Empire austro-hongrois : l'Autriche-Hongrie de 1867 à 1918

Empire austro-hongrois : l'Autriche-Hongrie de 1867 à 1918 De 1867 à 1918, l'empire d'Autriche-Hongrie réunit les monarchies de l'Autriche et de la Hongrie. Cette union survient après la signature du compromis austro-hongrois de 1867, par François-Joseph Ier.

Histoire résumée de l'empire austro-hongrois - L'empire austro-hongrois naît de l'union de l'Autriche et de la Hongrie en 1867. Cet événement survient dans un contexte politique fragile pour François-Joseph Ier, notamment dû à l'échec du fédéralisme de 1860. Sous la forme d'une double monarchie, l'empire vise à renforcer son influence sur la sphère géopolitique européenne avec ses voisins italiens et allemands. La gouvernance de l'empire austro-hongrois présente des ministères communs afin de simplifier son administration. Cette période du XIXᵉ siècle est marquée par des événements historiques notables, dont l'alliance avec l'Allemagne en 1879 et l'assassinat d'Élisabeth de Wittelsbach, l'impératrice Sissi, en 1898. On peut également évoquer l'annexion de la Bosnie-Herzégovine en 1908. La dissolution de l'empire austro-hongrois survient en 1918, suite à la défaite des empires centraux lors de la Première Guerre mondiale. Cet événement géopolitique et historique donne naissance à la République d'Autriche, ainsi qu'à six autres Etats.

Comment est né l'empire austro-hongrois en 1867 

Créé en 1867 à Vienne, l'empire austro-hongrois réunit d'abord l'empire d'Autriche, les royaumes de Hongrie et de Croatie-Slavonie, auxquels vient s'ajouter la Bosnie-Herzégovine. Cette union naît essentiellement de la volonté d'accroître l'influence politique des différentes régions regroupées. A cette période de son règne, François-Joseph Ier doit surmonter des revers militaires et politiques, dont la défaite de Sadowa face aux Prussiens en 1866. L'empire austro-hongrois affiche une excellente entente diplomatique avec l'empire allemand. Les deux entités forment une alliance le 7 octobre 1879 afin d'anticiper un éventuel conflit avec la Russie. Auparavant, le congrès de Berlin de 1878 donne lieu à l'occupation de la Bosnie-Herzégovine. Au début du XXᵉ siècle, l'empire austro-hongrois déclare la guerre à la Serbie, à la suite de l'assassinat de l'archiduc François-Ferdinand. Le 28 juillet 1914 marque le commencement de la Première Guerre mondiale.

La carte de l'Autriche-Hongrie

Empire austro-hongrois carte
Carte de l'Empire austro-hongrois en 1914 ©  lara2016 - 123RF

Comment est administré l'empire austro-hongrois ?

Avant la création de l'empire austro-hongrois, le royaume de Hongrie est une monarchie, tandis que l'empire d'Autriche est une monarchie absolue. Leur union donne naissance à une double monarchie. Cette dernière a un souverain unique : François-Joseph Ier. Il devient roi de Hongrie et empereur d'Autriche. L'empire austro-hongrois possède des ministères en commun afin de simplifier la gestion de certaines affaires. Cela comprend les instances dédiées aux affaires étrangères, à la guerre et aux finances. En l'absence d'un parlement commun, le contrôle des ministres est régi par deux délégations distinctes. Pour ce qui est des différences d'administration, on peut évoquer le régime de monarchie constitutionnelle de l'Autriche (chambres des seigneurs et des députés). Le pouvoir en Hongrie dépend de l'aristocratie foncière qui contrôle elle-même la chambre des députés.

autriche-hongrie blason
Blason de l'empire austro-hongrois © acceptphoto - 123RF

Quels peuples slaves vivent dans l'empire austro-hongrois ?

