Guerre de Succession d'Espagne : résumé, batailles, dates clés

Guerre de Succession d'Espagne : résumé, batailles, dates clés La principale cause de la guerre de Succession d'Espagne est le décès de Charles II, dernier Habsbourg espagnol. Elle a pour conséquence l'installation à Madrid de Philippe V, petit-fils de Louis XIV.

Résumé de la guerre de Succession d'Espagne - La guerre de Succession d'Espagne est le premier grand conflit européen de l'ère moderne. Elle a pour enjeu l'héritage très convoité du monarque espagnol Charles II, mort sans descendance le 1er novembre 1700. Elle révèle l'atmosphère de domination des grandes puissances que sont alors l'Espagne, la France, l'Angleterre et l'Autriche. Elle se caractérise, au lendemain du traité de La Haye (1898), par treize années de luttes acharnées et plusieurs tentatives de négociations. La guerre de Succession d'Espagne se conclut par un formidable bouleversement géopolitique européen (et outre-Atlantique) par le biais des traités d'Utrecht (11 avril 1713) puis de Rastatt (6 mars 1714). Si la France obtient le trône d'Espagne, le royaume ibérique passe au second rang, tandis que l'Angleterre et l'Autriche s'affirment comme deux grandes puissances occidentales. 

Quelles sont les causes de la guerre de Succession d'Espagne ?

La guerre de Succession d'Espagne a pour origine l'immense héritage espagnol (Espagne, Pays-Bas, Milanais, Naples, Sicile et Amérique) convoité à la fois par Louis XIV, l'empereur autrichien Léopold Ier et Joseph-Ferdinand de Bavière, selon le lien de parenté respectif qui les lie à la couronne d'Espagne. L'aggravation de l'état de santé de Charles II d'Espagne avait provoqué la signature anticipée, le 11 octobre 1698, d'un accord entre l'Espagne, la France, l'Angleterre et les Provinces-Unies (sept provinces des Pays-Bas espagnols) : le Traité de La Haye accordait le trône espagnol à un héritier de Louis XIV tout en opérant un partage validé des possessions espagnoles. Mais le décès inattendu du jeune prince de Bavière (février 1699) et la rédaction d'un testament-surprise de Charles II mourant (octobre 1700) - testament avantageant la France -, déclenchent l'hostilité de l'Angleterre et de l'Autriche.

Qui a participé à la guerre de Succession d'Espagne ?

La guerre de Succession d'Espagne débute le 7 septembre 1701 avec la conclusion de la Grande Alliance (ou Alliance de La Haye), qui associe la Grande-Bretagne (Guillaume III), l'Autriche (Léopold Ier) et les Etats-Généraux des Provinces-Unies. Ces nations sont suivies du Royaume de Prusse, du Royaume du Portugal, de la Couronne d'Aragon, de la plupart des principautés du Saint-Empire romain germanique, et du Danemark. Le 15 mai 1702, les Alliés déclarent la guerre au Royaume de France mené par Louis XIV, à l'Italie (Duché de Mantoue) et à l'Espagne (Couronne de Castille). Très vite, l'armée de Louis XIV s'avère insuffisante et ne compte que deux chefs de valeur, Villars et Vendôme. Deux alliés historiques de la France, la Savoie et le Portugal, décident de rejoindre la Grande Alliance dès le début des conflits. En somme, Louis XIV ne peut plus compter que sur l'Espagne et les principautés de Bavière et de Cologne. Louis-François de Boufflers, François de Neufville de Villeroy, Jacques Fitz-James, Philippe V (roi d'Espagne) et Maximilien-Emmanuel de Bavière combattent également contre la Grande Alliance. En face, se trouvent sept grands commandants parmi lesquels Charles III de Habsbourg, la Reine Anne de Grande-Bretagne, Georges Rooke et le Prince Eugène de Savoie.

Quelles sont les grandes batailles de la guerre de Succession d'Espagne ?

