René Descartes : biographie de l'auteur de Discours de la méthode

René Descartes : biographie de l'auteur de Discours de la méthode BIOGRAPHIE DE RENÉ DESCARTES - Philosophe, mathématicien et physicien français, René Descartes est l'auteur de "Discours de la méthode". Scientifique et rationnel, il a créé la philosophie cartésienne.

Biographie courte de René Descartes - C'est en Indre-et-Loire, à La Haye-en-Touraine (rebaptisée Descartes depuis 1967) que René Descartes voit le jour, le 31 mars 1596. C'est sa grand-mère qui l'élève, sa mère étant décédée alors qu'il n'avait qu'un an. Très tôt, il s'intéresse au monde qui l'entoure, son père le surnommant même son "petit philosophe", tant le jeune René ne cesse de poser des questions. Son éducation est prise en charge par les Jésuites, qui lui enseignent notamment la physique et les mathématiques. Après l'obtention d'un diplôme de droit à l'université de Poitiers en 1616, il se rend à Paris, puis dans différents pays européens, comme l'Allemagne, la Hollande ou le Danemark, tout en vivant en ermite pour se consacrer à l'étude. Descartes entame des correspondances avec de nombreux érudits, et publie plusieurs traités, fruits de ses réflexions.

Les œuvres de René Descartes

Ses écrits, en langue commune et non en latin, comme c'était l'usage à l'époque, sont novateurs : y sont appliquées les méthodes du philosophe, basées sur le doute et la certitude. René Descartes partage l'avis de Galilée, condamné en 1633 par la Sainte Inquisition pour avoir déclaré que la Terre tournait autour du Soleil. Cependant, son Traité du monde et de la lumière, qui évoque le sujet, n'est publié qu'en 1664 à titre posthume. Précurseur des études sur la conscience, Descartes est l'auteur du fameux "Je pense donc je suis". Il est également le créateur d'une méthode scientifique qu'il expose dans deux de ses livres, dont le célèbre Discours de la méthode, en 1637. Entre temps, il écrit la Géométrie, les Méditations métaphysiques et les Principes de la philosophie, des ouvrages importants dans l’œuvre du philosophe.

L'héritage de René Descartes : la philosophie cartésienne

L'homme de sciences qu'est Descartes a une conception rationnelle du monde. Sa philosophie est donc tout naturellement basée sur des méthodes rationalistes, comme l'expression du cogito. Le célèbre "Je pense donc je suis", d'abord évoqué dans Discours de la méthode, puis développé dans les Méditations métaphysiques, en 1641, en est le meilleur exemple. René Descartes, considéré comme un des pères fondateurs de la philosophie moderne décède le 11 février 1650 à Stockholm, alors qu'il se trouvait auprès de la reine Christine de Suède, passionnée par la philosophie. L'impact des travaux de Descartes a été tel qu'un adjectif a été créé à partir du nom Descartes, cartésien. Il qualifie quelqu'un qui possède un esprit rationnel.

René Descartes : dates clés

31 mars 1596 : Naissance de René Descartes
Le philosophe, mathématicien et savant français René Descartes naît à La Haye-en-Touraine, le 31 mars 1596. D'une éducation chez les Jésuites poursuivie par une formation militaire en Hollande, à l'écriture de traités philosophiques, ce « gentilhomme de petite noblesse », que rien ne destinait à la philosophie, a été l'un des fondateurs des la philosophie moderne.
8 juin 1637 : Le "Discours de la Méthode" de Descartes
Le Discours de la Méthode pour bien conduire sa raison et chercher la vérité dans les sciences est la première grande œuvre philosophique et scientifique écrite en français, et non en latin. Son auteur, René Descartes, veut être accessible à tous. Ainsi, ses recherches et conclusions tournent autour des sujets suivants : l'épistémologie, la métaphysique, la physique, l'optique, les mathématiques, la morale, la psychologie, et la biologie. Il jette les bases d'une révolution intellectuelle : contre la pensée prélogique des hommes de la Renaissance. Il prône le doute méthodique et le recours à la raison. Sa première certitude étant l'existence du sujet pensant : "cogito ergo sum" ("je pense donc je suis").
1641 : Cogito ergo sum, ou Je pense donc je suis
Descartes publie ses Méditations métaphysiques dans lesquelles il reprend des arguments esquissés dans le Discours de la méthode. L’ouvrage présente les principales thèses de Descartes et la réponse aux objections. Il cherche à établir une vérité absolue qu’il dit trouver dans la phrase "Je pense donc je suis", a priori irréfutable. Pour y parvenir, il a mis en place une méthode du doute qui aboutit au rejet de tout ce qui ne pas être absolument certain, comme le corps, l’existence du monde… Parvenu à cette vérité, le philosophe tente ensuite de prouver incontestablement l’existence de Dieu : c’est l’argument ontologique.
1644 : Principes de la philosophie
Principes de la philosophie est un ouvrage écrit par René Descartes, célèbre philosophe et scientifique du XVIIe siècle, en 1644. Avec ce nouveau livre, le but avoué de Descartes est d'établir une foi pour tous les fondements propres de la philosophie. C'est-à-dire définir avec précision la logique de toute réflexion et de toute science, en quelque sorte le cheminement à suivre afin de récolter les fruits de la méditation métaphysique.
11 février 1650 : Décès de René Descartes
René Descartes, appelé par la reine Christine en Suède, meurt à Stockholm le 11 février 1650, à l'âge de 53 ans.
de 1650 à nos jours : l'héritage philosophique de Descartes
René Descartes a établit, avec Le Discours de la méthode (1637) puis Les Méditations métaphysiques, la définition d'une méthode didactique et intuitive, fondée sur l'unique raison et applicable à toute chose, afin de parvenir à la vérité. Au doute sceptique, il opposa l'expérience innée du "cogito" – "Je pense donc je suis" –, scellant une conception anthropocentriste du monde qui faisait de l'homme le maître de la nature. Contredite par les philosophies empiriste et sensualiste, l'influence cartésienne s'exerça sur ses contemporains (Leibniz, Spinoza) jusqu'aux Lumières, qui virent dans son rationalisme le prolongement de l'humanisme. Il a été influencé par Platon, Montaigne, et bien d'autres, avant d'influencer lui même le développement de la philosophie moderne.