L'Autriche-Hongrie intègre de nombreux groupes ethniques, comme les Italiens, les Allemands et les Slaves. Au sein de l'empire, ces derniers se composent essentiellement des Tchèques, des Slovaques, des Croates, des Polonais, des Ukrainiens, des Slovènes et des Bosniaques. Si les intérêts de la noblesse hongroise sont préservés, l'union de l'Autriche et de la Hongrie accentue les clivages entre les classes sociales et les peuples, dont les Slaves. Les aristocrates hongrois ont également la possibilité d'empêcher les évolutions constitutionnelles susceptibles de réduire leurs privilèges. De même, l'occupation de la Bosnie-Herzégovine survient dès 1878, à la suite du congrès de Berlin. L'annexion du territoire est effective le 5 octobre 1908. Il s'agit des principales raisons qui motivent les peuples slaves à se détacher de l'empire austro-hongrois.

Qui sont François-Joseph Ier et l'impératrice Sissi, souverains d'Autriche-Hongrie ?

Issu de la lignée des Habsbourg, François-Joseph Ier naît le 18 août 1830. Il est sacré empereur d'Autriche à l'âge de 18 ans, en 1848, et succède à Ferdinand Ier, son oncle. Il se marie en 1854 à Élisabeth de Wittelsbach qui devient l'impératrice Sissi à seulement 16 ans. Connue pour son indépendance vis-à-vis de son statut, elle voyage régulièrement pour s'écarter de la vie de cour. Le couple impérial a quatre enfants : Rodolphe, Marie-Valérie, Sophie et Gisèle. En 1898, l'impératrice Sissi est poignardée par Luigi Lucheni, un anarchiste d'origine italienne. François-Joseph Ier règne ensuite seul jusqu'à son décès en 1916. Son petit-fils Charles prend sa suite.

Pourquoi l'Autriche-Hongrie déclare-t-elle la guerre à la Serbie en 1914 ?

Connu comme l'attentat de Sarajevo, l'assassinat de l'archiduc François-Ferdinand, héritier de l'empire austro-hongrois, survient le 28 juin 1914. L'auteur du crime, Gavrilo Princip, est un nationaliste yougoslave d'origine serbe. L'Autriche-Hongrie lance un ultimatum à la Serbie à la suite de cet évènement. La Serbie refuse les conditions humiliantes de l'ultimatum, ce qui conduit l'empire à lui déclarer la guerre le 28 juillet 1914. Cette décision soutenue par l'Allemagne conduit à l'escalade, puis à la Première Guerre mondiale. La Russie s'engage du côté de la Serbie. L'Allemagne déclare la guerre à la Russie et la France. Le Royaume-Uni s'engage aussi...

Comment disparaît l'empire austro-hongrois en 1918 ?

La Première Guerre mondiale prend fin avec l'armistice le 11 novembre 1918. La défaite de l'Autriche-Hongrie et de ses alliés, dont l'Allemagne et la Bulgarie, provoque l'éclatement de l'empire austro-hongrois. Sept états sont ainsi créés : la Tchécoslovaquie, la Pologne, la République d'Autriche allemande, la République démocratique hongroise, l'Ukraine, la Roumanie et l'Etat des Slovènes, Croates et Serbes. Ce dernier ne survit que quelques mois avant de s'unir au Royaume de Serbie. Le 10 septembre 1919, le traité de Saint-Germain-en-Laye est signé par la République d'Autriche allemande et les Alliés. Ce traité souligne l'importance du "Droit des peuples à disposer d'eux-mêmes" et entérine le découpage de l'empire austro-hongrois.

