voisins.
7 juin 1660 - Mort de Georges II Rákóczy
Georges II Rákóczy, prince de Transylvanie né le 30 janvier 1621, meurt le 7 juin 1660, suite à une invasion des Ottomans. Couronné prince le 11 octobre 1648, il est destitué une première fois en 1657, avant de tenter de reprendre le pouvoir entre 1658 et 1659. Il est remplacé, le 22 décembre 1660, par Jean Kémény, un prince pro-autrichien, au grand déplaisir des Ottomans. 
23 janvier 1662 - Décès de Jean Kemény
Le 23 janvier 1662, Jean Kemény, prince de Transylvanie, meurt à la bataille de Nagyszölös contre les envahisseurs Ottomans. Né le 14 décembre 1607, Jean Kemény est chef de guerre de Georges II Rákóczy, avant de se retourner contre lui, et d'être élu voïevode (titre de noblesse dans les pays slaves et roumains) en décembre 1660. Suite à son décès, les Ottomans placent Michel Ier Apafi, ou Abaffi Ier, sur le trône du royaume de Transylvanie.
22 août 1717 - Le prince Eugène prend Belgrade
Les troupes autrichiennes menées par le prince Eugène entrent triomphalement à Belgrade (Serbie), après avoir vaincu les Turcs ottomans. Par le traité de Passarowitz, qui sera signé l'année suivante, l'Empire ottoman cédera à l'Autriche : le nord de la Serbie, le Temesvar et la Valachie (territoires de l'ancien royaume de Roumanie). L'Autriche affirme donc sa domination dans les Balkans.
16 août 1732 - L'ordre de Malte gagne la bataille au large de Damiette en Egypte contre les Ottomans
Jacques-François de Chambray (1687-1755), amiral français, commandant de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, reçoit pour mission, en juillet 1732, de s'emparer de navires turcs au large de l'Egypte. Les combats s'engagent. Deux navires maltais attaquent la sultane turque. Le commandeur de Chambray est victorieux après la bataille au large de Damiette. L'amiral ottoman vient déposer son pavillon. Les cales des bateaux turcs sont vides.
13 janvier 1822 - Indépendance de la Grèce
Dominée par l'Empire ottoman depuis plusieurs siècles, la Grèce se soulève et obtient son indépendance. La première Assemblée nationale d'Épidaure vote une constitution démocratique et forme un gouvernement. Mais le pays va bientôt basculer dans la guerre civile et les Turcs reviendront s'emparer du pouvoir avec l'appui de l'Egypte et de la Russie. Grâce à l'intervention des grandes puissances européennes, la Turquie reconnaîtra l'autonomie de la Grèce, en 1829. L'indépendance définitive du pays sera proclamée le 3 février 1830.
12 mars 1854 - Alliance franco-anglaise avec la Turquie
La France et la Grande-Bretagne s'allient avec l'Empire ottoman contre la Russie. En contrepartie, le sultan turc accepte de pratiquer des réformes politiques et sociales dans son pays. Cette coalition précipitera l'Europe dans la guerre de Crimée, à partir du mois de septembre jusqu'en mars 1856.
27 mars 1854 - Début de la guerre de Crimée
La France et la Grande-Bretagne déclarent la guerre à la Russie, qui menace l'intégrité de l'Empire ottoman. Cette décision entraîne le déclenchement de la guerre de Crimée. Les forces franco-britanniques l'emporteront sur la Russie après le terrible siège de Sébastopol, de septembre 1854 à septembre 1855. La paix sera signée à Paris le 30 mars 1856.
8 septembre 1855 - Fin de la guerre de Crimée
La Russie capitule après la prise de la tour Malakoff (Sébastopol), par le général Mac-Mahon. La guerre de Crimée oppose depuis 1853 l'Empire ottoman (allié à la France et à la Grande-Bretagne) à la Russie, qui veut annexer Constantinople et les Détroits du Bosphore et des Dardanelles.
Avril 1876 - Révolte nationale bulgare contre l'Empire ottoman
Insurrection bulgare contre le joug ottoman, occupant cette région des Balkans depuis son annexion à l'Empire en 1396. Due en partie au mouvement de "Renaissance nationale bulgare", qui fait suite au rétablissement de l'indépendance du "patriarcat de Bulgarie" (1870), la révolte est matée dans le sang par l'armée turque et ses unités irrégulières de bachi-bouzouks. Suit une condamnation sans fard de ces atrocités, notamment en Europe et aux États-Unis, et l'intervention russe (1877-8), qui mena à l'indépendance du pays, accordée par le traité de San Stefano (3 mars 1878).
5 novembre 1914 - La France et la Grande-Bretagne déclarent la guerre à la Turquie
Après les bombardements du 29 octobre 1914 contre les Russes, sur les côtes de la mer Noire, l'Empire ottoman s'investit dans la Première Guerre mondiale. Il est alors allié à l'Allemagne et combat auprès des Empires centraux, dont l'Autriche-Hongrie. La France et le Royaume-Uni déclarent la guerre à l'Empire ottoman le 5 novembre 1914.
10 août 1920 - Fin de l'Empire ottoman
Après l'armistice de Moudros du 30 octobre 1918, le traité de Sèvres du 10 août 1920 confirme les dispositions prises par les Alliés. La défaite de l'Empire ottoman provoque le partage de ses territoires en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. Non ratifié, il donne lieu à une révision en 1923 avec le traité de Lausanne. La fin de l'Empire ottoman est actée en 1922 avec l'abolition du sultanat, et avec celle du califat en 1924 .

Moyen-Age