Guerre de Cent Ans : dates, durée, résumé de la guerre franco-anglaise

Guerre de Cent Ans : dates, durée, résumé de la guerre franco-anglaise La guerre de Cent Ans est un conflit qui a vu s'affronter les royaumes de France et d'Angleterre. Née d'une crise de succession au trône de France, la guerre s'achève par la victoire de la France après l'épopée de Jeanne d'Arc.

Résumé de la Guerre de Cent Ans - S'étalant de 1337 à 1453, la guerre de Cent Ans est en réalité composée d'une succession de périodes d'affrontements et de paix. Ce conflit entre deux puissants royaumes, que sont la France et l'Angleterre, éclate suite à une crise de succession. À la mort du roi de France Charles IV en 1328, le choix d'un successeur se révèle difficile. Sans héritier mâle, la dynastie des Capétiens s'éteint avec lui et la couronne revient à son cousin, Philippe VI de Valois. Cependant, il existe plusieurs autres prétendants au trône de France, dont Édouard III Plantagenêt, neveu du défunt monarque et… souverain d'Angleterre. Écarté de la succession malgré sa légitimité, il déclare la guerre à Philippe VI en 1337.

Le conflit, qui se déroule uniquement sur le continent, dévaste la France pendant 116 ans. Après les victoires anglaises de Crécy (1346) et de Poitiers (1356), les Anglais prennent l'avantage et lors du traité de Brétigny (1360), le roi de France doit céder de nombreux territoires. De 1369 à 1380, Charles V de France reconquiert une partie de son royaume. La guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons qui débute en 1407 affaiblie à nouveau la royauté française. Le roi d'Angleterre reprend l'avantage et gagne la bataille d'Azincourt (1415). Le traité de Troyes (1420), où le roi de France fait du roi d'Angleterre son héritier, est signé. Alors que la guerre semble perdue, les Français reprennent le dessus sous l'impulsion de Jeanne d'Arc et grâce aux nombreux soulèvements contre l'occupant. La bataille de Castillon gagnée par Charles VII de France en 1453 est la dernière du conflit. Obligés de signer le traité de Picquigny (1475), les Anglais sont ainsi "boutés hors de France" et perdent tous leurs territoires.

Quelles sont les causes de la guerre de Cent Ans ?

Bataille de Poitiers
Bataille de Poitiers © Mary Evans Picture Library/SIPA

La guerre de Cent Ans a pour origine les vives tensions entre la France et l'Angleterre au sujet de différents territoires dont le duché de Guyenne (Aquitaine) qui appartient à l'Angleterre depuis le mariage d'Aliénor d'Aquitaine avec le roi d'Angleterre. De plus, en 1328, Charles IV meurt sans héritier mâle pour lui succéder et Philippe VI de Valois devient roi. Neveu du monarque défunt, Édouard III fait valoir ses droits sur la couronne de France, car il descend par sa mère du roi de France Philippe IV Le Bel. Afin d'éviter que le royaume de France ne tombe entre les mains du roi d'Angleterre, les juristes français en appellent à une ancienne coutume franque, la loi salique. Selon ce code de loi, les femmes sont exclues de la succession au trône de France et par conséquent leurs descendants. Édouard III est définitivement écarté de la succession. Ce dernier persiste pourtant à revendiquer ses droits à la couronne et se proclame roi de France et d'Angleterre. La guerre de Cent Ans débute réellement en 1337, lorsque Philippe VI s'empare de la Guyenne. Édouard III débarque alors sur le continent pour affronter le roi de France.

Quand a eu lieu la guerre de Cent Ans ?

La guerre de Cent Ans a débuté le 24 mai 1337. Date à laquelle Philippe VI prend possession de la Guyenne dans le but de punir le roi d'Angleterre pour ses prétentions. Édouard III est en effet le vassal du roi de France pour le duché de Guyenne. Le 7 octobre 1337, Édouard d'Angleterre défie ouvertement le roi de France et réclame "sa" couronne. En juillet 1339, les troupes de Philippe VI assiègent sans succès Bordeaux, capitale de l'Aquitaine anglaise. C'est le commencement de plus d'un siècle de heurts entre les deux familles royales. Après l'intervention de Jeanne d'Arc, la guerre de Cent Ans tourne en faveur de la France. Elle prend fin en 1453 avec la bataille de Castillon. Le 29 août 1475, le traité de Picquigny met un terme définitif à ce conflit de plus d'un siècle.

Combien de temps a duré la guerre de Cent Ans ?

Bataille de Crécy
Bataille de Crécy © Mary Evans Picture Library/SIPA

La guerre de Cent Ans s'étend de 1337 à 1453 et aura donc duré en réalité 116 ans. Pendant plusieurs générations, les deux grandes puissances que sont la France et l'Angleterre, s'opposent pour le contrôle du royaume de France. De nombreuses confrontations se succèdent au cours de ce siècle, comme les célèbres batailles de Crécy, d'Azincourt ou de Castillon, tout comme les périodes de paix. Cette époque est également marquée par de nombreux conflits internes en France comme la guerre de Succession de Bretagne, la Grande Jacquerie ou la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons, mais aussi en Angleterre où la maison de Lancastre prend le pouvoir. Au total, ce sont dix souverains anglais et français qui se trouvent tour à tour engagés dans le conflit.

Comment Jeanne d'Arc intervient durant la guerre de Cent Ans ?

Au début du XVe siècle, à la suite de la bataille d'Azincourt, Charles VI, le roi fou, ne possède plus que la moitié de la France. Le pays est également déchiré par une guerre civile entre les Bourguignons et les Armagnacs. Cette période trouble permet au roi d'Angleterre de réaffirmer ses prétentions sur le royaume français. Avec le traité de Troyes (1420), il devient l'héritier de Charles VI. Pourtant vers 1425, une jeune fille dit entendre des voix et avoir reçu une mission divine : libérer la France de l'envahisseur anglais et placer Charles VII sur le trône de France. Convaincue d'avoir été choisie, Jeanne la Pucelle s'enrôle dans l'armée du dauphin. Elle connaît rapidement une série de victoires éclatantes et devient une icône inspirante pour les soldats. Avant d'être arrêtée par les Anglais à Compiègne en 1430, Jeanne d'Arc assiste au couronnement de Charles VII à Reims. Cette intervention "divine" permet aux Français de reprendre le dessus sur l'Angleterre. Paris est reprise en 1436 et la bataille de Castillon en 1453 met un terme à la guerre de Cent Ans.

Quelles sont les conséquences de la guerre de Cent Ans ?

Les répercussions, notamment économiques et géopolitiques, de la guerre de Cent Ans sont considérables. Défaite à la bataille de Castillon en 1453, l'Angleterre perd ses possessions françaises à l'exception de Calais. La dynastie des Plantagenêt sort fragilisée du conflit et s'engage dans une guerre civile sanglante, la guerre des Deux-Roses (1455-1485). La France, quant à elle, récupère la Guyenne et la Normandie, mais sa population est ravagée par la famine et les épidémies comme la peste noire. Un nouvel impôt, la taille, est créé pour soutenir les dépenses du pays. La guerre de Cent Ans a aussi été l'occasion d'importantes évolutions militaires, que ce soit au niveau de la stratégie militaire, des armes (artillerie, arcs, piques...) ou du type de combattants. Le conflit marque enfin la construction d'identités nationales fortes dans les deux pays.