La France rencontre ses premières difficultés à Carpi (juillet 1701), Chiari (septembre 1701) puis Crémone (février 1702) où le maréchal de Villeroy est fait prisonnier. Après quelques victoires sur les impériaux, notamment à Friedlingen (oct. 1702), Louis XIV essuie de nouveaux revers à Gibraltar et surtout à Blenheim (août 1704) où il doit abandonner la Bavière. Les hostilités se poursuivent et se multiplient sur terre comme en mer. Enorme coup dur pour l'Espagne avec la prise de Barcelone (octobre 1705), malgré la victoire franco-espagnole de Calcinato (avril 1706). Autres déconvenues pour la France à Turin (mai 1706), Ramillies (mai 1706) puis Naples qui passent aux mains des Alliés. Le siège de Lille (juillet 1708) et sa capitulation ouvre la frontière du nord de la France à l'invasion des Alliés. Cette humiliation fait trembler Louis XIV qui réagit en fournissant un effort de recrutement. Avec succès, puisqu'à Malplaquet (sept. 1709), les Alliés renoncent cette fois à envahir la France. Et si les batailles d'Almenar (juillet 1710) puis de Saragosse (août 1710) font trembler la Catalogne, la décisive victoire franco-espagnole de Villaviciosa (décembre 1710) installe Philippe V, petit-fils de Louis XIV, sur le trône d'Espagne. Reste que cette série de déboires franco-espagnols incite Louis XIV à engager par deux fois des pourparlers de paix, à La Haye (mai 1709) puis à Geertruidenberg (mars-juillet 1710). Mais les Alliés exigent en contrepartie l'expulsion de Philippe V du trône d'Espagne. Le roi de France refuse, la lutte se poursuit.

Bataille de Ramillies
Bataille de Ramillies en 1706 © MARY EVANS/SIPA

Qui a gagné la guerre de succession d'Espagne ?

Les dernières victoires franco-espagnoles impressionnent les Alliés, d'abord en Angleterre, où les Tories (partisans de la paix) au pouvoir réclament de nouveaux pourparlers. Un autre événement conforte cette solution : l'élection à la tête du Saint-Empire romain germanique de l'archiduc Charles, par ailleurs couronné souverain d'Autriche, roi de Hongrie et de Bohême le 22 décembre 1711 : le futur empereur Charles VI, satisfait de ses nouvelles possessions, accepte de signer les préliminaires de Londres dès le 8 octobre 1711. Un armistice avec la France est signé à Fontainebleau en août 1712 après la bataille de Denain où la France a remporté une victoire décisive. C'est finalement à Utrecht, le 11 avril 1713, puis à Rastatt en Allemagne, le 6 mars 1714, que le sort de la Succession d'Espagne se noue par des traités. La paix ne consacre ni vainqueurs ni vaincus, mais instaure un tournant important dans l'histoire de l'Europe.

Quelles sont les conséquences de la guerre de Succession d'Espagne ?

Par les traités d'Utrecht et de Rastatt, Louis XIV obtient deux satisfactions : Philippe V est confirmé roi d'Espagne et obtient l'Amérique espagnole et les Philippines, et la France conserve ses frontières initiales. En contrepartie, les couronnes de France et d'Espagne restent distinctes. Mais surtout, l'empire français d'Amérique passe à l'Angleterre, laquelle bénéficie d'importants avantages commerciaux outre-Atlantique tout en y élargissant sa suprématie maritime. L'empire d'Autriche reçoit la part italienne de l'héritage (Naples, le Milanais, la Sardaigne, la Toscane) ainsi que les Pays-Bas espagnols (qui avaient été français de 1700 à 1707). L'Autriche s'accroît donc dans des proportions colossales.

Cette guerre a été longue et coûteuse, tant économiquement qu'humainement. L'Espagne met fin à un passé de 200 ans de liens familiaux avec l'Autriche et devient une puissance secondaire. Tout en demeurant la première puissance démographique, politique et militaire du continent, la France de Louis XIV perd son aura d'invincibilité. L'Angleterre s'installe désormais comme une puissance européenne, maritime et coloniale majeure. L'Empire autrichien acquiert quant à lui une place incontestable de grande puissance, son rayon d'action augmente considérablement. Au total, entre 400 000 et 700 000 hommes ont perdu la vie dans cette guerre.

