Guerre de Sept Ans : résumé du premier conflit mondial

Guerre de Sept Ans : résumé du premier conflit mondial Entre 1756 et 1763, l'Angleterre, la Prusse, la France, l'Autriche et la Russie s'opposent lors de la guerre de Sept Ans, premier conflit mondial. Résumé des causes et conséquences de cette guerre.

Résumé de la guerre de Sept Ans - Au milieu du XVIIIe siècle, de fortes tensions enflent entre les grandes puissances européennes. Ces dernières se disputent le contrôle de territoires et du commerce sur le Vieux Continent et dans les colonies. Le 17 mai 1756, la Grande-Bretagne déclare la guerre à la France. Après s'être alliée à la Prusse pour défendre le Hanovre, elle s'attaque aux possessions françaises au Canada. Quelques mois plus tard, Frédéric II s'empare de la Saxe, entraînant l'Europe dans le conflit. C'est le début de la guerre de Sept Ans. Cette guerre s'achève en 1763 par la victoire de l'Angleterre et de la Prusse entérinée par les traités de Paris et d'Hubertsbourg. Tous les belligérants sortent exsangues et endettés du conflit qui redessine la carte géopolitique de l'Europe. L'Angleterre s'impose comme la première puissance mondiale au détriment de la France dont l'empire colonial est démantelé. La Prusse et la Russie s'affirment en tant que forces politiques et militaires montantes, tandis que l'influence de l'Autriche diminue. Les événements de la guerre de Sept Ans conduiront douze ans plus tard à la guerre d'indépendance des Etats-Unis (1775-1783).

Quelles sont les causes de la guerre de Sept Ans ?

Frédéric II
Frédéric II, roi de Prusse © MARY EVANS/SIPA (publiée le 09/09/2022)

La guerre de Sept Ans puise ses origines dans les rivalités commerciales et expansionnistes qui opposent les grandes puissances d'Europe. De fortes tensions existent ainsi entre la France et l'Angleterre autour de leurs possessions en Amérique du Nord et en Inde. En Europe centrale, Marie-Thérèse d'Autriche désire ardemment reprendre la Silésie, conquise par la Prusse au cours du conflit précédent, la guerre de Succession d'Autriche. Le conflit débute officieusement dans le Nouveau Monde en 1754. Les colons britanniques souhaitent en effet se débarrasser de la présence française qui gêne leur progression vers l'ouest et le commerce des fourrures. La Grande-Bretagne envisage alors une nouvelle guerre coloniale avec la France, mais doit d'abord retenir l'armée française en Europe. Elle trouve un allié de choix en la personne du roi de Prusse, Frédéric II, qui fait face à l'hostilité grandissante de l'Autriche. Le 29 août 1756, ce dernier décide de frapper le premier et s'empare de la Saxe. Cette attaque sur l'Etat du Saint-Empire romain germanique constitue le début de la guerre de Sept Ans.

Comment la guerre de Sept Ans s'est transformée en conflit mondial ?

A partir de 1756, l'Europe se divise en deux camps alors que s'opère un grand "renversement des alliances" aussi appelé la Révolution diplomatique. Frédéric II se coalise avec l'Angleterre et rompt son alliance avec la France. Le royaume de Grande-Bretagne et la Prusse signent le traité de Westminster le 16 janvier 1756. En réponse, l'Autriche et la France ratifient le traité de Versailles le 1er mai 1756. Cette entente historique entre l'impératrice Marie-Thérèse et Louis XV met fin à une rivalité de 250 ans entre les deux nations. Après l'agression de la Saxe, la guerre est officiellement déclarée entre l'Autriche et la Prusse. La France, déjà aux prises avec l'Angleterre, se retrouve alors entraînée dans un second conflit par le jeu des alliances. Les combats ont lieu en Europe, mais aussi en mer et dans les colonies : en Amérique, en Afrique et en Inde. Sur le Vieux Continent, les affrontements se déroulent essentiellement en Silésie et au Hanovre. La Russie, la Suède et la Pologne ne tardent pas à entrer dans le conflit qui devient alors mondial.