Autriche-Hongrie : dates clés

18 août 1830 - Naissance de François-Joseph Ier d'Autriche
Héritier légitime de la dynastie des Habsbourg-Lorraine. François-Joseph Ier d'Autriche est né le 18 août 1830, à Vienne. Empereur d'Autriche à seulement 18 ans, il épouse Élisabeth de Wittelsbach, l'impératrice Sissi, en 1854. Il règne pendant 67 ans et décède le 21 novembre 1916 à l'âge de 86 ans.
2 décembre 1848 : François-Joseph devient empereur d'Autriche
Après les révolutions européennes de 1848, François-Joseph Ier devient empereur d'Autriche le 2 décembre 1848. Il succède à Ferdinand 1er, contraint d'abdiquer. Au cours de son règne, il est l'initiateur de l'unification avec la Hongrie pour former l'empire austro-hongrois en 1867. Son règne de 67 ans s'étend jusqu'en 1916, date de son décès.
18 février 1867 - Signature du compromis austro-hongrois
La signature du compromis austro-hongrois a lieu à Vienne, le 18 février 1867. Elle réunit les régimes monarchistes de l'Autriche et de la Hongrie sous un nouveau gouvernement unifié. Celui-ci implique un seul souverain et des ministères en commun. Par exemple, les affaires étrangères, la guerre et les finances.
8 juin 1867 - Formation de l'Autriche-Hongrie
François-Joseph Ier et l'impératrice Sissi officialisent l'union de l'Autriche et de la Hongrie à Budapest avec la couronne de Saint-Etienne. L'empire austro-hongrois comprend 14 groupes ethniques. Au début du XXᵉ siècle, il compte plus de 50 millions d'habitants. Après 49 ans d'existence, l'Autriche-Hongrie est dissoute après la défaite de l'empire lors de la Première Guerre mondiale.
1er juillet 1867 - Bismarck chancelier de la Confédération allemande
Le prince Otto von Bismarck devient le chancelier de la confédération de l'Allemagne du Nord le 1er juillet 1867. Il occupe ce poste pendant près de 4 ans avant de contribuer à la création de l'empire allemand en 1871. A ce titre, il est considéré comme l'un des acteurs majeurs de l'unification allemande et de l'avènement du second Reich.
10 septembre 1898 : Sissi assassinée
De son vrai nom Élisabeth de Wittelsbach, l'impératrice Sissi meurt le 10 septembre 1898, à l'âge de 60 ans. Lors d'un séjour à Genève, elle est assassinée par Luigi Lucheni, un anarchiste d'origine italienne. Son décès crée la stupéfaction à l'échelle internationale. S'ensuivent de nombreux hommages de la part de la population et des dirigeants.
28 juin 1914 - Assassinat de l'archiduc François-Ferdinand à Sarajevo
Gavrilo Princip, activiste serbe, assassine l'archiduc François-Ferdinand, héritier du trône de l'empire austro-hongrois, le 28 juin 1914. Il meurt aux côtés de sa femme, Sophie Chotek. L'attentat de Sarajevo est considéré comme l'événement historique qui a provoqué la Première Guerre mondiale.
28 juillet 1914 - L'Autriche-Hongrie déclare la guerre à la Serbie
Après avoir lancé un ultimatum, l'empire austro-hongrois déclare la guerre à la Serbie le 28 juillet 1914. L'empire allemand soutient cette décision. Les alliances géopolitiques provoquent un conflit à l'échelle européenne où s'opposent les Alliés et les empires centraux. Progressivement, la guerre implique d'autres pays, comme le Japon, le Brésil et les Etats-Unis.
1er août 1914 - Début de la Première Guerre mondiale
Après la déclaration de guerre de l'Autriche-Hongrie à la Serbie, le caractère international de la Première Guerre mondiale survient lorsque l'Allemagne entre en conflit avec la Russie le 1er août 1914. En l'espace d'un mois, les déclarations de guerre se multiplient ; dont celle de l'Allemagne à la France le 3 août et celle de la France à l'Autriche-Hongrie le 11 août.
16 août 1914 - Combat d'Antivari
Alors que l'Autriche-Hongrie profite de l'absence de marine monténégrine pour exercer un blocus et bombarder les ports du Monténégro, allié de la Russie, la France lui déclare la guerre et engage le combat en mer Adriatique. A l'arrivée des flottes françaises et anglaises, les navires austro-hongrois se réfugient dans leurs bases. Mais le 16 août 1914, les troupes de l'amiral Auguste Boué de Lapeyrère surprennent des bâtiments austro-hongrois en train de bombarder Antivari (l'actuel Bar) et les mettent en déroute. C'est la première bataille navale de la Première Guerre mondiale.
