Guerre de Trente Ans : résumé du conflit européen de 1618 à 1648

Guerre de Trente Ans : résumé du conflit européen de 1618 à 1648 La guerre de Trente Ans s'est déroulée de 1618 à 1648. Elle éclate suite à la querelle entre des princes allemands catholiques et protestants et prend rapidement une ampleur européenne, causant la mort de millions de personnes.

La guerre de Trente Ans résumée - La guerre de Trente Ans correspond à une série de conflits religieux et politiques qui se sont déroulés en Europe du 23 mai 1618 au 24 octobre 1648. Elle voit s'affronter deux camps : les Habsbourg d'Espagne et du Saint-Empire, catholiques, et les princes des États allemands du Saint-Empire, majoritairement protestants. La plupart des nations d'Europe ont participé à cette guerre qui a causé de lourdes pertes humaines : entre 4 et 7 millions de morts. Ce sont les traités de Westphalie, signés en octobre 1648, qui marquent la fin de la guerre de Trente Ans. L'Allemagne divise officiellement ses pouvoirs religieux et politiques. La France commence à dominer les relations européennes, tandis que l'Espagne décline dangereusement.

Pourquoi la guerre de Trente Ans a-t-elle eu lieu ?

La Réforme protestante trouve son origine dans les "95 thèses" rédigées par Martin Luther en 1517. Le protestantisme se diffuse alors en Prusse et dans les pays du Nord ; les princes germaniques se convertissent. En 1555, la signature de la Paix d'Augsbourg entérine le fait que deux religions peuvent coexister en Allemagne, les luthériens et les catholiques. L'Empereur du Saint-Empire germanique, Charles Quint considère qu'il a échoué à protéger le catholicisme et se retire de la vie politique en 1556. Son frère, Ferdinand Ier, hérite de l'Empire et son fils du royaume d'Espagne. Pendant des années, les idées de la Réforme et de la Contre-Réforme se diffusent à travers l'Europe.

Mais le 23 mai 1618, les protestants de Bohème se révoltent contre leur nouveau roi catholique. Ce dernier, qui vient d'être élu, a en effet décidé de catholiciser son royaume. Au cours d'une dispute, les représentants de l'empire catholique sont poussés par les fenêtres. C'est la défenestration de Prague qui marque le début de la guerre de Trente Ans. En 1619, l'empereur Mathias Ier décède et son cousin, Ferdinand II, qui n'est autre que le roi de Bohème, est élu à la tête du Saint-Empire. Toujours mécontents, les Tchèques de Bohème élisent un nouveau roi, l'électeur palatin Frédéric V. Ferdinand II doit intervenir pour écraser la révolte.

Qui a combattu lors la guerre de Trente Ans ?

Bataille de la Montagne Blanche
Bataille de la Montagne Blanche, près de Prague (1620) © SIPA

C'est en Allemagne que débute le conflit religieux de la guerre de Trente Ans, qui dégénère ensuite en guerre européenne. Suite à l'insurrection de la Bohème, les princes protestants de l'Union évangélique (dont font partie l'Électeur palatin, le duc de Neubourg, le duc de Wurtemberg...) se lèvent contre la Sainte-Ligue catholique (dont font partie l'empereur, le royaume d'Espagne, la Saxe, la Pologne, la Bavière...). Lors de la bataille de la Montagne Blanche, le 8 novembre 1620, l'armée bohémienne est écrasée. Fin 1624, le roi du Danemark vient soutenir les protestants, mais son armée est également défaite et la paix de Lübeck est signée en 1629. La même année, c'est le roi de Suède qui intervient par solidarité envers les luthériens, mais il meurt en 1632 lors de la bataille de Lützen. L'empereur Ferdinand II obtient la paix de Prague le 30 mai 1635. C'est un retour au statu quo de la paix d'Augsbourg. La France de Louis XIII, dont le territoire est encerclé par les Habsbourg, voit des avantages à affaiblir l'empire. Elle entre à son tour en guerre en 1635 aux côtés de la Suède, après être intervenue pendant des années dans l'ombre. Les Espagnols sont écrasés par le Grand Condé lors de la bataille de Rocroi le 19 mai 1643. La guerre dure jusqu'en 1648 et se termine par bataille de Lens, une victoire française contre les Habsbourg des Pays-Bas.

L'Alsace et la Lorraine durant la guerre de Trente Ans

L'Alsace et la Lorraine font partie des régions les plus durement touchées par la guerre de Trente Ans. Elles sont ravagées par le passage de plusieurs armées, dont les troupes suédoises, espagnoles et françaises. La confusion est alimentée par les habitants qui se font brigands pour échapper à la misère. Les différentes nations emploient des mercenaires parfois difficiles à contrôler. Le prix du blé atteint des sommets, poussant les habitants à se nourrir de racines et d'herbes. Vingt ans de famine, d'épidémies et d'exode aboutissent à une baisse de la moitié de la population, voire des trois quarts, dans ces régions.

Des massacres ont-ils eu lieu lors la guerre de Trente Ans ?

La guerre de Trente Ans a fait entre 4 et 7 millions de morts, militaires et civils. Les différentes armées se sont livrées à des atrocités (massacres, viols, tortures...) souvent par vengeance. C'est le cas du sac de Magdebourg en 1631, durant lequel les troupes de la Ligue catholique massacrent 25 000 habitants sur les 30 000 que compte la ville. En 1635, les femmes d'un village se réfugient au sommet d'une montagne, puis se suicident à l'approche des Suédois, donnant le nom de la "Planche des Belles Filles" à cette montagne des Vosges. Les mercenaires, si leur paye est nulle ou insignifiante, se rémunèrent par leurs propres moyens en commettant aussi des exactions.