Pays impliqués dans le conflit
Carte de la guerre de Sept Ans - En rouge (France, Espagne, Autriche, Russie, Suède et colonies) - En orange (Grande Bretagne, Prusse, Portugal et colonies) © mustafa - stock.adobe.com

Comment s'est déroulée la guerre de Sept Ans ?

Le Marquis de Montcalm blessé fatalement
Retour du commandant français Louis-Joseph de Montcalm, blessé fatalement à la bataille des Plaines d'Abraham. © MARY EVANS/SIPA (publiée le 09/09/2022)

En Europe, la Prusse de Frédéric II est encerclée et lutte seule pendant toute la durée des hostilités. Toutefois, elle parvient à tenir tête à ses ennemis en remportant plusieurs victoires d'envergure. Frédéric II bat l'Autriche à Lobositz en 1756 et à Leuthen en 1757, puis la France à Rossbach la même année. En 1758, il défait la Russie à Zorndorf et les Français à Krefeld. En 1759, ses armées finissent par ployer sous le nombre et il doit abandonner la Bohême. A l'est, les Russes entrent en Prusse-Orientale et les Suédois en Poméranie…

Dans le Nouveau Monde, les Français connaissent plusieurs succès d'envergure au début du conflit et s'emparent de Fort Oswego et Fort William Henry. La guerre tourne cependant en faveur de l'Angleterre en juillet 1758 lors du siège de Louisbourg. En 1759, elle conquiert la Guadeloupe et la ville de Québec, puis Montréal en 1760. Après avoir déclaré la guerre à l'Espagne, elle s'empare de La Havane et de Manille en 1762. En Inde, la France perd Pondichéry, son dernier comptoir commercial, le 16 janvier 1761 au terme d'un âpre siège.

Qui a remporté la guerre de Sept Ans ?

La guerre de Sept Ans est remportée par le Royaume-Uni et la Prusse en 1763. Le conflit tourne en faveur de Frédéric II en 1762 lorsque la Russie se retire de la coalition, rapidement imitée par la Suède. Cette dernière ratifie avec la Prusse le traité de Hambourg le 22 mai 1762 et sort à son tour de la guerre. Après sa défaite à Burkersdorf, l'Autriche, épuisée, engage des pourparlers de paix. Ceux-ci aboutiront à la signature du traité d'Hubertsbourg le 15 février 1763 qui met fin à la guerre en Europe centrale. La Prusse conserve la Silésie, mais rend la Saxe au Saint-Empire. Dans les colonies, la France est rapidement surclassée par la marine britannique qui s'attaque à ses ports et coule ses navires. Louis XV est forcé de négocier la paix avec l'Angleterre. Le 10 février 1763, la France, la Grande-Bretagne et l'Espagne signent le traité de Paris. La France cède à l'Angleterre ses colonies du Canada, d'Acadie et de Louisiane (Nouvelle-France). L'Espagne lui concède la Floride. La France restitue également Minorque aux Britanniques, mais récupère la Martinique, la Guadeloupe et cinq comptoirs commerciaux en Inde, dont Pondichéry.

Combien de morts a engendré la guerre de Sept Ans ?

Bataille de Leuthen
Bataille de Leuthen en Silésie (1757). Victoire décisive de Frédéric II sur l'Autriche. © E.R.L./SIPA (publiée le 09/09/2022)

La guerre de Sept Ans est meurtrière et entraîne énormément de pertes humaines parmi les armées et les populations. Les pertes militaires dans tous les camps s'élèvent à près de 700 000 morts, dont environ 180 000 chez les Prussiens. Le bilan humain est encore plus lourd chez les civils. Au total, plus d'un million de personnes périssent, principalement à cause de la famine, des maladies ou des pillages. Les armées en campagne, en manque de vivres ou d'équipement, mettent à sac les territoires qu'elles traversent. Beaucoup d'hommes sont mal payés, augmentant davantage leur rancœur et leurs déprédations. Durant les sept années du conflit, de nombreuses exactions sont commises sur les populations. On peut notamment citer celles des Français dans les Etats allemands ou celles des Anglais dans les colonies à l'encontre des autochtones. A cela s'ajoutent les maladies qui prélèvent un lourd tribut chez les civils comme chez les soldats. Le typhus ou le scorbut ravagent les villages ou provoquent des hécatombes parmi les équipages des navires de guerre ou de commerce.