GUERRE DE CENT ANS : DATES CLÉS

1 février 1328 - Mort de Charles IV le Bel
Le roi de France Charles IV le Bel meurt à Vincennes sans héritier mâle. Son épouse, Jeanne d'Evreux, est enceinte, mais elle accouchera d'une fille. Le trône de France revient à son neveu Philippe de Valois, qui prendra le nom de Philippe VI. Charles IV est le dernier des Capétiens directs. A sa mort, la couronne revient aux Capétiens de la branche Valois.
24 mai 1337 - Début de la guerre de Cent Ans
Refusant de rendre hommage à son suzerain le roi de France pour son duché de Guyenne, Édouard III d'Angleterre revendique également le trône français. Il est en effet le petit-fils de Philippe le Bel par sa mère. Philippe VI de France n'a d'autre choix que de confisquer la Guyenne à son vassal félon en 1337.
7 octobre 1337 - Édouard III revendique le trône de France
Après la saisie de la Guyenne par Philippe VI, Édouard III d'Angleterre conteste publiquement la légitimité de son cousin sur le trône le 7 octobre 1337, à l'Abbaye de Westminster. Après des années de tensions, la situation dégénère entre les deux ennemis séculaires. C'est le début d'un siècle de conflits entre les dynasties des Valois et des Plantagenêt.
28 décembre 1337 - Révolution dans le Comté de Flandre
Le comté de Flandre fut une principauté du royaume de France particulièrement impliquée dans les conflits opposant la France et l'Angleterre lors de la guerre de Cent Ans. Le roi d'Angleterre, jouant de l'arme économique, poussa les habitants de Gand, capitale du comté, à la révolution contre les Français le 28 décembre 1337. Menés par Jacob van Artevelde, ils prônent la neutralité dans le conflit franco-anglais, et s'administrent eux-mêmes jusqu'en 1345.
23 janvier 1340 - Édouard III d'Angleterre prend le titre de Roi de France à Gand
A la mort du Roi Charles IV de France en 1328, le trône aurait dû revenir au dernier descendant encore en vie de Philippe le Bel, le roi Édouard III d'Angleterre. Mais il fut évincé au profit de son cousin éloigné Philippe VI de Valois. En 1337, Édouard III d'Angleterre se déclare héritier légitime du trône de France, ce qui sera l'élément déclencheur de la guerre de Cent Ans. Le 23 janvier 1340, il prend le titre de roi de France à Gand, après la révolution dans le comté de Flandre.
23 juin 1340 - La Bataille navale de l'Écluse
Le 24 juin 1340 eut lieu la bataille de l'Ecluse, la première bataille navale de la guerre de Cent Ans, opposant d'une part les navires du roi Édouard III d'Angleterre, prétendant à la couronne de France, et la flotte du Roi Philippe VI de France. Cette bataille, qui eut lieu dans la mer du Nord près de la Belgique, fut remportée par les forces anglaises, tandis que l'armada française fut anéantie. Plusieurs milliers d'hommes moururent au cours du combat, la plupart par noyade.
25 septembre 1340 - La Trêve d'Esplechin-sur-Escaut
Bien qu'ayant remporté la bataille de l'Ecluse en juin 1340, le roi Édouard III d'Angleterre se trouve dans une position difficile. Financièrement exsangue, il ne peut plus payer ses alliés, et ses troupes connaissent de sérieux revers sur d'autres théâtres d'opération. Profitant de son absence, les Ecossais se lancent dans une révolte contre les troupes anglaises. Contraint, le souverain signe une trêve temporaire avec le roi de France, la Trêve d'Esplechin-sur-Escaut, le 25 septembre 1340.
7 septembre 1341 - Philippe VI soutient Charles de Blois pour la succession du duché de Bretagne
Au début de la guerre de Cent Ans, une autre guerre de succession éclate en Bretagne, entre Charles de Blois, soutien du roi de France Philippe VI, et Jean de Montfort, partisan du roi Édouard III d'Angleterre. Philippe VI de Valois prend naturellement le parti de Charles de Blois, et officialise cette position par un arrêt de la Cour des Pairs à Conflans le 7 septembre 1341.
26 septembre 1345 - Mort de Jean de Montfort
Jean de Montfort fut prétendant au duché de Bretagne de 1341 à 1345 pendant la guerre de Succession de Bretagne, en pleine guerre de Cent Ans. Allié du roi d'Angleterre Edouard III, contre le roi de France Philippe VI de Valois, il fut capturé par l'armée de Jean Le Bon fin 1341, et emprisonné à Paris durant près de quatre ans. Au mois de mars 1345, il parvient à s'échapper et reprend le combat, mais il tombe malade et meurt le 26 septembre 1345.
26 août 1346 - Défaite des Français à Crécy
Ravageant les provinces proches de la Manche, les troupes d'Édouard III se heurtent à celles de Philippe VI. Menés par les deux souverains, les osts français et anglais s'affrontent le 26 août 1346 au cours de la célèbre bataille de Crécy-en-Ponthieu (Picardie). S'ensuit alors une confrontation sanglante durant laquelle l'armée française est décimée. L'archerie y joue un rôle prépondérant en terrassant la chevalerie et l'infanterie.
4 septembre 1346 - Début du Siège de Calais
Pendant la guerre de Cent Ans, le roi de France Philippe de Valois et le roi d'Angleterre Edouard III se disputent la couronne de France. En 1346, Edouard III va mener une campagne militaire sur le sol français. Les troupes anglaises débarquent en Normandie en juillet, puis remontent vers le nord et arrivent à Calais le 4 septembre 1346. C'est le début du siège de Calais qui durera 11 mois, jusqu'à la victoire anglaise. La ville restera sous domination britannique durant deux siècles.
17 octobre 1346 - David II d'Écosse envahit l'Angleterre
Le 17 octobre 1346, David II d'Écosse envahit l'Angleterre afin de défendre les intérêts de la France, selon les termes de l'Auld Alliance. Cette « vieille alliance » entre l'Ecosse et la France stipulait que si l'un des Etats subissait une attaque de l'Angleterre, l'autre Etat devait envahir à son tour l'Angleterre. En vertu de ce traité, les troupes écossaises passèrent la frontière, mais perdirent la bataille de Neville's Cross. Le roi David II d'Écosse fut capturé et emprisonné durant 11 ans.
18 juin 1347 - La Bataille de La Roche-Derrien
La bataille de la Roche-Derrien est l'un des premiers combats de la guerre de Succession de Bretagne, partie prenante de la guerre de Cent Ans, opposant les troupes françaises et anglaises pour la couronne de France. La France perdit cette bataille, et les troupes anglaises capturèrent Charles de Blois, le prétendant au duché de Bretagne soutenu par le roi de France Philippe de Valois. Il ne sera libéré qu'en 1356 après neuf ans de captivité.
3 août 1347 - Calais se rend au roi d'Angleterre
Dix ans après le début de la guerre de Cent Ans, Calais est assiégée par l'armée anglaise. Suite à son écrasante victoire à Crécy, Édouard III veut raffermir son emprise sur le Nord de la France. Il lance alors ses troupes sur la ville en septembre 1346. Après onze mois de siège, tiraillée par la faim et sans espoir de renforts, la cité capitule le 3 août 1347. Calais ne redeviendra française que deux siècles plus tard… En 1895, Rodin sculptera "Les Bourgeois de Calais" représentant la reddition de la ville.
1348 - Fondation de l'Ordre de la Jarretière
L'ordre de la Jarretière est un ordre de chevalerie britannique fondé en 1348 par le Roi Édouard III d'Angleterre, en pleine guerre de Cent Ans. Cet ordre rassemblait 25 chevaliers autour du souverain, dit « chevaliers compagnons », et été destiné à soutenir Édouard III dans sa revendication du trône de France. L'ordre de la Jarretière existe encore de nos jours, et en faire partie constitue un grand honneur selon les coutumes de la royauté britannique.
22 août 1350 - Mort de Philippe VI de France
Philippe de Valois, roi de France depuis 1328, meurt le 22 août 1350. Son accession au trône avait résulté d'un choix politique pour écarter l'héritier légitime, le roi Edouard III d'Angleterre. Le règne de Philippe VI de France fut marqué notamment par les débuts de la guerre de Cent Ans, la guerre de Succession de Bretagne, ainsi que l'arrivée de la peste noire en France. A sa mort, il laisse à son fils Jean II de France un royaume désorganisé et convoité.
26 septembre 1350 - Couronnement de Jean II de France
Le roi de France Philippe de Valois meurt le 22 août 1350, et son fils Jean II de France, dit "Jean Le Bon", lui succède. Il sera couronné et sacré un mois plus tard le 26 septembre. Devant faire face à la défiance de la population suite aux défaites cinglantes de la guerre de Cent Ans, ainsi qu'aux conspirations de Charles II de Navarre, prétendant au trône, il règnera en solitaire entouré seulement de ses plus proches conseillers.