Quelles sont les conséquences de la guerre de Trente Ans ?

Après les traités de Westphalie, signés le 24 octobre 1648, l'Allemagne est le pays le plus touché, et certaines de ses provinces (Saxe, Palatinat, Alsace, Lorraine) perdent jusqu'à la moitié de leur population. Ce n'est pas moins d'un habitant sur cinq qui disparaît dans cette Europe centrale en ruine. La Suède, la France et l'Espagne ont aussi beaucoup de mal à se relever économiquement, même si la France gagne de nouveaux territoires (Metz, Toul, Verdun, une partie de l'Alsace, Belfort, l'Artois et le Roussillon) et devient une puissance hégémonique. Pour sa part, la Suède assoit sa puissance dans la Baltique et obtient plusieurs territoires. Le Danemark perd son statut de grande puissance. L'Empire germanique est divisé en de nombreux petits états indépendants et une nouvelle paix religieuse est instaurée. Quant à la Bohème, elle demeure le territoire héréditaire des Habsbourg. La Suisse et les Provinces-Unies (Pays-Bas) acquièrent leur indépendance. La puissance du royaume d'Espagne, en revanche, commence à décliner et avec elle, la suprématie des Habsbourg. La France poursuit d'ailleurs la guerre contre l'Espagne jusqu'au traité des Pyrénées en 1659. La paix revient avec le mariage de Louis XIV et de Marie-Thérèse d'Espagne.