Quelles furent les conséquences de la guerre de Sept Ans ?

Considérée aujourd'hui comme le premier conflit d'envergure mondiale, la guerre de Sept Ans rebat les cartes géopolitiques du siècle à venir. A son issue, l'Angleterre devient la première puissance maritime et coloniale du monde. La Prusse, elle, s'affirme comme une force montante sur laquelle il faut dorénavant compter en Europe, au détriment de l'Autriche. De son côté, la France sort fortement affaiblie du conflit et perd une grande partie de son empire colonial. Avec le traité de Fontainebleau, signé le 3 novembre 1762, Louis XV avait déjà cédé à l'Espagne la moitié de la Louisiane. La France perd également sa prépondérance militaire, diplomatique et culturelle au profit de la Grande-Bretagne. D'un point de vue économique, tous les pays sortent de la guerre ruinés. L'Angleterre, lourdement endettée, se résout à taxer les colons américains. De 1763 à 1766, elle doit aussi composer avec la rébellion de Pontiac, quand des tribus amérindiennes se soulèvent contre la Couronne. Les décisions prises alors conduiront irrémédiablement aux deux événements majeurs de la fin du XVIIIe siècle : la Guerre d'indépendance des Etats-Unis et la Révolution française.

Les dates clés de la guerre de Sept ans

Mai 1754 - Reprise des combats dans les Vallées de l'Ohio et du Mississippi
Du mois de mai au mois de juillet 1754, les territoires des vallées de l'Ohio et du Mississippi virent la reprise des combats entre Britanniques et Français, pour leur contrôle. Les affrontements eurent lieu sur la crête occidentale des Alleghenies. C'est lors d'une attaque française contre les Britanniques dans l'Ohio, que débuta la dernière guerre French and Indian war, ou guerre de Sept Ans, pour les Français.
28 mai 1754 - Bataille de Jumonville-Glen
Le 28 mai 1754 eut lieu la bataille de Jumonville-Glen, premier affrontement de la guerre des Sept Ans. Cette fusillade d'à peine quinze minutes avait pour cadre la lutte des Français et des Anglais pour le contrôle de la vallée de l'Ohio. Elle se termina par l'exécution de l'officier Jumonville, par un peloton armé de Georges Washington. Ce dernier fut accusé de meurtre par les Français, peu de temps après.
16 juin 1755 - Bataille de Fort Beauséjour
La bataille de Fort Beauséjour, du 3 au 16 juin 1755, voit s'affronter les troupes britanniques commandées par le colonel Robert Monckton et basées au Fort Lawrence, et les troupes françaises. Ce début de l'offensive britannique dans la guerre de Sept Ans avait pour but d'ouvrir le passage de l'isthme de Chignectou aux troupes anglaises. La bataille se termina par la victoire écrasante des Britanniques sur les faibles troupes françaises.
9 juillet 1755 - Fin de l'expédition Braddock
Le 9 juillet 1755, la bataille de Monongahela met un terme à l'expédition Braddock, du nom du général qui la commandait. Cette aventure avait pour but de voir les Britanniques chasser les Français de Fort Duquesne en Pennsylvanie, mais le général Braddock fut tué, et son armée mise en déroute par l'ennemi. Ce fut l'un des premiers grands revers britanniques lors de la guerre de Sept Ans.
28 juillet 1755 - Expulsion des Acadiens
Située au Canada, l'Acadie est une ancienne province française cédée au royaume de Grande-Bretagne en 1713. Alors qu'elle se prépare à entrer en guerre contre la France, l'Angleterre impose aux Acadiens un serment d'allégeance à la Couronne. Face à leur refus, elle décide, le 28 juillet 1755, de déporter les 13 000 Acadiens vers la Nouvelle-Angleterre. Plus de 7000 meurent au cours de leur exode forcé, de malnutrition, du froid, des épidémies ou des naufrages. Au sortir du conflit, certains Acadiens sont rapatriés en France, d'autres s'établissent au Québec ou en Louisiane.
17 mai 1756 - Début de la guerre de Sept Ans
