Siècle des Lumières : résumé, philosophes, contexte historique

Siècle des Lumières : résumé, philosophes, contexte historique Mouvement littéraire, culturel et philosophique du XVIIIe siècle, les Lumières sont incarnées par des philosophes comme Rousseau, Montesquieu ou Voltaire. Leur but : la connaissance, l'égalité, la liberté face à la superstition, l'intolérance et la tyrannie.

Résumé du siècle des Lumières - Le siècle des Lumières correspond à un mouvement littéraire et philosophique qui se développe entre 1715 et 1789 dans toute l'Europe. Les philosophes des Lumières ont à cœur de permettre au peuple d'accéder au vrai savoir, à la liberté et au bonheur. Ils remettent en cause les fondements de la religion, contestent la monarchie absolue, et dénoncent les inégalités sociales. Ils combattent également l'esclavage au nom du principe d'égalité. Si Montesquieu aborde principalement le concept de la séparation des trois pouvoirs, Voltaire se soulève contre les injustices juridiques et le fanatisme religieux, tandis que Rousseau parle de souveraineté du peuple. De son côté, Diderot rédige une Encyclopédie universelle pendant vingt ans.

Quel est le contexte historique des Lumières ?

Le siècle des Lumières commence historiquement à la mort du roi Louis XIV en 1715. Ce courant de pensée se développe dans un climat intellectuel propice pour plusieurs raisons. La monarchie est de plus en plus critiquée, car les rois n'arrivent pas à réformer l'État. La bourgeoisie obtient de plus en plus de pouvoirs. Elle conteste les privilèges des nobles et les inégalités. La religion est tout autant dénigrée. Le XVIIIe siècle est aussi celui des grandes inventions (machine à vapeur) et des grands voyages. Les progrès scientifiques et les grandes découvertes font évoluer la réflexion philosophique. Les échanges se développent, et la colonisation est en plein essor. L'Europe s'ouvre sur le monde.

Qu'est-ce que le mouvement littéraire des Lumières ?

Ce mouvement littéraire qui s'étend de 1715 à 1789 veut mettre les connaissances (les Lumières) à la portée de tous et combattre l'obscurantisme et l'ignorance (les ténèbres). Il revendique la tolérance, et met la foi dans le progrès et non plus en Dieu. Les philosophes et écrivains des Lumières veulent aussi démontrer que la recherche du bonheur doit être le but de la vie humaine. Ils aident leurs contemporains à développer leur sens critique, à penser par eux-mêmes, et à s'affranchir de toutes leurs superstitions. Ils luttent également contre l'intolérance religieuse. Ces idées seront reprises lors de la rédaction des cahiers de doléances juste avant la Révolution française.

Quels sont les moyens de diffusion des idées des Lumières ?

Les idées des philosophes des Lumières sont diffusées dans les salons, les livres (malgré la censure) et par certains souverains européens que l'on nomme "despotes éclairés". Les philosophes n'hésitent pas à voyager pour partager leurs pensées. Voltaire se rendra en Prusse auprès de Frédéric II et Diderot se mettra au service de Catherine II de Russie. Les idées des Lumières sont testées en Amérique du Nord lors de la rédaction de la Déclaration d'Indépendance (1776), puis de la Constitution des Etats-Unis (1787). Elles serviront également à l'écriture de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen (1789) durant la Révolution.

Qui sont les philosophes des Lumières ?

C'est en Angleterre qu'on trouve les précurseurs du mouvement littéraire et philosophique des Lumières : Isaac Newton (qui a découvert la loi de l'attraction universelle), John Locke et David Hume. En France, Montesquieu valorise la notion de séparation des trois pouvoirs (exécutif, législatif et judiciaire), tandis que Voltaire s'insurge contre les pratiques judiciaires abusives. De leur côté, Denis Diderot et d'Alembert rédigent l'Encyclopédie qui doit mettre la connaissance à la portée de tous. Quant à Jean-Jacques Rousseau, il aborde dans son Contrat social le principe de souveraineté du peuple. En Allemagne, les philosophes Emmanuel Kant et Goethe participent également au mouvement.

Comment Voltaire a participé au siècle des Lumières ?