La chronologie de la guerre de Trente ans

23 mai 1618 - La défenestration de Prague
Un groupe de protestants tchèques se rendent au château royal de Prague, s'en prennent aux représentants du roi et jettent deux de ses lieutenants par la fenêtre. A l'origine de cette agitation se trouve la question de la succession du roi Mathias qui a désigné le duc Ferdinand de Styrie, un catholique intransigeant. Les deux défenestrés tombent dans un tas de fumier et s'en tirent sans mal, mais cet événement marque le début de la guerre de Trente ans (1618-1648).
8 novembre 1620 - Bataille de la Montagne Blanche
Les protestants de Bohème sont écrasés par les troupes germaniques du comte wallon Jean de Tilly, à l'ouest de Prague. La révolte protestante s'était soulevée contre l'empereur Ferdinand II de Habsbourg qui voulait attenter à la liberté des insurgés. A la suite de cette bataille le souverain exercera une très forte répression contre les protestants et annexera la région jusqu'en 1918.
1621 - Les Provinces-Unies reprennent la guerre avec l’Espagne
Le prince d’Orange Maurice de Nassau profite de la fin de la trêve de douze ans, signée en 1609, pour relancer la lutte contre l’Espagne. Dans ce contexte, les Provinces-Unies rejoindront la France dans la guerre de Trente Ans. Mais Maurice de Nassau ne participera pas longtemps au conflit, puisqu’il mourra en 1625. C’est son frère, Frédéric-Henri de Nassau, qui reprendra le flambeau et contribuera à la reconnaissance de l’indépendance des Provinces-Unies par l’Espagne, en 1648.
31 mars 1621 - Mort de Philippe III d'Espagne
Malade depuis plusieurs années, Philippe III, roi d'Espagne, du Portugal et d'Algarves meurt le 31 mars 1621 de déshydratation. Alors que le souverain se plaignait de la chaleur, il n'y eut personne à ses côtés pour éteindre le feu de cheminée. Il est remplacé par son fils, Philippe IV. Particulièrement pieux, Philippe IV, passa son règne dans les prières, et dépensa une bonne partie de la fortune royale dans les fastes de sa cour.
31 mars 1621 - Début du règne de Philippe IV d'Espagne
A la suite du décès de son père Philippe III, le prince d'Asturies devient roi d'Espagne, du Portugal et des Deux-Siciles le 31 mars 1621, sous le titre de Philippe IV. Né en 1605, ce roi surnommé aujourd'hui Philippe le Grand, profita de ses premières années au pouvoir pour renforcer la puissance des Habsbourg en Europe. Jusqu'à la fin de son règne en 1665, Philippe IV fut un grand mécène et un grand collectionneur.
10 juillet 1621 - Mort du comte de Bucquoy
Grand maître de guerre défensive, Charles Bonaventure de Longueval, comte de Bucquoy, était également un seigneur des Pays-Bas espagnols. Né en 1571, il fait ses armes au début de la guerre de Trente ans, au service du Saint-Empire romain germanique. Il remporte de nombreuses victoires, mais il perd la vie le 10 juillet 1621 au siège de Neuhäusl, ou Nové Zàmky en Slovaquie, contre les troupes du prince de Transylvanie, Gabriel Bethlen.
4 août 1621 - Invasion de la Livonie par la Suède
Le 4 août 1621 voit l'invasion de la Livonie, alors située en Pologne, par le roi Gustave II Adolphe de Suède et ses troupes armées. Les deux nations sont en effet lancées dans une guerre depuis 1600, en raison des prétentions du roi de Pologne, Sigismond III Vassa, au trône de Suède. Grâce à cette invasion musclée, la Suède conquiert la Livanie, région de Riga, ainsi que la Courlande.
25 février 1628 - Début de la Guerre de succession de Mantoue
La Guerre de Trente Ans se déroule en Europe de 1618 à 1648 et oppose, sur le front sud, les Français aux Habsbourg. Ces derniers se disputent la succession du Duché de Mantoue, au nord de l'Italie, après l'extinction de la branche aînée des Gonzague en 1627. En 1628, Louis XIII et Richelieu passent les Alpes et délivreront Mantoue en 1630. Le duché reviendra aux ducs de Nevers, une branche française.
7 juillet 1628 - Début du siège de la ville de Stralsund par Wallenstein
Suite à la défenestration de Prague en 1618, l'Europe est plongée dans la guerre de Trente Ans. Le duc de Friedland, Albrecht Wallenstein, généralissime des armées du Saint-Empire romain germanique, va créer une armée de 50 000 hommes en 1623. Après quelques coups d'éclats, il commence le siège de la ville hanséatique de Stralsund, ville allemande du Mecklembourg-Poméranie. Wallenstein sera obligé de le lever au bout de onze semaines faute de renforts.
22 mai 1629 - Signature du Traité de paix de Lübeck
La paix de Lübeck est signée dans la ville du même nom située au nord de l'Allemagne le 22 mai 1629. Les deux parties sont l'empereur du Saint-Empire romain germanique Ferdinand II et le roi du Danemark Christian IV. La Paix de Lübeck intervient après l'invasion des terres du Danemark par les armées catholiques. Selon les termes de cette paix, le Danemark est contraint à ne plus s'ingérer dans les guerres du Saint-Empire, les prisonniers de chaque camp doivent être libérés, et les deux parties renoncent également aux dommages et intérêts que le conflit avait engendrés.
25 septembre 1629 - Signature du Traité de paix d'Altmark
Le traité d'Altmark fut signé suite à la défaite des Suédois contre les troupes impériales et polono-lituaniennes à Honigfelde, près de Stuhm, où Gustave II Adolphe échappa de justesse à la capture. Le roi fut blessé à plusieurs reprises et fut sauvé par l'un de ses hommes, Éric Soop. La trêve est signée pour six ans sous l'influence diplomatique de Richelieu. Les Suédois occupent désormais l'intégralité du littoral de la Baltique. Le 25 septembre 1629, la Pologne cède, de la Livonie jusqu'à la Dvina, plusieurs ports de Prusse-Orientale dont Königsberg et les produits des douanes de Dantzig. La suède restitue le duché de Prusse hors territoire côtier en échange.