Le 17 mai 1756, l'Angleterre déclare officiellement la guerre à la France, marquant le début d'un conflit qui durera jusqu'en 1763. La Grande-Bretagne, la Prusse et le Hanovre s'opposent à l'Autriche, la France, la Russie, la Suède, le Saint-Empire romain germanique et l'Espagne. La guerre de Sept Ans se déroule parallèlement en Europe, en Amérique du Nord, en Inde et en Afrique. Elle consacre la naissance de l'Empire britannique, l'affirmation politique et militaire de la Prusse et la fin du premier Empire colonial français. Elle est aujourd'hui considérée comme le tout premier conflit mondial.
20 mai 1756 - Victoire franco-espagnole à la bataille de Minorque
Lors de la bataille de Minorque, le 20 mai 1756, la coalition franco-espagnole connaît une grande victoire contre son ennemi britannique. Lors d'une attaque navale surprise, en pleine mer Méditerranée, le maréchal de Richelieu parvient à s'emparer de Port-Mahon, une importante base navale britannique. Cet affrontement a lieu peu de temps après la déclaration de guerre de la Grande-Bretagne contre la maison des Bourbons, la guerre de Sept Ans.
14 août 1756 - Victoire française à la bataille de Fort Oswego
Louis-Joseph de Montcalm et ses troupes, alliés des Amérindiens, remportent la bataille de Fort Oswego entre le 10 et le 14 août 1756, contre la Grande-Bretagne. Après avoir détruit le Fort Oswego, et pris le Fort William Henry qui domine la vallée de l'Hudson, Montcalm parvient ainsi à contrôler toute la région des Grands Lacs. Grâce à cette victoire, il obtient du roi la liberté de diriger ses troupes comme bon lui semble.
1er octobre 1756 - Victoire prussienne à la bataille de Lobositz
Le 1er octobre 1756, la Prusse, menée par Frédéric II, remporte une victoire capitale contre l'Autriche, lors de la bataille de Lobositz, en Bohême. Cet affrontement, qui vit intervenir la France, la Russie, et la Suède, marque le début de la fameuse guerre de Sept Ans. Les troupes de Frédéric II profitent du fait de la non-préparation à la guerre des troupes d'Autriche, et obtiennent une reddition totale le 14 octobre.
31 décembre 1756 - La Russie signe le traité de Versailles
Le 31 décembre 1756, la Russie intègre le traité de Versailles. Ce traité, créé lors de la guerre de Succession d'Autriche, et modifié lors de la guerre de Sept Ans, fait évoluer les alliances diplomatiques d'autrefois. Désormais, depuis mai 1756, la France et l'Autriche sont alliées contre la Grande-Bretagne et la Prusse. Le 31 décembre, l'alliance franco-autrichienne est renforcée par la Russie, la Saxe et la Suède.
14 mars 1757 - Exécution de l'amiral John Byng
Le 14 mars 1757 a lieu l'exécution par fusillade, de l'amiral britannique John Byng, à Portsmouth, sur le HMS Monarch. L'ancien gouverneur-commodore de la colonie de Terre-Neuve avait été condamné pour trahison par la cour martiale d'Angleterre, suite à son abandon d'un fort assiégé par les Français lors de la bataille de Minorque. Prenant peur, il avait fui avec son équipage vers Gibraltar, abandonnant les soldats britanniques à leur triste sort.
21 avril 1757 - Bataille de Reichenberg
Le 21 avril 1757 a lieu dans le cadre de la guerre de Sept Ans, la bataille de Reichenberg. Alors qu'il rentre en Bohême, le maréchal von Bevern et ses troupes prussiennes sont confrontés à une armée autrichienne. Le soldat, plus expérimenté que son adversaire, remporte la victoire et récupère l'intégralité des provisions autrichiennes, qui lui permettent de poursuivre sa marche jusqu'à la ville de Prague, qui sera prise plus tard dans l'année.
18 juin 1757 - Bataille de Kollin
Le 18 juin 1757, l'armée autrichienne fait subir à Frédéric II de Prusse une sérieuse défaite lors de la bataille de Kollin. Alors que les troupes prussiennes tiennent la ville de Prague, elles partent à l'attaque de l'armée autrichienne à Kollin. Cette première défaite prussienne dans la guerre de Sept Ans entraîne dans un premier temps l'abandon de Prague, puis, après une bataille acharnée, celui de toute la Bohême, par Frédéric II.