Voltaire, de son vrai nom François-Marie Arouet, est l'un des principaux philosophes et écrivains du siècle des Lumières. Il veut dénoncer l'intolérance, le fanatisme religieux, et se lève contre les pratiques judiciaires abusives. Il écrit l'une de ses œuvres majeures, le Traité sur la tolérance, après le scandale de l'affaire Calas (un protestant y est injustement accusé du meurtre de son fils). Avec son Candide, il utilise le conte philosophique pour critiquer la société de son époque. Voltaire est emprisonné à plusieurs reprises à la Bastille à cause de ses écrits (après une dispute avec le chevalier de Rohan, et après avoir ouvertement critiqué le Régent). La plupart de ses publications sont d'ailleurs censurées.

Comment l'esclavage est perçu par les philosophes des Lumières ?

L'abolition de l'esclavage fait partie des principales revendications des philosophes des Lumières. Ils proclament en effet l'égalité entre tous les hommes, et veulent supprimer les oppressions. Dans le Contrat social, Rousseau déclare que l'esclavage et le droit sont deux mots contradictoires. Quant à Voltaire, il dénonce la façon dont sont traités les esclaves dans le chapitre intitulé "le Nègre de Surinam" de son œuvre Candide ou l'optimisme. De son côté, Diderot dénonce l'esclavage dans le livre XI de l'Histoire des Deux-Indes.

Pourquoi les Lumières remettent-elles en cause la religion ?

Le siècle des Lumières remet en cause toutes les connaissances religieuses de l'époque. Les philosophes critiquent les religions, car les croyances sont basées, non pas sur la Raison, mais sur du surnaturel. La religion catholique est tout particulièrement visée, et Voltaire dénonce l'intolérance qui peut conduire à la mort de ceux qui ne sont pas catholiques (affaire Calas). La plupart des philosophes pensent que Dieu existe bien (Voltaire dit que c'est le grand horloger de l'univers). En revanche, ils refusent toute forme de culte.