6 juillet 1630 - La Suède entre dans la guerre de Trente ans
Au cœur de la guerre de Trente ans, le roi de Suède, Gustave II Adolphe de Suède, négocie avec la France le Traité de Barwald qui lui assure le soutien diplomatique et militaire des Français dans la région baltique. Après plusieurs batailles victorieuses contre la Pologne et les provinces baltes, il débarque en Poméranie le 6 juillet 1630 et y installe son armée : les hakkapélites. Il consolide ses positions pendant presque une année et connaîtra une nouvelle victoire face à l'armée de la Ligue catholique, notamment la bataille de Breitenfeld en 1631. Son armée descendra ainsi jusqu'au Danube.
novembre 1630 - Début du siège de Magdebourg
L'armée du Saint-Empire romain germanique commence le siège de la ville de Magdebourg, la capitale de la Saxe-Anhalt. En effet, cette ville protestante est un pivot de la Hanse, l'association des villes marchandes de l'Europe du Nord qui domine le commerce européen à l'époque. La ville a de bonnes fortifications et elle résiste aux Catholiques jusqu'à l'arrivée des troupes du roi Gustave II Adolphe de Suède, qui va de victoire en victoire militaire depuis qu'il est entré dans le conflit. Malgré cela, la ville sera prise en 1631 par l'armée du Saint-Empire, qui massacrera les habitants, pillera et incendiera la ville. Cet épisode est si sanglant que le terme « magdebourisation » restera synonyme de destruction totale.
1 décembre 1630 - Georges Ier Rákóczi devient voïévode de Transylvanie
Fils de Sigismond II Rákóczi, Georges Ier Rákóczi devient prince de Transylvanie, qu'on appelle "voïévode" le 1er décembre 1630. Normalement, le trône aurait dû revenir à son frère Etienne III Bethlen, mais le soutien de Catherine de Brandebourg, une femme puissante de la noblesse, joue en la faveur de Georges. Il épousera Zsuzsanna Lorántffy qui lui donnera deux fils pour lui succéder. Pendant la guerre de Trente ans, le voïévode prend le parti des protestants et combattra aux côtés de la France et de la Suède contre le Saint-Empire romain germanique. Il préservera ainsi la liberté de culte en Hongrie occidentale et préservera l'indépendance de la Transylvanie.
23 janvier 1631 - Signature du Traité de Barwald entre la France et la Suède
En 1631, le roi de France Louis XIII décide de soutenir le roi de Suède Gustave Adolphe II dans son combat contre le Saint-Empire romain germanique. La France entre ainsi dans la Guerre de Trente Ans contre les Habsbourg. Le 23 janvier, les deux souverains signent le Traité de Barwald qui donne naissance à une alliance politique, militaire et commerciale. Le cardinal de Richelieu va pouvoir, grâce au matériel donné par les Suédois, équiper la marine royale en plein essor. La Suède doit également conduire une armée de 30 000 soldats et 6 000 chevaliers en Allemagne. La France, quant à elle, contracte une dette de 1,5 million de livres tournois par an envers la Suède. Ce Traité durera jusqu'au rétablissement de la paix.
6 avril 1631 - Fin de la Guerre de succession de Mantoue - Traité de Cherasco
La Guerre de succession du duché de Mantoue est un conflit périphérique de la Guerre de Trente Ans. Elle opposa les Français aux Habsbourg concernant la possession de Mantoue après l'extinction de la branche des Gonzague et la déshérence du duché. Après plusieurs batailles, les conflits de la Guerre de Trente Ans obligent les belligérants à se concentrer sur autre chose que Mantoue. Le pape Urbain VIII va intervenir et envoyer un médiateur, Jules Mazarin, qui deviendra ensuite le Cardinal Mazarin. Le Traité de Cherasco est signé le 6 avril 1631. Le territoire objet de la querelle est partagé entre les opposants et la France reçoit une forteresse hautement stratégique, le Pignerol, qui lui donne un accès à la plaine du fleuve italien le Pô.
17 septembre 1631 - Victoire des protestants à la Bataille de Breitenfeld
Durant la Guerre de Trente ans, la Bataille de Breitenfeld fut la première grande victoire des protestants, menés par Gustave II Adolphe de Suède, contre les catholiques, commandés par le général Tilly. Les deux armées s'affrontèrent le 17 septembre 1631 près de Breitenfeld au nord de Leipzig. Bien que la cavalerie légère du comte de Pappenheim ait chargé par sept fois, les escadrons de cavalerie intercalés avec les fantassins armés de mousquets de Gustave-Adolphe finirent par mettre en déroute l'armée catholique. Grâce à cette victoire, d'autres Etats protestants se joindront à la Suède car elle avait démontré que les armées de l'Empire, fortes et bien fournies en piques, pouvait être vaincues par des troupes mobiles et la puissance des armes à feu.
19 avril 1632 - Mort du roi de Pologne et de Suède Sigismond III Vasa
Après la mort d'Etienne Bathory Ier, Sigismond III de la dynastie Vasa fut élu roi de Pologne et Grand-Duc de Lituanie en 1587 malgré les prétentions de Maximilien III d'Autriche. Sigismond devait également succéder à son père sur le trône de Suède et fut couronné à Uppsala en 1594, à la condition que le pays puisse rester protestant. Il retourna ensuite en Pologne et souhaitait une alliance avec les Habsbourg pour mener les puissances d'Europe centrale à la guerre contre les Turcs. Pendant son absence, son oncle travailla à obtenir le pouvoir en Suède et après une courte guerre de succession, Sigismond dut abandonner le trône et quitter la Suède, ce qui ouvrira la voie à plusieurs guerres polono-suédoises. De 1605 à 1618, il mènera son armée en Russie et obtiendra plusieurs territoires dans la région de Smolensk. Lorsque la guerre de Trente ans éclatera en 1618, il se rangera du côté des catholiques. Son fils Ladislas IV lui succédera dans ce combat.
30 avril 1632 - Mort du général Tilly, commandant en chef des armées du Saint-Empire romain germanique