23 août 1914 - Bataille de Krasnik
Sur le front est de la Première Guerre mondiale, l'Autriche-Hongrie essaie d'entrer en Pologne pour couper un axe stratégique de ravitaillement russe entre Varsovie et Kiev. C'est à Krasnik, en Galicie, que la première armée austro-hongroise, menée par Victor von Dankle, affronte la quatrième armée russe du Baron Salza. La bataille est très meurtrière pour les deux camps. En supériorité numérique, l'armée d'Autriche-Hongrie remporte sa première victoire dans le conflit le 25 août et progresse en Pologne.
septembre 1914 - Bataille de Lemberg
Après les victoires de Krasnik, puis Komarow, l'Autriche-Hongrie a progressé face à l'armée russe, entrant en Pologne. La bataille de Lemberg, en Galicie, renverse complètement la situation sur le front Est de la Première Guerre mondiale. Après plus de deux semaines de combat, du 26 août au 11 septembre 1914, l'armée austro-hongroise de Conrad von Hötzendorf a perdu près de la moitié de ses hommes, tués ou faits prisonniers par la cinquième armée russe menée par Nikolaï Ivanov. Elle doit abandonner sa base principale de Lemberg, se repliant de 160 km vers les Carpates.
octobre 1914 - Bataille de la Vistule
Malgré son infériorité numérique, la neuvième armée allemande, menée par Paul von Hindenburg, attaque les première et douzième armées russes à l'ouest de la Vistule, en direction de Varsovie. Il s'agit de soutenir l'Autriche-Hongrie, en difficulté sur ce front. Après avoir bien progressé, les troupes allemandes sont mises en difficulté par la défense russe. Elles se replient alors en brûlant et détruisant tout sur leur passage. Les armées austro-Hongroises, présentes sur le même front, se heurtent aussi aux lignes russes.
novembre 1914 - Bataille de Kolubara
Sur le front Est de la Première Guerre mondiale, les cinquième et sixième armées d'Autriche-Hongrie envahissent la Serbie. Fortes d'une nette supériorité numérique, elles avancent vers Belgrade, obligeant les forces serbes au repli. Regroupées derrière le fleuve Kolubara, les troupes serbes de Radomir Putnik et Zivojin Misic se lancent dans une contre-offensive dévastatrice qui repousse les Austro-Hongrois hors des frontières de Serbie et leur inflige de nombreuses pertes. Plus de la moitié des soldats austro-hongrois engagés sont morts, blessés ou prisonniers.
31 janvier 1915 - Bataille de Bolimov
Sur le front est de la Première Guerre mondiale, l'Allemagne et l'Autriche-Hongrie projettent une attaque d'envergure pour prendre les Russes en tenaille par le nord et le sud. Pour ce faire, la 9e armée allemande, menée par le général August von Mackensen, doit faire une diversion en marchant vers Varsovie. Les Allemands utilisent les gaz toxiques pour la première fois. Après une première avancée allemande, les Russes reprennent le terrain perdu. Cette bataille de diversion fera quand même 40 000 morts côté russe et 20 000 côté allemand.
23 mai 1915 - L'Italie déclare la guerre à l'Autriche-Hongrie
Après s'être libérée des obligations de la Triple Alliance le 26 avril 1915, l'Italie déclare la guerre à l'empire austro-hongrois le 23 mai. Parfois appelé guerre blanche, le front italien s'étend des Alpes orientales jusqu'en Vénétie. Après 3 années d'affrontement, la victoire des Alliés permet à l'Italie d'annexer l'Istrie et le Trentin-Haut-Adige.
23 juin 1915 - Première bataille de l'Isonzo
Jusqu'alors neutre, l'Italie entre dans la Première Guerre mondiale le 23 juin 1915 en attaquant l'Autriche-Hongrie. L'armée italienne a pour but de prendre le port de Trieste, dont la majorité des habitants sont italiens. Trois fois plus nombreux que leurs adversaires, les Italiens attaquent le front, situé sur la rivière Isonzo, en trois points. Malgré son infériorité numérique, le relief montagneux profite à la défense. La première attaque est un échec. L'Italie continuera ses offensives sur ce front jusqu'en 1917.