26 juillet 1757 - Bataille de Hastenbeck
En avril 1757, la France traverse le Rhin et entre au Hanovre, alliée de la Prusse et de la Grande-Bretagne dans la guerre de Sept Ans. Cette invasion se soldera par une victoire française le 26 juillet 1757, lors de la bataille de Hastenbeck. Débutée la veille au matin, la bataille débouchera sur la convention de Klosterzeven et l'occupation de la totalité de Hanovre par les troupes françaises.
7 septembre 1757 - Bataille de Moys
Le 7 septembre 1757 eut lieu la bataille de Moys, à Görlitz en Silésie, dans le cadre de la guerre de Sept Ans. L'armée prussienne du général Hans Karl von Winterfeldt, composée de seulement 13 000 hommes fut écrasée par l'armée autrichienne du général Leopold Joseph von Daun, deux fois plus nombreuse. A l'issue de cette bataille, la totalité de l'armée prussienne capitula au profit de l'Autriche.
22 novembre 1757 - Bataille de Breslau
L'armée autrichienne remporte une grande victoire sur les troupes prussiennes le 22 novembre 1757 lors de la bataille de Breslau. Alors que l'armée prussienne semble dominer l'Autriche et ses 84 000 soldats, elle bat en retraite et se retire dans Breslau, avant de capituler deux jours plus tard. Le grand général prussien von Brunswick y est fait prisonnier. Ce conflit eut lieu dans le cadre de la guerre de Sept Ans.
5 décembre 1757 - Bataille de Leuthen
Le 5 décembre 1757, Frédéric II et ses troupes prussiennes remportent une victoire écrasante sur les troupes de l'empire d'Autriche lors de la bataille de Leuthen en Silésie. Lors de ce conflit de la guerre de Sept Ans, Frédéric II profite du manque de coordination et des erreurs tactiques des Autrichiens pour les battre, et garder son armée entièrement intacte. Cela permit à la Prusse d'obtenir un contrôle total sur la Silésie.
29 avril 1758 - Première bataille de Gondelour
Le 29 avril 1758 a lieu la première des trois batailles navales de Gondelour, entre la marine française et la marine britannique. Elle a lieu au large de la côte Carnatique, au sud de l'Inde, et a pour but le contrôle de Gondelour, la capitale des comptoirs français en Inde. Cette bataille qui a lieu dans le cadre de la guerre de Sept Ans vit la victoire de la France sur la Grande-Bretagne.
8 juin 1758 - Début du siège de Louisbourg
Débuté le 8 juin 1758, le siège de Louisbourg marque un tournant décisif de la guerre dans les colonies d'Amérique. Situé sur l'île de Cap-Breton, le bastion est une place forte hautement stratégique. Le 27 juillet 1758, après un mois d'affrontements, Louisbourg se rend aux Anglais. La marine britannique dispose à présent d'une base d'attaque avancée et peut remonter le fleuve Saint-Laurent jusqu'aux positions françaises du Québec. Cette première défaite majeure de la France en Amérique du Nord augure la chute progressive du Canada.
11 septembre 1758 - Bataille de Saint-Cast
Le 11 septembre 1758, les Britanniques subissent une cuisante défaite dans leur tentative de débarquement en France. Lors de la bataille de Saint-Cast, près de Saint-Malo, Jacques-Pierre Rioust des Villaudrains et une armée de volontaires repoussent les envahisseurs grâce à leur pugnacité et aux solides fortifications de Vauban. La bataille sur la baie de Saint-Cast dura pas moins de 8 jours, durant laquelle les habitants poussèrent les Britanniques à bout.
14 octobre 1758 - Bataille de Hochkirchen
Le 14 octobre 1758, les troupes prussiennes de Frédéric II sont écrasées par celles de l'Autriche, lors de la bataille de Hochkirchen, en Saxe. Cet affrontement de la guerre de Sept Ans est l'une des plus importantes défaites du roi de Prusse lors de ce conflit. Le maréchal von Daun et ses 80 000 hommes avaient utilisé l'une des tactiques de guerre préférée de Frédéric II, contre les 31 000 soldats prussiens.