25 mars 1351 - Combat des Trente
A Ploërmel, lors de la guerre de Succession de Bretagne, 30 Bretons partisans de Charles de Blois affrontent 30 Anglais de l'armée de Jean de Montfort suite à un défi. Les Français emmenés par Beaumanoir sortent vainqueurs. Le récit de cette singulière bataille sera relaté par le chroniqueur français Froissart.
6 janvier 1352 - Création de l'ordre de l'Etoile
Sur le modèle anglais de l'Ordre de la Jarretière, le roi de France Jean II le Bon, crée le premier ordre de chevalerie français. La célébration de l'instauration de l'ordre de l'Etoile se déroule à Saint-Ouen.
14 août 1352 - La Bataille de Mauron
Pendant la guerre de Succession en Bretagne, la bataille de Mauron opposa le 14 août 1352 les forces anglo-bretonnes soutenant Jean de Montfort et les forces franco-bretonnes soutenant Charles de Blois. La ville fortifiée de Mauron constituait alors une place stratégique pour le contrôle de la Bretagne. La bataille de Mauron fut remportée par les troupes de Jean de Montfort, bien qu'en nombre inférieur, grâce aux archers anglais.
22 février 1354 - Le Traité de Mantes
Le Traité de Mantes fut signé le 22 février 1354 par Jean II de France et Charles II de Navarre. Voyant le roi de Navarre se rapprocher du royaume d'Angleterre, alors en guerre avec la France durant la guerre de Cent Ans, Jean II de France envoya des négociateurs pour sécuriser son royaume et signer un traité de paix avec Charles II. Le Traité de Mantes fut largement avantageux pour le roi de Navarre qui obtint la propriété de nombreux territoires sur le sol français.
10 septembre 1355 - Le Traité de Valognes
En 1354, Jean II de France et Charles II de Navarre avaient signé un traité de paix à Mantes, pour garantir le soutien du royaume de Navarre au royaume de France, pendant la guerre de Cent Ans. Mais ce premier traité ne dura pas longtemps, le roi de Navarre s'empressant de nouer une alliance avec l'Angleterre. Afin de le faire changer de position, le roi de France proposa à Charles II un nouveau traité, le Traité de Valognes, encore plus généreux que le précédent.
19 septembre 1356 - Défaite de Poitiers
L'armée française est écrasée par les archers anglais lors de la deuxième grande bataille de la guerre de Cent ans, après Crécy. Le Roi de France, Jean II Le Bon, et son fils, Philippe le Hardi, sont faits prisonniers. Le Prince Noir, fils aîné d'Édouard III d'Angleterre, les conduit à Bordeaux.
23 mars 1357 - Trêve de Bordeaux
Le 23 mars 1357, la trêve de Bordeaux est signée par la France et l'Angleterre. D'une durée d'un an, il s'agit de la quatrième trêve depuis le début de la guerre de Cent Ans. Les négociations entre Jean II le Bon, capturé lors de la bataille de Poitiers, et le Prince Noir échouent à cause de l'opposition d'Edouard III. Si la trêve est signée, le roi de France n'est pas libéré, mais fait prisonnier en Angleterre pendant trois ans.
9 juin 1358 - Bataille de Mello de la Grande Jacquerie
La Grande Jacquerie, soulèvement paysan des campagnes lors de la guerre de Cent Ans en révolte contre la noblesse, est matée le 9 juin 1358 par Charles le Mauvais. Lors de la bataille de Mello, les chevaliers tuent 7 000 paysans, et commettent un véritable massacre en représailles contre la paysannerie. Outre le chef des Jacques, Guillaume Carle, tué par traîtrise, les chiffres évoquent l'exécution de 20 000 révoltés en deux semaines.
31 juillet 1358 - Mort d'Étienne Marcel
Prévôt des marchands de Paris sous Jean le Bon, Étienne Marcel meurt à Paris le 31 juillet 1358. Il naît entre 1302 et 1310 et est à la tête, en 1357, du mouvement réformateur en faveur d'une monarchie contrôlée. Il affronte de fait le pouvoir du Dauphin, notamment par son rôle important dans les différents états généraux de la guerre de Cent Ans, dans lesquels il représente le tiers état. Il meurt assassiné par des bourgeois craignant que son opposition au Dauphin le conduise à livrer Paris aux Anglais.
10 mars 1360 - Traité de Guillon
Le 10 mars 1360, Philippe de Rouvres, duc de Bourgogne, et le roi d'Angleterre, Edouard III, signent à Guillon le traité du même nom, aussi appelé "traité des moutons d'or". Les Bourguignons, défaits, acceptent de payer 200 000 deniers d'or, dont le délai de paiement est garanti par des otages volontaires, et la libre circulation des Anglais sur leur territoire. En échange, le duché est libéré des troupes anglaises, qui marchent sur Paris.
8 mai 1360 - La paix franco-anglaise de Bretigny
Durant la guerre de Cent Ans (1337-1453), les préliminaires d'un traité de paix entre les rois de France et d'Angleterre sont signés à Brétigny (Eure-et-Loir). Le roi de France Jean II le Bon, prisonnier des Anglais depuis 1356, cède ainsi des terres au nord entre Calais et le Ponthieu et au sud, l'Aquitaine. Le roi d'Angleterre Edouard III récupère la rançon de 4 à 3 millions d'écus et renonce à revendiquer le trône de France. Le conflit entre les deux pays reprendra neuf ans plus tard.
6 avril 1362 - Bataille des mercenaires à Brignais
La bataille de Brignais oppose les grandes compagnies mercenaires à l'armée royale française, le 6 avril 1632. Les mercenaires ne sont plus payés pendant la trêve de la guerre de Cent Ans, et ils ravagent les campagnes, provoquant l'ire du roi. Les Tard-venus, une de ces compagnies, défont l'armée royale au sud de Lyon, et tuent plusieurs barons, dont Jacques de Bourbon. Si cette défaite provoque une panique dans le royaume, le manque d'unité des mercenaires et les campagnes d'Espagne et d'Hongrie où ils sont envoyés met fin à leur mouvement.
19 juillet 1362 - Fondation de la principauté d'Aquitaine
Le 19 juillet 1362, Edouard III, roi d'Angleterre, fait de la Guyenne la principauté d'Aquitaine à la tête de laquelle il place son fils Edouard. Le prince de Galles, surnommé le Prince Noir, règne sur un territoire acquis par les Anglais en 1360 par le traité de Brétigny. Les principautés d'Aquitaine seront reconquises entre 1369 et 1372 par le duc d'Anjou, frère du roi Charles V.
8 avril 1364 Mort de Jean II le Bon
Le roi de France meurt à Londres à l'âge de 45 ans. Le souverain était parti négocier les accords de Brétigny avec le roi d'Angleterre Edouard III. Sa mort réduit à néant les espoirs de paix : Français et Anglais guerroient depuis déjà une bonne vingtaine d'années. Le conflit s'achèvera un siècle plus tard. Le fils de Jean II le Bon, Charles V le Sage est proclamé roi de France.
19 mai 1364 - Sacre de Charles V
Charles V de France est sacré roi à Reims le 19 mai 1364. Son règne coïncide avec la fin de la première phase de la guerre de Cent Ans, Charles le Sage ayant récupéré la plupart des terres tombées aux mains anglaises, et restauré l'autorité de l'État. Avec la politique des apanages et des impôts durables, il met sur pied une armée permanente pour ne plus avoir recours aux mercenaires et combattre les Anglais qu'il isole diplomatiquement au moyen d'alliances avec les Gascons. Charles V meurt en 1380.
29 septembre 1364 - Bataille d'Auray
Le 29 septembre 1364 a lieu la bataille d'Auray, qui clôt la guerre de Succession de Bretagne. Partie intégrante de la guerre de Cent Ans, elle oppose l'armée anglo-bretonne de Jean IV de Montfort à des troupes franco-bretonnes. Charles de Blois trouve la mort dans la bataille, Bertrand du Guesclin est fait prisonnier, et la défaite française règle le conflit de succession. Charles V reconnaît, par le traité de Guérande l'année suivante, que Jean IV de Bretagne en est le duc.
3 avril 1367 - Du Guesclin prisonnier du Prince Noir
Bertrand du Guesclin est fait prisonnier par le prince de Galles, pendant la bataille de Najera en Navarre. Surnommé le Prince Noir, le prince de Galles enferme le futur connétable à Bordeaux où les émissaires du roi de France négocient sa libération. Du Guesclin est libéré le 17 janvier 1368.
3 décembre 1368 - Naissance de Charles VI
Charles VI de France naît à Paris de l'union de Charles V et de Jeanne de Bourbon. Il accèdera au trône dès ses 12 ans, devenant ainsi le quatrième roi de la Maison capétienne des Valois. En attendant qu'il atteigne la majorité, ce sont ses oncles (Louis de Bourbon, Louis 1er d'Anjou, Jean de Berry et Philippe de Bourgogne) qui assureront la régence. Charles VI régnera sur le royaume de France jusqu'à son décès, le 21 octobre 1422.