Dates clés de la guerre de Succession d'Espagne

16 novembre 1700 - Louis XIV désigne son petit-fils roi d'Espagne
Le Roi-Soleil annonce à sa cour et à l'ambassadeur d'Espagne, Castel dos Rios, qu'il autorise son petit-fils le Duc d'Anjou à coiffer la couronne espagnole. Charles II, le défunt roi d'Espagne, l'avait désigné pour successeur sur son testament. Castel dos Rios s'exclame : "Quelle joie Sire ! Il n'y a plus de Pyrénées !". Philippe d'Anjou prendra le nom de Philippe V et sera le premier souverain de la maison des Bourbons à faire son entrée en Espagne au début de l'année 1701. Mais son accession au trône déclenche une guerre de succession en Espagne avec l'archiduc d'Autriche qui revendique son droit à devenir souverain d'Espagne et des Amériques.
9 juillet 1701 - Bataille de Carpi
Le 9 juillet 1701, la France affronte l'Autriche à la bataille de Carpi, la première de la guerre de Succession d'Espagne. Les Français, commandés par Catinat, ont pour mission d'empêcher les Autrichiens du prince Eugène de Savoie-Carignan de traverser l'Adige, en Italie. Cependant, Eugène trompe Catinat en passant par la République de Venise, qui est neutre. Il se trouve en position dominante lors de l'affrontement, faisant reculer les Français derrière l'Adda. Le combat fait 350 morts du côté français.
1er septembre 1701 - Bataille de Chiari
Lors de la guerre de Succession d'Espagne, Catinat est remplacé par Villeroy à la tête de l'armée française, suite à sa défaite à Carpi. Ce dernier croit que les Autrichiens sont en petit nombre dans la ville de Chiari. Avec 45 000 soldats, il donne l'assaut le 1er septembre 1701, mais est repoussé par les hommes du prince Eugène, qui sont en réalité au nombre de 30 000. Déplorant 3 000 victimes, les Français se replient dans un campement, non loin de Chiari.
1er février 1702 - Bataille de Crémone
En 1702, la France et l'Autriche sont en conflit pour la succession du trône d'Espagne (guerre de Succession d'Espagne). Après les défaites subies à Carpi et Chiari, les troupes françaises de Villeroy stationnent dans la ville italienne de Crémone. Le 1er février 1702, grâce à un aqueduc souterrain, les troupes autrichiennes du prince Eugène de Savoie-Carignan pénètrent dans la ville et maîtrisent plusieurs quartiers. Les Français, aidés de leurs alliés irlandais, repoussent les assaillants jusqu'à l'entrée de l'aqueduc. Le prince Eugène doit battre en retraite. L'issue du combat est incertaine puisque les deux camps comptent environ 1 200 victimes chacun. D'autre part, si les Français sont toujours maîtres de la ville, les Autrichiens ont fait prisonnier le maréchal de Villeroy.
15 août 1702 - Bataille de Luzzara
Lors de la guerre de Succession d'Espagne, la France est en guerre contre l'Autriche. Les troupes franco-espagnoles de Vendôme et de Philippe V d'Espagne affrontent les Autrichiens du prince Eugène à la bataille de Luzzara. Le combat commence le 15 août 1702 et se déroule jusqu'à la tombée de la nuit. Supérieurs en nombre, les alliés font 4 000 victimes parmi les Autrichiens et déplorent 2 500 morts ou blessés. Les deux armées se considèrent toutes deux victorieuses et campent non loin l'une de l'autre pendant plusieurs mois, mais les alliés évacuent les lieux le 4 novembre.
14 octobre 1702 - Bataille de Friedlingen
La bataille de Friedlingen a lieu le 14 octobre 1702, durant la guerre de Succession d'Espagne. Claude Louis Hector de Villars commande une armée de 20 000 hommes, avec pour mission de renforcer la position de la France en Souabe. Les troupes du Saint-Empire, commandées par Louis-Guillaume Ier de Bade, s'interposent, pour empêcher l'armée française de rejoindre la Bavière. Les Français sont supérieurs en nombre et infligent de lourdes pertes à l'armée impériale, faisant 3 000 victimes. Cependant, ils ne parviennent pas à rallier la Bavière.