18 juillet 1915 - Deuxième bataille de l'Isonzo
Peu après son entrée dans la Première Guerre mondiale, l'Italie poursuit son attaque sur l'Autriche-Hongrie, dans le but de prendre le port de Trieste. Après un premier échec, l'armée italienne, menée par Luigi Cadorna et Emmanuel-Philibert de Savoie, réitère ses attaques sur la rivière d'Isonzo. Malgré sa supériorité numérique et une première avancée encourageante, l'Italie ne parvient toujours pas à percer le front des tranchées austro-hongroises. Les deux camps subissent de lourdes pertes.
6 octobre 1915 - L'Autriche-Hongrie envahit la Serbie
Après une année de conflit, l'empire austro-hongrois entame la seconde campagne de Serbie en 1915 avec le soutien de l'Allemagne et de la Bulgarie. Leurs forces armées attaquent Belgrade dès le 6 octobre 1915. Cet épisode de la Première Guerre mondiale se déroule jusqu'au 10 janvier 1916 et provoque la mort de plus de 160 000 soldats.
18 octobre 1915 - Troisième bataille de l'Isonzo
Après deux échecs dans sa tentative de prendre la ville de Trieste à l'Autriche-Hongrie, l'Italie persiste dans la Première Guerre mondiale. Les troupes italiennes attaquent à nouveau le front situé sur la rivière Isonzo. Toujours en supériorité numérique, les Italiens pilonnent pendant trois jours avant leur attaque, lançant plus d'un million d'obus. Ralentis par la pluie et la boue, ils gagnent peu de terrain et le reperdent aussitôt. Les pertes humaines sont lourdes, surtout côté italien.
10 novembre 1915 - Quatrième bataille de l'Isonzo
Entrée dans la Première Guerre mondiale pour reprendre la ville de Trieste à l'Empire d'Autriche-Hongrie, l'Italie a déjà essuyé trois échecs sur ce front et n'arrive pas à franchir la rivière Isonzo. Malgré des troupes deux fois moins nombreuses et des bombardements nourris, les Austro-Hongrois tiennent bon et défendent leur ligne. L'armée italienne ne passe toujours pas. Les combats durent plus de trois semaines et entraînent de lourdes pertes, notamment du côté italien.
mars 1916 - Cinquième bataille de l'Isonzo
Les batailles de l'Isonzo sont une série de douze affrontements ayant eu lieu de 1915 à 1918 entre l'empire austro-hongrois et l'Italie, qui tente de récupérer Trieste. La cinquième bataille de cette opération eu lieu entre le 9 et le 15 mars. L'attaque italienne vise notamment à soulager les Français à Verdun. Toutefois, ils furent gênés par le manque d'artillerie et le mauvais temps. Aussi, le combat fut sans réelle conséquence.
4 juin 1916 - Offensive Broussilov
En avril 1916, le général Alexeï Broussilov prend la décision de lancer une grande offensive en été. L'opération est finalement avancée au 4 juin pour soulager à la fois les forces françaises à Verdun et les troupes italiennes qui combattent sur le front austro-hongrois. Les Russes attaquent simultanément les armées allemandes et austro-hongroises en Pologne et en Autriche-Hongrie. L'offensive durera jusqu'au mois d'octobre, se soldant par une victoire des forces russes.
8 août 1916 - Sixième bataille de l'Isonzo
Les forces italiennes affrontent pour la sixième fois l'armée austro-hongroise dans la vallée de l'Isonzo lors de la Première Guerre mondiale. Le combat s'étala sur neuf jours, allant du 8 au 17 août. Malgré de fortes pertes, les Italiens réussissent à prendre la ville de Gorizia. Toutefois, ce ne sera pas la dernière confrontation sur cette vallée. Les forces en place s'affronteront au total douze fois dans le cadre de cette campagne.
31 octobre 1916 - Neuvième bataille de l'Isonzo