Jean t'Serclaes, comte de Tilly, fut le commandant en chef des armées de la Ligue Catholique et du Saint-Empire romain germanique pendant la guerre de Trente Ans. Né en 1159, il fut élevé dans la religion catholique et par les Jésuites. Il remporta de grandes batailles comme celle de Stadtlohn contre Christian de Brunswick en 1623 ou celle de Lutter en 1626 contre Christian IV de Danemark qui signera ensuite la paix de Lübeck. En août 1630, il est nommé commandant en chef après le renvoi de Wallenstein. Il est responsable du sac et de la quasi-destruction de Magdebourg, qu'il assiège en 1631 face à Gustave II Adolphe de Suède, puis subit la défaite face aux Suédois à Breitenfeld. Alors qu'il tente de s'opposer à l'avancée de ceux-ci vers Munich, il est blessé à la bataille de Rain am Lech et meurt le 30 avril 1632.
6 novembre 1632 - Mort de Gustave II Adolphe de Suède à la bataille de Lützen
Lors de la guerre de Trente ans, les armées protestantes menées par Gustave II Adolphe roi de Suède affrontent l'armée du Saint-Empire romain germanique conduite par le généralissime Wallenstein près de Leipzig dans la Saxe-Anhalt. La bataille de Lützen sera l'une des plus importantes car le roi de Suède y trouvera la mort. Dès que Wallenstein apprend l'approche des Suédois, il envoie un message au général Pappenheim pour lui demander de le rejoindre avec ses troupes. Ces dernières partent immédiatement, mais 40 km les séparent de Wallenstein. Au lendemain, le combat s'engage en faveur des Suédois, mais Pappenheim arrive en renfort avec 3000 cavaliers. Celui-ci succombe au cours de la première charge et peu après midi, le roi Gustave Adolphe est lui aussi mortellement blessé au cours d'une autre charge. Cela n'empêcha pas les protestants de continuer et de gagner cette bataille qui allait protéger définitivement la Saxe de l'Empereur.
6 novembre 1632 - Accession au trône de la reine Christine de Suède
Le roi de Suède Gustave II Adolphe est mortellement blessé à la bataille de Lützen le 16 novembre 1632. Prévoyant et n'ayant qu'une fille unique, il s'était assuré qu'elle puisse lui succéder en supprimant la dévolution exclusivement masculine en 1627. Christine de Suède, âgée d'à peine 6 ans, accède donc au trône. Elle restera sous la tutelle du chancelier Axel Oxenstierna jusqu'à sa majorité en 1644. La Reine Christine renvoie alors son tuteur et prônera une paix durable après le traité de Westphalie en 1648. Ce traité, qui lui accorde de nombreux territoires, va faire de la Suède la première puissance nordique. Elle abdiquera en 1654 et se convertira secrètement au catholicisme avant d'être accueillie en Italie où le pape Alexandre VII lui donnera sa première communion.
8 novembre 1632 - Elections de Ladislas IV Vasa au trône de Pologne et début de son règne
Ladislas est le fils unique de Sigismond III de Pologne et appartient à la dynastie des Vasa. A 15 ans, alors que son père combat l'armée Russe et prend Moscou, il est nommé tsar par une petite partie des nobles boyards, mais les Russes refusent cette nomination et se soulèvent contre les 3000 soldats polonais stationnés au Kremlin. Bien que vaincu, Ladislas revendiquera le titre de Tsar de Russie jusqu'en 1634. Il combat également contre les Ottomans en 1621, puis contre les Suédois de 1626 à 1629 et s'impose comme le défenseur du catholicisme. Il rêve même un temps de mener une croisade pour regagner les Balkans alors sous domination ottomane. Ladislas est élu roi de Pologne par la Diète, l'assemblée des nobles de Pologne, le 8 novembre 1832. Il proclamera la Pologne neutre durant la guerre de Trente ans même s'il épousera ensuite l'archiduchesse Cécile Renée, des Habsbourg.
1 décembre 1633 - Mort de l'infante d'Espagne, archiduchesse d'Autriche et gouverneur des Pays-Bas espagnols
Née en 1566, Isabelle-Claire-Eugénie d'Autriche, de la maison des Habsbourg, fut la fille du roi Philippe II d'Espagne et petite-fille du roi de France Henri II. Elle pourra ainsi prétendre au trône de l'Espagne, mais aussi à celui de France et au duché de Bretagne. Tenue en échec, elle reçoit le trône des Pays-Bas en dot grâce à son mariage avec Albert d'Autriche, le fils de l'empereur Maximilien II. Sa cour intègrera de grands artistes comme Rubens ou Brueghel. Les époux réussiront à établir la paix entre les Pays-Bas protestants et l'Espagne catholique, ce qui permettra au commerce de prendre son essor. Albert meurt en 1621 et Isabelle le 1er décembre 1633, après avoir assuré une période de calme. En 1648, le Traité de Westphalie marquera la fin de la Guerre de Trente ans et les Pays-Bas seront définitivement séparés de la couronne espagnole.
1634 - Début de la Guerre de Dix ans en Franche-Comté
Alors que la guerre de Trente ans fait rage en Europe, le territoire de Franche-Comté est pacifique et sous domination espagnole. Le roi d'Espagne Philippe II meurt en 1598 et laisse les Pays-Bas et la Franche-Comté à sa fille, l'infante Isabelle d'Espagne et à son époux Albert d'Autriche. Celle-ci renouvelle le pacte de neutralité concernant la Franche-Comté entre la France et elle en 1611, pacte qui doit être respecté au moins jusqu'en 1640. Isabelle et son époux décèdent et laissent son sort entre les mains de Philippe IV d'Espagne. Alors que le Saint-Empire romain remporte plusieurs victoires, Richelieu fait remarquer au roi de France Louis XIII que la Bourgogne et la Franche-Comté seraient faciles à conquérir. Inquiet de l'avancée des catholiques, Louis XIII rompt le pacte de neutralité en 1634 et envoie une armée de 25 000 hommes conduite par le Prince de Condé. La guerre de Dix ans vient de commencer et ne cessera qu'en 1644 après que la France ait cessé les hostilités en échange de 40 000 écus.
25 février 1634 - Assassinat du général Wallenstein après sa mise en accusation par l'empereur Ferdinand II