31 juillet 1759 - Bataille de Beauport
Après la prise de Louisbourg, la marine britannique s'engouffre le long du fleuve Saint-Laurent. Les troupes anglaises commandées par le général James Wolfe débarquent à Québec le 26 juin. Le fort et les plages sont bien défendus par les Français qui s'y sont retranchés. Le 31 juillet 1759, l'armée française remporte une victoire importante face aux Britanniques lors de la bataille de Beauport. Suite à la perte de quelque 400 soldats, contre à peine 70 du côté français, l'armée anglaise est forcée de se replier.
12 août 1759 - Bataille de Künersdorf
Le 12 août 1759, Frédéric II de Prusse connaît la pire défaite de son histoire à Künersdorf en Brandebourg, contre les troupes prussiennes et autrichiennes, dans le cadre de la guerre de Sept Ans. Les troupes russes, dirigées par le maréchal Piotr Saltykov, provoquent la mort de plus de 43 000 soldats prussiens. Sur le point de perdre son pays, Frédéric II ne doit son salut qu'à l'avènement d'un tsar prussophile, Pierre III.
17 août 1759 - Bataille de Lagos
Le 17 août 1759, Choiseul prend la décision de concentrer les forces maritimes de l'armée française pour débarquer en Ecosse et sur l'estuaire de la Tamise. Alors que l'escadre de Toulon, composée de quatorze navires, parvient à passer le cap de Gibraltar, elle est rattrapée par la flotte britannique. La marine française est vaincue dans les eaux territoriales du Portugal, pays neutre à l'époque, lors de la bataille de Lagos.
19 septembre 1759 - Chute de Québec
Bombardés par la marine britannique depuis deux mois, les Français assiégés dans Québec capitulent le 19 septembre 1759. Après des combats acharnés, le capitaine John Knox prend possession de la ville en ruines. Quelques jours auparavant, l'infanterie britannique avait défait les troupes françaises à la bataille des plaines d'Abraham. Au cours de cet affrontement, les généraux des deux armées, Montcalm et Wolfe, avaient été tués. Les habitants de la province deviennent dès lors sujets de la Couronne d'Angleterre. L'armée française doit se replier sur Montréal qui tombera un an plus tard…
20 novembre 1759 - Bataille des Cardinaux
Le 20 novembre 1759, la Royal Navy remporte l'une de ses plus grandes victoires lors de la guerre de Sept Ans, en battant l'escadre de Brest dans la bataille des Cardinaux. La marine française, déjà très affaiblie en raison du manque d'argent et de différentes épidémies, est facilement battue par la flotte britannique, et subit de très larges pertes dans la baie de Quiberon, incapable de disputer la maîtrise des mers aux Anglais. Au large de Belle-Île la flotte française de l'amiral Conflans est déroutée par celle de l'amiral britannique Hawke. La guerre qui oppose la France, la Russie et l'Autriche à l'Angleterre et la Prusse a débuté en 1756. Elle durera jusqu'en 1763 et prendra le nom de "Guerre de sept ans".
28 avril 1760 - Bataille de Sainte-Foy
Le 28 avril 1760, l'armée française remporte sa dernière grande victoire au Canada, lors de la bataille de Sainte-Foy, près de Québec. Dirigée par le chevalier François Gaston de Lévis, qui a succédé à Montcalm, celle-ci met en déroute les troupes commandées par Murray. Il tente alors de reprendre Québec aux Anglais, mais doit se replier quand des renforts ennemis arrivent par le fleuve Saint-Laurent. Les colonies canadiennes perdues resteront sous domination britannique jusqu'à la cession de la Nouvelle-France lors du traité de Paris en 1763…
4 juin 1760 - Arrivée des Acadiens en Nouvelle-Angleterre
Le 4 juin 1760, les Acadiens, colons francophones de l'Amérique, arrivent de Nouvelle-Ecosse, en Nouvelle-Angleterre. Ce débarquement s'effectue dans le cadre du Grand Dérangement, une expropriation massive des colons, lors de la prise de possession des Britanniques dans les anciennes colonies françaises en Amérique. Les historiens considèrent aujourd'hui qu'entre 7 000 et 9 000 Acadiens, sur une population de 15 000 à 18 000 personnes, sont morts durant les déportations du Grand Dérangement.