Les dates clés des Lumières

16 mai 1717 - Voltaire est embastillé
Le jeune François-Marie Arouet, âgé de 23 ans, est emprisonné à la Bastille sur ordre de Philippe d'Orléans, parce qu'il avait publié des récits satiriques sur la vie intime du Régent et de sa fille la duchesse de Berry. Il reste embastillé pendant onze mois. C'est pendant cet enfermement qu'il commence la rédaction de son Œdipe, et qu'il prend le pseudonyme de Voltaire.
octobre 1747 - Le projet de "l’Encyclopédie" est lancé
La première encyclopédie est née de la volonté de Diderot de regrouper au même endroit toutes les connaissances humaines. Dirigé par Diderot et d'Alembert, le projet rassemble de nombreux contributeurs comme Montesquieu, Buffon et Voltaire. Les deux premiers volumes paraissent en 1751, mais la publication de toute l'Encyclopédie s'étale sur vingt ans. L'ouvrage renferme de nombreuses illustrations, car Diderot voulait mettre le savoir à la portée de tous, même de ceux qui ne savaient pas lire.
1748 - Montesquieu publie "l’Esprit des lois"
Ce traité de la théorie politique aborde le concept de la séparation des trois pouvoirs, ainsi que les différentes formes de gouvernement (monarchie, despotisme, démocratie). Montesquieu dévalorise ainsi la monarchie absolue, et met en avant le système anglais qui sépare le pouvoir exécutif, le pouvoir judiciaire et le pouvoir législatif. L'Esprit des lois est publié à Genève sans nom d'auteur, afin de ne pas tomber sous le joug de la censure. L'ouvrage compte 31 livres.
24 juillet 1749 - Diderot est emprisonné à Vincennes
En 1749, Diderot publie sa "Lettre sur les aveugles à l'usage de ceux qui voient", dans laquelle il explique que la perception du monde est propre à la sensibilité de chacun. Cette vision athée le conduit tout droit à la prison de Vincennes, au sein de laquelle il reste enfermé pendant trois mois. Il y reçoit plusieurs fois la visite de Jean-Jacques Rousseau.
7 février 1752 - L'Encyclopédie est censurée
En 1752, les deux premiers volumes de l'Encyclopédie de Diderot ont été publiés. Le Conseil du roi leur reproche cependant de contenir certains passages visant à détruire l'autorité royale et à soutenir la révolte et l'indépendance dans l'esprit des lecteurs. Le Conseil d'État censure donc les deux premiers tomes. C'est grâce au soutien de Malesherbes, chargé de la censure, que la publication peut reprendre en 1753.
mars 1755 - Publication du "Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes"
Cet essai du philosophe Jean-Jacques Rousseau aborde la manière dont l'auteur conçoit la nature et la perfectibilité humaines. Il déclare également le concept de propriété privée comme la source de toutes les injustices et inégalités. Suite à la publication de ce discours, Rousseau reçoit une condamnation religieuse de la part de l'Église catholique, car elle lui reproche d'avoir nié l'existence du péché originel.
3 septembre 1759 - La pape Clément XIII condamne l'Encyclopédie de Diderot
Les deux premiers volumes publiés de l'Encyclopédie n'obtiennent pas l'approbation du clergé. Ils font non seulement concurrence au Dictionnaire de Trévoux, que les Jésuites éditent au même moment, mais ils mettent également en doute certains miracles attestés par la religion. Soutenus par Malesherbes, les encyclopédistes continuent néanmoins à publier, et ce n'est que six ans plus tard, à la sortie du septième volume, que le pape Clément XIII fait saisir et brûler l'ensemble de l'œuvre.
1761 - Rousseau tente de publier son "Contrat social"
La publication du Contrat social, paru la même année que Émile ou de l'éducation, suscite une forte polémique qui suivra Rousseau toute sa vie. Le philosophe y aborde en effet le principe de souveraineté du peuple selon les principes de liberté et d'égalité. En 1762, le gouvernement de Genève condamne le Contrat social à être lacéré et brûlé.
1762 - Première ébauche du "Neveu de Rameau"
Ce dialogue philosophique écrit par Diderot met en scène un narrateur philosophe, "Moi", et "Lui", le neveu du compositeur Rameau. Deux protagonistes explorent le sujet de l'inexistence de Dieu, du matérialisme athée, et des différences entre humains et animaux. Dans ce récit, Diderot aborde le thème de la morale de plusieurs manières différentes, en passant par l'éducation, la musique ou encore la société.
août 1769 - Diderot écrit "le Rêve de d’Alembert"
Ce texte philosophique se compose de trois dialogues. Dans le premier, "Entretien entre D'Alembert et Diderot", l'auteur expose ses théories matérialistes. Dans le deuxième, "Le Rêve de D'Alembert", Diderot développe sa vision des notions de rêve, de réalité, de mythe et d'illusion. Le troisième, "Suite de l'entretien entre D'Alembert et Diderot", aborde des questions morales. L'ouvrage est publié en 1830, à titre posthume.
1772 - Parution du "Supplément au voyage de Bougainville"
Ce conte philosophique écrit par Denis Diderot raconte la suite du Voyage autour du monde de Bougainville, paru l'année précédente. A et B, les deux personnages principaux, argumentent avec audace autour de certains passages du voyage. Ils abordent notamment la comparaison entre la liberté des mœurs tahitiennes et les conventions restrictives du siècle des Lumières.
25 août 1776 - Mort de David Hume, philosophe écossais
David Hume fut un philosophe, économiste et historien écossais, né en 1711 et mort le 25 août 1776. Il a fait partie des "Lumières écossaises" dont il a été l'un des penseurs les plus influents. Connu pour son scepticisme, il a été l'un des fondateurs de l'empirisme moderne et l'un des pionniers de la méthode expérimentale dans le traitement des phénomènes mentaux. Opposé à Descartes, il eut une influence majeure sur Kant, la philosophie analytique et la phénoménologie.
30 mai 1778 - Mort de Voltaire, écrivain et philosophe français
François Marie Arouet, dit Voltaire, était un écrivain et philosophe né en 1694 et mort le 30 mai 1778. Symbole des Lumières, il fut leader du parti philosophique, attaché au progrès et à la tolérance, prônant une monarchie libérale et modérée. Ayant courtisé les monarques toute sa vie, il a entretenu avec eux des relations changeantes et fut tour à tour emprisonné à la Bastille puis forcé à l'exil en Angleterre. Il est l'auteur d'une œuvre colossale, dont "Zadig", "Candide" et "Traité sur la Tolérance" comptent parmi les plus connues.
2 juillet 1778 - Mort de Jean-Jacques Rousseau, écrivain et philosophe français
Jean-Jacques Rousseau, né en 1712 et mort le 2 juillet 1778, fut l'un des philosophes les plus influents du siècle des Lumières. Auteur de travaux sur l'homme, la société ou l'éducation, il a fortement influencé les révolutionnaires français. Considéré comme le plus grand moralisateur de son siècle, il est l'auteur d'ouvrages de référence tels que "Discours sur l'inégalité", "Julie ou la Nouvelle Héloïse", "Du contrat social"... Les révolutionnaires transférèrent ses cendres au Panthéon en 1794.