Pour la cinquième fois cette année, l'armée italienne lance une offensive contre les positions austro-hongroises dans la vallée de l'Isonzo. Les combats se tiennent du 31 octobre au 4 novembre, date à laquelle l'armée italienne, gênée par les conditions climatiques et de fortes pertes, mettra fin à l'opération. La neuvième tentative ne permettra pas d'effectuer une percée dans la forteresse naturelle que constitue la région montagneuse. Après une longue pause hivernale, les Italiens lanceront de nouveau un assaut en mai 1917.
21 novembre 1916 - Décès de François-Joseph Ier
Des suites d'une congestion pulmonaire, François-Joseph Ier meurt le 21 novembre 1916 à l'âge de 86 ans, à Vienne, au palais de Hofburg. Ses obsèques se déroulent à Vienne, où il est enterré dans la crypte des Capucins. Son règne de 67 ans est considéré comme l'un des plus longs de la période historique contemporaine.
1917 - Bataille de Caporetto
La bataille de Caporetto (qui correspond aujourd'hui à Kobarid en Slovénie) voit le royaume d'Italie affronter les forces allemandes et austro-hongroises dans le nord de l'Italie entre le 24 octobre et le 9 novembre. Les combats s'achèvent sur une victoire de la Triplice, qui arrive ainsi à avancer de 100 kilomètres en direction de Venise. A l'issue du combat, le chef de l'état-major italien, le général Luigi Cadorna est contraint de démissionner.
1 juillet 1917 - Début de l'Offensive Kerenski
Alexandre Kerenski, ministre de la Guerre du gouvernement provisoire russe, demande au général Broussilov de lancer une attaque contre les forces allemandes et austro-hongroises en Galicie. Les combats s'achèveront le 16 juillet après des mutineries du côté russe. Deux jours plus tard, la Triplice réplique, faisant reculer les forces russes de près de 240 kilomètres. Ce sera la dernière offensive russe de la Première Guerre mondiale. Le gouvernement provisoire russe sera fort affaibli à l'issue des combats.
15 juin 1918 - Bataille du Piave
L'offensive du Piave a débuté le 15 juin 1918, en Italie, le long du fleuve du même nom. Elle a opposé l'Autriche-Hongrie à la France, au Royaume-Uni et à l'Italie. Les pertes austro-hongroises sont estimées à 150 000 soldats, et l'empire est alors battu. L'offensive prend fin le 25 juin, l'Autriche-Hongrie cède, les Italiens attendront le rétablissement complet des troupes pour lancer une offensive en octobre. Elle sera fatale pour l'Autriche-Hongrie.
28 octobre 1918 - Proclamation de la première république Tchécoslovaque
La première république tchécoslovaque a été promulguée le 28 octobre lors de sa proclamation d'indépendance. La Tchécoslovaquie est créée à la fin de la Première Guerre mondiale, à partir de la division de l'Autriche-Hongrie, après la signature du traité de Saint-Germain-en-Laye. Son premier président sera le tchèque Tomáš Masaryk. Sa diversité ethnique créera de nombreux conflits nationalistes dès son premier mois d'existence. La Tchécoslovaquie sera ensuite annexée en 1938 par les Allemands.
11 novembre 1918 - Fin de la Première Guerre mondiale
La Première Guerre mondiale prend fin avec la signature de l'armistice le 11 novembre 1918. Après plus de 4 années de conflit, les Alliés ressortent victorieux face aux empires centraux (Autriche-Hongrie, Allemagne, Bulgarie et empire ottoman). Ce qui marque, entre autres, la fin de l'empire austro-hongrois et de la dynastie des Habsbourg.
Décembre 1918 - Naissance de la "grande Roumanie"
La Transylvanie, ainsi que la Bessarabie et la Bucovine, intègre la Roumanie, réalisant ainsi la Grande Roumanie que les puissances alentour refusaient de voir naître. Cette intégration est permise par la dislocation de l'Empire austro-hongrois, ainsi que par l'affaiblissement de la Russie et de la Turquie suite à la Première Guerre mondiale.
10 septembre 1919 - Traité de Saint-Germain-en-Laye
Signé le 10 septembre 1919, le traité de Saint-Germain-en-Laye marque la paix entre les Alliés et la République d'Autriche allemande. Elle confirme également la dissolution de l'empire austro-hongrois en sept états distincts. Selon les paroles du président Woodrow Wilson, le document repose sur le "droit des peuples à disposer d'eux-mêmes". Son application est effective le 16 juillet 1920.