14 mars 1369 - Bataille de Montiel
La Bataille de Montiel (Castille-la-Manche, Espagne) se déroule dans le cadre de la guerre de Cent Ans. Elle voit s'affronter les forces pro-anglaises menées par le Portugal ainsi que les partisans de Pierre Ier dit "le cruel" aux royaumes de France et de Castille. Le conflit se solde par la victoire de l'alliance pro-anglaise, mettant fin à la première guerre de Castille. Quelques jours plus tard, c'est finalement Henri II qui prend le trône de Castille, après avoir tué son demi-frère, Pierre Ier.
2 octobre 1369 - Du Guesclin est nommé connétable
Le roi Charles V le Sage décerne au chevalier Bertrand du Guesclin le titre de connétable. Il devient ainsi commandant suprême de l'armée française. Le roi de France récompense ainsi les services rendus pendant la guerre menée contre les Anglais. Du Guesclin sera fidèle au roi et combattra pour le Royaume de France jusqu'à sa mort en 1380.
4 décembre 1370 - Bataille de Pontvallain
La bataille de Pontvallain a lieu dans le cadre de la guerre de Cent Ans en représailles à une série de pillages, menés notamment dans le nord de la France et la Beauce. Elle voit s'affronter dans le comté du Maine les forces anglaises menées par Robert Knolles et Thomas Granson, et les forces françaises de Bertrand du Guesclin, Olivier de Clisson et Jean de Vienne. Ces derniers remportent la victoire, faisant de nombreux prisonniers.
15 mars 1371 - Siège de Bressuire
Les forces françaises menées par Bertrand du Guesclin affrontent les Anglais à Bressuire (Poitou) dans le cadre de la guerre de Cent ans. Ce combat permet aux Français de récupérer la ville et son château fort, mais surtout l'intégralité du Poitou. La stratégie visant à multiplier les sièges (Bécherel, Guérande, Soubise, etc.) porte ses fruits puisqu'à la fin de l'année 1373, Charles V a également récupéré l'Aunis et la Saintonge.
22 juin 1372 - Bataille de la Rochelle
Les navires de l'alliance franco-castillane affrontent ceux de l'armée anglaise au large de la Rochelle. Ce territoire est une possession anglaise depuis 1360 et la signature du Traité de Brétigny. Charles V poursuit ici sa stratégie visant à préférer les sièges plutôt que les combats en rase campagne. Sous le commandement du connétable Bertrand du Guesclin, l'alliance franco-castillane réussit à pénétrer la ville dès le lendemain. Ils détruiront à la même époque le château Vauclair afin d'édifier la muraille du Gabut.
12 mars 1376 - Prorogation de la trêve de Bruges
La trêve de Bruges, signée le 27 juin 1375 pour une durée d'un an dans le cadre de la deuxième phase de la guerre de Cent Ans, est prorogée jusqu'au 24 juin 1377. Quelques mois plus tard, de nouvelles négociations auront lieu entre les conseillers des rois de France et d'Angleterre. Toutefois, le refus d'Édouard III, puis son décès le 21 juin 1377 mèneront à la reprise des hostilités.
16 juillet 1377 - Couronnement de Richard II d'Angleterre
Suite au décès d'Édouard III, Richard II est couronné roi d'Angleterre. Il devient à l'âge de 10 ans le huitième roi d'Angleterre de la dynastie des Plantagenêt. Toutefois, son jeune âge conduit à la mise en place d'une corégence assurée par ses oncles (Jean de Gand, Edmond de Langley et Thomas de Woodstock). Il conservera le trône jusqu'en 1399 et sa destitution. Le 29 septembre, il accepte ainsi de laisser sa couronne à Henri IV de Lancastre.
13 juillet 1380 - Décès de Bertrand du Guesclin
Bertrand Du Guesclin meurt des suites d'une maladie au cours du siège de Châteauneuf-de-Randon. Fils aîné de Robert II Du Guesclin et de Jeanne de Malesmains, il a participé à de nombreuses batailles (guerre de Cent Ans, guerre de Succession de Bretagne, Première guerre civile de Castille, etc.) au service de Navarre ainsi que de la France. Il a également obtenu de nombreux titres durant sa carrière (capitaine de Pontorson et du mont Saint-Michel, duc de Longueville, en Normandie, roi de Grenade et duc de Molina, etc.).
16 septembre 1380 - Décès de Charles V
Charles V meurt à Beauté-sur-Marne en pleine épidémie de peste. Né le 21 janvier 1338 à Vincennes de l'union de Jean II dit le Bon et de Bonne de Luxembourg, il fut roi de France de 1364 à son décès. Lors de la guerre de Cent Ans, il parvint à reconquérir la majeure partie des terres perdues par ses prédécesseurs ainsi qu'à restaurer l'autorité de l'Etat. Il fut l'instigateur d'une politique de décentralisation du pouvoir ainsi que d'une nouvelle organisation économique.
4 novembre 1380 - Sacre de Charles VI
Charles VI est sacré roi de France à Reims, devenant ainsi le quatrième roi de la branche dite de Valois de la dynastie capétienne. Charles VI n'étant âgé que de 12 ans, un système collégial de gouvernement est mis en place. Il faudra attendre 1388 pour le voir prendre de manière effective le pouvoir. Son règne s'étalera jusqu'à sa mort, le 21 octobre 1422. Il fut marqué par la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons ainsi que la poursuite de la guerre de Cent Ans.
5 août 1392 - Charles VI sombre dans la folie
Le roi Charles VI, 24 ans, est saisi d'un accès de folie, alors qu'il traverse la forêt du Mans avec ses troupes. Il croit voir autour de lui ses ennemis et s'élance en donnant des coups d'épée, tuant six chevaliers. Son règne (1380-1422) sera marqué par 44 attaques, dont chacune durera 3 à 9 mois. Les factions aristocratiques, divisés entre le duc d'Orléans et le duc de Bourgogne, se disputeront le pouvoir.
28 avril 1393 - Trêve de Leulinghem
Le 28 avril 1393, la trêve de Leulinghem signée entre la France et l'Angleterre en pleine guerre de Cent Ans quelques années plus tôt est prorogée une première fois jusqu'au 29 septembre 1394. Cette trêve de Leulinghem prévoyait l'obligation de ne construire ni ville ni forteresse à la distance de sept lieues d'une ville de l'autre camp. Elle était au départ prévue pour durer trois ans.
11 juillet 1397 - Thomas de Woodstock est accusé de trahison et arrêté
Le 11 juillet 1397, Thomas de Woodstock, l'oncle de Richard II d'Angleterre, est arrêté pour avoir critiqué la nouvelle trêve signée entre la France et l'Angleterre en pleine guerre de Cent Ans, mais également le mariage du roi avec Isabelle de Valois, la fille du roi de France Charles VI. Moins de deux mois après, Thomas de Woodstock sera exécuté sans aucun procès sur la simple accusation de trahison.
30 septembre 1399 - Henri de Lancastre devient roi d'Angleterre
Le 30 septembre 1399, après avoir capturé le roi d'Angleterre Richard II, Henri de Lancastre, fils de Jean de Gand, se fait proclamer nouveau roi d'Angleterre sous le nom d'Henri IV. Couronné le 13 octobre de la même année, Henri IV régnera jusqu'en 1413, date de sa mort. Surnommé "Henri Bolingbroke" pour sa naissance au château de Bolingbroke, Henri IV sera également le fondateur de la maison de Lancastre.
14 février 1400 - Meurtre de l'ex-roi Richard II d'Angleterre
Face au mécontentement du peuple anglais et à son comportement de plus en plus tyrannique qui inquiète même ses proches, Richard II d'Angleterre est contraint de laisser sa couronne à Henri Bolingbroke, futur Henri IV, le 29 septembre 1399. Enfermé dans la Tour de Londres, il meurt le 14 février 1400 dans des conditions troubles, probablement assassiné, ou suite à une privation de nourriture par ses geôliers. Son règne, marqué par les tentatives d'apaiser les querelles belliqueuses avec la France, marque les prémices de la monarchie absolue en Angleterre.
22 février 1403 - Naissance de Charles VII, futur roi de France
Charles VII, né le 22 février 1403, est le cinquième fils de Charles VI et d'Isabeau de Bavière. C'est le seul dauphin à atteindre l'âge adulte. Déshérité par son père au profit du roi d'Angleterre et malmené par la guerre de Cent Ans, sa vie prendra un nouveau tournant avec l'intervention de Jeanne d'Arc. C'est lui qui mettra finalement un terme à la guerre qui dure depuis un siècle avec les Anglais.
27 avril 1404 - Mort de Philippe II le Hardi duc de Bourgogne