23 octobre 1702 - Bataille de Vigo
Durant la guerre de Succession d'Espagne, George Rooke est chargé de s'emparer du port de Cadix, avec la flotte anglo-hollandaise. Ayant échoué, il décide de s'attaquer à la flotte espagnole, le 23 octobre 1702. Celle-ci est en train de décharger les marchandises d'Amérique dans le port de Vigo, sous la protection des vaisseaux français de Châteaurenault. C'est un succès pour Rooke qui parvient à forcer le barrage bloquant l'accès au port. Il détruit quarante vaisseaux français et espagnols et s'empare d'un butin de 14 000 livres.
22 mai 1703 - Bataille du cap de la Roque
Durant la guerre de Succession d'Espagne, une escadre française commandée par Alain Emmanuel de Coëtlogon tente d'intercepter un convoi hollandais transportant du sel et du sucre, le 22 mai 1703. Les 110 navires marchands sont escortés par cinq navires de guerre. Ces derniers se portent au-devant des Français pour couvrir la fuite du convoi. Les navires de guerre hollandais, moins puissants, doivent se rendre, mais les navires marchands parviennent à s'enfuir.
12 septembre 1703 - Couronnement de Charles III d'Espagne
Fils de Léopold Ier, Charles VI du Saint-Empire est désigné par son père pour succéder à Charles II sur le trône d'Espagne. Cependant, Philippe V, petit-fils de Louis XIV, a déjà été couronné roi d'Espagne en 1700. Charles est tout de même couronné roi d'Espagne à Vienne, le 12 septembre 1703, sous le nom de Charles III. Les royaumes de Catalogne et d'Aragon le soutiennent, mais le reste de l'Espagne reste fidèle à Philippe V.
2 juillet 1704 - Bataille de Schellenberg
Durant la guerre de Succession d'Espagne, les troupes françaises et leurs alliés bavarois affrontent les troupes coalisées de l'Angleterre, de l'Autriche et des Provinces-Unies, à la bataille de Schellenberg. Maximilien-Emmanuel de Bavière demande du soutien pour protéger le fort de Schellenberg, qui est une place importante sur le Danube. Apprenant l'arrivée de ces renforts, les alliés, commandés par John Churchill Marlborough et Louis-Guillaume de Bade, décident d'attaquer le fort, le 2 juillet 1704. Ce dernier est protégé par 12 000 hommes, sous les ordres de Jean-Baptiste d'Arco. Après deux assauts infructueux, les alliés parviennent à prendre la ville, au terme d'une troisième tentative. Le combat fait plus de 10 300 victimes.
13 août 1704 - Bataille de Blenheim
Lors de la guerre de Succession d'Espagne, Louis XIV tente de conquérir Vienne, avec ses alliés bavarois, pour affaiblir Léopold Ier. Le 13 août 1704, les troupes franco-bavaroises affrontent les alliés (Angleterre, Saint-Empire romain germanique, Autriche, Provinces-Unies, Royaume du Danemark et de Norvège), commandés par Marlborough et Eugène de Savoie, près du village de Blenheim. Malgré la supériorité numérique des Franco-Bavarois, ceux-ci perdent 20 000 hommes et plus de 14 000 prisonniers contre plus de 4 500 morts du côté des alliés. Cette grave défaite de la France marque un tournant dans la guerre : Louis XIV ne peut plus espérer conquérir l'Autriche, et la Bavière se retire du conflit. Profitant de cette faiblesse, les alliés s'apprêtent à mener des combats en Moselle, sur le territoire français.
24 août 1704 - Bataille de Vélez-Málaga