Pendant la Guerre de Trente Ans, le commandant Wallenstein rassembla une grande armée de près de 50 000 hommes pour lutter au nom de l'empereur Ferdinand II. Après quelques victoires éclatantes, il se retira en Bohème près de Pilsen pour y méditer sur ses actions en compagnie d'astrologues et de docteurs. De là, il est admis qu'il négocia avec les puissances ennemies pour être placé sur le trône de Bohême, menaçant ainsi la succession de l'empereur par son fils Ferdinand III. Wallenstein pensait que son armée n'oserait pas se retourner contre lui. Cependant, un édit l'accusant de haute trahison fut publié à Prague le 18 février 1634 et Wallenstein s'enfuit pour Eger afin de se placer sous la protection de l'armée suédoise stationnée là. Un régiment de dragons irlandais et écossais fut dépêché sur place et l'assassina dans la nuit du 25 février. Wallenstein fut remplacé par ses lieutenants Piccolomini et Gallas. Il reste le vrai créateur de l'armée autrichienne et d'un impôt de guerre inédit qui permit sa création.
5 septembre 1634 - Bataille de Nördlingen et victoire de l'empereur Ferdinand III de Hongrie sur les Suédois et les luthériens
Le roi de Suède Gustave II Adolphe est mort victorieux à la bataille de Lützen le 19 avril 1632. Malgré cette victoire des protestants qui devaient sécuriser la Saxe-Anhalt, l'armée impériale espagnole marche sur la ville de Ratisbonne, l'occupe, et menace d'avancer de nouveau en Saxe. Les protestants planifient alors une attaque de nuit pour reprendre la ville sous le commandement de Gustaf Horn. Leur avancée est ralentie par une mauvaise gestion des troupes qui fait que l'artillerie et les chariots de ravitaillement se retrouvent devant l'infanterie. Les troupes ennemies profitent de ce délai pour se préparer au combat. Lors de cette bataille de Nördlingen, dans la nuit du 5 au 6 septembre 1634, l'armée protestante perdra entre 12 000 et 14 000 hommes et Gustaf Horn sera fait prisonnier. Ce sera la première défaite des Suédois dans la guerre de Trente Ans. Devant l'avancée des armées impériales, la France n'aura alors d'autre choix que d'entrer ouvertement en guerre contre le Saint-Empire romain germanique.
11 octobre 1634 - Inondation du Schleswig-Holstein en Mer du Nord causée par la tempête Burchardi
L'événement survient alors que le Schleswig-Holstein, aujourd'hui territoire allemand, se relève à peine d'une épidémie de peste survenue en 1603 et au milieu de la guerre de Trente ans. De plus, la mer du Nord semble déchaînée depuis plusieurs années et déjà, en 1625, des icebergs viennent détruire une partie des digues côtières. C'est ainsi que, dans la nuit du 11 au 12 octobre 1634, la tempête Burchardi créa une onde de tempête qui déferla sur le côte et engloutit une grande partie de l'île de Strand. Une onde de tempête, ou mandränke, est un phénomène naturel créé par le vent et une forte dépression des fonds marins qui a pour effet de rehausser le niveau de la mer. Cette onde causa la mort de 8 000 à 15 000 personnes selon les registres paroissiaux, dont les deux tiers de la population de l'île de Strand. Cette dernière ayant disparu, de petites îles apparurent à sa place : les îles de Nordstrand, Pellworm, Halligen Südfall et celle de Nordstrandischmoor.
16 mai 1635 - La France entre dans la Guerre de Trente Ans
La France entre au cœur de ce conflit européen 17 ans après le début de la guerre de Trente Ans. Louis XIII et Richelieu déclarent la guerre à l'Espagne qui était intervenue en renfort auprès des catholiques de l'Empire. Lorsque l'alliance entre les Habsbourg catholiques autrichiens et l'Espagne remporte la victoire sur les protestants, la France relance le conflit, car elle craint d'être encerclée par les Habsbourg. Elle s'allie alors aux armées protestantes du Nord.
30 mai 1635 - Signature du Traité de paix de Prague
La Paix de Prague fut signée le 30 mai 1635 entre l'empereur du Saint-Empire romain germanique Ferdinand II et le prince-électeur Jean-Georges Ier de Saxe. Ce dernier représentait les états protestants situés en Saxe-Anhalt. Le traité mit fin à l'aspect guerre civile de la Guerre de Trente ans et reconnut la dignité électorale de la Bavière. Jean-Georges Ier de Saxe obtient définitivement la Lusace, territoire au nord-est de l'Allemagne. Cependant, les combats se poursuivirent à l'initiative des Suédois, puis des Français jusqu'au Traité de Westphalie en 1648.
22 juin 1636 - Bataille de Tornavento et victoire des Franco-Savoyards sur les Espagnols
Durant la Guerre de Trente ans, en 1636, le cardinal de Richelieu persuade le Duc de Savoie Victor-Amédée Ier de lancer une offensive sur le duché espagnol de Milan. Une armée de soldats français traverse le fleuve Ticino, mais rencontre l'armée espagnole à Tornavento, alors que ses alliés Savoyards ne sont pas encore arrivés. Le 22 juin, les Espagnols attaquent et l'armée du Duc de Savoie arrive juste à temps pour inverser l'issue du combat. Les Espagnols abandonnent le champs de bataille et se retirent à Boffalora. L'armée franco-savoyarde reste quelques jours pour piller les villages alentours, mais se retire finalement du territoire milanais. Ce début d'invasion de la Lombardie est donc un échec.
2 juillet 1636 - Philippe IV d'Espagne envoient ses généraux assiéger La Capelle, en Picardie
Le comte Jean de Werth se fait remarquer durant la bataille de Nördlingen et devient général de l'armée du Saint-Empire romain germanique aux côtés du général Piccolomini. En 1635 et 1636, ils sont envoyés en Lorraine, en Picardie et au Luxembourg. Ils pillent la Meuse inférieure à partir de juillet 1636 et assiègent la ville de La Capelle le 2 juillet 1636. L'arrivée des envahisseurs a fait naître un début d'esprit patriotique français qui parvient à rassembler une armée de 50 000 hommes qui forcera Jean de Werth et Piccolomini à se retirer.