Philippe II dit « le Hardi » (né à Pontoise en 1342) meurt à Hal (comté de Hainaut). Il se fit remarquer lors de la guerre de Cent Ans, où sa témérité à la bataille de Poitiers (1356) lui offrit son qualificatif et l'usufruit de son domaine bourguignon. Duc de Bourgogne depuis 1363, comte de Flandre, il laisse à son fils, Jean sans Peur (1371-1419), les responsabilités du patrimoine, lequel disputa le pouvoir à Louis d'Orléans, plongeant la France dans la guerre civile avec les Armagnacs.
23 novembre 1407 - Assassinat de Louis d'Orléans
Jean sans Peur fait assassiner le Duc Louis d'Orléans à sa sortie de l'hôtel Barbette, rue Vieille-du-Temple à Paris. Le Duc de Bourgogne avait pour dessein d'unir l'Artois et la Flandre à son duché. Mais son cousin, Louis Ier d'Orléans, fils du roi de France Charles V, s'opposait à son projet. En faisant éliminer son adversaire, Jean sans Peur déclenche une sanglante guerre civile entre les Armagnacs et les Bourguignons qui se terminera 30 ans plus tard avec la signature du traité d'Arras (1435).
9 mars 1409 - Paix de Chartres, cessez-le-feu entre Armagnacs et Bourguignons
La paix de Chartres est signée, mettant provisoirement fin à la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons. Parmi les 21 articles signés de la main du seigneur Jean de Montaigu, proche du roi Charles VI, le duc de Bourgogne, Jean sans Peur (1371-1419), y reconnaissait le meurtre de Louis Ier d'Orléans (1407), et présentait ses excuses à ses enfants, Philippe et Charles. Une cérémonie de conciliation fut organisée le même jour dans la cathédrale de Chartres, où les successeurs d'Orléans devaient accorder leur pardon à l'assassin de leur père.
20 mars 1413 - Mort d'Henry IV d'Angleterre
Henry IV d'Angleterre, né en 1367 à Bolingbroke (Lincolnshire), meurt à Westminster. Fils de Jean de Gand et petit-fils d'Edouard III, il fut couronné en 1399, instaurant la dynastie des Lancastre. Banni par Richard II, qui le contraignit à l'exil et lui confisqua ses biens, le duc de Lancastre parvint à juguler l'opposition féodale, forçant son adversaire à abdiquer à son profit et, durant son règne, réprima violemment les révoltes d'indépendance galloise et écossaise. Son fils, Henry V (1387-1422), lui succéda.
9 avril 1413 - Couronnement d'Henry V d'Angleterre
Henri V d'Angleterre (1387-1422) est couronné à l'abbaye de Westminster. Tirant profit des troubles d'une France déchirée par la guerre civile, Il s'allia avec les Bourguignons de Jean sans Peur. Vainqueur des Armagnacs à Azincourt (25 octobre 1415), il imposa le traité de Troyes (1420) après la conquête de la Normandie, s'assurant ainsi la régence et l'apanage du royaume de France. Il épousa la fille de Charles VI, Catherine de Valois. Il mourut de dysenterie à Vincennes, le 31 août, à l'âge de 35 ans.
13 août 1415 - Débarquement d'Henry V en Normandie
Allié du duc de Bourgogne Jean sans Peur, le roi d'Angleterre Henry V débarque en Normandie à Chef-de-Caux (estuaire de la Seine), nanti d'une flotte de 1500 navires, d'une artillerie lourde et de 30 000 hommes. S'ensuit le siège d'Harfleur (18 août), qui tombe un mois plus tard (22 septembre). La campagne de conquête de la France culmine avec la victoire anglaise sur les Armagnacs, lors de la bataille d'Azincourt (25 octobre 1415).
25 octobre 1415 - Bataille d'Azincourt
L'armée française est écrasée par les troupes anglaises du roi Henri V à Azincourt, au nord de la Somme. Embourbés, les chevaux de la noblesse française ne parviennent pas à contrer les archers anglais. De nombreux chevaliers sont faits prisonniers. Bien qu'en supériorité numérique (50 000 contre 15 000 anglais) les Français sont trop désorganisés. Azincourt est l'une des batailles les plus meurtrières du Moyen Age. Suite à cette victoire, Henri V s'emparera de la Normandie.
1 août 1417 - Débarquement d'Henry V
Henry V d'Angleterre débarque ses troupes à l'embouchure de la Touques (aujourd'hui Trouville) : 10 000 hommes et du matériel d'artillerie. Aussitôt, le siège du château est entrepris, lequel tombe le 9. L'avancée anglaise est alors irrésistible et les citadelles normandes se rendent les unes après les autres : Lisieux, Dives, le 13, Auvillars, le 14, Eterville, le 17. Caen est assiégé dès le 18 août. Puis Bayeux (15 septembre), Alençon (12 octobre), Falaise (novembre). Seul le Mont-Saint-Michel résista.
19 septembre 1417 - Capitulation de Caen
Après un mois de siège, le château de Caen se rend aux troupes d'Henry V, qui en fait son quartier général. La campagne de Normandie dura deux ans, jusqu'en décembre 1419 et la prise de Château-Gaillard. Après la victoire sur les Armagnacs à Azincourt (1415), la Normandie est désormais anglaise. Henry V impose à Charles VI le Fou le traité de Troyes (21 mai 1420), qui en fait le futur roi de France et d'Angleterre.
29 juillet 1418 - Début du siège de Rouen par Henry V
Les Anglais campent devant Rouen. Ne chutant qu'après six mois d'un siège long et éprouvant qui fit 35 000 morts (19 janvier 1419), soit la moitié de sa population. Point d'orgue de la campagne, la prise de la capitale du duché de Normandie ouvre la route du royaume de France à Henry V d'Angleterre, qui fit de son château seigneurial sa résidence. Ce n'est qu'en 1449 qu'elle repassa dans le giron français sous les auspices de Charles VII.
16 septembre 1418 - Le dauphin refuse la main tendue des Bourguignons
Le traité de Saint-Maur est signé entre Jean sans Peur, duc de Bourgogne, et Isabeau de Bavière, épouse de Charles VI le Fou. Dans le but d'une réconciliation, ce traité stipule que le dauphin, futur Charles VII (1403-1461) est nommé régent de France en raison de la démence de son père, mais il est lui-même placé sous tutelle bourguignonne. Le jeune Charles rejette le texte avec vigueur.
11 juillet 1419 - Paix de Ponceau entre Jean sans Peur et le dauphin
En 1419, est passé le serment de Pouilly (ou « paix de Ponceau ») entre Jean sans Peur et le dauphin, futur Charles VII. Déçu par sa rencontre avec Henry V d'Angleterre, le duc de Bourgogne opte alors pour un rapprochement avec le roi de France. Est alors convenu un rendez-vous sur le pont de Montereau (Yonne), entrevue avortée du fait de l'assassinat de Jean sans Peur par des proches conseillers du dauphin.
10 septembre 1419 - Assassinat de Jean sans Peur
En pleine guerre de Cent ans, le duc de Bourgogne Jean sans Peur est assassiné à Montereau par un proche du dauphin Charles, héritier du trône de France. Ce dernier s'était fait convaincre, douze ans après, de venger l'assassinat de Louis d'Orléans. Le meurtre relance la querelle entre Armagnacs et Bourguignons, divisant des Français déjà affaiblis par la défaite d'Azincourt. Charles est déshérité par son père Charles VI le Fou en 1420. Il devra attendre dix ans pour qu'une certaine Jeanne d'Arc l'aide à retrouver le trône de France.
21 mai 1420 - Le traité de Troyes
Le duc de Bourgogne Philippe Le Bon et le roi d'Angleterre Henri V signent le traité de Troyes (Aube) qui livre la France aux Anglais. En effet, Henri V obtient par ce traité la couronne de France en tant qu'héritier de Charles VI le fou. Le traité prévoit également le mariage d'Henri V avec Catherine de Valois, fille de Charles VI, afin de légitimer cette succession. Leur fils, futur Henri VI d'Angleterre, naît le 6 décembre 1421. Le traité de Troyes est le résultat de la défaite française d'Azincourt (25 octobre 1415) et de la division du royaume entre les Bourguignons et les Armagnacs. Charles VI ne règne plus que sur la moitié sud de la France, son conseil et sa cour sont itinérants et sa maladie l'empêche de gouverner seul. Charles VII a bien tenté d'assurer la régence, mais par ce traité, il est exclu de la succession.
2 juin 1420 - Catherine de Valois devient reine consort d'Angleterre
Catherine de Valois épouse Henry V le 2 juin 1420 à l'église Saint-Jean-du-Marché de Troyes. De leur union naît en 1421 Henry VI, futur roi d'Angleterre.
6 décembre 1421 - Naissance d'Henry VI d'Angleterre
De l'union de Henry V et Catherine de Valois naît, au château de Windsor, Henry VI (mort assassiné à Londres en 1471), futur roi d'Angleterre. Il est très vite appelé au trône, dès 1422 à la mort de son père, règne qu'il exerça d'abord sous la tutelle de ses oncles, Humphrey, duc de Gloucester et Jean de Lancastre, duc de Bedford (pour la France, jusqu'à son sacre en 1431). Il fut destitué (1461) par Edouard IV suite à la guerre des Deux-Roses.