La bataille de Vélez-Málaga est un combat naval de grande ampleur qui oppose la flotte franco-espagnole à la flotte anglo-hollandaise, le 24 août 1704, dans le cadre de la guerre de Succession d'Espagne. Les Anglais ayant pris Gibraltar, la flotte française de Toulon se retrouve bloquée en Méditerranée. Louis XIV charge Louis Alexandre de Bourbon de reprendre Gibraltar, à la tête d'une flotte de 95 navires. Les Anglo-Hollandais, disposant de 74 navires, sont vaincus : ils perdent un nombre considérable d'hommes et leurs bâtiments sont très endommagés. Cependant, ils contrôlent toujours Gibraltar. Les Français regagnent Toulon sans avoir perdu de vaisseau.
16 août 1705 - Bataille de Cassano
Le 16 août 1705, la France affronte l'Autriche et la Prusse à la bataille de Cassano, dans le cadre de la guerre de Succession d'Espagne. L'armée française, commandée par Louis-Joseph de Vendôme, a envahi les territoires de Victor-Amédée de Savoie. Celui-ci reçoit l'aide du prince Eugène, qui avec près de 30 000 soldats, tente de repousser les Français en traversant l'Adda. Les Autrichiens y parviennent, mais sont finalement repoussés à leur tour et ne peuvent traverser le fleuve une nouvelle fois. Ils perdent environ 12 000 hommes, ce qui constitue une victoire française.
9 octobre 1705 - Prise de Barcelone
Durant la guerre de Succession d'Espagne, les troupes franco-espagnoles sont assiégées dans Barcelone par les Britanniques, les Autrichiens, les Portugais et les Hollandais. Ceux-ci, qui ont pour but de mettre Charles III sur le trône d'Espagne, débarquent avec une armée de 9 000 hommes et attaquent le fort de Barcelone, le 13 septembre 1705. La plupart des défenseurs de la ville ont déserté et se sont ralliés à l'armée d'invasion. Les troupes de Peterborough parviennent à envahir la ville le 9 octobre 1705.
19 avril 1706 - Victoire franco-espagnole à la bataille de Calcinato
La bataille de Calcinato se déroule au cours de la guerre de succession d'Espagne le 19 avril 1706. Elle oppose la France et l'Espagne à l'archiduché d'Autriche, dont les commandants des armées respectives sont le duc de Vendôme et Christian Detlev Reventlow. L'armée franco-espagnole en supériorité numérique (41 000 hommes contre 19 000) gagne face à l'armée autrichienne et ne déplore que 500 morts ou blessés contre 6 000 pour l'autre camp.
14 mai 1706 - Début du siège de Turin
Lors de la guerre de succession d'Espagne, les Français assiègent la ville de Turin le 14 mai 1706. Les 40 assaillants aidés de 48 ingénieurs maintiennent le siège jusqu'à la bataille de Turin le 7 septembre de la même année. La victoire austro-piémontaise permet alors de freiner la campagne d'invasion du Piémont et de la Savoie.
23 mai 1706 - Bataille de Ramillies
La bataille de Ramillies du 23 mai 1706 prend place au cœur de la guerre de succession d'Espagne (1701-1714) visant à conquérir le trône d'Espagne et à travers lui toute l'Europe. Elle oppose le royaume de France et l'électorat de Bavière au royaume d'Angleterre, à celui du Danemark et de la Norvège ainsi qu'aux Provinces Unies et au Saint-Empire. L'armée franco-bavaroise dirigée par Villeroy ne tient que quatre heures face aux forces de John Churchill (également appelé Marlborough) et perd le tiers de ses 60 000 hommes. La bataille de Ramillies figure, avec la bataille de Turin, parmi les plus grandes défaites de Louis XIV en termes de perte de territoire et de moyens causées par les alliés. Marlborough parvient ainsi à chasser l'armée française des Pays-Bas espagnols. L'année 1706 est alors appelée "annus mirabilis" par les Coalisés.
25 avril 1707 - Bataille d'Almanza