4 octobre 1636 - Bataille de Wittstock et victoire des Suédois sur l'Empereur
La guerre de Trente ans oppose le Saint-Empire romain germanique aux Suédois protestants et leurs alliés pour la domination de l'Allemagne du nord. En 1636, les deux armées sont postées de part et d'autre du fleuve de l'Elbe. Le général suédois Johan Banér fait traverser son armée et rencontre les impériaux près des collines du Scharfenberg au sud de Wittstock. Les troupes saxonnes sont moins expérimentées et l'artillerie suédoise plus importante. L'armée de Johan Banér remporte la victoire, mais celle-ci n'entraîne aucune conséquence stratégique. En effet, le Brandebourg refuse de rejoindre les Suédois qui essaient, sans succès, de poser le siège devant la ville de Leipzig car une nouvelle armée impériale conduite par Matthias Gallas (le successeur du général Wallenstein) les force à se retirer à leur position antérieure.
6 octobre 1636 - Victoire à Szalonta du prince transylvanien Georges Ier Rákóczi sur les Turcs
Georges Ier Rákóczi fut prince de Transylvanie de 1630 à 1648. Il accéda au trône au détriment de son frère Etienne III Bethlen grâce au soutien d'une noble dame, Catherine de Brandebourg. Sa première victoire militaire sera celle de Szalonta où il défait les Turcs de Buda le 6 octobre 1636. Georges Ier Rákóczi interviendra ensuite dans la Guerre de Trente ans aux côtés des protestants.
15 février 1637 - Mort de l'empereur du Saint-Empire germanique Ferdinand II de Habsbourg
Ferdinand II de Habsbourg est né en 1578 et élevé par les jésuites d'Ingolstadt qui en font un catholique fervent et un adversaire du protestantisme. Il contribua d'ailleurs à déclencher la Guerre de Trente ans en provoquant la colère des nobles protestants de Bohême. Lui et son général Tilly parviendront à défaire l'armée protestante à la bataille de la Montagne Blanche en 1620 et la Bohême deviendra un territoire de l'empire. Les Suédois, menés par leur roi Gustave Adolphe II, entrent dans le conflit et leur infligent une défaite à la bataille de Breitenfeld. Ainsi, son règne est entièrement occupé par la Guerre de Trente ans et se soldera par la ruine démographique et économique de l'Allemagne. Son fils, Ferdinand III de Habsbourg, lui succèdera à sa mort survenue le 15 février 1637.
15 février 1637 - Début du règne de l'empereur du Saint-Empire romain germanique Ferdinand III
Fils de l'empereur Ferdinand II et de Marie-Anne de Bavière, Ferdinand III de Habsbourg est né le 13 juillet 1608. Il est devenu roi de Hongrie en 1625 et roi de Bohème en 1627, mais devra attendre la mort de Ferdinand II en 1637 pour devenir "Roi des Romains", à savoir Empereur du Saint-Empire romain germanique. Durant la Guerre de Trente ans, il deviendra célèbre pour sa victoire sur les protestants suédois à la bataille de Nördlingen. Cependant, dans les années qui suivirent, il ne put se battre à la fois contre les Suédois et contre leurs alliés français. En 1648, il sera obligé de signer les traités de Westphalie, Münster et Osnabrück, et signera en réalité la fin de la toute-puissance du Saint-Empire en Europe.
28 septembre 1637 - Bataille de Leucate et victoire des Français sur les Espagnols
Situé au sud de Narbonne, le château de Leucate fut pendant cinq siècles une place forte et un point d'observation privilégié. Il permettait en effet d'observer la frontière entre la France et le royaume d'Aragon. Pendant la Guerre de Trente ans, l'armée française et l'armée impériale espagnole se rencontreront au pied du château. Les Espagnols posent le siège. Le 28 septembre 1637, les Français remportent la victoire sur les Espagnols qui doivent retourner de l'autre côté de la frontière. Le château sera rasé sur ordre de Louis XIV après la signature du Traité des Pyrénées en 1659.
7 octobre 1637 - Mort de Victor-Amédée Ier, duc de Savoie et prince du Piémont
Victor-Amédée Ier est né en 1587 et fut duc de Savoie et Prince de Piémont. Il épousera Christine de France en 1619 qui lui donnera sept enfants dont Charles-Emmanuel II qui lui succèdera. Victor-Amédée arrive au pouvoir alors que la Guerre de Trente ans fait rage et qu'il essuie une première défaite qui lui fait perdre la forteresse de Pignerol et une partie du Montferrat. Devant ses défaites, il est persuadé d'être digne d'un titre royal et prend celui de roi de Chypre qui aurait été échu à ses aïeux. Son palais de Turin prend d'ailleurs le nom de palais royal. Il remporte enfin la victoire aux batailles de Tornavento en 1636 et de Mombaldone en 1637, mais meurt quelques jours plus tard à Vercelli, le 7 octobre 1637.
1 décembre 1640 - Le Portugal retrouve son indépendance
La petite noblesse du Portugal se soulève contre l'occupant espagnol. Elle rétablit l'indépendance du pays et porte sur le trône l'un des siens, Jean de Bragance, qui prend le nom de Jean IV. En 1578, le roi du Portugal, Sébastian, avait été tué au Maroc et le roi d'Espagne, Philippe II de Habsbourg, en avait profité pour prendre son titre.
14 septembre 1641 - Le Traité de Péronne
Le Traité de Péronne est conclu le 14 septembre 1641, entre le roi de France Louis XIII et Honoré II Grimaldi de Monaco. Ce traité, constitué de 14 articles, fait cesser le protectorat espagnol et réintègre la principauté de Monaco dans la mouvance française. Le roi de France confisque les biens en Espagne appartenant à Honoré II et en contrepartie, il lui concède les fiefs du Valentinois, de Carladès, des Baux, de Saint-Rémy.
9 septembre 1642 - Louis XIII prend Perpignan aux Espagnols