31 août 1422 - Mort prématurée d'Henry V, roi d'Angleterre
Alors à l'apogée de son règne, mais sans avoir pu revêtir la couronne de France, Henry V d'Angleterre meurt à 35 ans de dysenterie au château de Vincennes. Lui revient, avec l'empereur Sigismond, le haut mérite d'avoir mis fin au Grand schisme d'Occident, par l'élection de Martin V. Inhumé en grande pompe à l'abbaye de Westminster, sa disparition tragique inspira une pièce éponyme à Shakespeare.
21 octobre 1422 - Mort du roi de France, Charles VI le Fou
Charles VI le Fou décède à Paris deux mois après le roi d'Angleterre dont il avait fait son héritier par le Traité de Troyes. Incapable de gouverner en raison de crises de démence de plus en plus fréquentes et prononcées, le roi de France laisse enfin la place à son dauphin, le futur Charles VII.
30 octobre 1422 - Charles VII se confère le titre de roi de France
Passant outre le traité de Troyes (1420) qui le déshérite au profit d'Henri V d'Angleterre, Charles VII se proclame roi de France à Mehun-sur-Yèvre (près de Bourges), à la place du successeur légitime, le très jeune Henry VI. Mais Charles VII ne sera sacré roi de France qu'à Reims en 1429 grâce à Jeanne d'Arc. Son règne sera marqué par un essor commercial et des réorganisations politiques majeures.
17 avril 1423 - Alliance entre les ducs de Bourgogne, de Bretagne et les Anglais contre Charles VII
A Amiens, le duc de Bedford, qui assure la régence du trône d'Angleterre au nom du tout jeune Henri VI, signe une triple alliance avec les ducs Jean V de Bretagne et Philippe de Bourgogne, connue sous le nom de Traité d'Amiens. Malgré le traité de Troyes (1420), Charles VII, qui s'est replié à Bourges, projette de reconquérir les terres au nord de la Loire, occupées en grande partie par les Anglais.
3 juillet 1423 - Naissance de Louis XI, fils et héritier de Charles VII
Louis XI, futur roi de France, est né à Bourges, du mariage de Marie d'Anjou et de Charles VII. Il est le sixième roi de la branche Valois des Capétiens. Louis XI "le prudent" hérite en 1461 d'un royaume dévasté par la guerre de Cent Ans et la sanglante guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons. Il renforcera l'autorité royale, en mettant au pas les grands feudataires du royaume de France : le Maine, l'Anjou, la Provence, la Bourgogne.
31 juillet 1423 - Défait par les Anglais, Charles VII doit se retirer à Bourges
L'armée anglaise et ses alliés bourguignons battent les soldats de Charles VII, lors de la bataille de Cravant (Yonne). Les hostilités de la guerre de Cent Ans reprennent après le traité de Troyes (1420), qui déshérite le dauphin. Occupant le nord de la Loire, les Anglais, supérieurs en nombre, obligent Charles VII à une retraite défensive vers le Sud, qu'il gouverne toujours. Il hérite alors du surnom de "roi de Bourges".
26 septembre 1423 - Victoire française sur les Anglais à La Gravelle
Les Français de Charles VII, portés par les chevalier Ambroise de Loré et capitaine Jean VII d'Harcourt, défont lourdement les Anglais de William de la Pole lors de la bataille de la « besoigne » de la Brossinière (Mayenne), dite parfois bataille de la Gravelle. Alors que la guerre de Cent Ans venait juste de reprendre, cette glorieuse victoire annonce le basculement du conflit, et resta un « heureux présage » pour Charles VII.
17 août 1424 - Défaite de Charles VII face aux Anglais à Verneuil
Le régent d'Angleterre, le duc de Bedford, alliés aux Bourguignons, défait les forces françaises de Charles VII lors de la bataille de Verneuil (Normandie). Malgré le soutien d'un contingent écossais, l'armée du "dauphin" ne résiste pas à l'assaut des archers anglais, menés par Jean de Lancaster. Connue pour être un duel d'archerie, la déroute de Verneuil a entraîné la perte de 6 000 soldats français (sur les 12 000 présents).
1 mai 1426 - Convocation des Etats généraux par Yolande d'Aragon
La reine de Sicile Yolande d'Aragon (1381-1442), belle-mère du jeune Charles VII, convoque les Etats généraux à Saumur. Manœuvrant au nom des intérêts des Valois et garante des prérogatives de son protégé, Charles VII, elle y signe un traité avec le duc de Bretagne, Jean V, afin qu'il rompe son alliance avec les Anglais, déjà alliés des Bourguignons, exhortant le frère du duc, Arthur de Richemont, fait connétable en 1425, à épouser sa cause.
8 février 1427 - Arrestation de Pierre de Giac, ancien favori de Charles VII
Le chevalier et seigneur Pierre de Giac (né en 1377), favori du roi Charles VII, est arrêté à Issoudun, sur ordre du connétable Arthur de Richemont et de Yolande d'Aragon. Nommé maître des finances, puis chef du conseil, il fut éliminé en raison de sa politique désastreuse et son influence grandissante sur le jeune souverain. Suite à un procès sommaire, il est condamné à être exécuté par noyade, à Dun-le-Roi (Cher).
12 juin 1427 - Assassinat du "Camus de Beaulieu", favori de Charles VII
Jean Vernet, militaire auvergnat dit le « Camus de Beaulieu » et nouveau favori du roi de France Charles VII, après la mort de Pierre de Giac, est assassiné par Jean de Brosse à Poitiers. Nommé rapidement grand-maître des écuries, puis capitaine de Poitiers, son influence sur le jeune souverain finit d'agacer sa belle-mère, Yolande d'Aragon, et le chef du gouvernement, le connétable de Richemont, lesquels décident de s'en débarrasser. Il est remplacé par Georges de la Trémoille, grand chambellan de France.
mai 1428 - Jeanne d'Arc entreprend de délivrer la France
Ayant entendu des voix l'appelant à délivrer la France du joug anglais et de placer le dauphin sur le trône, une bergère lorraine de 17 ans, Jeanne d'Arc, se présente à Robert de Baudricourt, capitaine de Vaucouleurs. La ferveur populaire le force à lui délivrer un sauf-conduit et une escorte pour Chinon, où elle s'apprête à y rencontrer le futur Charles VII. Après avoir été autorisée à parler à ce dernier, qui méfiant, la fait emprisonner pour la forme, la « pucelle » est envoyée à Orléans, assiégée par les Anglais.
12 octobre 1428 - Début du siège d'Orléans par les Anglais
Après avoir sécurisé le périmètre environnant (août et septembre), les troupes anglaises de Thomas Montaigu, comte de Salisbury, campent devant Orléans, dernier bastion sur la Loire, porte des terres du Sud que gouverne encore le dauphin. Cherchant à encercler la cité, dûment fortifiée, par l'édiction de bastilles, les Anglais commencent un long siège. Défendue par la garnison française de Jean de Dunoy, Orléans tint jusqu'au 8 mai 1429, quand Jeanne d'Arc la délivre.
12 février 1429 - Déroute française lors de la "Journée des harengs"
Désireux de se ravitailler, plusieurs milliers d'Orléanais, conduits par Jean de Dunois, comte de Longueville, décident de sortir de leur cité assiégée, afin d'arraisonner un convoi de 300 chariots anglais venant de Chartres, lequel transportait parmi ses victuailles quantité de poisson. Dans ce qui fut la bataille de Rouvray, dite « journée des harengs », les Français furent déboutés par la tactique défensive – en cercle – de la caravane, que protégeaient 1 500 soldats d'escorte, menés par John Falstoff.
29 avril 1429 - Jeanne d'Arc entre à Orléans
Événement majeur de la seconde moitié de la guerre de Cent Ans, le siège d'Orléans se déroule d'octobre 1428 à mai 1429. Place forte protégeant l'accès au Sud de la France, la ville revêt une importance capitale pour les deux camps. Menée par Jeanne d'Arc, l'armée française brise le blocus et entre à Orléans le 29 avril 1429. Face à l'arrivée des renforts ennemis, les Anglais lèvent finalement le siège de la cité le 8 mai 1429.
juin 1429 - L'armée de Charles VII lance la campagne de la Vallée de la Loire
Après Orléans, l'armée de Charles VII s'empare de Jargeau (12 juin), battant les 5 000 Anglais de Guillaume de la Pole, puis de Meung-sur-Loire (14 juin), Beaugency (15-16 juin) et Patay, où Jeanne d'Arc bat Talbot (18 juin). C'est la dernière des batailles de la campagne du Val de Loire (1428-1429), qui a permis la libération de la région. Elle marque un tournant dans la guerre de Cent Ans.
9 juillet 1429 - Prise de Troyes par Charles VII