23 juin 1760 - Bataille de Landshut
Le 23 juin 1760, l'armée autrichienne, dirigée par le général Ernst von Laudon, bat l'armée de Frédéric II de Prusse lors de la bataille de Landshut en Silésie, l'actuelle Pologne. Cette victoire de l'empire d'Autriche, importante pour l'issue de la guerre de Sept Ans qui fait rage depuis 1756 un peu partout dans le monde, verra également l'arrestation du général prussien qui dirigea le combat, Heinrich de la Motte-Fouqué.
1er août 1760 - Bataille de Warburg
La bataille de Warburg, en Westphalie dans l'actuelle Allemagne, voit s'affronter le 1er août 1760, l'armée française de Louis de Félix d'Ollières, et les armées coalisées de Brunswick, Hesse-Cassel, Hanovre et du royaume de Grande-Bretagne, menées pour l'occasion, par le prince Ferdinand de Brunswick. Commencée le 31 juillet, cette bataille qui s'inscrit dans le cadre de la guerre de Sept Ans se solde par une lourde défaite française.
8 septembre 1760 - Montréal cède face aux Britanniques
Un an presque jour pour jour après la chute de Québec, Montréal est à son tour contrainte à la reddition. Face à trois armées britanniques, le gouverneur de Vaudreuil ordonne au chevalier de Lévis et à ses troupes de se rendre. Après le retrait des Français, Montréal et ses habitants passent sous le contrôle des Anglais qui instaurent la loi martiale. Le conflit opposant les deux ennemis héréditaires dans les territoires canadiens depuis 1755 touche à sa fin. Après, cette défaite, la Nouvelle-France est désormais entièrement aux mains des Britanniques.
15 octobre 1760 - Bataille de Clostercamp
Le 15 octobre 1760, l'armée française remporte la victoire à la bataille de Clostercamp, sur le Rhin, face à ses ennemis de la guerre de Sept Ans, la Grande-Bretagne, la Prusse, le Hanovre… Cependant, alors que ce succès aurait pu permettre à la France d'avancer dans sa conquête des territoires allemands et de la victoire finale, il n'est pas exploité en raison des rivalités qui opposent de Broglie et Saint-Germain.
16 janvier 1761 - La France perd Pondichéry
En Inde, après trois années de guerre face aux Anglais, les Français sont acculés dans leurs dernières positions. Le siège de Pondichéry débute le 4 septembre 1760 lorsque les troupes britanniques lancent l'assaut sur le comptoir commercial. Le 16 janvier 1761, après huit mois de combats, la garnison du général de Lally-Tollendal, au bord de la famine, capitule. La France ne lui pardonnera pas cette défaite : il sera accusé de trahison puis exécuté à Paris en 1766. Pondichéry, quant à elle, est restituée à la France par le traité de Paris en 1763.
2 mai 1762 - Traité de Hambourg
Suite à la destitution de Pierre III le 9 juillet 1762, la Russie a rompu son alliance avec la Prusse. Cette dernière décide donc, avec l'empire suédois, de signer le traité de Hambourg le 2 mai de la même année. Il prévoit que Catherine II, successeur de Pierre III, retire ses hommes de l'armée de Frédéric II de Prusse, ce qui n'empêchera pas celui-ci de vaincre les Autrichiens au cours de la bataille de Burkersdorf deux mois plus tard.
24 juin 1762 - Bataille de Wilhelmstahl
L'épisode de la bataille de Wilhelmstahl se déroule au cours de la guerre de Sept Ans, le 24 juin 1762. Alors que la France tente à nouveau de conquérir Hanovre, une coalition comprenant les royaumes de Grande-Bretagne et de Prusse, l'électorat de Hanovre, de la Hesse-Cassel et de Brunswick se forme contre elle. Malgré leur infériorité numérique, les troupes de l'alliance parviennent tout de même à repousser les Français.
17 juillet 1762 - Assassinat de Pierre III de Russie