L'armée de Louis XIII part en direction du Roussillon pour reconquérir la région, dans le cadre de la guerre des faucheurs. Les troupes françaises engagent le siège de Perpignan pour récupérer la ville conquise par les Espagnols. Le siège se tient du 4 novembre 1641 jusqu'au 9 septembre 1642, date à laquelle le gouverneur décide de capituler car il ne reste plus que 500 survivants dans la cité. Louis XIII décède quelques mois plus tard.
19 mai 1643 - Le Grand Condé vainqueur à Rocroi
Lors de la guerre de Trente ans (1618-1648), les Français remportent une victoire décisive sur les Espagnols à Rocroi (Ardennes). Le chef de l'armée française, le duc d'Enghien, 22 ans, bientôt surnommé le Grand Condé, révèle ici tout son génie militaire. Cette victoire marque le retour de la France sur la scène internationale après un siècle de défaites et de guerres civiles.
31 juillet 1644 - Reconquête de Lerida
En 1642, presque toutes les villes de Catalogne sont aux mains des Français. Le Roi Philippe IV d'Espagne décide de récupérer la ville de Lérida (aussi appelée Lleida de nos jours) et lance une offensive dans la plaine attenante. Malheureusement pour lui, les Français s'organisent et réussissent à rassembler une armée conséquente pour le combattre. Les Espagnols auront beaucoup de pertes et devront ainsi attendre deux ans pour reconquérir Lérida.
18 décembre 1644 - Majorité de Christine de Suède
Christine de Suède a pu monter sur le trône grâce à son père qui avait obtenu des nobles la suppression de l'exclusivité masculine. Lorsque celui-ci meurt, elle n'a que 6 ans, mais sa succession étant réglée, elle est appelée à régner sur la Suède sous la tutelle du chancelier Axel Oxenstierna. Le 18 décembre 1644, Christine a 18 ans et évince le chancelier pour promouvoir la paix et stopper les conflits avec le Danemark.
6 mars 1645 - Bataille de Jankau
Le 6 mars 1645, les Suédois, en route vers Prague, prennent le dessus sur les troupes impériales en Bohême méridionale. La Bataille de Jankau est considérée comme une des batailles les plus meurtrières de la Guerre de Trente Ans. La cavalerie des troupes impériales est anéantie et les Suédois victorieux ont le champ libre pour attaquer la ville de Vienne en Autriche, qui fera l'objet d'une seconde bataille en août de la même année.
3 août 1645 - Bataille d'Alerheim
La bataille d'Alerheim fait partie de la Guerre de Trente Ans et met aux prises les troupes du Saint-Empire germanique et de la France. L'armée française est menée par le duc d'Enghien et les opposants sont dirigés par le général Von Mercy. Les pertes sont nombreuses des deux côtés, mais le décès du général Von Mercy va clore la bataille, ses troupes se retranchant dans le village, laissant la victoire aux Français.
13 août 1645 - Le traité de Brömsebro
La paix de Brömsebro a mis fin à un conflit (guerre de Torstenson) qui faisait partie de la Guerre de Trente Ans, entre la Suède, le Danemark et la Norvège, et avait commencé en 1643. Ce traité n'a pas pour seule conséquence la fin du conflit, mais également des annulations de taxes de péages pour les bateaux suédois ainsi que plusieurs territoires donnés par le Danemark et la Norvège pour assurer les garanties accordées.
mai 1646 - Premier siège de Lérida
En mai 1646 débute le siège de Lérida, ville espagnole, par les Français. Ils sont menés par Henri de Lorraine-Harcourt. Cela fait à peine deux ans que les Espagnols ont récupéré la ville et ils sont donc prêts à la défendre becs et ongles. Le siège durera environ 6 mois, au terme desquels les Français seront contraints de se replier sur la ville voisine de Balaguer, sans bagages ni artillerie.
7 septembre 1646 - Siège de Dunkerque
Lorsque Louis II de Bourbon-Condé, duc d'Enghien se retrouve seul aux commandes de l'armée des Flandres, il envisage une action brillante : le siège de Dunkerque qui est espagnole depuis plus de quatre-vingts ans. Son armée est renforcée par des Polonais et des Ukrainiens sur terre et des Hollandais en mer. Comme les Espagnols n'obtiennent pas le soutien des Anglais qui ne souhaitent pas rompre leurs relations avec la France, les portes de Dunkerque s'ouvrent le 11 octobre 1646.
17 juin 1647 - Fin du siège de Lérida
C'est le 12 mai 1647 que débute le siège de Lérida avec l'arrivée de Louis II de Bourbon-Condé, dit Le Grand Condé. Mazarin, voulant l'éloigner de France, lui fait miroiter la victoire, là où Henri de Lorraine-Harcourt avait échoué l'année précédente : Lérida. Le défi lancé, Le Grand Condé se fait un plaisir de le relever. Les pertes immenses et les désertions font que le siège est levé le 17 juin 1647.
20 août 1648 - Dernière bataille de la Guerre de Trente ans
Le 20 août 1648 a lieu la bataille de Lens, appelée ainsi car elle fait suite à la prise de la ville de Lens par l'archiduc Léopold-Guillaume de Habsbourg le 17 août 1648, mais a eu lieu dans une plaine voisine. Louis II de Bourbon-Condé, alias le Grand Condé, déçu par la défaite du siège de Lérida, encourage ses troupes avec la devise : "Il nous faut vaincre ou mourir". Ce sera une victoire contre les Espagnols.
8 septembre 1648 - L'indépendance des Provinces-Unies est reconnue au traité de Münster
Dans le cadre de la signature des traités de Westphalie, qui mettent fin à la guerre de Trente Ans, l'indépendance des Provinces-Unies est reconnue par l'Espagne dans le traité de Münster. Les conflits qui opposaient les Provinces-Unies à l'Espagne depuis la révolte de Guillaume Ier de Nassau contre le duc d'Albe prennent ainsi fin.
24 octobre 1648 - Publication des traités de Westphalie
Les Catholiques et les Protestants signent les traités de Westphalie. Les premiers à Münster le 8 septembre et les seconds à Osnabrück le 6 août. La guerre de trente ans prend ainsi fin, la France obtient une partie de l’Alsace, la Suède et l’Allemagne acquièrent également des territoires tandis que les Pays-Bas et la Suisse gagnent leur indépendance.