Avant Châlons et Reims, Troyes ouvre ses portes à l'armée de Charles VII grâce à Jeanne d'Arc, après quelques jours de siège. Selon la légende, la ville qui a prêté serment d'allégeance au roi d'Angleterre, refuse de donner ses clés. Elle cède à la seule vue de la "pucelle", ouvrant ainsi la route de Reims où le dauphin pourra être couronné.
17 juillet 1429 - Couronnement de Charles VII
Après sa victoire à Orléans, Charles VII rejoint la cathédrale de Reims pour y être sacré le 17 juillet 1429. Il se rend à "la cité des rois", encerclée par les Anglais, accompagné de Jeanne d'Arc. Empêtré dans la guerre de Cent Ans, celui que l'on appelle encore le "dauphin" devient enfin roi de France. Ce sacre renforce son pouvoir et sa légitimité auprès du peuple. Il peut à présent se consacrer pleinement à la reconquête de son royaume.
15 août 1429 - "Statu quo" de Montépilloy entre Anglais et Français
Les armées anglaises, commandées par le duc de Bedford, et françaises de Charles VII, placées sous la houlette de Jeanne d'Arc et de son compagnon, Etienne de Vignolles, dit « la Hire », se rencontrent lors de la bataille de Montépilloy (près de Senlis). Ni victoire ni défaite, aucune formation ne quittant, sous un soleil de plomb, ses positions, la rencontre s'achevant finalement sur un statu quo, malgré les invectives des troupes du roi de France pour faire « bouger » leurs adversaires.
23 mai 1430 - Jeanne d'Arc arrêtée à Compiègne
Suite à une série de victoires écrasantes, Jeanne d'Arc se lance avec son armée dans la reconquête du bassin parisien. En avril 1430, la ville de Compiègne est assiégée par les Bourguignons, alliés des Anglais. Jeanne d'Arc vole alors au secours des habitants, mais est capturée le 23 mai 1430. Désireux de discréditer le sacre de Charles VII, les Anglais demandent à ce qu'elle leur soit livrée dans leur fief normand.
21 novembre 1430 - Jean de Luxembourg remet Jeanne d'Arc aux Anglais
Par l’intermédiaire de Jean de Luxembourg, les Bourguignons remettent Jeanne d’Arc aux Anglais. Ce dernier l’avait lui-même capturée à Compiègne. Il la remet contre une somme de 10 000 livres. Les Anglais la confieront eux-mêmes à la justice de l’Eglise en assurant qu’ils la reprendront si elle n’est pas accusée d’hérésie.
9 janvier 1431 - Début du procès de Jeanne d'Arc
Le procès de Jeanne d'Arc s'ouvre à Rouen, le 9 janvier 1431. "La Pucelle d'Orléans" y est jugée par un tribunal ecclésiastique dirigé, en sous-main, par l'Angleterre. Face à l'Inquisition, elle avoue avoir entendu des voix. Plusieurs charges sont retenues contre elle, dont le port de vêtements d'homme et le refus de soumission à l'Église militante. Elle est finalement reconnue coupable d'hérésie et de sorcellerie et condamnée à mort.
30 mai 1431 - Jeanne d'Arc au bûcher
Un an après sa capture par les Bourguignons à Compiègne, Jeanne d'Arc est conduite sur le lieu de son exécution. Le 30 mai 1431, après un procès inéquitable, elle meurt brûlée vive sur le bûcher. Quand la ville est reprise par l'armée française, Charles VII demande la révision de son procès. Celui-ci est déclaré nul un quart de siècle plus tard, le 7 juillet 1456, et Jeanne d'Arc est réhabilitée.
16 décembre 1431 - Sacre d'Henri VI d'Angleterre en tant que roi de France
En vertu du traité de Troyes (1420), Henri VI d'Angleterre (1421-1471) est sacré roi de France, à l'âge de dix ans, dans la cathédrale Notre-Dame de Paris par le cardinal Henri de Beaufort. Toutefois, en raison de la loi salique, selon laquelle sa mère, Catherine de Valois, ne pouvait lui transmettre la Couronne – elle ne détenait pas de droits à la succession –, il fut déchu de son titre en 1453, Charles VII étant alors rétabli sur le trône.
janvier 1432 - Création de l'Université de Caen
Soucieux de s'attirer la bienveillance de ses habitants, Jean de Lancastre (1389-1435), duc de Bedford, régnant au nom d'Henri VI d'Angleterre, décide de fonder l'Université de Caen (Basse-Normandie), les structures d'enseignement ayant été mises à mal par Henri V lors du siège de la cité (1417). Se réduisant d'abord aux facultés de droit canon et de droit civil, l'université ne se dota de ses pôles d'arts, de médecine et de théologie qu'en 1437. Charles VII reconnut officiellement l'université le 31 juillet 1450.
9 mai 1435 - Victoire française sur les Anglais à Gerberoy
Alors que la guerre de Cent Ans s'envenime, les troupes françaises des seigneurs Jean Poton de Xaintrailles (v. 1400-1461) et Etienne de Vignolles (dit « la Hire », 1390-1443) vainquent les 3 000 Anglais de John FitzAlan, comte d'Arundel, dans la bataille de Gerberoy (Beauvaisis), dite également « d'Arondel », en Picardie. Ce n'est qu'en 1451 que la Normandie passera effectivement sous le contrôle de Charles VII.
21 septembre 1435 - Traité d'Arras
La signature du traité d'Arras en 1435 met fin à la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons. Philippe III de Bourgogne et Charles VII signent une paix durable qui préfigure la fin de la guerre de Cent Ans.
13 avril 1436 - Prise de Paris par Arthur de Richemond
Menée par le connétable Arthur III de Richemont (1393-1458), l'armée française entre dans Paris, délivrant ainsi la ville de l'occupation anglaise. En novembre 1438, Charles VII (1403-1461) put réinvestir sa capitale, abandonnée en 1418, y restaurant symboliquement son autorité. Commandé par le comte d'Angiviller au nom de Louis XVI, un tableau de Jean-Simon Berthélemy commémore l'événement : "La Reprise de Paris sur les Anglais" (1787).
12 novembre 1437 - Entrée dans Paris de Charles VII
Le roi Charles VII entre triomphalement à Paris après dix-neuf ans d'absence. La capitale s'est rendue d'elle-même, ayant chassé les troupes anglaises. La reprise de Paris est le point culminant de la campagne de reconquête du royaume de France qui a commencé avec Orléans en 1429. La France est presque entièrement libérée du joug anglais. La trêve de Tours (20 mai 1444) complète les succès du roi.
2 février 1439 - Nomination de Jacques Cœur en tant que grand argentier de France
Le marchand et homme d'affaires Jacques Coeur (1400-1456) devient le grand financier du royaume de France. Premier créancier et banquier de Charles VII, devenu maître des monnaies à Bourges en 1435, il réorganise complètement les finances du pays, dans un état désastreux. Il contribue ainsi à l'effort de guerre en fournissant au roi les moyens nécessaires à sa lutte pour chasser les Anglais de France.
2 novembre 1439 - Charles VII instaure la paiement de "la taille"
Pour "bouter" les Anglais hors de France, le roi doit retrouver une armée. Sous le nom de "taille", l'argent nécessaire à l'effort de guerre sera ponctionnée sous forme de taxe dans chaque famille du royaume. Le clergé et la noblesse ne sont pas concernés. Les délégués des États généraux autorisent Charles VII à prélever la taille chaque année.
février 1440 - Début de la "Praguerie"
Refusant l'ordonnance du 2 novembre concernant la réforme de l'armée (Etats généraux d'Orléans, suite aux exactions des « écorcheurs »), les grands seigneurs et vassaux de France se lèvent contre le roi, Charles VII. Comptant parmi d'autres Jean II d'Alençon, Charles de Bourbon ou Georges de la Trémoille, la « Praguerie » – en référence à la révolte des Hussites en Bohême – parvient à gagner le dauphin, Louis XI, à sa cause, mais repoussée en Poitou et en Bourbonnais, elle est finalement écrasée en Auvergne.
24 juillet 1440 - Signature du traité de Cusset, qui met un terme à la "Praguerie
Est signé le traité de Cusset (Auvergne), mettant fin à la « Praguerie », qui vit les grands vassaux de France se soulever contre Charles VII et Arthur de Richemont (depuis février 1440). En vue de pacifier le royaume, le roi « pensionne » les seigneurs insurgés et gratifie la loyauté de ses fidèles. Son fils, Louis XI, le dauphin, qui fut convaincu de prendre part à la révolte contre son père, en lui faisant miroiter sa mise sous tutelle, est nommé au gouvernement du Dauphiné, en guise d'exil doré.
28 avril 1442 - Naissance d'Edouard IV, roi d'Angleterre
Edouard IV, futur roi d'Angleterre (1461-1470 et 1470-1483), naît à Rouen. Fils de Richard d'York, et chef de la Maison du même nom, il lutta, lors de la fratricide guerre des Deux-Roses, face à Henri VI de Lancastre, qu'il parvint à destituer en 1461. Il rallia la cause de Charles le Téméraire, puissant duc de Bourgogne, contre Louis XI, mais ce dernier le convainquit de rembarquer (paix de Picquigny, 1475). A sa mort, soudaine, à Westminster, le 9 avril 1483, son fils, Edouard V lui succéda.