Au début de l'année 1762, la tsarine, Elisabeth 1re de Russie, décède. Pierre III, son neveu, lui succède alors sur le trône. Il change de camp dans le contexte de la guerre de Sept Ans et s'allie à la Prusse. Parallèlement, il désire entrer en guerre contre le Danemark dans le but de prendre le Schleswig. Craignant pour sa vie, son épouse, Catherine II, le renverse grâce à un coup d'Etat. Il est ensuite assassiné dans des circonstances mystérieuses le 17 juillet par Alexeï Orlov, commandant des forces navales.
21 juillet 1762 - Bataille de Burkersdorf
Prenant place dans le contexte de la guerre de Sept Ans, la bataille de Burkersdorf se déroula le 21 juillet 1762. Morte en début d'année, la tsarine de Russie, Elisabeth 1re de Russie a laissé sa place sur le trône à son neveu Pierre III. Ce dernier, admirateur de Frédéric II de Prusse, retire ses troupes et abandonne les biens qu'il possède en Prusse-Orientale. Dans la foulée, il signe un traité de paix avec Frédéric II et envoie son armée aider les soldats prussiens dans leur combat contre l'Autriche. Victime d'un coup d'Etat et d'un assassinat début juillet, Pierre III est donc remplacé par son épouse, Catherine II. Elle se retire aussitôt de la guerre et ordonne aux Prussiens d'en faire de même. Néanmoins, les forces russes assisteront à la bataille de Burkesdorf sans y participer dans le but de dissuader les Autrichiens. Elle se soldera par une victoire prussienne.
15 septembre 1762 - Bataille de Signal Hill
La bataille de Signal Hill est un épisode de la guerre de Sept Ans en Amérique du Nord. Au matin du 15 septembre 1762, les Britanniques surprennent les Français sur la colline de Signal Hill et les obligent à se replier dans le fort. Bien que n'engageant que de petits effectifs (environ 500 soldats), cette bataille fut capitale puisqu'elle aboutit au départ des Français, présents depuis le 27 juin à Saint-Jean. Ce fut le dernier affrontement de cette guerre entre les deux camps.
24 septembre 1762 - Bataille navale de Manille
Episode de la guerre de Sept Ans, la bataille navale de Manille débuta le 24 septembre 1762. L'armée espagnole de l'Archevêque Antonio Rojo affronta les Britanniques dirigés par William Draper. La bataille prit fin le 6 octobre de la même année avec la victoire de l'armée britannique.
29 octobre 1762 - Bataille de Freiberg
Etant au cœur du contexte de la guerre de Sept Ans, la bataille de Freiberg s'est déroulée le 29 octobre 1762. Elle oppose la Prusse à une alliance réunissant le Saint-Empire romain germanique et l'Archiduché d'Autriche. Elle se solde par une victoire prussienne, poussant ainsi les alliés à se retirer jusqu'à la ville de Pirna. Une semaine plus tard, les vainqueurs mirent à sac les magasins d'approvisionnement de Saxe et prirent trois villes. Pendant ce temps, le général des alliés, Andreas Hadik von Futak, entrait dans une négociation avec Frédéric II de Prusse visant à dissoudre l'armée impériale.
3 novembre 1762 - Traité de Fontainebleau
La France ayant connu une défaite au cours de la guerre de Sept Ans, Louis XV signe en secret le traité de Fontainebleau le 3 novembre 1762. Il prévoit la cession des terres de la Louisiane qui se trouvent sur la rive droite du Mississippi à l'Espagne. L'autre partie de ces terres seront cédées à la Grande-Bretagne en 1763 par le traité de Paris.
10 février 1763 - Fin de la guerre de Sept Ans
La signature du traité de Paris le 10 février 1763 met un terme à la guerre franco-anglaise. La France cède à la Grande-Bretagne : le Canada, l'Acadie et la rive droite du Mississippi, ainsi que plusieurs îles des Caraïbes. Elle conserve toutefois ses lucratives îles sucrières de Martinique et de Guadeloupe et récupère cinq comptoirs commerciaux en Inde. La France perd sa domination militaire et diplomatique au profit de l'Angleterre qui s'affirme comme la première puissance mondiale. Cinq jours plus tard, la Prusse et l'Autriche ratifient le traité d'Hubertsbourg qui met fin à la troisième guerre de Silésie.

Temps modernes