Durant la guerre de Succession d'Espagne, les troupes franco-espagnoles, commandées par Berwick, affrontent les Anglais, les Hollandais et les Portugais à la bataille d'Almanza. Après avoir été enfoncées par les Anglais, les troupes alliées ripostent, sous l'impulsion du chevalier d'Asfeld, et remportent la victoire. Les coalisés perdent 5 000 hommes et 12 000 prisonniers. Forte de cette victoire, l'armée franco-espagnole a le champ libre pour conquérir les villes du royaume de Valence, qui est hostile au règne de Philippe V sur l'Espagne.
29 juillet 1707 - Siège de Toulon
Les armées coalisées de Grande-Bretagne, d'Autriche, des Provinces-Unies et du duché de Savoie assiègent la ville de Toulon, du 29 juillet au 21 août 1707, dans le cadre de la guerre de Succession d'Espagne. La ville est protégée par René de Froulay de Tessé, qui dispose d'une garnison de 15 000 hommes. Avec 35 000 soldats, le prince Eugène et Victor-Amédée de Savoie parviennent à prendre les hauteurs de Sainte-Catherine tandis que la flotte anglaise bloque le port. Tessé reconquiert les hauteurs. Victor-Amédée lève le siège le 22 août 1707.
11 juillet 1708 - Bataille d'Audenarde
Durant la guerre de Succession d'Espagne, la France affronte la Grande-Bretagne, les Provinces-Unies et le Saint-Empire romain germanique à la bataille d'Audenarde. Louis XIV s'apprête à envahir les Flandres avec une armée de 100 000 hommes, commandée par le duc de Bourgogne et le duc de Vendôme. Les Français sont alors maîtres de la vallée de l'Escaut et menacent la citadelle d'Audenarde, que les alliés doivent contrôler à tout prix, sous peine de perdre le contact avec l'Angleterre. Le 11 juillet 1708, les troupes françaises sont vaincues, en raison des désaccords entre les deux commandants. Les Français perdent 15 000 hommes, contre 3 000 du côté des alliés.
28 juillet 1708 - Début du siège de Lille
Les alliés (Grande-Bretagne, provinces-Unies, Saint-Empire romain germanique) ayant battu l'armée française à la bataille d'Audenarde, ils ont le champ libre pour envahir la France et assiègent Lille dès le 28 juillet 1708. La ville est défendue par Vendôme et Boufflers avec 15 000 hommes. Les assiégés reçoivent l'aide du Chevalier de Luxembourg, qui apporte des munitions, mais les renforts envoyés de Paris par Louis XIV ne parviennent pas à passer le barrage organisé par le duc de Marlborough. La ville doit capituler le 28 octobre 1708.
11 septembre 1709 - Bataille de Malplaquet
Durant la guerre de Succession d'Espagne, la France affronte la Grande-Bretagne, l'Autriche et les Provinces-Unies à la bataille de Malplaquet, le 11 septembre 1709. Après avoir subi de graves défaites, la France est affaiblie et menacée d'invasion par la coalition. Louis XIV exhorte la population à participer à la défense du pays, car les conditions de paix proposées par les coalisés ne sont pas acceptables. Dans un dernier effort, une armée de 76 000 hommes commandée par Villars et Boufflers résiste aux assauts de l'armée alliée, qui est sous les ordres de Marlborough. Face à cette résistance acharnée, et malgré leur supériorité numérique, les alliés renoncent à envahir la France.
27 juillet 1710 - Bataille d'Almenar
La bataille d'Almenar se déroule pendant la guerre de succession d'Espagne, le 27 juillet 1710. Quelques mois auparavant, l'armée espagnole de Philippe V a envahi la Catalogne commandée par le marquis de Villadarias. Les troupes de l'archiduc Charles, composées également de soldats autrichiens et anglais, décident de reprendre ce territoire au cours de cette fameuse bataille. Cette entreprise est une réussite et oblige donc les Espagnols à fuir la Catalogne.
20 août 1710 - Bataille de Saragosse