8 juin 1442 - Départ de l'armée de Charles VII pour la campagne de Guyenne
Menant l'expédition de Guyenne, avec près de 30 000 hommes, Charles VII atteint Toulouse. Unissant autour de lui la noblesse française, les comtes d'Armagnac, de Foix, d'Albret, et s'assurant le soutien des grands vassaux du sud, il marche sur Tartas, près de Dax, qu'il prend le 24 juin aux Anglais. Ces derniers sont démunis et à court de renforts. La campagne se poursuit favorablement à Agen, puis à Montauban. Durant l'été, l'armée royale va libérer les Landes, l'Aquitaine et tout le Languedoc.
26 mai 1445 - La première armée permanente en France
Le roi Charles VII crée les Compagnies d'ordonnance. Cette nouvelle formation militaire constitue la première armée permanente à la disposition du roi de France. Auparavant pour faire la guerre, le roi faisait appel à ses vassaux selon la coutume féodale du ban. Mais les vassaux n'étaient obligés de servir que pendant 40 jours. Le roi devait alors recruter des mercenaires qui coûtaient cher et se révélaient souvent incontrôlables.
16 mars 1448 - Début de la campagne de Normandie
Le 16 mars 1448 marque, avec la reddition de la ville du Mans, le début de la campagne de Normandie. Le duché de Bretagne et le Royaume de France s'opposent au duché de Normandie et au Royaume d'Angleterre. Après une année de combats de 1448 à 1449, la victoire finale sera franco-bretonne.
28 avril 1448 - Création du corps des francs-archers
Le 28 avril 1448, le roi Charles VII de France promulgue une ordonnance pour la création d'un corps de francs-archers dans les troupes françaises. Cette ordonnance prévoit que chaque groupe de plus de cinquante feux doit être accompagné d'un homme équipé en archerie. Ces francs-archers étaient généralement des roturiers qui se voyaient alors dispensés du paiement de la taille contre leur engagement militaire dans l'armée royale.
23 mars 1449 - François de Surienne s'empare de la ville de Fougères
Le 23 mars 1449, en pleine trêve entre la France et l'Angleterre, François de Surienne, dit « l'Aragonais », s'empare de la ville bretonne de Fougères. Celui qui aura passé plus de vingt années de sa vie au service du roi d'Angleterre était connu comme un artilleur exceptionnel qui, avant la ville de Fougères, dénombrait déjà la prise de plus d'une trentaine de villes. Son action sema le trouble entre la France et l'Angleterre, alors en guerre.
19 juillet 1449 - Prise de Verneuil
Le 19 juillet 1449, Pierre de Brézé, sur ordres du roi de France Charles VII, rentre dans la ville de Verneuil pour s'en emparer. Cet épisode, situé à la fin de la guerre de Cent Ans entre la France et l'Angleterre, fait partie de la reconquête de la Normandie par le royaume de France. En moins d'un mois, les Français parviennent à leurs fins en obligeant la garnison anglaise à se rendre.
10 novembre 1449 - Libération de la ville de Rouen
Le 10 novembre 1449, après plus de 30 ans d'occupation anglaise, la ville de Rouen est libérée par le roi de France Charles VII qui fait une entrée solennelle dans la ville. Cette victoire du roi de France fait partie d'une plus grande liste de reconquêtes de territoires français abandonnés aux Anglais durant la guerre de Cent Ans. D'autres victoires permettront au roi Charles VII de mettre progressivement fin à cette guerre entre la France et l'Angleterre.
1 janvier 1450 - Prise d'Harfleur
Le 1er janvier 1450, le roi de France Charles VII reprend la ville d'Harfleur, détenue depuis 1415 par les Anglais, à l'issue d'un siège. Cette libération de la ville d'Harfleur fait partie des victoires successives du roi Charles VII sur les Anglais dans la reconquête de la Bretagne et de la Normandie qui mettra progressivement fin à la guerre de Cent Ans entre la France et l'Angleterre.
15 avril 1450 - Bataille de Formigny
Le 15 avril 1450 est la date de la bataille de Formigny, une bataille rattachée à la guerre de Cent Ans opposant la France et l'Angleterre. Menées par Charles de Bourbon et Arthur de Richemont, les troupes franco-bretonnes parviennent à force de combats à battre les Anglais. La Normandie sera ensuite totalement récupérée par la France, mettant en partie fin à la guerre de Cent Ans.
12 juin 1451 - Signature du traité de capitulation de la ville de Bordeaux
Le 12 juin 1451, la ville de Bordeaux fait l'objet d'une signature de traité de capitulation, conclu entre le royaume de France, représenté par les troupes de Charles VII, et le royaume d'Angleterre. En pleine guerre de Cent Ans opposant les deux pays, la ville de Bordeaux sera remise aux Français, qui l'occuperont le 29 juin, avant que l'anglais John Talbot ne vienne la reprendre en 1452.
2 octobre 1452 - Naissance du futur roi d'Angleterre, Richard III
Le 2 octobre 1452 est marqué en Angleterre par la naissance de celui qui deviendra roi du royaume, Richard III. Frère du roi Edouard IV, Richard III d'Angleterre régnera sur le royaume britannique de 1483 à 1485, date à laquelle il perdra la vie au cours de la bataille de Bosworth, une mort qui mettra un terme à la guerre des Deux-Roses. L'écrivain Shakespeare lui consacrera quelques années plus tard une pièce de théâtre.
23 octobre 1452 - L'anglais John Talbot reprend la ville de Bordeaux
Le 23 octobre 1452, la ville de Bordeaux repasse aux mains des Anglais. Après avoir fait l'objet d'une signature de traité de capitulation un an plus tôt, la ville de Bordeaux, alors occupée par les troupes françaises de Charles VII, sera reprise par l'anglais John Talbot en 1452. Cette lutte entre les deux pays pour détenir la ville de Bordeaux illustre la guerre de Cent Ans qui a opposé la France et l'Angleterre.
17 juillet 1453 - La bataille de Castillon
L'armée française de Charles VII remporte une victoire décisive sur les Anglais dans le village girondin de Castillon. Cette bataille marque pour certains la fin de la Guerre de Cent Ans, car à l'issue des combats les Anglais renoncent à s'emparer du trône de France. Elle met aussi un terme définitif à la présence anglaise en Guyenne. La reconquête de la région aquitaine sera complète quand le roi de France s'emparera de Bordeaux le 19 octobre. Les Anglais seront alors définitivement "boutés" hors du royaume. La bataille de Castillon voit également la mort d'un des chefs anglais de la guerre de Cent Ans, John Talbot.
28 juin 1461 - Couronnement d'Edouard IV d'Angleterre
Le 28 juin 1461, Edouard IV est proclamé roi d'Angleterre. Fils de Richard d'York et de Cécile Neville, il sera le premier roi d'Angleterre appartenant à la Maison d'York. Le début de son règne sera marqué par la guerre des Deux-Roses qui opposera pendant de longues années et de nombreuses batailles sa propre dynastie à la Maison de Lancastre. Il mourra soudainement le 9 avril 1483.
22 juillet 1461 - Disparition du roi de France Charles VII
Charles VII meurt à Mehun-sur-Yèvre le 22 juillet 1461. Surnommé le "Victorieux" ou le "Bien Servi", il a mis fin à la guerre de Cent Ans, en 1453. Déshérité par son père au profit du roi d'Angleterre, Charles VII a dû attendre l'intervention de Jeanne d'Arc pour retrouver sa légitimité. Son fils, Louis XI, lui succède.
15 août 1461 - Couronnement de Louis XI
Louis XI, fils de Charles VII et de Marie d'Anjou, est couronné roi de France à Reims. Surnommé "Le Prudent", il règnera en défendant les paysans et en s'attachant au peuple, une action située à l'opposé du renforcement de son autorité royale et à l'encontre des grands feudataires du royaume de France.
29 août 1475 - Le traité de Picquigny
La bataille de Castillon (1453) est par de nombreux aspects la fin de la guerre de Cent Ans, mais c'est le traité de Picquigny signé en 1475 qui met un terme définitif au conflit. En 1474, le duc de Bourgogne, Charles le Téméraire, toujours en quête de territoires, s'allie à Édouard IV d'Angleterre. En juillet 1475, les forces anglaises débarquent, mais leur allié bourguignon est parti guerroyer dans d'autres contrées. Louis XI en profite pour faire signer un traité au roi d'Angleterre. Édouard IV obtient des sommes importantes de la France. En échange, il doit retourner en Angleterre, mettre fin à l'alliance avec le duc de Bourgogne et légitimer le roi de France.