Suite à la défaite des espagnols à la bataille d'Almenar le 27 juillet 1710, ceux-ci tente à nouveau de conquérir la Catalogne par Saragosse, le 20 août de la même année. Néanmoins, les soldats impériaux gagnent aussi la bataille de Saragosse et stoppent ainsi définitivement la conquête de la Catalogne.
8 décembre 1710 - Bataille de Brihuega
La bataille de Brihuega est un épisode de la guerre de Succession d'Espagne qui se déroule les 8 et 9 décembre 1710. Après les défaites qu'elles ont connu au cours des batailles d'Almenar (27 juillet) et de Saragosse (20 août), les troupes franco-espagnoles dirigées par le duc de Vendôme, attaquent les troupes britanniques de James Stanhope qui quittent alors la ville de Madrid pour se rendre en Catalogne. L'essentiel de l'armée britannique se trouvant à une journée de marche avec le général Guido Starhemberg, Vendôme finit par capituler afin de limiter les pertes. Cependant, Starhemberg ne tarde pas à arriver et le 10 décembre, une bataille éclate alors à Villaviciosa.
29 janvier 1712 - Le sort de la couronne d'Espagne se joue à Utrecht
Dans le but de mettre fin à la guerre de succession espagnole qui divise l'Europe depuis 1700 entre les partisans de Philippe d'Anjou, petit-fils de Louis XIV, et ceux de Charles d'Autriche, des négociations européennes s'ouvrent à Utrecht, en Hollande. Elles s'achèveront en avril 1713 avec la signature d'un traité entre la France, l'Angleterre, l'Espagne, la Hollande, la Prusse, la Savoie et le Portugal. Philippe d'Anjou montera sur le trône d'Espagne (sous le nom de Philippe V), mais il devra concéder à Charles d'Autriche, Naples, la Toscane, le Milanais, la Sardaigne et la Hollande. La France pour sa part se verra contrainte de renoncer à ses terres d'Acadie au Canada au profit de l'Angleterre.
24 juillet 1712 - Trêve franco-hollandaise
Les troupes françaises commandées par le maréchal-duc de Villars, remportent la bataille de Denain (Nord) face aux Austro-Hollandais du Prince Eugène. Cette victoire est une étape décisive dans le règlement de la guerre de Succession d'Espagne où le petit-fils de Louis XIV, Philippe V et l'empereur Charles VI se disputent le trône.
11 avril 1713 - Fin des négociations à Utrecht
Le congrès d'Utrecht, ouvert le 29 janvier, prend fin avec la signature de plusieurs traités qui mettent un terme à la guerre de Succession en Espagne. La France, l'Angleterre, l'Espagne, la Hollande, la Prusse, la Savoie et le Portugal reconnaissent le petit-fils de Louis XIV, Philippe d'Anjou, roi d'Espagne. L'Espagne doit céder Minorque et Gibraltar aux Anglais ainsi que Naples, la Sardaigne et le Milanais à l'empereur d'Allemagne Charles VI. La France de son côté perd ses terres d'Acadie et de Terre-Neuve, toujours au profit de l'Angleterre.
11 avril 1713 - Les Pays-Bas espagnols passent à l'Autriche
Au lendemain des traités d'Utrecht, le territoire revient majoritairement aux Habsbourg d'Autriche. Les traités d'Utrecht avaient réuni les principaux pays d'Europe afin de mettre fin à la guerre de succession espagnole. Désormais, la Belgique comprend les duchés de Brabant, de Limbourg, de Luxembourg, de Gueldre ainsi que les comtés de Hainaut, de Flandre, le marquisat de Namur et, enfin, les villes de Tournai et de Malines.
3 mars 1714 - Traité de Rastatt
Le traité de Rastatt a été signé le 3 mars 1714. Il a été rédigé entièrement en français et met fin à la Guerre de Succession d'Espagne. Cet écrit a été signé entre l'archiduché d'Autriche et le royaume de France, respectivement représentés par le duc de Villars et le prince Eugène. Il fait suite à de sérieuses négociations entre les deux parties, qui duraient depuis novembre 1713.

Temps modernes